Dramane Ouattara et « la chose des autres », M. Frindéthié

Cote d'Ivoire President Laurent Gbagbo (1st R) and Chinese Ambassador to Cote d'Ivoire Wei Wenhua (3rd R, in red helmet) attend the groundbreaking ceremony of a hospital donated by the Chinese government in Gagnoa, Cote d'Ivoire, on April 4, 2009. (Xinhua/Guo Lichuan)

Cote d’Ivoire President Laurent Gbagbo (1st R) and Chinese Ambassador to Cote d’Ivoire Wei Wenhua (3rd R, in red helmet) attend the groundbreaking ceremony of a hospital donated by the Chinese government in Gagnoa, Cote d’Ivoire, on April 4, 2009. (Xinhua/Guo Lichuan)

A l’inauguration de l’Hôpital de Gagnoa, les feuilles de chou de la Rattrapocratie titraient : « Alassane Ouattara le bâtisseur soulage les parents de Gbagbo ». Nous ne pouvions rester impassible à cette ixième menterie. Il fallait que nous parlassions, que nous infirmassions cette nouvelle arnaque qui participe de la propension de Dramane à s’approprier la chose des autres, à en faire sa chose après un temps de dormance, dans l’espoir que des Ivoiriens amnésiques en oublieraient totalement l’archéologie. Pourquoi cette propension à toujours surfer sur l’OPP (Other People’s Properties) ? Non, nous ne parlerons pas aujourd’hui du « lit » d’Houphouët, ni du parti de Djéni Kobinan, mais de l’Hôpital de Gagnoa. D’ailleurs, nous ne parlerons même pas de l’Hôpital de Gagnoa. Les images étant plus agissantes que les mots, nous vous proposerons

Cote d'Ivoire President Laurent Gbagbo (1st R) shakes hands with Chinese Ambassador to Cote d'Ivoire Wei Wenhua (1st L) during the groundbreaking ceremony of a hospital donated by the Chinese government in Gagnoa, Cote d'Ivoire, on April 4, 2009. (Xinhua/Guo Lichuan)

Cote d’Ivoire President Laurent Gbagbo (1st R) shakes hands with Chinese Ambassador to Cote d’Ivoire Wei Wenhua (1st L) during the groundbreaking ceremony of a hospital donated by the Chinese government in Gagnoa, Cote d’Ivoire, on April 4, 2009. (Xinhua/Guo Lichuan)

seulement d’apprécier ces images de l’Hôpital de Gagnoa, entièrement financé par la Chine, dont le Président Gbagbo posa la première pierre le 4 avril 2009, et dont le Boucher-brouteur se réclame aujourd’hui le concepteur, le financier, et le bâtisseur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :