La panique du concierge noir, Martial Frindéthié

« Si tu m’aimes, je t’aime ; mais si tu ne m’aimes pas, je me préfère », dit la chanson. Pour Alassane Dramane Ouattara, cependant, le slogan semble être « si tu ne m’aimes pas, je t’enterre ». Aussi, Dramane Ouattara a-t-il décidé de faire passer de vie à trépas tous les Ivoiriens – et ils sont nombreux – qui le vomissent, lui et sa république bananière génocidaire.

Voici un concierge noir qui, installé à coups de canon à la présidence de la Côte d’Ivoire par ses maîtres occidentaux pour leur servir, s’est convaincu que le pouvoir de ses parrains était immuable, et n’a pas eu l’intelligence de transmuer progressivement sa violente et illégitime ascension en une administration un tant soit peu recevable par une réconciliation sincère ; se contentant plutôt, mû par une haine des plus viscérales, à approfondir le schisme qu’il a créé dans le tissu social ivoirien, fragmentant des attaches et des amitiés immémoriales avec d’éphémères  maillets ethniques et religieux.

Aujourd’hui, ses victimes, le dos au mur, comprenant que  se terrer équivaut aussi bien à se battre – car quoi que l’on fasse, arrivent nuitamment les escadrons de la mort – ont décidé de défier la peur. Et leur défi, Dramane le ressent jusqu’à la plus retranchée de ses cachettes.

Et comme tout bon dictateur qui au soir de son autocratie voit tomber lentement mais surement le tranchoir de la colère du peuple, Dramane panique et s’enfonce toujours un peu plus, demandant plus de fer et de sang, ignorant que l’idée de la libération a été semée, qu’elle a germé, et qu’il y aura toujours un autre homme, une autre femme, pour la reprendre jusqu’à la finitude très prochaine de son hitlérisme.

Publicités

3 Responses to La panique du concierge noir, Martial Frindéthié

  1. RitaFlower says:

    Vous méritez d’etre destitué immédiatement de vos fonctions par vos parrains puisque vous avez lamentablement échoué sur votre siège présidentiel éjectable.La Cote d’Ivoire vous survivra.Les présidents passent et se succèdent mais le peuple reste quoi qui l’arrive.Vivement le changement.

  2. Marie Jeanne Elonda says:

    Il ne pourra pas tuer, emprisonner tout les soi-disant proGBAGBO, on ne peut pas parler de paix et faire son contraire. OUATTARRA est dangereux mais SORO l’est plus. IVOIRIEN LEVE TOI.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :