Côte d’Ivoire : Eviter à tout prix la centrafricanisation, M. Frindéthié

 

policePour se venger du meurtre de sa famille perpétré par les miliciens séléka quasi musulmans et subordonnés au président-rebelle centrafricain Michel Djotodia, Magloire, un jeune centrafricain chrétien, du surnom de « chien méchant », a commis l’inimaginable : il a forcé un musulman à descendre d’un bus, l’a jeté dans un brasier, est allé s’acheter une baguette de pain à la boulangerie du coin, et est revenu manger un membre de sa victime dans un sandwich macabre,  posément, devant une foule plus approbatrice qu’offusquée.

Interrogés, les proches de « chien méchant » jurent que jamais auparavant Magloire n’avait jamais déjeuné d’un bout de pain et d’une jambe humaine. Et à ceux qui tentent de comprendre son acte de cannibalisme, « chien méchant » explique que c’est le trop-plein de ressentiment qui l’a poussé à l’inconcevable. Les Musulmans, dit-il, se sont introduits de force chez lui, ont assassiné sa belle-mère, son épouse, et son nouveau-né. Il leur a promis une riposte à la mesure de leur méchanceté. Il l’a fait.

En effet, depuis la chute de Djotodia, les rôles se sont inversés, et les Chrétiens, hier victimes des Musulmans, sont devenus aujourd’hui les bourreaux de ceux-ci. Depuis, aussi, les réseaux sociaux n’ont cessé de bourdonner de la possibilité d’une centrafricanisation de la crise ivoirienne ; certains la promettent ; d’autres la redoute ; car en Côte d’Ivoire aussi, demeure en dessous des surfaces apparemment tranquilles une surcharge de ressentiment des victimes des milices musulmanes de Ouattara, qu’une arrogance du gouvernement du « rattrapage ethnique » continue d’exaspérer et de pousser au durcissement.

L’on a vu les vidéos disséminées des festins de chair et de sang humains au cours de rituels organisés par des membres du MPCI et des dozos à Bouaké en 2002. L’on a assisté aux carnages des Chrétiens de Duékoué le 11 avril 2011, à l’exécution des réfugiés du camp de Nahibly le 20 juillet 2012 … à la prolifération de charniers – le dernier en date découvert le 6 décembre 2013 dans la cour d’une mosquée à Adjamé par l’ONUCI – et à l’expropriation des populations sudistes. A toutes ces sauvageries à coloration ethnique et religieuse, le gouvernement « du rattrapage » n’a répondu que par une passivité complice. Les milices et cohortes dozo continuent de faire la pluie et le beau temps malgré l’interpellation des organisations des droits de l’homme. Le ressentiment des populations brimées par les armées ethnico-religieuses de Ouattara couve en-dessous et peut, à tout moment, déflagrer. La France semble l’avoir compris, qui prépare pour fin février le débarquement en Côte d’Ivoire de plusieurs centaines de soldats du  2e Régiment d’infanterie de marine (Rima) pour la sécurisation et l’évacuation éventuelle de ses résidents.

La Côte d’Ivoire court le risque d’une implosion à la centrafricaine, mais elle n’est pas condamnée à répéter le conflit religieux qui a lieu actuellement en Centrafrique. Avant de se réfugier, comme l’a fait Djotodia, dans un pays étranger et laisser les Ivoiriens s’entretuer dans une guerre fratricide, Alassane Dramane Ouattara a encore le temps de rectifier l’anomalie ivoirienne en mettant fin aux hostilités de ses milices, en rendant à leurs familles tous les prisonniers d’opinion, en diligentant des enquêtes crédibles sur les milliers de morts, en restituant rapidement leurs biens aux expropriés et en dédommageant, sans préférence ethnique ni religieuse, toutes les victimes de la crise ivoirienne, en taisant les clameurs bagarreuses de ses faucons (Toungara et Cimetière), mais surtout en conviant les Ivoiriens aux Etats Généraux de la République que le FPI a eu le bon sens de lui proposer. La Côte d’Ivoire a vécu et continue de vivre des moments douloureux ; mais que l’on ne se méprenne pas : le pire n’est pas nécessairement passé et doit être évité.

Publicités

One Response to Côte d’Ivoire : Eviter à tout prix la centrafricanisation, M. Frindéthié

  1. Robert says:

    Je ne crois pas du tout a cette histoire de cannibalisme , dont raffole les blancs…Mais cette légende résume bien la situation , et cette situation , pardon est bel et bien voulue par la France , sur le principe de diviser pour régner…la France ajoute a l’orchestration des différences ethniques habituelle, depuis les années 90 , la manipulation des différentes religions importées du monde blanc , Christianisme et Islam , pour semer la division et les représailles sans fin , qui lui permettront de se poser en tant que garant de la « paix » en Afrique , pour ses propres intérêts évidemment.
    Le conflit musulman chrétien étant plus vendable auprès des populations françaises rongées par l’islamophobie comme raison d’intervenir militairement.
    Ouattara, en faisant régner la terreur , en s’appuyant sur les musulmans , sait très bien ce qu’il fait , ceci fait parti de son carnet de route dressè par la France et les occidentaux.
    J’en suis depuis longtemps convaincu.
    DIVISER POUR RÉGNER

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :