Blaise Compaoré, ce colis dont personne ne voulait, M. Frindéthié

déchuLes langues se délient avec le temps et livrent les non-dits de l’errance du dictateur Burkinabé. Dramane Ouattara n’a jamais voulu de Blaise Compaoré sur le sol ivoirien lorsque son peuple l’éructa du Burkina Faso. Contrairement au communiqué fait par le gouvernement de Dramane selon lequel la Côte d’Ivoire aurait envoyé un hélicoptère sortir Compaoré de la brousse burkinabè où sa suite et lui attendaient anxieusement, c’est, comme l’a annoncé François Hollande, Paris qui a organisé l’exfiltration du tueur froid de Ouaga.

En fait, Dramane ne voulait pas du colis encombrant. C’est Paris qui l’a contraint à l’accepter. D’ailleurs, personne ne voulait de Compaoré. Le nomadisme du tyran de Ouaga avait d’abord pris la direction du Togo. Mais Faure Gnassingbé lui ferma les frontières ; puis l’on caressa l’idée de l’envoyer au Ghana. Là aussi, Dramani opposa un non catégorique à Hollande. Pour Yayi Boni qu’on soupçonnait de vouloir traficoter avec la constitution, la présence de Compaoré au Bénin serait mal conseillée. Quant à Macky Sall qui hébergeait déjà Toumani, pas question de faire de Dakar la décharge de militaires en disgrâce. Au pays d’IBK, où Compaoré était perçu comme le tuteur du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad), il n’était pas question de donner gîte et réconfort au déstabilisateur de l’Afrique. L’ami Jonathan se proposa de réceptionner le bagage empoisonné, mais du Nigéria, Compaoré lui-même ne voulait pas, craignant pour sa sécurité. Il aurait préféré la France. Il en fit le vœu et se vit catégoriquement rabrouer. Pas question qu’il mette pied en France, avec toutes les casseroles sales qu’il traîne et qui viendraient surement embarrasser l’Hexagone le jour où la CPI enverra le chercher.

Hollande appela donc celui qui avait pris l’habitude de toujours dire « oui Grand Bwana », et lui prescrivit sans autre forme de procès d’héberger le tueur de Ouaga dans la capitale politique de la Côte d’Ivoire … en attendant que lui soit trouvée une destination moins controversée. Dramane dit « oui Missié » et vint le lendemain faire des déclarations pompeuses évoquant une certaine souveraineté morale et prise d’initiative : « J’ai envoyé un avion chercher Compaoré … il peut rester en Côte d’Ivoire aussi longtemps qu’il le souhaite ». Sacré bonimenteur !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :