La Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH) corrobore le rapport d’Amnesty International accusant le régime Ouattara de détentions illégales, de tortures et de disparitions forcées en Côte d`Ivoire (FIDH)

ABIDJAN – La Fédération internationale des ligues des droits de l`Homme (FIDH) a dénoncé mardi l`existence de lieux de détention illégaux et des cas de disparitions forcées et de torture en Côte d`Ivoire, affirmant avoir enregistré des « dizaines » de violations des droits de l`Homme.

Condamnant les attaques qui ont visé les forces de sécurité depuis août, la FIDH, avec le Mouvement ivoirien des droits humains (Midh) et la Ligue ivoirienne des droits de l`Homme (Lidho), regrette cependant que « ce climat de violence et de tension » ait « justifié le retour de l`armée dans le dispositif sécuritaire intérieur, ce qui a engendré de nouvelles violations des droits de l`Homme ».

« Des lieux de détention illégaux, des disparitions forcées, des arrestations arbitraires contre des demandes de rançon ou encore des cas de torture ont refait leur apparition de façon inquiétante, en particulier à Abidjan où les barrages de nuit sont quotidiens, le plus souvent illégaux et parfois menés par des hommes en tenues et en armes mais non-immatriculés », affirment ces ONG dans un communiqué.

« Nos organisations ont recensé plusieurs dizaines de cas de violations de ce type au cours des derniers mois », écrit la FIDH à l`issue d`une mission d`une quinzaine de jours dans le pays.

Amnesty International a affirmé le 26 octobre que plus de 200 personnes, dont des partisans de l`ex-président Laurent Gbagbo, ont été « arbitrairement détenues et torturées » dans le pays. L`organisation a appelé le chef de l`Etat Alassane Ouattara à « aller au-delà des promesses » sur le respect des droits de l`Homme.

Le ministre des Droits de l`Homme, Gnénéma Coulibaly, a reproché à Amnesty de « relativiser la portée des attaques meurtrières » des derniers mois, défendu l`engagement du gouvernement contre l`impunité et s`est dit ouvert à « toutes les enquêtes nécessaires ».

Le régime Ouattara s`est installé à l`issue d`une crise postélectorale (décembre 2010-avril 2011) qui a fait quelque 3.000 morts.

Publicités

One Response to La Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH) corrobore le rapport d’Amnesty International accusant le régime Ouattara de détentions illégales, de tortures et de disparitions forcées en Côte d`Ivoire (FIDH)

  1. RitaFlower says:

    Amnesty International se doit aussi d’interpeller la Communauté International sur le visage du régime qu’elle a installé elle-meme…et que celle-ci prenne enfin ses responsabilités…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :