La Côte d’Ivoire des génocidaires à l’heure de l’épuration religieuse (11/11/2011) , Martial Frindéthié

Depuis sa prise de pouvoir par les armes, le régime génocidaire de Dramane Ouattara n’a jamais fait dans la dentelle quant à son intention d’instaurer, en lieu et place de la république laïque qui a toujours existé en Côte d’Ivoire, une république islamique. Déjà dans les années 90, alors que Dramane, croyant pouvoir se présenter aux élections ivoiriennes en faisant du faux et usage de faux, s’était fait pincer et disqualifier pour « nationalité douteuse » comme un vulgaire brouteur par le régime de Bédié, le Boucher d’Abidjan n’avait pas hésité une seconde à faire se fusionner géographie et religion dans sa pleurnicherie légendaire :  « On ne veut pas que je sois président parce que je suis musulman et nordiste ». A partir de cette jérémiade, Dramane Ouattara réussit à fédérer la majorité des musulmans nordistes qui menèrent son jihad contre les communautés en majorité chrétiennes du sud de la Côte d’Ivoire, auxquelles il reprochait, pour la plupart, d’avoir soutenu la candidature du Président Gbagbo.

Ainsi, le 17 avril 2011, ce dimanche des Rameaux, une semaine après l’arrestation du Président Gbagbo, 10 jours après l’assassinat des 8.000 habitants de Duékoué, les Chrétiens de Côte d’Ivoire persécutés jusque dans leurs lieux de culte, se terrèrent chez eux pour éviter les excursions assassines des soldats et milices de Dramane entraînés aux méthodes de Boko Haram, qui, enivrés de l’apothéose « du musulman nordiste », brûlaient églises et paroissiens dans une totale impunité.

On avait cru pourtant que la destruction martiale de la foi chrétienne par l’administration génocidaire allait s’estomper pour prendre une forme plus dissimulée, moins tapageuse ; comme la nomination de Musulmans à la place de Chrétiens dans l’administration publique, comme le remplacement des militaires chrétiens par des milices-dozos, comme la nominations d’incultes seigneurs de guerre de confession musulmane et du nord (tels Ben Laden, Zakaria, Wattao, Massemba, etc.), comme l’armement renforcé des rebelles musulmans du nord et le désarmement des gendarmes et policiers chrétiens, comme l’expulsion des enfants de familles chrétiennes de l’Ecole Militaire Préparatoire Technique (EMPT) de Bingerville et leur remplacement par des enfants de familles musulmanes  du Nord méticuleusement sélectionnées par le très remarquable général Soumaïla Bakayoko ; en fait on avait cru que la destruction brutale et officielle de la foi chrétienne par le régime génocidaire de Dramane Ouattara se ferait avec des gants. C’était sans compter avec la résolution manifeste du régime génocidaire à l’épuration ethnique et religieuse.

Ce mercredi 7 novembre 2012, après avoir tenté en vain de faire endosser aux pasteurs chrétiens les attaques des FRCI-rebelles par le Commando Mystérieux, le régime génocidaire a enfin joué cartes sur table. Le ministre de l’enseignement supérieur de Dramane Ouattara a lancé ses bulldozers à l’assaut de l’Eglise des Assemblées de Dieu de Cocody. Preuve que malgré les appels d’Amnesty International et de la FIDH à la retenue, le régime génocidaire de s’est jamais détourné de ses objectifs dont l’épuration religieuse demeure l’une des pièces maitresses. Aujourd’hui, c’est Kandia Camara, ce sinistre désert culturel qui fait office de « ministre de l’éducation » dans l’administration du boucher venu de Sindou, qui intègre 116 écoles islamistes dans l’éducation publique d’un pays laïc. Bonjour les dégâts!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :