(Dec. 1, 2010) The United Nations, the IMF, and the “Unholy Trinity of Waste, Fraud and Abuse”, M. Frindéthié

It is under kofi Annan, when he was Secretary General of the United Nations, that the split of Cote d’Ivoire between a rebel North and a constitutional South got sanctified. At the time, Kofi Annan was under pressure by the Bush administration to show patte blanche on the “oil for food” program and France needed to regain control of the richest French-speaking African country that was progressively distancing itself from Paris under President Gbagbo’s leadership. Chirac and Annan had something to give each other: Annan needed Paris’s support to fend the American onslaught and Chirac needed the United Nations to weaken Gbagbo. Annan’s/the UN’s sanctification of the Northern rebellion in Cote d’Ivoire tells a compelling story: While Africa should be proud of its sons of daughters who have “made it” on the global stage, on the other hand, Africa should remain extremely wary of the petite bourgeoisie that has been reared in the nurseries of such organizations as the United Nations, the World Bank, and the IMF, a petite bourgeoisie whose interests lie in the maintenance and continuance of Africa’s enslavement. In 1997 the world and Africa in particular greeted with much elation the appointment of the first sub–Saharan African, Ghanaian Kofi Annan, as head of the United Nations. Annan even received some praise and enthusiastic wishes of success from very unlikely supporters. Then senior vice president of the American Enterprise Institute, John R. Bolton, who would later become one of Annan’s fiercest critics, had this to say of Annan’s “win” over Tanzanian Salim A. Salim. “The winner, Kofi Annan, was certainly preferable to Salim. Virtually all Annan’s career has been within the UN system, frequently in management and personnel positions. Few know the “system” better than Annan. He is therefore in the best possible position to deliver on reform, for bureaucratic trials, jargon and obfuscation are not likely to distract him if he is engaged. From January 1, 1997, forward, the world can judge his performance.” Could it be that the “system” to which Bolton was referring was what Stefan Halper named the United Nations’ “unholy trinity of waste, fraud, and abuse,” for indeed the world got to judge Annan and the verdict was resoundingly depressing? Truly, “a kleptocratic culture of non-accountability at home was transferred to the world body.” Annan managed the United Nations as a traditional Ghanaian village chief would manage his family plantation, that is, with no regard to transparency and good governance, but rather with particular propensity for nepotism, dereliction, and corruption. Under Annan’s predecessor, Boutros Boutros-Ghali, corruption, which was rampant in the United Nations, was thought to have reached its peak. However, Annan, who had been waiting for years in the antechamber of power, in the shadow of Boutros-Ghali as under-secretary general of the United Nations, was going to prove the critics of his boss wrong even before he had his chance to preside over the destiny of this most money-hungry institution. In a feat of pathological perfectionism Annan was going to take corruption to its uppermost eruption and claim for himself the palm of the world’s shadiest official. For Annan, how better could he claim the center of capitalism than to accumulate capitalism’s most valued assets, that is, money? So, when under his auspices the United Nations had the opportunity to administer the Oil-for-Food program, a program with a capital five-fold the United Nations’ own budget, Annan sought illegal means to hoard as much as he could of these funds either directly or indirectly. Indeed, in the aftermath of the 1991 Gulf War, the United States had imposed a series of trade embargoes on the Saddam regime. However, as is well known, sanctions imposed on despots have generally been circumvented by the governing classes they are meant to squeeze and have usually brought hardships on the ordinary people. To prevent this pattern from repeating itself in Iraq, the sanctioning authority allowed Iraqi oil to be sold, provided that the takings of the sale should be managed by the United Nations and utilized to buy food and humanitarian supplies for the people of Iraq and to fix the destroyed infrastructures of the country. In 1996, Kofi Annan was charged by Boutros-Ghali to administer the Oil-for-Food program, which was spasmodic at the time. Among the expert brokers that Annan brought in to make the program effective were his own son Kojo Annan and infamous Robert Mugabe’s nephew Leo Mugabe. Within seven years, the Annan dream team for the management of the Oil-for-Food program was able to reorient and embezzle billions of dollars with the complicity of Saddam, and this grand theft “would have succeeded without a hitch had not Saddam Hussein’s regime been overthrown and the Oil-for-Food program been transferred in all its mysterious splendor to the U.S.-led coalition in Iraq.”Of the 67 billion dollars that the export of oil generated between 1996 and 2003, Annan’s head of humanitarian program, Benon Sevan, before retiring to his 1.5-million-dollar mansion in New York, was able to report “31 billion in supplies of food and medicine delivered to the Iraqi people, leaving $8.2 billion in humanitarian goods still to be delivered…. $3 billion had gone in development funds to rebuild Iraq.” What of the rest? Well, in this age of digitized information, the United Nations internal managers/investigators for the Oil-for-Food program were sorry to inform the world that with the bombing of Baghdad by the coalition troops, important documents pertaining to the program got lost—as if the headquarters of the United nations were located in Saddam’s personal palaces; as if the United Nations, this over-budgeted institution, were still keeping records on first-century scrolls. In fact, “[t]he Oil-for-Food scandal is a potent indictment of the way business is done at the UN Secretariat. It represents the ongoing impeachment of the UN system, a symbol of continuing massive corruption involving the theft of close to $11 billion in revenues…. In fact, this recent scandal is not an aberration at the UN. It forms part of a pattern that can be considered the norm.” Where else than at the United Nations, the World Bank, and the IMF, these cradles of world corruption, could the black slaver fulfill his dream of tending exponentially toward the glittering center of white bliss? Where else than there could he accumulate the fastest possible that which allows him to mark his difference from the bottom billion crouching in the rural poverties of Africa and Asia? Where else than there could he amass the necessary assets that would make him a modern man in the urban space, in the company of the white? Annan’s attitude is symptomatic of the black elites’ perfectionist superfluity. The African petite bourgeoisie reared within such world organizations as the UN or the IMF, affected by inferiority complex, and that “pander[s] to Western opinion.” is on a binge for praise. Alassane Ouattara belongs to that class of approval seekers, and he would do anything to please the West and to avoid the West’s reprimand. Laurent Gbagbo does not fit the mold of France’s black governors as represented by Bokassa, Bongo I, Compaoré, Biya, Nguesso or Ouattara. The latter has been exposed as a vile politician that is more concerned about protecting the interests of his imperialist masters than ensuring and safeguarding the welfare of the Ivorian people, a people that has vowed never to bend to the imperialist pressure. His multiple calls for a popular uprising since 2002 and his attempts at coups d’état have repeatedly failed. His Occidental masters, however, are resolute to put him on the throne in spite of the people’s resistance. This sets the stage for another African calamity.

Read more in K. Martial Frindéthié’s Globalization and the Seduction of Africa’s Ruling Class: An Argument for a New Philosophy of Philosophy (McFarland, 2010)

(Vidéo) Nahibly, après le passage de la meute meurtrière de Dramane Ouattara (publié en octobre 2012), M. Frindéthié

NahiblyLe 20 juillet 2012, la milice ethnique d’Alassane Dramane Ouattara, escortée par les FRCI et les chasseurs (dozos) convertis à l’épuration ethnologique de Dramane Ouattara, a fait irruption dans le camp de Nahibly, où 5000 Wê chassés de leurs terres avaient cru trouver refuge sous la « protection » des casques bleus. Là, sous le regard impassible des soldats de l’ONU, les miliciens de Ouattara ont détruit 90% des infrastructures du camp, massacré 13 réfugiés et blessé des dizaines d’autres. Dans la vidéo ci-dessous, deux femmes qui ont miraculeusement échappé au massacre des miliciens de Ouattara essaient de retrouver, l’une sa mère, et l’autre ses enfants dans les décombres encore fumantes du camp dévasté.

https://www.facebook.com/photo.php?v=132038450286753&set=vb.100004417961800&type=2&theater

Autres articles sur le sujet:

https://frindethie.wordpress.com/2012/12/01/video-massacres-au-camp-de-refugies-de-nahibly-ils-y-etaient-comme-a-un-spectacle-m-frindethie/

https://frindethie.wordpress.com/2012/10/21/reportage-video-de-france-24-ames-sensibles-sabstenir-duekoue-des-charniers-crees-par-les-soldats-et-milices-de-ouattara-frci-et-dozos-lors-de-lattaque-du-camp-de-refugies/

https://frindethie.wordpress.com/2012/11/01/rapports-accablant-damnesty-international-de-la-fidh-et-des-etats-unis-amadou-soumahoro-repond-ce-nest-pas-nous-cest-gbagbo-m-frindethie/

https://frindethie.wordpress.com/2012/10/30/cote-divoire-is-a-lawless-zone-of-human-rights-violations-the-international-federation-of-human-rights-league-corroborates-amnesty-internationals-accusations-martial-frindethie/

https://frindethie.wordpress.com/2012/10/26/cote-divoire-amnesty-international-confirme-etat-voyou-arrestations-arbitraires-enlevements-illegaux-ranconnements-tortures-executions-extrajudiciaires/

https://frindethie.wordpress.com/2012/09/10/there-is-a-genocide-going-on-in-cote-divoire-martial-frindethie/

