Lettre Ouverte à M. Beudje Djoman Mathias (Préfet de Grand-Bassam), M. Frindéthié

bassamLe 2 mai 2012, le ministre sud-africain du tourisme,  Mr Marthinus van Schalkwyk, encourageait tous ses compatriotes (les Sud-Africains, bien sûr) à être touristes chez eux, à aider à accroître davantage la contribution du tourisme dans le développement national, en profitant des infrastructures hôtelières et des merveilleux sites dont la nature a doté son pays.  Le ministre sud-africain, dont le pays a connu l’apartheid jusque sur les plages et dans les stades ne s’adressait pas à des sud-africains d’une certaine coloration épidermique ou politique. Il s’adressait à tous les Sud-Africains, conscient qu’il est que le tourisme local (c’est-à-dire, le tourisme des Sud-Africains vers des destinations sud-africaines) contribue à 76% au chiffre total du tourisme en Afrique du Sud. En d’autres termes, dans un pays où 76 touristes sur 100 sont originaires du pays, le ministre du tourisme continue d’inciter ses compatriotes à une plus grande participation au tourisme, plutôt que d’avoir le regard tourné vers l’ailleurs.

Pendant ce temps, je lis avec consternation que vous avez décidé d’interdire le tourisme des Ivoiriens vers Bassam, limitant l’accès aux belles plages de la région aux touristes étrangers. Monsieur le préfet, quelle lassitude intellectuelle a pu vous conduire à cette conception du tourisme  qui frise l’apartheid ? De quelle doctrine administrative vous réclamez-vous pour être si séduit par l’idée que le développement de votre région, de votre pays, ne peut se réaliser que du dehors, et que les Ivoiriens n’ont aucune contribution à y apporter ? Comment êtes-vous arrivés à vous haïr au point de décréter que ceux qui vous ressemblent n’ont pas le droit de profiter des merveilles dont la nature a doté Grand-Bassam, et que seuls les Européens, les Libanais et les fonctionnaires de l’ONUCI méritent de se prélasser sous les cocotiers d’Azureti ?

Vous justifiez votre décision farfelue par la dégradation des mœurs à Grand-Bassam, et prophétisez aussitôt que cela vient des nationaux qui fréquentent les plages de la région. Je suis bien curieux de lire l’enquête scientifique que vous avez commanditée à cet effet, et qui conclut que seuls les Ivoiriens sont à l’origine de ce que vous condamnez ; car si vous n’en avez aucune preuve scientifique, la plus grande dégradation sera celle de votre esprit qui ne voit le mal que dans le national et qui perçoit tout ce qui vient d’ailleurs comme superlatif. Dans votre précipitation à trouver solution à un mal que vous avez créé de toutes pièces, vous ne vous rendez même pas compte des dégâts économiques que vous causez. Vous plantez benoitement vos deux pieds dans le plat des petits commerces (maquis, alloco, vendeuses ambulantes, etc.) qui nourrissent tant de familles à Grand-Bassam.

Aucune plage du monde n’est exempte d’écarts. Cependant, c’est du devoir des administrateurs d’en faire profiter tous les citoyens tout en y instaurant la sécurité. Il serait trop facile de condenser vos angoisses épidermiques et votre incapacité à gérer Grand-Bassam en seul mal, celui du touriste local et de voir votre salut dans le touriste laiteux venu d’ailleurs. Où est-il écrit que dès qu’une ville est érigée en monument historique, elle doit être interdite aux populations locales ? La ville de Gao, le Parc national du banc d’Arguin, la Médina de Fès, ont-ils été vidés de leurs populations locales pour faire place aux touristes occidentaux ?

Monsieur le préfet, sortez de votre désir de lactification. si vous êtes dépassé par les événements, dites-le à celui qui a eu la mauvaise idée de vous faire préfet de Grand-Bassam et passez tout simplement la main. Ne cherchez pas de bouc émissaire parmi vos compatriotes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :