DEMBA TRAORE (ANCIEN DG DU VITIB), L’UN DES ACCUSES DE TENTATIVE DE COUP D’ETAT REAGIT ‘‘JE METS AU DEFI HAMED BAKAYOKO…’’

 

Par Théophile Kouamouo 
(in Le Nouveau Courrier)

Demba Traoré, ancien DG de VITIB

Cité à la face de la Nation dans un prétendu projet de coup d’Etat, en même temps que Kassoum Fadiga, Aly Keïta et Nady Bamba, Demba Traoré, ancien directeur général du Village ivoirien des technologies de l’information et des biotechnologies (VITIB), refuse de se laisser faire. Dans cette interview accordée au Nouveau Courrier, il dévoile les ressorts de ce qui pourrait bien apparaître comme une vaste manipulation au sommet, un exercice de tromperie audiovisuel destiné notamment à régler des comptes personnels. Entretien.

Nous étions devant notre poste de télévision mardi dernier quand, à notre grande surprise, nous avons entendu le ministre de l’Intérieur d’Alassane Ouattara, Hamed Bakayoko, évoquant un document de déstabilisation de l’Etat dans lequel vous êtes cité avec d’autres personnes, notamment Mme Bamba Nadiana et M. Kassoum Fadiga. Alors, nous nous tournons vers vous

De quoi s’agit-il exactement ? De quoi parle le ministre Hamed Bakayoko ? 
Ce que je peux dire est que je suis informaticien, et pas militaire. Les armes que je connais sont le clavier et la souris. Si je suis coupable d’une chose, c’est de ma loyauté envers le président Laurent Gbagbo. Au passage, je demande à Hamed Bakayoko de respecter cette loyauté comme je respecte la sienne vis-àvis de M. Ouattara. Et la comparaison entre lui et moi s’arrête là. Je ne suis ni de près de loin mêlé à un coup d’Etat. Mais j’assume avec responsabilité le fait de communiquer pour Laurent Gbagbo, le fait de défendre l’image de Laurent Gbagbo sur Internet. Et l’élément dont Hamed Bakayoko parle n’est rien d’autre qu’un document de communication qui a circulé dans le cadre d’un brainstorming, d’une réflexion collective. Des gens ont été cités dans ce document sans même avoir été contactés. Et c’est dommage qu’on en fasse une telle exploitation aujourd’hui. Parce que ce document est parvenu dans ma boîte le 20 juin 2011. Il était question dans ce documentlà de voir comment on peut améliorer l’image du président Gbagbo. Nous avions communiqué pour lui pendant la campagne. Et deux mois après son arrestation, des gens nous ont fait des propositions. Nous n’avons même pas réagi à ces propositions. Mais effectivement, ce document a circulé. Kassoum Fadiga, Aly Keïta, Mme Nady Bamba, Ousmane Sy Savané et Ibrahim Magassa l’ont reçu au même titre que moi. Malheureusement, aujourd’hui Ibrahim Magassa et Ousmane Sy Savané sont emprisonnés. Nous autres, avons eu plus de chance. Nous sommes en liberté. Mais ceux qui sont embastillés – et ceux qui les connaissent le savent ! – sont loin d’être des putschistes. 

Pouvez-vous nous expliquer comment ces arrestations se sont déroulées, partant de celle de M. Magassa ? 
Ibrahim Magassa est un citoyen français vivant en France et il est allé une première fois au pays lors des funérailles de sa soeur. Il est reparti pour les cérémonies du quarantième jour, et il a été arrêté à l’aéroport d’Abidjan. C’est un ami intime de Kassoum Fadiga [ancien directeur général de la Petroci et beau-frère de Nady Bamba, ndlr], et il n’y a que ceux qui ont été ou sont leurs proches qui le savent. Parce qu’on en veut à Kassoum pour des raisons que j’ignore, on l’a arrêté. Ils ont commencé à fouiller tout ce qu’il y avait dans le courrier électronique d’Ibrahim. Et ils ont trouvé une «mailing-list» et un document de stratégie. Et par coïncidence, les stratégies proposées ont d’une certaine manière produit des effets sans avoir été réellement mises en oeuvre. Il a été ainsi proposé d’entrer en contact avec des personnalités de tout bord comme Jean-Luc Mélenchon, François Hollande et Marine Le Pen. Et si vous avez suivi l’actualité, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont fait des sorties en faveur du président Gbagbo. Pure coïncidence… Est-ce cela qui a inquiété le pouvoir en place ? En tout cas, ils sont allés mettre la main sur Ousmane Sy Savané [le directeur général du groupe de communication Cyclone, fondé par Nady Bamba, ndlr]. C’est quand ce dernier a été arrêté que nous avons su qu’Ibrahim Magassa l’avait été aussi [la famille du concerné souhaitait gérer la question dans la discrétion, ndlr]. Jusque-là, on attendait d’avoir les éléments objectifs de l’arrestation d’Ousmane Sy Savané. Lorsque Hamed Bakayoko est venu à la télévision, et a cité un certain nombre de personnes et des documents spécifiques, cela a fait «tilt» dans ma tête. Et je suis allé fouiller dans ma boîte à lettres électronique et j’ai retrouvé ce document qui a atterri dans ma boîte le 20 juin 2011.  LIRE LA SUITE SUR
http://ivoirtv.net/index.php/news/autre-news/item/9483-demba-traore-ancien-dg-du-vitib-lun-des-accuses-de-tentative-de-coup-detat-reagit-je-mets-au-defi-hamed-bakayoko#comment39

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :