Petite Lettre Ouverte à Pascal Affi N’Guessan, M. Frindéthié

AffiCher Affi,

Il arrive un moment où le chasseur comprend que gibier, il n’y en a plus, que la nuit est tombée sur la forêt, et qu’au risque de s’égarer pour de bon dans les épais, il gagnerait à commencer à chercher le chemin du village.

Ne croyez-vous pas vraiment, cher Affi, que votre égarement ait assez duré ? Et qu’il soit temps que vous retourniez sur vos pas, aussi douloureux que cela puisse vous paraitre ?

Je lis aujourd’hui que vous convoquez vos amis du Front Populaire Ivoirien devant les tribunaux ? Quels tribunaux ? La justice ivoirienne s’est-elle dotée ces trois derniers jours de nouveaux instruments procéduriers crédibles qui seraient à même de rendre un jugement impartial à ceux que vous lui livrez ? Ou bien s’agit-il toujours de la caricature de Dramane et de Bakayoko, qui hier vous absolvait et condamnait à des peines démentes vos compagnons d’antan ? Est-ce à cette bouffonnerie hitlérienne que vous convoquez vos compagnons d’hier ? Votre intention est-elle de faire emmurer tous ceux qui refuseraient de couvrir de pétales de rose le chemin vers l’imposture de Dramane ?

Que vous arrive-t-il ? Au sortir de ce maquillage de procès ethnocide qui s’est soldé par la damnation de vos amis, votre réflexe de démocrate, si vous en aviez, vous aurait dicté de dénoncer les abus qui minent la cohésion sociale et conduisent irrémédiablement la Côte d’Ivoire vers d’inévitables belligérances. Au lieu de cela, et comme si vous aussi aviez gouté au nectar que sert Dramane à Bédié, vous sanctifiez la mystification juridique de Dramane en y convoyant vos compagnons ?

Avez-vous donc perdu toute décence humaine ? Je ne sais vraiment pas de qui vous prenez vos conseils, cher Affi, mais votre entêtement à détruire ce que vous aviez construit avec vos amis d’un temps ne vous fait pas gagner plus d’adeptes. Au contraire, il vous fait perdre des alliés.

Il est temps, et grand temps, que vous vous rendiez à l’évidence, et que vous mettiez fin à la folie circulaire dans laquelle vous tourbillonnez depuis bientôt un an. Affi, recouvrez vos esprits, car la condamnation de vos compagnons par le système répressif de Dramane ne durera que le temps où Dramane est encore au pouvoir, et pas plus.

Après, il faudra faire le bilan des coups reçus et des coups donnés. C’est dans cet après, très prochain d’ailleurs, que vous gagneriez à vous situer, pas dans ce maintenant très élusif dans lequel pataugent malheureusement trop d’attentistes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :