Cote d’Ivoire: Plagiat à la tête de l’Etat, M. Frindéthié

Alassane Dramane Ouattara est un adepte du « faux et usage de faux ». Cela n’est plus en cause. C’est une évidence logique au vu de son parcours estudiantin et professionnel émaillé d’expertes falsifications. Les griots qui le côtoient quotidiennement et lui jouent tambours et balafons connaissent très bien sa propension pour la facétie, mais dans la mangeoire collective où tous trouvent pitance, il vaut mieux avoir le museau enfoui dans le foin qu’à fouiner dans les menteries d’autrui.

L’une des toutes dernières falsifications du boucher-artificier, qui n’a jamais su produire de programme de gouvernement pendant toute la campagne présidentielle alors que tous les candidats proposaient des programmes écrits, l’une de ses dernières falsifications, disais-je donc, est d’avoir dérobé le logiciel de gouvernement du président Gbagbo, qu’il plagie sans vergogne comme étant le fruit de ses réflexions.

Que proposait donc Gbagbo, qui lui valut le coup d’état de 2002 de Ouattara et l’interminable rébellion soldée par le bombardement des Ivoiriens par les amis français de Ouattara? Que proposait-il, sinon que la Refondation ? Sinon qu’un examen approfondi de la société, qui permette de corriger les anomalies structurelles empêchant l’élan de l’Ivoirien? Sinon que la réduction de la pauvreté par l’inversion de la politique de paupérisation et de dégénérescence morale instaurée par Ouattara pendant sa primature ? Sinon que la couverture sociale pour tous, des logements sociaux pour les plus démunis, l’éducation gratuite pour tous? Or, voilà que ceux qui critiquaient le programme de Gbagbo comme relevant d’un populisme, eux-mêmes, dans un élan incommensurable de démagogie, rebaptisent les projets de Koudou de noms nouveaux, espérant en effacer toute trace de leur vraie origine en se les appropriant.

Le boucher d’Abidjan, qui aujourd’hui veut se faire refondateur, sait-il au moins que la calcomania seule ne suffira pas ? Et que ce qu’il lui faut, c’est d’abord se débarrasser de sa mentalité d’esclave moderne, de cette mentalité qui le maintient dans une condition de dépendance par rapport à la France, à cette France qui elle-même a du mal à trouver sa voie, et à qui il est aveuglement enchaîné comme le chien à sa propre vomissure ? A cette France qui en 1990 lui ordonna de fermer les restaurants universitaires, d’éliminer la couverture médicale et le transport aux étudiants, de réduire le nombre d’enseignants, de licencier des milliers de travailleurs, de suspendre la subvention aux agriculteurs, de vendre à ses amis les secteurs de l’énergie et de l’eau afin que 40% des recettes ivoiriennes soient orientées vers l’économie française ? Le dictateur d’Abidjan sait-il au moins que rien ne sert de plagier Koudou Gbagbo quand manque l’essentiel ? Quand manque l’esprit d’indépendance ?                  

Publicités

One Response to Cote d’Ivoire: Plagiat à la tête de l’Etat, M. Frindéthié

  1. Anonyme says:

    Bien dit… Bien écrit. tout simplement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :