Détruire est facile ; mais gouverner n’est pas aisé, M. Frindéthié

conseil d'incompétentsDepuis sa brutale accession au pouvoir, « la solution » ne semble plus trouver nulle part les pluies de milliards qu’il promettait aux Ivoiriens. « Ado pissanci » est devenu « Ado impotence ». En fait, Dramane qui, dans sa folie du pouvoir en appelait à l’asphyxie humaine et économique de la Côte d’Ivoire, – « Pilonnez le pays à la bombe ! Soufflez les acquis de 50 ans ! Affamez le peuple, tuez les enfants, les femmes et les vieillards, pourvu que j’aie le pouvoir ! Une fois au pouvoir, je restaurerai tout,  comme si rien ne s’était jamais passé », – n’arrive plus à redonner vie au pays qu’il a martyrisé.

Quand il n’est pas occupé à casser du pro-Gbagbo ou à parcourir les capitales européennes la sébile à la main, c’est un Dramane économiquement impotent, intellectuellement invalide, infécond de tout programme, pauvre de tout projet de gouvernement, qui rejette toute son incapacité sur l’entourage d’insuffisants qui, à ses côtés, font office de « ministres », et leur demande de faire « preuve d’imagination pour répondre aux attentes des Ivoiriens » ; en d’autres termes, d’improviser, d’inventer, d’imaginer, non pas d’exécuter un programme de gouvernement pensé et élaboré, mais d’envisager à partir du jet de cauris d’un pharmakon dozotique, un dénouement heureux à la cherté de la vie, à l’insécurité, au chômage, au dénuement des hôpitaux, à la crise scolaire, à l’injustice, à la pénurie d’eau, et au délestage.

Et lorsque, sortis des bois dozotiques où ils ont passé des jours à trifouiller dans cette chose qui leur sert de cervelle, les ministres de Dramane convoquent enfin un fourmillement de journalistes pour annoncer aux Ivoiriens « la solution » à leurs attentes, qu’ont-ils à dire ? Sérieusement, qu’ont-ils à dire ? Rien ! Sinon qu’à « Washington et à Paris aussi, il y a des délestages, il y a des coupures d’eau, la vie est chère, et le chômage existe » et que les Ivoiriens devraient s’estimer heureux de vivre au rythme de Washington et de Paris. Comme dirait la moutonnerie ouattariste, « lo péi avance » malgré tout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :