Morceaux choisis de la leçon d’Obama à son ami l’autocrate dramane wattra et aux autres dictateurs africains

obama-ethiopia_0

Le progrès de l’Afrique dépendra également de la démocratie. Les Africains, comme tous les peuples dans le monde, aspirent à la dignité de disposer d’eux-mêmes. Nous savons tous que les ingrédients de la démocratie réelle sont des élections libres et justes, la liberté d’expression et de la presse, la liberté de se rassembler. Ces droits sont universels. Ils sont inscrits dans les constitutions africaines. La Charte africaine des droits de l’homme stipule que toute personne a droit au respect de la dignité inhérente à la personne humaine. De la Sierra Leone au Ghana, en passant par le Bénin, le Botswana, la Namibie, et l’Afrique du Sud, la démocratie a pris racine. Au Nigéria, plus de 28 millions d’électeurs ont voté courageusement et le pouvoir a changé de main comme il se doit – dans le calme.

Et pourtant, en ce moment même, ces mêmes libertés sont refusées à de nombreux Africains. La démocratie, il faut le dire, ne se résume pas seulement en des élections officielles. Lorsque des journalistes sont mis derrière les barreaux dans l’exercice de leur travail, lorsque des militants de l’opposition sont menacés, lorsque les gouvernements frappent la société civile, ce que vous avez, c’est une démocratie de façade, mais vide de substance réelle

Aucune nation ne peut réaliser pleinement les promesses de l’indépendance à moins de protéger pleinement les droits de ses citoyens.

La Constitution est la Constitution. Il faut la respecter. Nul n’est au-dessus de la Constitution. Même pas le président de la République.

J’ai l’extraordinaire privilège de servir mon pays comme président des États-Unis. Je ne peux pas imaginer un plus grand honneur ni un travail plus intéressant que celui-là. J’aime mon travail. Mais selon notre Constitution, je ne peux plus me présenter aux élections présidentielles. Je crois en fait que je suis un très bon président – Je pense que si je me présentais je pourrais gagner. Mais je ne peux plus me présenter. C’est la Constitution. Il faut la respecter.

La Constitution est la Constitution. Il faut la respecter. Nul n’est au-dessus de la Constitution. Même pas le président de la République.

Et je vais être honnête avec vous – je suis impatient de retourner à la vie de citoyen ordinaire. Cela signifie que je pourrai aller me promener seul, sans toute ma sécurité. Je pourrai passer plus de temps avec ma famille. Je trouverai d’autres moyens de servir mon pays. Je pourrai même visiter plus souvent l’Afrique. Je ne comprends pas pourquoi les gens s’entêtent à s’éterniser au pouvoir. Surtout quand ils ont eu l’occasion d’amasser autant d’argent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :