De l’accord de défense Sarkozy-Ouattara, M. Frindéthié

"pas besoin de lire, pauv' con; mets juste une croix ici:"

A l’instar d’autres dictateurs avant lui (Kadhafi, Ben Ali, Moubarak, Mobutu et Bongo, pour ne citer que ceux-là), Alassane Dramane Ouattara s’est fait dérouler le tapis rouge à l’Elysée pour, nous annonce-t-on, signer avec Nicolas Sarkozy « un accord de défense qui évite tout mélange des genres … et qui montre que la France est aux côtés de la Côte d`Ivoire dans sa quête de sécurité, et que l`armée française n`a pas vocation à s`ingérer, ni de près, ni de loin dans les affaires de la Côte d`Ivoire ». Cet accord qui, n’ayant jamais été discuté à l’Assemblée Nationale, n’ayant jamais été clairement explicité au peuple de Côte d’Ivoire, mais ayant été paraphé dans la pure tradition coloniale, mélange non seulement les genres, mais aussi les époques.

Devrait-on s’en étonner lorsque la notion de « politique française » rime inévitablement avec mélange des genres ? En effet, mélanger les genres est ce que fit Sarkozy lorsque, pour aider à résoudre une impasse électorale, il transporta les rebelles de Ouattara dans des fourgons de l’armée française et ordonna aux militaires français de participer à une offensive contre la présidence ivoirienne. D’ailleurs, Ouattara le reconnaît, qui annonçait à Paris qu’il venait « remercier la France de l’aide » qu’elle lui a apportée pour asseoir sa présidence. Pour que ce nouvel accord évite de mélanger les genres, il faudrait que, comme le stipule ses clauses, il ne s’en tienne strictement qu’à l’équipement et à la formation de l’armée et de la police de Ouattara. Cependant, que la France ne mélange pas les genres est très improbable à la lumière de l’histoire ; car ce même accord de non mélange des genres, qui ne se limiterait qu’a la formation et à l’équipement, la France l’avait déjà signé avec le Ruanda en 1975. Toutefois, cela n’empêcha pas Paris de se battre activement aux côtés de l’armée d’Habyarimana, allant jusqu’à organiser le génocide des Tutsi et à élaborer l’Opération Turquoise qui avait pour seuls buts d’effacer les traces de son forfait et d’exfiltrer les génocidaires.

La France ne peut s’empêcher de mélanger les genres, de personnaliser les relations internationales et de pratiquer la politique du clientélisme. La France ne peut s’empêcher d’être opaque. C’est l’opacité, qui la définit et qu’elle cultive pieusement, qui lui permet d’abuser de la naïveté de ses « partenaires » africains. A ce propos, Nicolas Sarkozy a bien raison de dire que « la France continue d’avoir besoin de la Côte d’Ivoire ». Mais lorsque Sarkozy, qui a déjà failli à son devoir envers la jeunesse française confrontée à une précarité et un taux de chômage grimpants, pousse la clownerie jusqu’à affirmer que par ce pacte colonial signé avec son vassal d’Abidjan la France aidera à l’épanouissement de la jeunesse ivoirienne, il y a de quoi s’étrangler d’hilarité.

Mais c’est plutôt un pleurer-rire qui nous secoue de voir se contorsionner Ouattara, ce Nègre de service, qui n’a tiré aucune leçon de la déconfiture de ses prédécesseurs (Bokassa, Mobutu, Bongo, etc.), ces autocrates africains qui, suspendus à la pendule d’appréciation de la France, se pâmaient imbécilement de leur « amitié » avec l’Hexagone, jusqu’au jour où la mécanique du balancier resta coincé dans la zone de dictature. Ouattara aura beau chercher l’amour en France, c’est d’abord en Côte d’Ivoire, dans le pays qu’il aspire à diriger, qu’il lui faudra le conquérir. Cela s’avère d’autant plus difficile que chacune de ses décisions dictatoriales, plutôt que de le rapprocher de la Côte d’Ivoire, l’en aliène considérablement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :