TV5 MONDE Afrique presse: Vers un 3ème mandat pour le Président OUATTARA?

http://www.ivoirebusiness.net/videos/tv5-monde-afrique-presse-vers-un-3%C3%A8me-mandat-pour-le-pr%C3%A9sident-ouattara

Publicités

Arts of the Deal

Trumpobama_1523079cobama_

Obama Officials Spied on Trump Campaign Using at Least Five Methods, By Jasper Fakkert

Spying-700x420

During the heat of the 2016 presidential elections, officials within the Obama administration, including cabinet-level officials who answered to Obama directly, extensively spied on the campaign of then-candidate Donald Trump.

Both the Department of Justice inspector general and the House intelligence committee are currently probing the actions of the Obama officials and their motivations.

So far, at least five different ways that the officials spied on the Trump campaign have been uncovered.

These include the use of national security letters, a FISA warrant, an undercover informant, the unmasking of identities in intelligence reports, and spying conducted by foreign intelligence agencies.

Each of these methods provided the officials with sensitive information on the Trump campaign that could have been used for political purposes.

Private communications between FBI officials involved in the agency’s investigation on the Trump campaign, reveal its links to the White House.

In one of the text messages obtained by the DOJ inspector general, and since released publicly, the lead FBI agent on the case, Peter Strzok, wrote in a Sept. 2, 2016, message to FBI lawyer Lisa Page that “potus [president of the United States] wants to know everything we’re doing.” Page was serving as counsel to then-Deputy FBI Director Andrew McCabe.

There have also been direct ties between the spying and the campaign of then-Democratic presidential candidate Hillary Clinton.

The FBI and DOJ relied heavily on unverified allegations contained in the so-called Trump dossier, paid for by the Clinton campaign and the Democratic National Committee (DNC), to obtain a FISA warrant to spy on Trump campaign volunteer Carter Page.

1. National Security Letters

The FBI, which at the time was headed by FBI Director James Comey and Deputy Director McCabe, used counterintelligence tools known as national security letters to spy on the Trump campaign.

Marc Ruskin, a 27-year veteran of the FBI, told The Epoch Times that the agency has strict guidelines regulating the use of different types of investigations, such as national security, criminal, and terrorism investigations. Launching a foreign counterintelligence investigation (FCI), which falls under the FBI’s national security guidelines, must meet a lower bar of probable cause than do criminal investigations.

Using an FCI to investigate the Trump campaign, the FBI was able to gather intelligence—not necessarily evidence—which it would likely not have been able to do using a criminal investigation, given the lack of probable cause.

However, the FBI appears to have used the FCI tools—potentially illegally—to launch a subsequent criminal investigation.

Comey told Congress under oath in June 2017 that the investigation did not target Trump, even though it had spied on his campaign.

Similarly, Deputy Attorney General Rod Rosenstein, who oversees the investigation by special counsel Robert Mueller, said in April that Trump is not a target of Mueller’s investigation.

2. FISA Warrant

The FBI and DOJ obtained a FISA spy warrant on Carter Page, a volunteer adviser to the Trump campaign, on Oct. 21, 2016. Under the so-called “two-hop” rule, the FISA warrant could have been used to spy on anyone with two layers of separation from Page himself. This means that both of the people Page was in contact with himself at the campaign could have had their communications surveilled, which is the first hop, as well as anyone who was in contact with the campaign officials, the second hop.

This means that even though Carter Page never talked to Trump himself, as said by Page in a Feb. 6 ABC News interview, Trump could still be spied on, because Page had contact with one of his campaign officials.

Because Page is a U.S. citizen, the application had to be certified by the FBI director or deputy director. Comey signed off on three of the applications, which include renewals, and McCabe signed one.

Deputy attorney generals Sally Yates, Dana Boente, and Rosenstein each signed one or more applications on behalf of the DOJ.

A FISA warrant is among the most intrusive ways to spy on an individual. It includes access to data collected under Section 702 of the Foreign Intelligence Surveillance Act.

This data includes all digital communications—such as internet browsing histories, phone conversations, emails, chat logs, personal images, and GPS locations—that are transferred over the internet and captured by the NSA using so-called upstream data, which is all internet data traveling through key internet backbone carriers.

The FBI itself has access to 702 collected data collected by the NSA. A declassified top-secret Foreign Intelligence Surveillance Court (FISC) report released in April 2017 detailed numerous violations by the FBI in handling this data.

Among the violations were the FBI’s providing of access to raw FISA data to private contractors, in violation of policies intended to safeguard the data. The contractors were also found to have maintained access to the sensitive data, which includes communications of Americans, after the contractors’ work for the FBI was concluded.

The FBI also provided 702 data to a private entity that did not have the legal right to it. According to the FISC, the FBI also did not give oversight or supervision on how the data was used. It is unclear which private entity the FBI provided the information to.

It is unclear at this point in time whether the communications of Trump and his campaign were provided to outside private entities.

In addition to the FBI’s mishandling of Section 702-acquired data, the declassified FISC report shows numerous violations under the Obama administration of procedures intended to safeguard Americans’ personal data and communications. For example, the NSA had an 85 percent noncompliance rate with guidelines for when it came to searches involving American citizens.

3. Unmasking

Top Obama officials made hundreds of so-called unmasking requests for the identities of members of the Trump campaign in intelligence reports.

Unmasking refers to the practice of requesting that an intelligence agency, in most cases the NSA, unmask the name of an American citizen, which by default is concealed in intelligence reports to protect identities.

Obama’s national security adviser, Susan Rice, Ambassador to the U.N. Samantha Power, and CIA Director John Brennan have so far been identified by the House intelligence committee as having filed such requests.

Power testified before the House oversight committee in October last year that even though unmasking requests were made in her name, they were in fact made by another undisclosed official.

The communications obtained by Rice and Brennan could have been provided to Obama during the daily intelligence briefings he received from them.

4. Undercover Informant

The FBI used an undercover agent to infiltrate the Trump campaign.

Stefan Halper, a Cambridge professor with ties to the CIA and British intelligence agency MI6, reached out to Carter Page; George Papadopoulos, a volunteer foreign policy adviser to the Trump campaign; and Sam Clovis, a senior Trump campaign official.

Halper received over $1 million from a Defense Department think tank between 2012 and 2017.

In the same month that Halper reached out to Papadopoulos, in September 2016, the Office of Net Assessment—a strategy think thank that falls directly under the Defense Secretary, exercised an option to extend Halper’s contract for nearly $412,000. Government records show Halper’s work was marked as “special studies/analysis – foreign/national security policy.”

According to media reports, Halper met with Carter Page as early as July 2016, the same month the FBI opened its counterintelligence investigation into the Trump campaign.

On May 20, the DOJ, under the direction of Trump, ordered its inspector general to look into the actions of the FBI informant.

“If anyone did infiltrate or surveil participants in a presidential campaign for inappropriate purposes, we need to know about it and take appropriate action,” Deputy Attorney General Rod Rosenstein said in a statement.

It expands the scope of the investigation by Inspector General Michael Horowitz, whose office is already investigating the FBI’s use of a FISA warrant to spy on the Trump campaign.

5. Foreign Intelligence

British Intelligence agency GCHQ provided officials within the CIA, both members of the “Five Eyes” intelligence alliance, information on the Trump campaign as early as late 2015, The Guardian reported.

According to the publication, then-head of GCHQ Robert Hannigan provided then-CIA Director John Brennan with sensitive information on the Trump campaign on a “director level” in the summer of 2016.

Brennan subsequently prepared an “eyes only” report for Obama and three senior aides. Brennan also provided briefings to the members of the “Gang of Eight” (the House and Senate majority and minority leaders, as well as the chairmen and ranking members on the House and Senate intelligence committees).

That GCHQ’s Hannigan provided Brennan with the information on the Trump campaign is highly unusual, as the House Intelligence Committee has found that no official Five Eyes intelligence product exists.

“We are not supposed to spy on each other’s citizens, and it’s worked well. And it continues to work well. And we know it’s working well because there was no intelligence that passed through the Five Eyes channels to our government,” Chairman of the House intelligence committee Devin Nunes told Maria Bartiromo on Sunday Morning Futures on April 22.

The Five Eyes alliance uses strict guidelines to make sure that participating intelligence agencies in the United States, UK Canada, Australia, and New Zealand don’t spy on each other’s citizens. The guidelines aim to prevent, for example, the U.S. government from using intelligence obtained by the Five Eyes to gain communications of Americans­—which the government is not allowed to monitor without a warrant.

However, Hannigan and Brennan appear to have done exactly that by circumventing official channels, thus explaining why no official intelligence product exists.

The fact that no official intelligence exists that was used to open the investigation into the alleged collusion between the Trump campaign and Russia means that those involved went around the official system.

Hannigan unexpectedly announced he was resigning from his post just three days after Trump was inaugurated.

Source: https://www.theepochtimes.com/the-five-methods-obama-officials-used-to-spy-on-the-trump-campaign_2544292.html

 

Comment Dramane Ouattara peut-il tant voyager et demeurer paradoxalement sur place ?

dramane

Au cours de conférences mondiales, dans les salles de classes internationales, sur les réseaux sociaux, dans leurs conversations privées, nombreux sont ceux qui s’étonnent de ce qu’Alassane Dramane Ouattara, ancien étudiant des universités américaines, ancien fonctionnaire des institutions financières internationales, mais surtout, témoin des divers systèmes démocratiques des pays qu’il a visités, se soit révélé un si piètre économiste, et essentiellement, un si piètre ingénieur social, voire même un despote indécrottable, une fois projeté à la magistrature suprême de la Côte d’Ivoire.

En effet, sous le régime dictatorial de Dramane Ouattara, et selon les chiffres avancés par la Banque africaine de développement par la voix de sa directrice générale adjointe chargée de l’Afrique de l’Ouest, madame Akin Olugbadé, « La part cumulée des emplois vulnérables et des chômeurs dans la population active en Côte d’Ivoire se situe entre 70 et 90% ». Voici qui résume de façon très lapidaire l’aptitude économique de Dramane Ouattara, « l’économiste » célébré par les clameurs griotiques. En d’autres termes, un gestionnaire de cabine téléphonique à Anoumambo administrerait mieux la Côte d’Ivoire et y produirait plus d’emplois que ne le fait Dramane Ouattara présentement.

De même, la politique querelleuse, fourbe, anémiante, et meurtrière de Dramane Ouattara, qui a transformé la Côte d’Ivoire en une prison à ciel ouvert et un champ de misère, cette politique dont les Ivoiriens font les frais depuis 7 ans, et que les « alliés » RHDP de Dramane Ouattara, d’abord la bouche trop pleine pour parler, dénoncent, enfin, au fil des jours, parce que la pitance s’amenuisant et borborygmes s’intensifiant, est loin d’être inspirée des pays qui fascinent tant Dramane Ouattara. Tout se passe comme si, de tous ses voyages, Dramane Ouattara erre mais ne bouge guère, regarde mais ne voit rien. D’où cette question : Comment un tel homme, qui a tant voyagé et probablement tant vu, peut-il être aussi obtus à toute intensité égalitariste et progressiste ? La réponse à cette interrogation est très simple : n’apprend pas nécessairement quiconque voyage.

En effet, Dramane Ouattara est l’évidence même qu’un simple voyage dans l’espace de l’autre ne nous ouvre pas nécessairement l’esprit, ne nous permet pas nécessairement de comprendre le monde autrement qu’à travers une perspective étroite. Le plus grand des voyageurs peut demeurer plus obtus que le plus endurci des sédentaires. Joseph Conrad, Albert Schweitzer et Léo Frobénius n’étaient-ils pas tous des voyageurs ? Mais Chinua Achebe ne nous rappelle-t-il pas que ces voyageurs-là ont plus de choses à nous révéler sur leur étroitesse d’esprit que sur les terres étrangères qu’ils ont visitées ? Dramane Ouattara, en dépit des nombreuses années passées dans les universités étrangères, semble être retourné en Afrique plus autoritaire et plus aveugle aux changements du monde qu’il ne l’était au moment où il décrochait son baccalauréat dans un lycée de Ouagadougou.

Il n’est pas suffisant de voyager, mais plutôt de s’enrichir de ses voyages, de se laisser pénétrer – que l’on soit physiquement sédentaire ou pas – d’intensités nouvelles, de vibrations étrangères ; le vrai voyage n’implique pas, comme nous le rappellent Deleuze et Guattari, « nécessairement de grands mouvements en extension, [il peut se faire] immobile dans une chambre et sur un corps sans organes ». Le voyage qui forme et qui enrichit est un mouvement de l’intelligence qui s’ouvre à des flux étrangers ; car l’intelligence peut, dans un corps sédentaire, s’ouvrir à des connexions nouvelles ; elle peut aussi, dans un corps nomade, se fermer sur elle-même. Alassane Dramane Ouattara est certainement un grand voyageur en extension ; mais ses voyages l’ont très peu enrichi d’intensités formatrices. Il a vu des pays et du monde, mais n’en a pas plus appris sur la compassion et la négociation que le sédentaire qui n’est jamais sorti de son hameau. Le président Abraham Lincoln disait ceci : « Si vous voulez tester la capacité d’une personne, donnez-lui le pouvoir ». Dramane Ouattara « prit » le pouvoir et se révéla un cruel incapable recroquevillé dans un solipsisme désespérant.

TV5: « Le risque pour la CI est de garder Gbagbo à La Haye en dépit du vide du dossier »

Vincent Bolloré, digne héritier de Jules Ferry, Martial Frindéthié

640px-JulesFerryBonnat.jpg

Soupçonné de pratiques mafieuses en Afrique, Le milliardaire français Vincent Bolloré se défend en reproduisant un rabâchage hérité des premiers spéculateurs racistes venus d’Occident : « faut-il laisser l’Afrique à l’abandon ? » Telle est la parade de Bolloré ! En d’autres termes, L’Afrique n’a que deux choix : accepter les spéculateurs malhonnêtes ou périr. En d’autres termes, plutôt que de geindre, les Africains devraient dire « merci » au Grand Blanc dont les méthodes commerciales frauduleuses les ont sortis des ténèbres.

Cette rengaine, nous l’avons déjà entendue de Léopold II, qui après avoir réduit le Congo en un vaste champ d’esclaves travaillant à son compte, lorsque vint l’heure de rendre compte au monde de ses excès, se défendit que sans ses « investissements philanthropiques », le Congo serait demeuré sans civilisation. Et l’’on voit bien aujourd’hui l’héritage de civilisation que Léopold et ses héritiers ont légué au Congo.

Cette rengaine, nous l’avons aussi entendue de Jules Ferry, qui, le 28 juillet 1885, dans un plaidoyer pour l’expansion coloniale française, ânonnait devant les députés français que l’Afrique, le cœur des ténèbres habitée de « races inférieures », n’attendait que le messie français pour se civiliser : « Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures … Je dis que les races supérieures ont des devoirs … Est-ce que vous pouvez nier, est-ce que quelqu’un peut nier qu’il y a plus de justice, plus d’ordre matériel et moral, plus d’équité, plus de vertus sociales dans l’Afrique du Nord depuis que la France a fait sa conquête ? Est-ce qu’il est possible de nier que ce soit une bonne fortune pour ces malheureuses populations de l’Afrique équatoriale de tomber sous le protectorat de la nation française ou de la nation anglaise ? ».

Ainsi donc, la question que posait Jules Ferry en 1885 est celle que pose en 2018 Vincent Bolloré : « faut-il laisser l’Afrique à l’abandon ? Les races supérieures ont-elles le droit de laisser les races inférieures à l’abandon ?». Certains de nos « grands penseurs » nous conseilleraient plutôt de dire merci au Grand Blanc qui vient nous soutenir lorsque nous refusons de nous tenir debout, et ces mêmes « penseurs », dégoutés de notre « ingratitude » envers le Grand Blanc, lui conseilleraient ceci : « si l’Afrique refuse de se tenir debout, laissez-la tomber ». Ce que ne diront jamais ces pseudo-penseurs qui émargent chez les dictateurs qu’ils servent, c’est qu’en réalité, l’Afrique n’a pas besoin de prédateurs de la trempe des Bolloré ; que l’Afrique peut se tenir debout sans ces nuisibles exterminateurs occidentaux ; et que ce sont les dictateurs qu’ils servent, ces esclaves mentaux qui ne se sont jamais consolés d’être faits à la couleur du diable, et qui ne voient leur salut que dans l’Occidental – fût-il un prédateur – qui minent les efforts d’honnêtes investisseurs africains, préférant livrer l’Afrique à des fossoyeurs comme Bolloré.

« Faut-il laisser l’Afrique à l’abandon ? » Quelle malhonnêteté ! Mais surtout, quel mépris pour les Africains dans cette question. Comme s’il n’y avait pas d’investisseurs en Afrique ! N’est-ce pas ce même Bolloré, qui de concert avec le pouvoir corrompu d’Abidjan, et dans les conditions les plus déloyales, se démena pour arracher à Jean-Louis Billon, un Africain, un Ivoirien, le deuxième terminal à conteneurs d’Abidjan ? Et lorsque cet Africain-là, décidé à ne pas « laisser l’Afrique à l’abandon », fit un procès à Bolloré, qui vint à la rescousse du Grand Blanc déplacer le débat sur la vente du sucre en Côte d’Ivoire ? Sinon qu’un autre Africain, en la personne d’Ahmed Bakayoko, qui s’employa de tout son magma pachydermique à humilier Billon, l’invitant à sortir du gouvernement de Dramane Ouattara ? Comme si la condition sine qua non pour servir dans un gouvernement de Dramane Ouattara était d’abandonner sa cervelle aux vestiaires et de se vêtir du boubou de corrupteur et de corrompu !

Les Africains complexés, disposés à rationaliser les pratiques mafieuses des prédateurs occidentaux en Afrique, il y en aura toujours. De même qu’il eut dans le passé d’indignes « dignitaires » africains qui vendirent leurs frères et sœurs en esclavage aux négriers pour quelques miroiteries, il y a encore aujourd’hui, d’indignes « gouvernants africains » disposés à vendre l’Afrique à des « hommes d’affaires » véreux pour quelques privilèges personnels. Et c’est grâce à ces Africains complexés-là que des Bolloré pourront continuer à s’improviser les messies de l’Afrique.

 

 

Côte d’Ivoire : Pourquoi cette dictature ment-elle tant ? M. Frindéthié

dramane

Alassane Dramane Ouattara aurait « reçu mandat de la présidente Dagri pour signer l’accord politique de parti unifié ». Voici une nouvelle qui a causé chez les Ivoiriens une hilarité à les casser en deux. Et nous aussi aurions ri à gorge déployée si cette comédie ne reflétait un grave penchant de la dictature d’Abidjan pour le faux ; un penchant qui en définitive affecte négativement le vécu quotidien des Ivoiriens.

Il est en effet un fait – et certainement pas le seul – que nous trouvons très agaçant chez ceux qui gouvernent la Côte d’Ivoire depuis le coup d’Etat de 2011 : c’est leur propension à prendre des gants avec la vérité, à jouer à cache-cache avec le réel, à tricher avec les chiffres, à tromper, à – disons-le sans ambages ! – mentir sans vergogne ; c’est-à-dire, mentir bêtement, mentir lourdement, mentir gauchement, mentir inélégamment. Cette dictature ment jusqu’à croire à son propre mensonge. Cette façon de mentir n’est pas du tout ordinaire ; elle a quelque chose de pathologique.

Et je ne parle pas seulement de la mystification sans retenue de Sidi Tiémoko Touré, le ministre de la promotion de la jeunesse, de l’emploi des Jeunes et du service civique d’Alassane Dramane Ouattara, qui, confortablement installé sur le plateau du journal Afrique de TV5, ce jour de 4 avril 2018, déclarait, avec tout le calme d’un lac sans rides, que le taux de chômage en Côte d’Ivoire est de 2%. Et même lorsque, assommé par un tel attachement au faux de « notre » ministre, le journaliste de TV5 lui lança des « hum ! » et des « han ! » dubitatifs, Sidi Touré maintint sa fable : 2%, ce sont les vrais chiffres, si l’on considère que l’économie de la Côte d’Ivoire est principalement informelle et que ne sont pas pris en compte tous les travailleurs de l’informel dans les chiffres formellement divulgués.

Cet hyperbolique mensonge débité par Sidi Touré, il me revient que lorsqu’il fut pour la première fois énoncé à Abidjan en janvier 2017, avait aussitôt soulevé des protestations et d’impétueux appels au discernement, des cris d’orfraie du genre « prenez un peu les Ivoiriens au sérieux ! », que le porte-parole du gouvernement, Bruno Nagbané, se précipita d’apaiser, avançant, pour ce faire, un taux qui oscillerait entre 23% et 26%. La vérité vraie est que le taux de chômage en Côte d’Ivoire aujourd’hui n’est ni de 2% ni même de 23 ou 26%, mais pire.

La vérité vraie est que le taux de chômage le plus conservateur partagé par les observateurs sérieux, et qui prend en compte les emplois précaires, les emplois vulnérables, aussi bien que ces occupations dans le secteur informel que cite abondamment le régime d’Abidjan pour justifier ses chiffres, est de 42%. Pour que tiennent les chiffres avancés par Sidi Touré et Bruno Nagbané, il faudrait inclure sous la rubrique de « non chômeurs » du régime d’Abidjan les mendiants aux carrefours, les microbes écumant les nuits, les coupeurs de routes et les braqueurs qui ont désormais pignon sur rue et qui opèrent en toute impunité ; ah ! Ces microbes dont Sidi Touré, sur le même plateau de ce même jour, rationalise l’existence comme étant « un phénomène mondial » !

Et je ne parle pas seulement de cet autre gros mensonge de la dictature d’Abidjan sur cette autre chaîne internationale, un jour d’octobre 2014, où j’émergeais lentement aux nouvelles de CNN sur le déguerpissement des populations ivoiriennes installées dans les zones dites « à risques ». Alors que toute la Côte d’Ivoire savait que les déguerpis des zones à risques n’avaient, dans le meilleur des cas, perçu du gouvernement d’Alassane Dramane Ouattara qu’un dédommagement de 150.000 francs CFA (voir à ce sujet les articles suivants : http://www.imatin.net/article/societe/deguerpissement-des-zones-a-risques-150.000-f-par-famille_1496_1339706585.html http://www.koaci.com/cote-divoire-deguerpissement-quartier-tomber-mort-dattecoube-rase-94020.html?lang=1 ) ; et alors que dans la plupart des cas cette modique somme n’avait jamais été versée aux ayants droit, parce que détournée par certains fauves, quel ne fut mon étonnement, d’apprendre dans ce reportage de CNN que selon les autorités ivoiriennes les déplacés d’Abidjan percevaient pour chaque famille la somme de 2000 dollars (l’équivalent de 984.000 francs CFA). Quelle grosse tromperie !

Et je ne parle pas seulement de cet autre gros mensonge de Gon Coulibaly, qui, prenant les Ivoiriens pour des imbéciles coupés du monde extérieur, annonçait grossièrement que la Côte d’Ivoire était la 5e économie mondiale. Un mensonge que Dramane Ouattara, sur le parvis de l’Elysée, dans son style querelleur qui ne laisse à aucun journaliste l’occasion de finir une question avant de débiter son chapelet de mystifications, faillit réitérer, mais se satisfit de broder à la pénultième minute par la déclaration que la Côte d’Ivoire à « l’une des économies les plus enviables du monde ».

De quelle économie parle donc Ouattara ? Parle-t-il vraiment de cette économie de paupérisation qu’il a instituée en Côte d’Ivoire ? Car en vérité la politique coléreuse, tâtonnante, déficiente, et déshumanisante de Ouattara n’a jamais pu tenir les promesses qu’elle avait faites d’offrir à la jeunesse ivoirienne des milliers d’emplois ; tout comme elle a failli à sa promesse de construire 65000 nouvelles salles de classe et de bâtir 5 universités ultramodernes en 5 ans. La vérité vraie, c’est qu’après avoir pompeusement célébré son entrée dans le cercle des PPTE (le club des pays les plus pauvres et les plus endettés de la planète dont font partie l’Afghanistan, le Burundi, le Burkina Faso, la République Centrafricaine, l’Ethiopie, Haïti, la Guinée-Bissau, le Madagascar, le Malawi, le Mali, le Niger, le Rwanda, le Sénégal), une induction qui lui valut d’obtenir un allègement de la dette ivoirienne, le régime d’Abidjan, amoureux du clinquant, du scintillant, du lumineux, et du « m’as-tu vu ? », plutôt que de s’employer à l’amélioration des conditions de vie des Ivoiriens ployant sous le chômage, la pauvreté, et le mal-être moral et physique, se lança dans une vrille de galas, de soûleries, d’étalages de fortunes infondées, de voyages ruineux, et d’invites de stars (Delon, Rihanna, Deneuve, Carla Bruni, Kardashian, dont certains, comme Chris Brown, repartaient avec des enveloppes de 500 millions de nos francs).

Et lorsque l’argent fut gaspillé dans la satisfaction pulsionnelle du « regardez-moi », l’on se remit à tendre la main au monde comme de vulgaires mendiants, à s’endetter, à se rendetter et à se sur-rendetter sans la moindre vergogne auprès des « amis » de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, auprès des « amis » du Club de Paris et du Club de Londres, auprès des populations ivoiriennes par un déluge d’emprunts obligataires, et même auprès d’autres pays très, très pauvres et très, très endettés, comme le Congo de Sassou N’Guesso.

Les Ivoiriens commencent à se faire aux broderies éhontées du pouvoir, qui, d’un ricanement blasé, les écartent du revers de la main toutes les fois qu’elles sont débitées, en s’exclamant « encore une autre crise de mythomanie ! ». Mais aller les répéter sur des ondes internationales et en accuser, indifférent, les railleries du monde demande une audace et une amoralité exceptionnelles que très peu de personnes peuvent se permettre d’exhiber avec fierté. Ce n’est pas cette audace qui manque depuis 2011.

D’évidence, la politique est métier qui attire de nombreux fourbes et trompeurs ; cela est indéniable ! Mais tricher à s’oublier, tricher à exposer inélégamment les fils blancs de ses broderies ? Quelle goujaterie !

Il est temps de maitriser Bédié, le père sévère, qui persévère dans l’erreur ! M. Frindéthié

bedie

L’allégorie la plus illustrative qu’inspire Bédié, timonier inamovible du PDCI en ces moments tempétueux de l’histoire de la Côte d’Ivoire, est celle d’un « Wali », un père sévère et transcendant qui, au gouvernail d’un bateau ivre livré aux caprices des vents naufrageurs, se refuse à entendre tout conseil, interdit même à ses matelots l’énonciation de la moindre recommandation susceptible de sauver l’équipage, alors qu’avance vers les cruels écueils l’esquif désorienté.

Bédié, ce « capitaine » qui a perdu le cap, mais qui, mû par un nombrilisme et une vanité exceptionnels, s’obstine, contre tout bon sens, à mener le bateau PDCI à sa perte, a des antécédents dans l’histoire. Comme lui, des capitaines des temps moyenâgeux, habités d’une logique antédiluvienne, faisant fi des avertissements de leurs « conseillers », s’étaient, dans un entêtement suicidaire, obstinés à jeter leurs navires sur les pointes acérées des récifs. Mais l’histoire nous enseigne aussi que n’eurent pas raison de la raison collective tous ces opiniâtres timoniers, et que souventes fois, leurs ardeurs destructrices furent arrêtées par des membres d’équipage révoltés, qui, prenant en main leur destin, les maîtrisèrent, les ligotèrent, les abandonnèrent sur un canot au milieu du grand bleu tumultueux, afin qu’ils réalisassent seuls leurs appétences autodestructrices.

Bédié, pareil à ces capitaines de l’antiquité, est dans une logique de sabordement dans laquelle nous l’aurions laissé volontiers accomplir son destin si ses coquetteries avec Ouattara alors qu’il est au gouvernail du PDCI ne risquaient pas de faire sombrer toute la Côte d’Ivoire, n’avaient pas déjà tant déchiré la Côte d’Ivoire ; car, après tout, de même que c’est son droit à Bédié d’aimer la vie, c’est aussi son droit de désirer sa propre mort. Or Bédié n’est pas seul sur cet océan rendu hasardeux depuis l’arrivée du dictateur Ouattara. Il y est avec les occupants du bateau PDCI, mais aussi avec tous les autres navires ivoiriens qui, se cherchant un passage assuré entre les innombrables périls antidémocratiques plantés çà et là par l’autocrate Ouattara, voyagent dans ces eaux incertaines. Le « driving while texting to Ouattara » est donc un danger pour tous.

Mais nous, observateurs externes de la vie ou de la mort du PDCI, pouvons-nous intervenir ? Devons-nous intervenir ? Oui et oui ! Car il serait criminel de notre part, d’abord, de ne point porter assistance à ce bateau en péril qu’est le PDCI, et ensuite, de le laisser causer notre mort à nous aussi. La conduite aventureuse et narcissique de Bédié, son flirt dangereux avec le plus grand dictateur depuis Idi Amin Dada, menace la survie de la mère patrie.

Bédié doit être maitrisé. Il est, au même titre que Ouattara, le bourreau des Ivoiriens. S’il est permis à Bédié d’offrir à Ouattara une troisième extension de sa dictature, ce qu’il restera aux Ivoiriens demain, ce sera rien ! Ce sera le couronnement de l’abus des droits humains et la consécration de l’expropriation.

C’est pourquoi ce débat sur le parti unifié nous interpelle tous. C’est pourquoi nous encourageons les militants du PDCI, aussi bien pour le salut de leur parti que pour la survie de la Côte d’Ivoire, à faire usage de la sagesse qui dicte aux enfants de retirer la clé de la voiture à un père sénile et déliquescent ou qui commande aux amis de ne point laisser conduire un ami sous influence, pour tenir Bédié, ce père sévère qui persévère dans l’erreur, loin du gouvernail du PDCI. Ce qu’il faut au PDCI à un moment où Bédié n’entend plus aucune autre voix que celle du dictateur Ouattara, c’est une mutinerie du genre qu’opéraient les marins contre les capitaines capricieux. Il est temps qu’au PDCI, les militants qui désirent vivre et voir vivre leur parti ainsi que la Côte d’Ivoire toute entière aient le courage de destituer Bédié et de l’isoler dans son petit royaume de Daoukro, afin que se fasse la politique autrement qu’en suivant les borborygmes inassouvis d’un « leader fondamental » aux ordres d’un dictateur impénitent.

L’église catholique de Côte d’Ivoire a-t-elle perdu sa voie/voix ? M. Frindéthié

lezoutie 

En 1883, lorsque Léopold II, roi des Belges envoya ses premiers prêtres catholiques en Afrique endormir la méfiance des Congolais avant que n’arrivent ses armées et ses intérimaires achever le travail d’assujettissement et d’exploitation des Africains, voici ce qu’il leur enjoignit :

Révérends Pères et mes Chers Compatriotes,

La tâche qui vous est confiée est très délicate à remplir et demande du tact. Prêtres, vous allez certes pour l’évangélisation, mais cette évangélisation doit s’inspirer avant tout des intérêts de la Belgique. Le but principal de votre mission au Congo n’est donc point d’apprendre aux Nègres à connaître Dieu, car ils le connaissent déjà. Ils parlent et se soumettent à UN MUNDI, UN MUNGU, UN DIAKOMBA et que sais-je encore ; ils savent que tuer, voler, coucher avec la femme d’autrui, calomnier et injurier est mauvais. Ayons donc le courage de l’avouer. Vous n’irez donc pas leur apprendre ce qu’ils savent déjà. Votre rôle essentiel est de faciliter leur tâche aux Administratifs et aux Industriels. C’est dire donc que vous interpréterez l’Évangile d’une façon qui serve à mieux protéger nos intérêts dans cette partie du monde. Pour ce faire, vous veillerez entre autre à désintéresser nos sauvages des richesses dont regorgent leurs sols et sous-sols, pour éviter qu’ils s’y intéressent, qu’ils ne nous fassent pas une concurrence meurtrière et rêvent un jour de nous déloger. Votre connaissance de l’Évangile vous permettra de trouver facilement des textes recommandant aux fidèles d’aimer la pauvreté, tel par exemple : « HEUREUX LES PAUVRES CAR LE ROYAUME DES CIEUX EST A EUX. IL EST DIFFICILE AU RICHE D’ENTRER AU CIEL » (…) Votre action doit se porter essentiellement sur les jeunes afin qu’ils ne se révoltent pas (…) Insistez particulièrement sur la soumission et l’obéissance. Évitez de développer l’esprit critique dans vos écoles. Apprenez aux élèves à croire et non à raisonner. Ce sont-là, Chers Compatriotes, quelques-uns des principes que vous appliquerez. Vous en trouverez beaucoup d’autres dans les livres qui vous seront remis à la fin de cette séance. Évangélisez les Nègres à la mode des Africains, qu’ils restent toujours soumis aux « colonialistes blancs ». Qu’ils ne se révoltent jamais contre les injustices que ceux-ci leur feront subir. Faites leurs méditer chaque jour : « HEUREUX CEUX QUI PLEURENT CAR LE ROYAUME DES CIEUX EST A EUX ».

Que Léopold II ait vraiment prononcé ces mots ou pas importe peu. Ce qui importe ici, c’est la collusion observée entre l’église et le pouvoir politique dans l’exploitation de l’Afrique ; plus tragique encore, ce qui importe ici, c’est le fait qu’en Côte d’Ivoire l’église catholique semble s’être donné pour rôle d’influencer ses paroissiens dans le sens de l’indolence, d’abêtir ses ouailles pour la perpétuation de l’autocratie d’Alassane Dramane Ouattara. L’appel à l’action de la théologie de la libération, qui, des décennies plus tôt, dans les dictatures latino-américaines (Colombie, Brésil, Pérou, Nicaragua, Chili, Guatemala, etc.), défia les despotes pour, au nom du Christ, redresser les maux sociaux, alors qu’il retrouve un regain de détermination au Congo ou au Togo pour les nouveaux défis de l’Afrique, vient au contraire s’asphyxier sur les rives de la lagune ébrié, où se développe la plus grande dictature africaine depuis l’ère d’Amin Dada. Ici, à part le courage d’une poignée d’hommes en chasubles, dont Mgr Marcellin Kouadio et Mgr Jean-Pierre Kutwa, qui osèrent dénoncer la dictature de Ouattara, la plupart des prêtres catholiques se sont murés dans un silence coupable. Ici, il m’en souvient la verbosité labyrinthique de Mgr Lézoutié, qui, le 10 janvier 2011, après avoir mélangé analogies footballistiques à allégories théologiques et presque comparé Alassane Dramane Ouattara à Jésus, demandait à Gbagbo de démissionner pour alléger la souffrance des Ivoiriens. Notre Lezoutié qui, curieusement, à part quelques bafouillages, est resté brutalement silencieux aujourd’hui ! Ici, il m’en souvient les pyrotechnies de Mgr Ahouana dans la CONARIV, cette « connerie » qui n’a servi à rien d’autre qu’à donner bonne conscience au despote Ouattara, et qui, sa mission accomplie, fut fermée sans ménagement par Koné Mariatou. Notre Ahouana qui est demeuré brutalement silencieux aujourd’hui ! Tout porterait à croire que l’église catholique ivoirienne a perdu sa voie/voix, se faisant de plus en plus la voix du dictateur Ouattara. L’église catholique ivoirienne, plutôt que d’enseigner inlassablement aux Ivoiriens à tourner l’autre joue aux abus de Ouattara, gagnerait à s’inspirer de l’église catholique congolaise, une église à l’écoute des préoccupations du peuple, catéchisant une théologie de la délivrance.

Concertation sur le parti unifié : A Quel jeu de dames Ouattara a-t-il invité Bédié ? M. Frindéthié

Le damier

Le cinéaste congolais Balufu Bakupa Kanyinda a produit un film très réaliste, Le damier: Papa National oye, dans lequel Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga est représenté comme un despote qui aime à inviter ses critiques à un jeu de dames dont le résultat est connu d’avance : la victoire de Mobutu ou la potence. A la vue de Ouattara et Bédié attablés devant des « dossiers », engagés dans ce que l’on voudrait faire passer pour d’âpres et civiles discussions sur le processus du parti unifié, je ne pus m’empêcher un petit sourire et une évocation des bouffonneries de l’ex-dictateur de Kinshasa.

A quel jeu de dames Ouattara a-t-il invité Bédié ? Surtout lorsqu’à la révélation du communiqué final de cette « récréation » privée, qui se veut nécessairement publique, Ouattara et Bédié ne se sont « convaincus » que d’une tautologie : s’accorder en principe sur un accord de principe précédemment affirmé ?

Pour l’observateur lucide de la politique ivoirienne, Il y a quelque chose de fondamentalement dérangeant, d’absolument licencieux, de vraiment mobutuesque dans les rapports qu’entretient Ouattara avec son « aîné » Bédié, lorsqu’à la moindre incartade du PDCI ou au moindre écart d’une voix dissidente au PDCI, Bédié est sommé par Ouattara à une « partie de dames » au palais, et en revient tout discipliné, tout dompté, tout calme, comme sous l’effet de forte sédation. Quel est donc ce jeu de dames qu’impose Ouattara à Bédié, et dont le résultat est toujours déjà connu, et pour lequel Bédié ignore les stratégies et les recommandations que lui prodiguent ses jeunes conseillers au PDCI, pour lequel Bédié ignore tout, jusqu’à la survie du PDCI, acceptant de fondre ce vieux parti dans une structure, dans un surnom, le RHDP, qui pour les Ivoiriens, dans leur majorité, dénote désormais de l’autocratie, du clanisme, de l’injustice, de l’incompétence, de la corruption, de la mort ?

Assurément, le « damier » de Ouattara, comme celui de Mobutu, est régi par la violence. Le jeu de dame de Ouattara est dictatorial, codifié sur des règles rigides et imposées par Ouattara à Bédié, des règles censées contrôler toute idiosyncrasie qui viendrait à contredire le discours autocratique de Ouattara. Malheureusement pour Ouattara, un jeu de dames est une émulation d’invectives entre les joueurs, de railleries, de vérités dites sous le couvert de la distraction. Ouattara a beau museler Bédié dans son jeu imposé avec ses règles unilatérales, malheureusement pour lui, aucune volonté autocratique de contrôler le flux du discours ou de restreindre le mouvement des citoyens ne peut résister à la variabilité de directions dans le jeu de dames.

D’ailleurs, dans le film de Kanyinda, un acteur, un poète, un champion du peuple osa battre Mobutu à son propre jeu de dames, avec tout ce que suppose cette partie de railleries, d’invectives, de dévoilement des excès du dictateur. Et pendant que le trainaient les gardes de Mobutu vers la potence, il fit cette révélation prophétique : « Tu ne perds rien pour attendre ! Le changement viendra ! Tu ne perds rien pour attendre ! Le changement viendra coûte que coûte ! » Question : Mobutu fait-il toujours la pluie et le beau temps au Congo ?