Blaise Compaoré chez Ouattara pour préparer son retour en force, M. Frindéthié

Le boucher de Ouaga, au temps où il se croyait encore indéboulonnable

Le boucher de Ouaga, au temps où il se croyait encore indéboulonnable

A travers un communiqué du gouvernement des Rattrapés, Dramane Ouattara vient d’annoncer au peuple de Côte d’Ivoire que Blaise Compaoré, ce valet noir déstabilisateur de l’Afrique vomi par son peuple et lâché par ses maîtres, a trouvé refuge en Côte d’Ivoire depuis vendredi soir. En route pour Pô, Compaoré a préféré éviter la confrontation avec les foules qui s’y étaient amassées pour l’accueillir avec des projectiles et des insultes, et a plutôt attendu des heures en brousse que Dramane Ouattara envoie un hélico le secourir.

Compaoré se trouve donc en Côte d’Ivoire, où opère l’armée de rebelles de Dramane qui lui est restée très fidèle, parce que formée par lui aux premières heures de la rébellion contre le gouvernement Gbagbo. Compaoré se trouve en Côte d’Ivoire, où la garde rapprochée de Dramane Ouattara est composée de troupes prêtées par lui à Ouattara. Compaoré se trouve en Côte d’Ivoire chez celui qui les 28, 29, et 30 octobre lui avait envoyé une troupe d’élite pour tenter de mâter la révolution burkinabè. Compaoré se trouve en Côte d’Ivoire, d’où, dès le 30 octobre 2014, il a réussi à semer la zizanie au sein des responsables du mouvement révolutionnaire et de l’armée, évinçant le colonel Honoré Traoré pour faire échoir la présidence de la transition à un officier de sa garde la plus rapprochée, le lieutenant-colonel Isaac Zida.

Blaise Compaoré et Dramane Ouattara, les deux plus grands déstabilisateurs de l’Afrique sous le même toit ne devraient rien augurer de bon pour le peuple burkinabè. Le serpent Compaoré n’est pas mort. Les émeutiers burkinabè n’ont fait que lui trancher la queue. Compaoré est chez Ouattara pour préparer, avec Ouattara, Soro et les milliers de rebelles qui lui sont fidèles et qui ont intérêt à ce que leurs acquis au Burkina soient préservés, son retour en force au Palais présidentiel de Ouagadougou. Isaac Zida ne fait que réchauffer le fauteuil de son maître jusqu’au moment ultime où l’armée ivoirienne de Compaoré descendra sur Ouaga.

Pour les Ivoiriens qui ont vu détruire leurs institutions démocratiques, assassiner leurs familles, mettre en exil leurs frères et sœurs, et piller leurs biens par le couple Dramane-Compaoré, la présence de Compaoré en Côte d’Ivoire est une grosse injure. En revanche, le temps étant l’autre nom de Dieu, il est bon que les deux bouchers soient réunis sur le même sol. Le châtiment n’en sera que plus complet et plus beau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :