(Video): Chant from the "chosen people": There is no school tomorrow; there are no children left in Gaza

‘No children left in Gaza!’ Right-wing Israeli mob mocks deaths in anti-Gaza chant

 

Dershowitz on War and Values, M. Frindéthié

alan-dershowitzOn Tuesday, July 29, 2014, during a CNN debate, Alan Dershowitz submitted that Israel’s offensive operations in Gaza should be supported, because through its war against the Palestinian people, Israel was not only defending itself, but it was also, and most importantly, defending “Western values.” I could not help wondering what Western values, the values of which Western social engineer, Dershowitz was referring to. The values advocated by King Leopold II of Belgium in the Congo? The values promoted by Hernan Cortez in the Americas? The values put forth by Hitler in Germany? Or the values of Sarkozy in Cote d’Ivoire? The last time I checked, these social engineers were all “Westerners” convinced that the values they upheld were of the highest kind.

Throughout history, Western civilization has shown time and time again that it does not have the last word on superlative values. Isn’t time that Dershowitz and those who think like him started ridding themselves of their anxieties about “higher” and lower “peoples”? Isn’t time that they started thinking in terms of the suffering of the human race and stopped ranking distress and torment on the basis of race, ethnicity, creed, and nationality?

The West Scurrying Away from the Crime Scene, M. Frindéthié

Libya

Libya is burning; Iraq is burning; Egypt is burning; Syria is burning. Imperialist West is scurrying away from the crime scene. The United States, Great Britain, and France have packed their belongings, closed their embassies, and fled from the furnace they have helped ignite. The Occidental proclivity to rush into a foreign country, take it to the brink of collapse and backwardness, and then, when things become unbearable, run away and blame the autochthonous populations for not being up to the principles of “democracy” will always amaze me.

All the social engineers in the West who have theorized the erection of superlative societies with the fall of Saddam, Gaddafi, Mubarak, and Bashar are spinning a new story, erasing and rewriting pages of the “History Book” which they have become expert at falsifying. Will imperialist West once, just once, concede that being endowed with a high degree of gluttony and destructive drive does not necessarily give one the primacy of human intelligence? Will imperialist West admit its responsibility in this long, distressing Arab tragedy at play before our eyes, which, hitherto, in its precipitous self-congratulatory gesture, it had baptized “the Arab Spring”?

Abidjan sous les Rattrapocrates: on avance ou on recule?

14h29 ce jour...à Abidjan-Cocody 8è tranche..en plein boulevard...au niveau de la CNPS et le CASH CENTER, photo de Fulbert Gadou

14h29 ce jour…à Abidjan-Cocody 8è tranche..en plein boulevard…au niveau de la CNPS et le CASH CENTER, photo de Fulbert Gadou

How Can He Who Has Suffered So Much Be So Ruthless? Palestinian death toll reaches 1,300 as applauding Israelis watch night attacks on Gaza

Palestinian death toll reaches 1,300 as applauding Israelis watch night attacks on Gaza

israel-gazaGaza

Quel sort pour Wattao? M. Frindéthié

WattaoIssiaka Ouattara, alias Wattao, précédemment commandant de la zone Abidjan-sud vient d’être débarqué de son poste et viré du CCDO dont il était l’un des seigneurs. L’expulsion de Wattao ressemble à quelque chose près au bannissement de son autre compagnon d’armes, Ibrahim Bakayoko, alias IB, chef du « commando invisible »; et n’eut été l’intervention du général Soumaila Bakayoko, Wattao, dont la garde rapprochée avait sorti ses armes lourdes pour protester le renvoi de son commandant, aurait connu le sort réservé à IB par Dramane Ouattara. Il aurait été tout évidemment abattu par celui pour qui il avait tué de Bouaké à Abidjan.

Wattao a été écarté comme une infecte spore. Quel sera le nouveau point de chute de Wattao ? Certains observateurs de la scène politique ivoirienne avaient conjecturé quant à l’existence d’un dossier d’inculpation cacheté du « commandant bling bling » et du « p’tit gros » par la CPI, que la Rattrapocratie hésiterait à rendre publique. Wattao lui-même, voyant la chose venir, avait annoncé qu’il ne se ferait pas si facilement le bouc-émissaire d’une dictature souillée du sang de milliers d’Ivoiriens. Au lendemain du passage du « Grand Blanc » Hollande en Côte d’Ivoire, qui devant le sourire imbécile et satisfait des rattrapocrates a prôné la fin de l’impunité, et à quelques mois des élections présidentielles, le préfet d’Abidjan se préparerait-il au « blanchiment » de sa barbare dictature par l’immolation de ses lieutenants les plus volubiles et les plus extravagants ?  Le temps nous situera.

Politicians! The only time they’re caught speaking their minds seems to be … when on hot mic

 

Secretary of State John Kerry had an awkward exchange Sunday morning when "Fox News Sunday" host Chris Wallace confronted him with an "extraordinary" hot-mic moment apparently discussing the ongoing conflict in Gaza.

 

"While you were on camera and while you were on microphone, you just spoke to one of your top aides in between the interviews about the situation in Israel and the fact that 14 Israelis have either been shot or killed in an operation. We want to play a clip of that conversation because it’s an extraordinary moment of diplomacy," Wallace said.

In the clip, Kerry appears to be sarcastically referring to the Israeli use of force as a "pinpoint operation."

"It’s a hell of a pinpoint operation. It’s a hell of a pinpoint operation," Kerry says to an aide named John. "We’ve got to get over there. Thank you John. I think John we ought to go tonight. I think it’s crazy to be sitting around."

Kerry, asked to clarify his remarks by Wallace, said he was simply making a point about the difficulty Israel faces as it seeks to eliminate the Hamas tunnels and rocket attacks while minimizing civilian casualties.

"You have people who come out of tunnels. You have a right to go in and take out those tunnels. We completely support that and we support Israeli’s right to defend itself against rockets that are continuing to come in. Hamas has started this process of rocketing after Israeli was trying to find the people who killed … three young Israeli citizens. It’s disgraceful. So yeah, it’s tough. It’s tough to have this kind of operation," he said.

View the exchange below at 10:53.

Read more: http://www.businessinsider.com/fox-news-confronts-john-kerry-over-his-hot-mic-moment-2014-7#ixzz3858BUDiH

 

 

The Brics development bank can release Africa from World Bank tyranny, William Gumede, The Guardian.com

'The Brics bank could also be a vital source of finance for infrastructure that Africa so desperately needs.' Photograph: Lan Hongguang/Xinhua Press/Corbis

‘The Brics bank could also be a vital source of finance for infrastructure that Africa so desperately needs.’ Photograph: Lan Hongguang/Xinhua Press/Corbis

Africa desperately needs reliable and cheaper long-term development finance. The Brics leaders may well have found the answer

The leaders of the Brics countries – Brazil, Russia, India, China and South Africa – have signed a treaty in the Brazilian city of Fortaleza to launch a Brics development bank.

The bank will rival the US- and European-led World Bank and its private lending affiliate, the International Finance Corporation, which have dominated development finance since the second world war. The Brics bank is positioned as a financial institution that will provide developing countries with alternative funding minus the punishing strings attached to World Bank lending, which strip recipient countries of the power to make their own policies. It also promises to make lending processes for developing countries faster, simpler and cheaper.

The Brics members will set up a $100bn contingency reserve pool (called the contingent reserve arrangement, or CRA), to help members who face sudden foreign capital flights. China will contribute $41bn, Russia, Brazil and India $18bn each, and South Africa $5bn.

Developing countries have long failed to get industrial nations to either give them a bigger say in decision-making at the World Bank and IMF, or to get these institutions to ease up on punishing and inappropriate structural adjustment programmes (that wealthy countries themselves would never implement in their own economies) in return for funding.

The new bank and the contingency fund are therefore the first real and practical attempts by developing countries to create a monetary, development-finance and trade alternative to the IMF, World Bank and the dominance of the US dollar.

The bank’s creation will have to be ratified by the parliaments of the individual Brics countries. The hope is that it will start lending two years after ratification. But disputes over such things as voting rights and where the bank should be situated have so far delayed this process. China lobbied to host it, but India feared the domination of Chinese financial institutions. South Africa wanted Johannesburg as a “neutral” venue and also to serve as an African infrastructure bank.

Africa feels the bank should be established here, particularly because the greater need for the bank is on the continent of Africa,” Jacob Zuma, the South African president, told the World Economic Forum on Africa last year in Cape Town. South Africa’s argument was too narrow, however; and it appears, according to documents prepared for the summit, that the bank will be based in Shanghai.

Africa desperately needs reliable and cheaper long-term development finance, without restrictive World Bank and IMF conditions. The Brics bank could also be a vital source of finance for infrastructure that Africa so desperately needs. But it could also provide finance to expand Africa’s manufacturing sectors – so crucial if the continent wants to create jobs, and reduce inequality and poverty.

The mere presence of a Brics bank that does not adhere to the structural adjustment philosophy of the World Bank and IMF could strengthen the hands of African governments to produce more independent – and relevant – national development policies, rather than the “one size fits all” approach enforced by traditional lenders.

The Brics bank could also help Africans to secure better investment deals in their negotiations with traditional multilateral banks and the private sector.

However, there is no guarantee that a Brics bank would not attach conditions as onerous as those of the World Bank or other development banks – or that it would prioritise the development and infrastructure policies important to African economies, rather than just the Brics economies. Most current development banks in individual states, such as the Brazilian development bank, lend at market rates to African countries.

Also, there is absolutely no guarantee that the Brics bank will be more development-oriented than other developmental banks.

Africans will have to strike smart partnerships with the Brics bank, through African development banks, state-owned enterprises and the private sector. And, crucially, the bank will have to be based on good corporate governance. It must pursue lending that is ecologically sustainable, and must promote inclusive economic growth and development.

François Mattéi sur la Voix de la Russie: "Très inquiet pour la Côte d’Ivoire"

mercenaire

LVdlR : Dans votre livre écrit en collaboration avec M. Gbagbo, on le retrouve dire que la « vérité finira par triompher »… Comment le président Gbagbo entrevoit-il son avenir, celui de ses proches et de la Côte d’Ivoire ? Et qu’en pensez-vous ?

F.M. : Moi, je suis très inquiet pour la Côte d’Ivoire parce que je pense qu’elle est aux mains de gens peu fiables. Des gens qui sont venus au pouvoir par les armes. Qui continuent à maintenir leurs positions par les armes. M. Ouattara ne peut rien faire contre ces gens qui l’ont ramené au pouvoir et qui sont pour la plupart analphabètes. Ils sont très nombreux. On retrouve notamment un commis de cuisine devenu préfet, c’est formidable… M. Soro, président de l’Assemblée nationale, qui a été également Premier ministre, n’est autre qu’un chef de guerre. Qui a été en outre désigné par un bon nombre de rapports à une certaine époque comme responsable de crimes de guerre et qui se retrouve aujourd’hui sous immunité parlementaire. Il guette le pouvoir comme M. Bakayoko, qui est le ministre de l’Intérieur. Et à la base, ils sont tous chefs de milices armées, qu’ils continuent chacun de diriger. Et ils se guettent tous du coin de l’œil en attendant que M. Ouattara, qui est bien malade, disparaisse de la scène politique. Tout cela est assez inquiétant. Le seul qui pouvait dé- gager un consensus c’est Laurent Gbagbo. On n’en a pas voulu. Ce qui se passe désormais c’est qu’il va passer en procès. Et il faut pour cela situer deux choses : le 3 juin 2013, la Cour pénale internationale avait dit qu’il n’y avait aucune charge retenue contre lui. Quelques mois plus tard, il y a toutes les charges retenues. Il se trouve que pour avoir étudié le dossier, il n’y a rien de nouveau. Que tout le monde le sache, il n’y a absolument rien de nouveau. Donc on voit bien qu’il s’agit d’une décision politique. Parce qu’en 2015 il y a l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire et on ne veut pas que Gbagbo soit libre. Et que l’objectif est de le maintenir le plus longtemps possible hors du jeu politique et afin qu’il n’y ait plus de possibilité pour lui de revenir. La vérité sortira tout de même. Et je pense qu’avec elle ce sera le procès de la CPI et non pas de Laurent Gbagbo. Qu’est-ce que représente la CPI sinon une institution, je dis bien une institution et non pas une juridiction, qui sert des intérêts particuliers ? Le dossier contre M. Gbagbo a été fabriqué à Paris et à Abidjan par le pouvoir actuel. Ce dernier ayant énormément de choses à se reprocher. Les seuls actes réellement génocidaires ont été commis par le pouvoir actuel ou en tout cas par les gens qui le soutenaient. Et aucun d’entre eux ne se retrouve aujourd’hui à la CPI. Donc on s’aperçoit bien que c’est une institution qui n’est pas respectable et qu’il convient de ne pas respecter. Le problème c’est que M. Gbagbo y est. J’allais dire qu’on attend avec impatience le procès parce que M. Gbagbo aura la possibilité de parler au monde.
Et j’espère que cela sera retransmis partout. Et dans ce cas-ci, la CPI s’écroulera. Quant à M. Gbagbo lui-même, il reste optimiste. Il sait parfaite- ment ce qui s’est passé. Pour résumer : étant donné qu’il y avait un litige électoral, c’est-à-dire deux présidents, lui a demandé qu’on recompte les voix sous l’égide d’une commission internationale. Cela a été refusé. Pourtant lorsqu’on sait qu’on a gagné, on ne devrait pas avoir peur du recomptage des voix. D’autant plus que c’est un usage absolument courant. On l’a vu aux Etats-Unis dans le cas de Bush et Gore. On l’a vu avec l’UMP en France, où pour la présidence d’un parti politique il y a eu une comédie tragique durant des mois. Autre exemple encore : Haïti, où cela s’est très bien passé : celui qui était arrivé au départ troisième est devenu après recomptage président de la république car il y avait eu des comptes mal faits au départ. Donc au lieu de faire des morts et de faire la guerre, car en Côte d’Ivoire, il faut le rappeler, il y a eu beaucoup de morts, aurait fallu tout simplement recompter les voix. Pourtant c’est l’option de la guerre qui été choisie au lieu de faire un recomptage qui aurait économisé énormément de vies humaines. Laurent Gbagbo s’est maintenu au pou- voir car il a été élu. Il a donc continué d’exercer, aussi bien en ce qui concerne ses prérogatives économiques que militaires, en défendant le pays. C’est ce qu’on lui reproche aujourd’hui. On lui reproche en fait d’avoir continué à gouverner alors que ladite communauté internationale estime qu’il était battu aux élections. Et dernière chose encore : je ne sais pas où a-t-on lu et décidé que c’était la communauté internationale ou quiconque qui décidait de l’élection d’un président de la république d’un pays souverain. Logiquement, c’est le peuple du pays en question qui, il me semble, doit choisir son avenir. La communauté internationale a peut-être un rôle, mais elle ne peut agir qu’en respectant la souveraineté d’un Etat et du libre choix de son peuple à la suite d’une élection démocratique. C’est ce que Laurent Gbagbo va défendre et là-dessus il est tout à fait tranquille. Concernant l’avenir de la Côte d’Ivoire, il est très inquiet car il pense qu’aujourd’hui il n’y a plus de démocratie en Côte d’Ivoire. Pour vous dire, un très grand nombre de marchés se font aujourd’hui de gré à gré alors qu’on dit que M. Ouattara est un grand économiste. Peut-être. En tout cas, aucune des règles normales dans ce domaine n’est respectée, ni appliquée. La Côte d’Ivoire, curieusement, va mal alors que la guerre est finie. On a reproché son bilan à Gbagbo alors qu’il se trouvait en état de guerre avec la moitié du pays occupé. Et le bilan était malgré tout cela très loin d’être mauvais. Je peux le démontrer. Quant à aujourd’hui, il y a une chute des ressources pétrolières, ainsi que des ressources du cacao. Ca va très mal. Pourquoi ? Car il y a beaucoup de détournements. Ce n’est pas qu’il y a moins de cacao et de pétrole. Simplement il y a énormément de gens qui font du « business ». Parmi eux, un grand nombre de politiciens français. Notamment M. Guéant qui était ministre de l’Intérieur, ainsi que son gendre qui s’occupe notamment de la privatisation des banques là-bas. Ils font tous de très grosses affaires. La Côte d’Ivoire est devenue aujourd’hui un comptoir. Ce n’est plus un Etat mais bien un comptoir ouvert aux quatre vents du libéralisme sauvage.

LVdlR : Croyez-vous qu’un jour les responsables de la rébellion armée en Côte d’Ivoire, ainsi que ceux ayant commis des crimes depuis 2002, puissent se retrouver devant la justice, nationale ou internationale ? Ou alors, pensez-vous que leurs mentors occidentaux ne le permettront jamais ?

F.M. : Je pense qu’ils ne le permettront jamais. Et puis c’est déjà trop tard. Il est évident que si on veut faire un procès et la mise à plat de tout ce qui s’est passé là-bas, il faut envoyer à la CPI M. Soro. Et pourquoi pas M. Ouattara ? Tous ces gens-là ont organisé une rébellion sauvage. Il y a eu des centaines de milliers de morts, des villages rasés. Des massacres massifs. L’inaction de la CPI est absolument incompréhensible. Mais la communauté internationale est piégée dans sa posture parce qu’elle a soutenu ces gens-là. La vérité, elle, sera connue. Mais en ce qui concerne la probabilité qu’il y ait des sanctions à l’encontre des responsables de ces crimes, je pense qu’il y a très peu de chances.

LVdlR : Selon vous, la CPI ne s’est-elle pas définitivement discréditée en confirmant les charges contre Laurent Gbagbo et en faisant toujours la sourde oreille quant à la responsabilité de crimes massifs commis par les rebelles soutenus par le gouvernement français ?

F.M. : A mes yeux, oui. Et aux yeux de beaucoup de Français qui heureusement commencent à se réveiller. Y compris grâce aux débats qu’il y a eu à la CPI, beaucoup de gens commencent à voir clairement que sous l’habillage juridique, on voit apparaitre des intérêts clairement politiques, militaires et économiques. Je crois que la vérité va sortir. Beaucoup de gens commencent à réagir différemment, comparé à même deux ou trois ans auparavant. Et si les gens s’aperçoivent qu’ils ont été à ce point trompés, cela risque d’être violent. C’est ainsi en France, on se réveille tous les 20 ans. J’ai confiance en les gens de mon pays. Ce secret de la Françafrique, cette sinistre comédie mais qui rapporte énormément à l’Etat français, qu’on essayait de garder si longtemps s’ouvre aujourd’hui au grand jour. Et maintenant que les citoyens commencent à comprendre sur le fond pourquoi on joue avec les chefs d’Etats en Afrique comme avec des pions sur un échiquier, je crois qu’il y aura une réaction salutaire en France. Vous savez il y a un ancien ambassadeur de France, M. Gildas Le Lidec, qui vient de publier un livre « De Phnom Penh à Abidjan », qui mentionne justement la période où il était ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, à l’époque de Laurent Gbagbo. Et il y raconte des choses formidables pour dire qu’on n’a jamais laissé une chance à Gbagbo et que la France n’en voulait tout simplement pas. Et que même le chef de guerre Soro a voulu l’étrangler. Il parle donc de toutes ces choses comme un témoin direct

Nicolas Sarkozy en garde à vue

sarko 

Pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, un ancien chef de l’Etat est en garde à vue. Nicolas Sarkozyest interrogé depuis le matin du mardi 1er juillet à Nanterre  par l’office central de lutte contre la corruption les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la direction centrale de la police judiciaire. Soupçonné d’être au centre de plusieurs affaires criminelles, aucune charge n’a jusqu’à ce jour pu être retenue contre Sarkozy autour de qui flottent pourtant de fortes exhalaisons de délit. L’ami intime de Dramane Ouattara serait-il, comme son compère voltaïque, le malfrat le plus gluant du vingt-et-unième siècle ?

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 56 autres abonnés