Pont de Jacqueville: 3 postes à péage sur 600 mètres; une escroquerie organisée, M. Frindéthié

Le schibboleth des kleptocraties est de voler l’argent du peuple puis de passer la note de remboursement aux contribuables. A ce jeu-là, le gouvernement de Dramane Ouattara, avec sa smalah de rattrapés incompétents, s’est inauguré l’un des plus grands joueurs. Après l’autoroute du Nord et le troisième pont (nommé par connivence Pont HKB) que le gouvernement de Dramane et ses compères feront payer à l’usager, les Ivoiriens viennent d’avoir la confirmation des rumeurs qui circulaient depuis plus de deux ans : le pont du chantage de Jacqueville, ce pont de moins d’un kilomètre de long, sera muni de trois postes—entendez bien 3 postes à péage—pour rançonner les usagers, et principalement les Alladian, afin de rembourser tout l’argent du peuple ivoirien détourné par Dramane Ouattara, ses chefs de guerre, ses financiers de la guerre contre la Côte d’Ivoire, ses amis et sa famille.

Gbagbo pose la 1ère pierre du pont de Jacqueville, le 8 juillet 2009, en présence de Patrick Achi et du maire de Jacqueville, Eugène Avi Adroh

Gbagbo pose la 1ère pierre du pont de Jacqueville, le 8 juillet 2009, en présence de Patrick Achi et du maire de Jacqueville, Eugène Avi Adroh

Pour ceux qui l’ignorent, le pont de Jacqueville pour lequel le gouvernement du Président Gbagbo avait déjà réuni les fonds et dont Gbagbo lui-même avait posé la première pierre en présence de Patrick Achi et du maire d’alors ne devait pas coûter un seul sou supplémentaire aux usagers. Idem pour le troisième pont et l’autoroute du Nord. Mais voici qu’avec cet atavisme de politiciens véreux qui ont atterri par la force des armes, les Ivoiriens devront mettre la main à la poche toutes les fois qu’ils emprunteront ces tronçons routiers.  Dramane Ouattara avait dit aux Ivoiriens qu’il savait où trouver de l’argent. mais il avait intentionnellement omis de leur dire que cet argent, c’est dans leurs poches qu’il irait le chercher.

Cette rapine organisée est tout simplement insultante. Insultante, elle l’est encore plus pour le peuple alladian dont les eaux sont continuellement polluées par l’extraction du pétrole et du gaz dont il ne voit aucune retombée positive. Empruntez « la route du pétrole » qui traverse les villages alladian et vous serez choqués du dénuement dans lequel vit cette région de la Côte d’Ivoire sans que ses « cadres » à la tchatche facile mais à l’esprit vide de la moindre idée novatrice ne puissent proposer le plus petit aperçu de développement. Et le maire Joachim Beugré, et le président du Conseil régional Gabriel Yacé de s’extasier devant cette escroquerie nationale et de déclarer que ce projet, les Alladian l’attendaient « depuis un demi-siècle ».

Mais qui donc depuis un demi-siècle empêchait la réalisation du pont de Jacqueville, Monsieur Gabriel Yacé ? Et pourquoi donc l’empêchait-il ? Quelle famille s’était-elle arrogé le droit divin de « diriger » la destiné du peuple alladian depuis plus d’un demi-siècle ? Qui de Ndjem à Toukouzou empêchait-il cette oligarchie familiale de développer la région de Jacqueville ? Et lorsque le premier ministre des travaux publics du Président Houphouët, Monsieur Grah Kadji, digne fils de la région de Jacqueville, avait commis le crime de lèse-majesté de proposer la construction d’un pont en lieu et place du bac, qui donc avait conspiré pour son limogeage ? Et lorsque les Bonaventure Etté et les Marcel Etté proposaient des idées nouvelles pour la région de Jacqueville, qui en faisait des parias de la société ivoirienne ? Qui donc bitumait Akrou, délaissait plusieurs villages dans la poussière de la latérite et s’en allait bitumer Jacqueville, comme si entre le bac et Akrou, puis entre Akrou et Jacqueville, il se faisait télédeporter ?

Avant l’arrivée au pouvoir de Gbagbo, y eut-il un seul gouvernement qui se préoccupât vraiment du développement de Jacqueville à part la volonté manifeste d’en faire sa vache à pétrole et à gaz ? Jacqueville est certes malade des politiciens véreux de la Côte d’Ivoire, mais elle l’est encore plus d’un certain nombre de ses cadres (pas tous, heureusement) amorphes, intellectuellement cotonneux, répétiteurs d’une vision dinosaurienne, complices de la politique de prédation du littoral. Ce qu’il faut à Jacqueville, c’est de tourner la page d’une oligarchie antiquaire phraseuse mais incapable, empêtrée dans les marais de l’immobilisme et complice de son sous-développement.

Publicités

One Response to Pont de Jacqueville: 3 postes à péage sur 600 mètres; une escroquerie organisée, M. Frindéthié

  1. Anonyme says:

    A combien aura coûté aux contribuables ivoiriens les rackets sur nos routes pendant des décennies ? ? ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :