Le capitaine Haya Sanogo met la CEDEAO dans l’embarras, M. Frindéthié

Le capitaine Haya Sanogo, chef de la junte militaire malienne met la CEDEAO en difficulté. En appelant la CEDEAO à l’aider dans sa campagne contre la rébellion touareg qui menace le Mali de partition, le capitaine Sanogo contraint l’organisation sous-régionale à faire face à ses propres prescriptions, qui lui commandent de défendre l’intégrité nationale des pays membres.

Or, en fait, qu’est devenue la CEDEAO ? Sinon qu’une confédération de putschistes endurcis gérée par des putschistes manipulés de Paris, et qui s’est attelée ces dernières années à ignorer les vraies questions et à s’attaquer aux fausses, à fermer les yeux sur les injuries faites aux gouvernements élus démocratiquement, et à légitimer des rébellions. Le cas de la Côte d’Ivoire fera école. Aussi, fidèle à sa logique irrationnelle, la CEDEAO se prépare-t-elle à aller en guerre contre des soldats maliens après avoir feint d’ignorer pendant des années les attaques meurtrières de rebelles maliens contre le gouvernement légal du Mali.

En appelant la CEDEAO à l’aide, ce que Sanogo dit aux chefs d’état membres de l’organisation est ceci : « puisque vous êtes si prompts à faire la guerre, puisque,  par vos ultimatums intempestifs, vous nous démontrez que vous en avez l’ardeur, les moyens logistiques et les troupes, je vous invite donc à  être fidèles à vos propres textes, et à nous aider à défendre l’intégralité territoriale du Mali contre la rébellion touareg ». Et pour mettre la CEDEAO au pied du mur, le capitaine Sanogo qui affirme avoir renversé le président ATT pour sa passivité face à la rébellion AZAWAD, pourrait pousser sa cohérence jusqu’à promettre de mettre fin au coup d’état du 26 mars si la CEDEAO promettait, à son tour, d’envoyer ses « valeureux justiciers » combattre la rébellion touareg aux côtés des troupes maliennes.

Pourtant, mon petit doigt me dit que la réponse des chefs d’état de la CEDEAO serait la suivante si cette éventualité se présentait à eux : « notre ECOMOG, c’est pour installer des rébellions et non pour les dissuader ».               

Publicités

3 Responses to Le capitaine Haya Sanogo met la CEDEAO dans l’embarras, M. Frindéthié

  1. ngouma says:

    Walaï
    Il est bon Sanongo … je crois qu’il a de bons conseillers politiques et en communication. Je crois qu’il faut qu’il pousse dès à présent cette cohhérence que vous évoquez et ils seront dans la merde.

  2. Anonyme says:

    Honte a ce sanogo et tous ces supporteurs!

  3. Pérignama SYLLA says:

    Sanogo est plus que bon! Il y a à se demander si certains chefs d’Etat de la CEDEAO n’étaient pas associés à ATT dans son traffic de drogue et le partage des rançons des prises d’otage (cf la déclaration de ce 25 mai 2012 où le ministre nigérien déclare vouloir faire la guerre au Mali).
    On attend les troupes de la CEDEAO de pieds fermes. on les a déja repoussé le 30 avril avril. La prochaine fois le peuple du mali pourrait passer à la contre attaque!
    Pérignama SYLLA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :