Folie Circulaire, Frindéthié

awful1Dans vos capitales vos peuples vivotent et se meurent

Et vos enfants en guenilles quémandent le long des trottoirs

Vos ponts et vos routes sont des pièges à hommes

Et vos rivières des réservoirs de contaminations

Vos écoles des usines d’imbécillités et de décadence

Qui avilissent bien plus qu’elles n’élèvent :

Et que faites-vous ?

Vous arrivez plutôt ballonnés comme des baudruches

Fagotés dans vos redingotes noires

Tels des choucas autour de la même mangeoire

Vous attendez transpirant et essoufflés

Sous l’impardonnable canicule et les sempiternelles balayures

Vous bousculant autour de quelque grand blanc

Qui vous juge et vous jauge et vous tapote le crâne

Tel le bon maîmaître et ses dogues obéissants

Il vous jette de petites friandises

Que vous vous fauchez pour saisir au vol

Et pour deux sous et un sourire de lui

Vous monnayeriez même votre génitrice

Il paraît que l’on vous a appris à faire beaucoup de choses

Sous la sempiternelle canicule

A japper à frétiller de la queue et à vous rouler par terre

Après avoir appris à rouler vos r

Et quand arrive le grand blanc dans ses colonies

De chaux blanche vous barbouillez fiévreusement vos cases

Votre peuple affamé vous rassemblez le long des routes

A s’égosiller et à battre des mains

Et vos bongos vous sortez

Pour lui offrir un folklore à sa hauteur

Qu’est donc devenue la dignité africaine ?

Votre cupidité a-t-elle des limites ?

L’on me dit que vous avez même appris à téter du postérieur

Allez chanter la francité

Alors que de frayeur vous frémissez à votre national-ITÉ

Allez chanter la Marseillaise

Quand votre hymne vous la connaissez à peine

Comme j’ai honte pour vous

Honte de votre folie circulaire

Honte de votre génuflexion

L’Afrique mérite beaucoup mieux que des choucas de votre espèce

Ukraine Crisis Continues — Paul Craig Roberts

PCRDr. Paul Craig Roberts was Assistant Secretary of the Treasury for Economic Policy and associate editor of the Wall Street Journal. He was columnist for Business Week, Scripps Howard News Service, and Creators Syndicate. He has had many university appointments. His internet columns have attracted a worldwide following. Roberts’ latest books are The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West and How America Was Lost.

Having served Washington’s propaganda purposes, the downed Malaysian airliner and the alleged Russian armored column that entered Ukraine and was allegedly destroyed have dropped out of the news even though both stories remain completely and totally unresolved.

Washington’s stooge government in Ukraine has not released the records of communications between Ukrainian air traffic control and Malaysian flight 17, and Washington has not released the photos from its satellite which was directly overhead at the time of the airliner’s demise.

We can safely and conclusively conclude from this purposeful withholding of evidence that the evidence does not support Washington’s and Kiev’s propaganda.

We can also safely and conclusively conclude that the Western media’s sudden disinterest in the unresolved story and failure to demand the evidence kept secret by Washington and Kiev is in keeping with the Western media’s role as a Ministry of Propaganda.

In other words, Washington and its presstitutes are protecting the lie that Washington and its media vassals successfully spread around the world and have used as the basis for further sanctions that escalate the conflict with Russia. Washington could not possibly make it clearer that Washington intends to escalate, not defuse, the conflict that Washington alone orchestrated.

Ditto for the alleged Russian armored column. The Russian government has labeled the story a fantasy, which it clearly is, but nevertheless Washington and its media vassals have left the story in place.

As English is the world language and as the European press follows the lead of the American presstitutes, the propaganda war is stacked against Russia (and China). Russian and Chinese are not world languages. Indeed, these languages are difficult for others to learn and are not well known outside the countries themselves. The Western media follows Washington’s lead, not Moscow’s or Beijing’s.

As facts are not relevant to the outcome, Moscow and Beijing are in a losing situation in the propaganda war.

The same holds for diplomacy. Washington does not engage in diplomacy. The exceptional country uses bribes, threats, and coercion. The Russian government’s diplomatic efforts come to naught. As Russian President Putin has complained, “Washington doesn’t listen, the West doesn’t hear us.”

And yet the Russian government continues to try to deal with the Ukrainian situation with facts and diplomacy. This approach is proving to be very costly to the residents of the former Russian territories in eastern and southern Ukraine. These people are being killed by air and artillery strikes against their homes and infrastructure. Large numbers of these people have been displaced by the Ukrainian attacks and are refugees in Russia. The Western media does not report the violence that Washington’s stooge government in Kiev is inflicting on these people. The Western media speaks only with Washington’s voice: “It is all Russia’s fault.”

The crisis would have been prevented if the Russian government had accepted the provinces request to be reunited with Russia as in the case of Crimea. However, the Russian government decided to avoid any decision that Washington could misrepresent as “invasion and annexation,” thinking that Europe would see Russia’s unprovocative behavior as reassuring and resist Washington’s pressure to enter into conflict with Russia.

In my opinion the Russian government over-estimated the power of diplomacy in the West. Washington is interested in fomenting crises, not in resolving them.

In the 23 years since the collapse of the Soviet Union, many Russians have been of the opinion that Washington, not the Soviet government, was the party to be trusted in the Cold War. What the Russian government has learned recently is that Washington cannot be trusted and that the Soviet government’s suspicions of the West were very well founded.

Kiev’s military assault on eastern and southern Ukraine is not going to stop because Europeans finally see the light and object. Europeans not only stood aside for 13 years while Washington bombed civilians in Afghanistan, Iraq, Libya, Somalia, Pakistan, Yemen, and organized outside forces to attack Syrians, while isolating Iran for military attack, but also actively participated in the attacks. Europe has stood aside while Israel has massacred Palestinians on numerous occasions. For Russia to rely on Europe’s moral conscience is to rely on something that does not exist.

The continued slaughter and destruction of the Russian populations in eastern and southern Ukraine will eventually demoralize the Russian people and undermine their support of Putin’s government for failing to halt it. The Russian government’s acceptance of the slaughter makes Russia look weak and encourages more aggression against Russia.

If the Russian government intends to resolve its problems in Ukraine and to forestall
Washington’s ability to further erode Russia’s political and economic relationships with Europe with more sanctions, the Russian government will have to turn to more forceful measures.

In Ukraine the Russian government has two alternatives. One is to announce that the ongoing slaughter and the unresponsiveness of Kiev and its Western backers to Russia’s efforts to end the killing with a diplomatic settlement has caused Russia to reconsider the provinces’ requests to be reunited with Russia and that any further attacks on these territories will be regarded as attacks on Russia and be met with a devastating military response.

The other alternative is for Putin to meet privately with Washington’s stooge and convey to the corrupt oligarch that enough is enough and that if the attacks continue Russia will accept the requests for reunification and protect the provinces. Putin would explain to Washington’s stooge that if he wants to retain the former Russian territories as part of Ukraine, he will have to work out satisfactory arrangements with the provinces. In other words, Putin would deliver an ultimatum, one that required an immediate answer so that the stooge couldn’t run to Washington and Washington would not have time to create a new propaganda.

Karl Marx regarded morality as a rationale for class interests. As each class created a morality to justify its interests, there was no basis for good will between people. With reform impossible, violence becomes the only effective method of change. Washington has its own version of Marx’s doctrine. As the exceptional country, history has chosen the US to prevail over other countries’ interests. Prevailing rules out diplomacy which requires compromise. Therefore, Washington, like Marx, relies on violence.

The Russian government cannot rely on diplomacy and good will if the West is relying on violence.

Perhaps s solution could be found by President Putin meeting separately with Merkel and Hollande and explaining that Russia cannot indefinitely accept sanctions based on lies and propaganda without taking more determined steps than Russian sanctions against European agricultural products. Putin could make it clear that if Europe continues to accommodate Washington’s assault on Russia, the flow of energy could be restricted or be turned off.

Additionally, President Putin might explain to the European leaders that the dynamics of Washington’s campaign to demonize Russia can escape control and result in war that would devastate Europe. Putin could tell Europeans that by disassociating from Washington’s foreign policy and adopting foreign policies that serve their own interests instead of Washington’s, Europeans have nothing to lose but their chains of vassalage.

Putin could explain to Europeans that Russia is prepared to guarantee Europe’s security and, therefore, that Europe does not need Washington’s guarantee against a nonexistent Russian threat.

If this very reasonable and diplomatic approach to Europe fails, then Russia and China know that they must prepare for war.

Johnny Patcheko interpelle Affi Nguessan

Russia demands publication of recordings from downed flight MH17

Malaysian

Mark Trevelyan (Reuters)

MOSCOW (Reuters) – Russia is demanding to know why international investigators have yet to publish the black box data from a Malaysian airliner that was shot down over eastern Ukraine in July, a deputy defense minister said in an interview published on Saturday.

Moscow blames Ukraine for the disaster, in which all 298 passengers and crew were killed. In a version of events widely believed in the West, Ukraine says the Boeing 777 was shot down by pro-Russian separatists with a surface-to-air missile.

"The Boeing catastrophe throws up more and more questions. But lately not many people are talking about this," Deputy Defense Minister Anatoly Antonov told RIA news agency.

"Why have the data still not been published about the conversations between the air traffic controllers and the pilots of the Boeing? Why haven’t the data been presented from the international investigation of the black boxes? Who doesn’t want this to happen?"

The interview marked the latest example of Moscow’s attempts to go on the media offensive at a time when it faces intense international pressure over mounting evidence of its military support for the rebels, something it continues to deny.

The Netherlands, which had 195 nationals on board the flight from Amsterdam to Kuala Lumpur, is leading the international investigation into the crash of Malaysia Airlines flight MH17.

The July 17 incident stirred international outrage, which only increased when rebel fighters impeded investigators’ access to the bodies and wreckage.

Antonov said Russia had established that a Ukrainian Su-25 military aircraft was in the vicinity of the Malaysian airliner.

"Where is the transcript of the recordings of conversations between the pilot of this plane and his command? How did a military aircraft come to be alongside a civilian one?

"If people are saying today that a rocket was fired from the ground towards that military plane, then I’d like to look that military pilot in the eye who used a civilian plane as cover, if of course that’s what happened," Antonov said.

His comments appeared to allow for the possibility that rebels might have downed the airliner in a failed attempt to hit a Ukrainian military plane, although he said these were only "working versions" of what may have happened.

Antonov said his ministry was pressing for answers about the tragedy from the United States, Ukraine and European countries.

He reiterated Russia’s denials of military intervention in Ukraine: "When people say today that Russia has launched aggression or war against Ukraine, that is all nonsense."

(Editing by Mark Heinrich)

Il n’y a aucun cas d’Ebola au Dramanistan … tout comme Dramane a gagné les élections de 2010, M. Frindéthié

ebolaIl n’y a pas un seul cas d’Ebola en Côte d’Ivoire. Que les Ivoiriens arrêtent de se faire peur en véhiculant des rumeurs infondées. Voilà ce que déclarait Dramane de retour de son voyage français, où, en compagnie de 12 autres concierges noirs, il est allé célébrer aux côtés du Grand-Maître-Blanc le 70e anniversaire du Débarquement en Provence. Il n’y a pas de cas d’Ebola en Côte d’Ivoire, car ainsi en a décidé Dramane, qui tient en main le sifflet du facteur de la vérité, et qui annoncera quand, cette épidémie, qui a pourtant pris ses quartiers à toutes les frontières de la Côte d’Ivoire, rentrera au Dramanistan.

Il n’y a aucun cas d’Ebola en Côte d’Ivoire, qui viendrait subvertir la « croissance à deux chiffres », le « retour » si claironné de la BAD, qu’on a fait fuir pour compromettre Gbagbo et qu’on peine tant à faire revenir depuis. Il n’y a pas un seul cas d’Ebola, qui viendrait perturber « l’émerzance ». Bien sûr, il y a eu des moments de frayeur à Abobo, à Yopougon, à Anyama, à Toulépleu, à Séguéla ; mais il y a eu plus de peur que de mal, car aucun de ces cas n’a testé positif. Ainsi le veut Goudou Raymonde Coffie, qui se fait dicter les résultats des tests depuis les ateliers de la rue Lepic. L’OMS (Organisation mondiale de la Santé) ne publie que les résultats que lui transmettent les ministères de la santé des Etats. Et au Dramanistan, c’est zéro cas d’Ebola. On a réussi ce « miracle » avec très peu ou pas de consignes.

Il n’y a pas un seul cas d’Ebola en Côte d’Ivoire : tout va bien dès lors que les populations refusent de se serrer les mains, mais continuent de s’entasser et de partager généreusement leurs sueurs dans les wrowros, les gbakas et les quelques bus de la Sotra epargnés de l’autodafé du Commando invisible. Il n’y a aura pas un seul cas d’Ebola au Dramanistan, tant que l’on évitera l’agouti, mais que l’on continuera à patauger dans les marécages des marchés, où se côtoient « le videur » fraîchement sorti des toilettes, ses mains encore moites de les avoir promenées entre ses fesses – so what ? Lo péi anvanche –, la vendeuse, les mains fourrées dans l’attiéké, et le dépité qui crache son agacement de la cherté de la vie sur les légumes.

Il n’y a aucun cas d’Ebola, nous dit Dramane, qui, pour s’en protéger évite de tendre la main à ses ministres, et évitera certainement cette tournée dans l’Iffou … prétextant une recommandation de ses médecins – bains de foule dans l’Iffou ? Qui est fou ? Dans la dictature du Dramanistan, il n’y aura pas de cas d’Ebola tant que Dramane lui-même ne l’aura pas dit. Et gare à qui ose prétendre le contraire ! Et tant pis si une population faussement mise en confiance continue de vivre dangereusement ses habitudes comme si elle était exceptionnellement à l’abri.

Il n’y a pas d’Ebola au Dramanistan … tout comme Dramane a gagné les élections de 2010.

La dédollarisation du marché mondial, M. Frindéthié

PoutineLes sanctions économiques imposées à la Russie par les pays occidentaux, et qui avaient pour but de tordre le cou à l’économie russe afin de forcer Vladimir Poutine à « lâcher » la rébellion pro-russe dont il serait le parrain, semblent avoir produit un effet boomerang des plus pénibles pour l’économie de l’Europe et de l’Amérique.

En représailles aux sanctions occidentales, le Premier ministre russe, Dmitriev Medvedev, avait d’abord émis la possibilité pour la Russie d’interdire son espace aérien aux vols des pays occidentaux qui s’étaient alignés sur l’Amérique. Si cette éventualité fit frémir les grandes compagnies aériennes occidentales, elle ne fut jamais appliquée. En revanche, un décret du président russe interdit l’importation de produits agricoles et de matières premières européens sur les marchés russes. Cette mesure punitive s’élargit plus tard à l’Amérique, à l’Australie et au Canada, qui se virent refuser l’entrée en Russie de leur viande, de leurs produits laitiers, de leurs fruits et de leurs légumes. Et puis la semaine dernière, ce fut la grande multinationale américaine de fast-food, McDonald, qui dut fermer boutique à Moscou pour violation de mesures d’hygiène.

Si cette décision de Moscou fit sourire au Pays de l’Oncle Sam, où l’on y détecta le harcèlement puéril d’une entreprise américaine par Moscou, il va sans dire que Washington trouvera moins drôle le dernier geste de Poutine qui vise la dédollarisation du marché mondial. En effet,   27 août dernier, Gazprom, la plus grande compagnie gazifière du monde, dont le siège est à Moscou, a annoncé qu’elle acceptait de se faire payer en Yuan par la Chine pour une livraison de 80.000 tonnes de pétrole fournies à partir de ses réserves de l’Arctique. Cette transaction, qui pour la première fois, du moins officiellement, se fait en une devise autre que le dollar, est d’autant moins souhaitée à Washington qu’elle brise l’hégémonie du dollar sur le marché mondial.

Si Moscou maintient sa position, qui est de conduire des transactions pétrolières en des monnaies alternatives (yuan, rouble), alors une règle sacrée se rature; celle qui maintient l’hégémonie de Amérique à travers sa monnaie, en obligeant tout pays voulant se procurer du pétrole sur le marché mondial à se constituer d’abord une réserve de dollars. En dédollarisant le marché mondial, la Russie affaiblit l’Amérique plus que celle-ci ne l’aurait cru possible.

 

Que ceux qui ont été réconciliés par Konan Banny lèvent la main, M. Frindéthié

bannyIncroyable ! C’est à croire que sous le charme des dozos de Dramane Ouattara l’ex-gouverneur de la BCEAO, Charles Konan Banny, a été scotché à cette chose, à ce CDVR, à ce cadavre créé de toutes pièces par Dramane pour se disculper devant l’opinion publique et exorciser les nombreux homicides qui jalonnent son parcours. Konan Banny n’a-t-il vraiment pas d’autre ambition que de baguenauder de régions en régions au nom de ce truc mort qui n’a jamais réconcilié personne et ne réconciliera jamais personne, tant l’esprit qui l’a fondé et le finance est empêtré dans la bouse du tribalisme et de la division ? Plutôt que de se contenter de cette nomination empoisonnée, n’est-il pas temps que Konan Banny aspire à une ambition moins polluée ? Car j’attends depuis sa génuflexion théâtrale au Palais de la culture que ceux qui ont été réconciliés par Konan Banny lèvent la main … et j’attends toujours.

Ange Kessi se serait-il enfin converti à la justice, M. Frindéthié

kessyLe 23 août dernier, le Tribunal militaire d’Abidjan condamnait à perpétuité le soldat FRCI Ladji Touré Pour l’assassinat à Sikensi du Commissaire de police Kouadio Amani Alain. C’était aussi l’occasion pour le sulfureux Ange Kessi, ce « Commissaire du Gouvernement » qui n’a jamais su conduire honnêtement aucune enquête jusqu’à son terme, de se lancer dans une cavalcade béate sous les pupilles dilatées d’une admiration toute pieuse des ouailles du RHDP; ceci pour d’abord racheter des accusations d’arbitraire qui lui viennent des observateurs de la scène politique ivoirienne le régime génocidaire qu’il sert très fidèlement, puis, pour se dédouaner lui-même en couvrant ses oripeaux de corrompu du kita de magistrat juste et impartial – car, pour qui connait Ange Kessi comme le connaissent la plupart des FDS, Kessi a une aversion prononcée pour l’impartialité, la légalité et la justice et une propension particulière à l’abus et la partialité. Ce qui conduirait tout logiquement à se demander d’où vient à ce « magistrat » servile et corrompu sa transmutation subite.

Devrait-on donc croire que la « conversion » inattendue de Kessi à la justice conduirait à un dénouement des nombreuses enquêtes restées sans suite ou des nombreux crimes des soldats FRCI demeurés sans interpellation ? Que nenni ! Ange Kessi est dans la préparation des esprits à la condamnation expéditive du colonel Gouanou et des officiers Jean-Noel Abéhi, ex-chef de l’escadron blindé du camp d’Agban, et Anselme Séka Séka, ex-aide de camp de Mme Simone Gbagbo. D’ailleurs, Kessi n’avait-il pas déjà prononcé la sentence de ces officiers lorsqu’il déclarait le 21 février dernier que « Les procédures sont en instruction et avancent normalement. Cest dans ce cadre que nous allons bientôt faire un appel à témoin. Déjà le ministre Joël N’Guessan a été entendu, parce quil a des gardes de corps qui ont été tués. Cest un procès très sérieux. Il implique plusieurs personnes avec des infractions très graves qui appellent la prison à vie. Les prévenus risquent la prison à vie. » ?

A bien y voir, Ange Kessi n’a pas du tout changé. Il est bien la honte que nous décrit le jeune Johnny Patcheko qui le connait très bien pour avoir servi sous ses ordres. Ladji Touré n’est que l’appéritif que nous sert Kessi avant la condamnation à perpétuité de Gouanou, Abéhi et Séka Séka, une condamnation concoctée d’avance dans les drogueries de la rue Lepic.

Insécurité / Microbes : L’imam Diaby Almamy « De grosses têtes de la rébellion sont derrière ces enfants »

microbesImam de la Mosquée Ifpg au Plateau et président de l’Ong Nouvelle Vision contre la pauvreté, Diaby Almamy, mène plusieurs actions dans le cadre de la réinsertion des ex-combattants. Nous l’avons rencontré le samedi 2 août 2014 au Plateau. A cette occasion, le guide réligieux qui est également un collaborateur de l’Onuci, s’est prononcé sur le phénomène des ‘’microbes’’, ces enfants qui agressent à main armée dans des communes d’Abidjan.

Il est de plus en plus question à Abidjan du phénomène des »Microbes ». Qui sont-ils exactement ?

Diaby Almamy : Il faut le dire. C’est une affaire qui concerne trois types d’enfants. Il y a celui des ex-combattants, celui des enfants qui ont servi d’indicateurs pendant la crise et ceux qui ont intégré ces groupes juste par suivisme. Mais, le fond du problème est purement politique. Le politique a utilisé ces enfants pendant les heures chaudes où il fallait trouver le moyen de faire partir le président Laurent Gbagbo. Et, une partie de ces enfants brûlaient les pneus, participaient aux opérations ville morte. Ils paralysaient tout le système dans les communes d’Adjamé, d’Abobo et d’Attécoubé. Aujourd’hui, ils ont vu que la situation s’est normalisée. Et, ceux qui les mettaient dans la rue sont aujourd’hui à l’aise pendant qu’eux souffrent. C’est l’une des parties du problème. Il y a aussi le cas des ex-combattants. Des enfants se sont battus avec eux pendant la crise. Ils avaient entre 18 et 25 ans. Et maintenant qu’on doit s’occuper d’eux, on leur dit qu’ils ne savent ni lire, ni écrire. Ils ont donc décidé de constituer un bloc à Attécoubé.

Quand ces enfants attaquent des personnes, que font-ils des biens volés ?

D.A : Ils ont des ex-combattants derrière eux, à qui, ils reversent tout cela, une sorte de commandement.

Qui sont ces personnes, ces ex-combattants ?

D.A : A Attécoubé, ce sont les éléments de la Marine. Il y avait deux groupes. Un qui acceptait de travailler pour eux quand un autre groupe refusait. Ce qui faisait que lorsque les deux groupes s’affrontaient, au lieu de les séparer, ils choisissaient de tirer sur ceux qui ne travaillent pas pour eux. Attécoubé était devenue infréquentable. Je suis allé voir la commissaire (de police) pour lui demander les raisons de cette situation. Elle m’a fait savoir que quand on arrête ces enfants, des hommes en armes, en treillis, viennent les libérer sous prétexte que ces enfants ont combattu avec eux. Je suis allé à la Marine pour discuter avec le commandant. Il m’a dit que ce ne sont pas eux les responsables. Mais, après nos investigations, nous avons compris que ce sont ses éléments qui le faisaient. Pour aller plus loin, je vous informe que le chef des microbes de Boribana dormait à la Marine.

Ce chef-microbe est-il un soldat ?

D.A : Non, c’est un civil. Et, il dormait à la Marine au vu et au su de tous. Quand les gens de la Cie (Compagnie ivoirienne d’électricité, Ndlr) sont venus à Boribana pour couper le courant parallèle, ces enfants ont coupé le bras d’un élément Frci du ‘’commandant Barbu’’. Cela n’a pas été sanctionné. On constate que ces enfants font ce qu’ils veulent et personne n’en parle. Nous avons organisé une grande cérémonie pour proposer des solutions à ce problème. Ces enfants nous disaient tout. Après les échanges avec les enfants, nous avons compris que le problème à Attécoubé vient de la Marine. Celui d’Abobo vient des anciens ‘’syndicats’’ qui ont leur enfants parmi ces microbes.

Concernant ces éléments des ‘’syndicats’’, à quel niveau sont-ils impliqués dans cette affaire ?

D.A : Il y a 4 enfants que nous sommes allés trouver à la Maca (Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan). On leur a demandé pourquoi ils se sont retrouvés en prison. C’étaient des enfants de 15 à 17 ans maximum. Ils nous ont expliqué qu’ils étaient dans les gares. Ils prenaient ce qu’ils devaient prendre pour le remettre aux chefs des syndicats. A un moment, ils se sont rendus compte que les chefs ne s’occupaient pas bien d’eux. Ilsmicrobes 2 ont donc décidé d’arrêter. Quand ils ont arrêté, on les a envoyés de Cocody à Abobo. Après, ils se sont retrouvés à la Maca. Ces enfants n’y sont pour rien. C’est pour vous dire qu’il y a de grosses têtes qui ont combattu au niveau de la rébellion qui sont derrière ces enfants.

Des officiers supérieurs ?

D.A : Oui. Des gens bien connus aujourd’hui, qui ont participé à la rébellion. Ce sont aujourd’hui des haut gradés. Cela nous choque vraiment de voir cela. Parce que cela n’aide pas le président (de la république) à sortir le pays du trou. Il fait tout ce qu’il peut. Mais, ces gens créent toujours un blocage. Ils allument le feu et viennent après jouer les pompiers. Il y a des enfants de ‘’syndicats’’ bien connus, qui sont des microbes. Donc, ils ne peuvent jamais contribuer à arrêter ce phénomène. Puisque, quand ces enfants prennent des portables, des bijoux de valeur, ils viennent les remettre à ces soi-disant chefs. Et quand après le partage ils ne sont pas contents, ils retournent encore sur le terrain. Mais, il y a un fait qu’il faut souligner. La plupart de ces enfants sont des ressortissants des pays voisins. Pour beaucoup, ils ne sont pas Ivoiriens. Il y a des Maliens, des Guinéens, des Burkinabés. Le chef d’Attécoubé par exemple est Burkinabé. Son second est Malien. Nous avions décidé de rentrer en contact avec les Ambassades de ces pays pour qu’ils puissent aussi faire la sensibilisation à leur niveau. Tous ceux-là sont soutenus par des chefs de guerre. Il ne faut surtout pas oublier ce côté.

Qu’est ce qui motive aujourd’hui ces officiers supérieurs qui vivent quand même dans de bonnes conditions à encadrer ces enfants ?

D.A : Les syndicats par exemple sont soutenus par certains chefs de guerre parce que dans chaque gare, ils ont leur ration. De ce fait, ils ne veulent pas mettre fin à ce qu’on appelle le phénomène des Gnambros (membre de syndicats de transporteurs : Ndlr). Et, c’est le phénomène des Gnambros qui alimente celui des »Microbes ». Puisque, la plupart de ces enfants sont les fils des syndicats. Il faut le dire. Aujourd’hui, je me retrouve souvent menacé par des syndicats, des Frci. J’ai été mandaté par l’Onuci (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire : Ndlr) pour suivre le processus des ex-combattants. J’ai aidé plus de 300 à Abobo à avoir un emploi. Je sais donc de quoi je parle.

Ne craignez-vous pas pour votre vie à l’allure où vont les choses ?

D.A :Pas du tout. Je suis guide religieux. Imam de la mosquée Ifpg au Plateau, qu’on appelle la mosquée Aemci. Je me dis que c’est une mission de Dieu. Ils peuvent me tuer s’ils le veulent. Mais, qu’ils sachent que tout ce qu’ils sèment, ils le récolteront un jour.

Pour revenir à la question de ces bandes, comment fonctionne une équipe de »microbes » ?

D.A : Il y a ce qu’ils appellent ‘’Opération ville propre’’. Ils peuvent se mettre à près de cent. Ils occupent une voie. Et ce jour-là, tous ceux qu’ils rencontrent sur cette voie, sont dépouillés de tout. Il y a deux semaines à Attécoubé, il y a un microbe qui a foncé sur moi. Arrivé à mon niveau. Il a crié ‘’Eh vieux père, c’est toi’’ et il est parti. Il avait sa machette et son pistolet en main.

En plus des armes blanches, ils ont donc des armes à feu…

D.A :Oui, ils ont des armes à feu. Vous savez, ces enfants n’ont plus peur de rien. J’étais à Agboville, il y a quelque temps. A 23 h, »le commandant Barbu » qui est à la Sodeci à Attécoubé, m’a appelé. Il m’a dit que ces enfants ont même cassé sa voiture à Boribana. J’ai dit au commandant que »ceux qui te créent des problèmes sont au sein de ton groupe ». Ce qui se passe actuellement risque de ternir fortement l’image du président Ouattara. C’est pour cela que nous avons décidé de dire la vérité aux Ivoiriens.

Quelle est cette vérité ?

D.A :La vérité est que pour finir avec les »Microbes », il faut régler le problème des ex-combattants. Il y en a qui ont combattu et qui n’ont pas été pris en compte pendant que des autorités allaient chercher leurs frères au village pour les (…) Lire La suite sur Linfodrome

From Tahrir Square to Ferguson, MO, M. Frindéthié

FergusonIn the last few years, American youths have watched their policy makers glorify violent dissent abroad, heroize defiant Molotov cocktails throwers in places like Tunisia, Libya, Egypt, Syria, and Ukraine. American youths have seen their policy makers waste not a second to sanctify violent civil disobedience movements around the world with the holy water of “democracy” and baptized those violent protests with such imaginative appellations as "Arab Spring" and "Eurasian Spring". American policy makers have blessed violent contestations overseas with incredible shortsightedness, that is, without the slightest apprehension that in a country not totally ridden of deep-seated social inequalities, American youths could be inspired by this “new and lemon-scented” method for demanding social change at home. Naively thinking of itself as “exceptional”, America disremembered that calcomania is the proper of humans and not just of some peoples, and that what is good for the goose may be so for the gander. Today, on the occasion of the nth shooting of an unarmed black youth by a police that is growing epidermally trigger-happy, Ferguson, MO is looking anxiously like Tahrir Square, leaving many bewildered Americans to wonder how this could happen here, in all places. As if here were never here in the first place.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 58 autres abonnés