La Côte d’Ivoire des génocidaires à l’heure de l’épuration religieuse (11/11/2011) , Martial Frindéthié

Depuis sa prise de pouvoir par les armes, le régime génocidaire de Dramane Ouattara n’a jamais fait dans la dentelle quant à son intention d’instaurer, en lieu et place de la république laïque qui a toujours existé en Côte d’Ivoire, une république islamique. Déjà dans les années 90, alors que Dramane, croyant pouvoir se présenter aux élections ivoiriennes en faisant du faux et usage de faux, s’était fait pincer et disqualifier pour « nationalité douteuse » comme un vulgaire brouteur par le régime de Bédié, le Boucher d’Abidjan n’avait pas hésité une seconde à faire se fusionner géographie et religion dans sa pleurnicherie légendaire :  « On ne veut pas que je sois président parce que je suis musulman et nordiste ». A partir de cette jérémiade, Dramane Ouattara réussit à fédérer la majorité des musulmans nordistes qui menèrent son jihad contre les communautés en majorité chrétiennes du sud de la Côte d’Ivoire, auxquelles il reprochait, pour la plupart, d’avoir soutenu la candidature du Président Gbagbo.

Ainsi, le 17 avril 2011, ce dimanche des Rameaux, une semaine après l’arrestation du Président Gbagbo, 10 jours après l’assassinat des 8.000 habitants de Duékoué, les Chrétiens de Côte d’Ivoire persécutés jusque dans leurs lieux de culte, se terrèrent chez eux pour éviter les excursions assassines des soldats et milices de Dramane entraînés aux méthodes de Boko Haram, qui, enivrés de l’apothéose « du musulman nordiste », brûlaient églises et paroissiens dans une totale impunité.

On avait cru pourtant que la destruction martiale de la foi chrétienne par l’administration génocidaire allait s’estomper pour prendre une forme plus dissimulée, moins tapageuse ; comme la nomination de Musulmans à la place de Chrétiens dans l’administration publique, comme le remplacement des militaires chrétiens par des milices-dozos, comme la nominations d’incultes seigneurs de guerre de confession musulmane et du nord (tels Ben Laden, Zakaria, Wattao, Massemba, etc.), comme l’armement renforcé des rebelles musulmans du nord et le désarmement des gendarmes et policiers chrétiens, comme l’expulsion des enfants de familles chrétiennes de l’Ecole Militaire Préparatoire Technique (EMPT) de Bingerville et leur remplacement par des enfants de familles musulmanes  du Nord méticuleusement sélectionnées par le très remarquable général Soumaïla Bakayoko ; en fait on avait cru que la destruction brutale et officielle de la foi chrétienne par le régime génocidaire de Dramane Ouattara se ferait avec des gants. C’était sans compter avec la résolution manifeste du régime génocidaire à l’épuration ethnique et religieuse.

Ce mercredi 7 novembre 2012, après avoir tenté en vain de faire endosser aux pasteurs chrétiens les attaques des FRCI-rebelles par le Commando Mystérieux, le régime génocidaire a enfin joué cartes sur table. Le ministre de l’enseignement supérieur de Dramane Ouattara a lancé ses bulldozers à l’assaut de l’Eglise des Assemblées de Dieu de Cocody. Preuve que malgré les appels d’Amnesty International et de la FIDH à la retenue, le régime génocidaire de s’est jamais détourné de ses objectifs dont l’épuration religieuse demeure l’une des pièces maitresses. Aujourd’hui, c’est Kandia Camara, ce sinistre désert culturel qui fait office de « ministre de l’éducation » dans l’administration du boucher venu de Sindou, qui intègre 116 écoles islamistes dans l’éducation publique d’un pays laïc. Bonjour les dégâts!

Côte d’Ivoire : Banny pour le désarmement des « dozos » avant les présidentielles de 2015

charles-konan-BanyABIDJAN – L’organisation d’une élection présidentielle « paisible » en 2015 passe par le désarmement des « dozos », des chasseurs traditionnels accusés de crimes, a estimé lundi le chef de la Commission Dialogue, vérité et réconciliation de Côte d’Ivoire.

« Pour des élections paisibles et non confligènes, il faut le désarmement des dozos », a affirmé à l’AFP le président de la Commission Dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), l’ancien Premier ministre ivoirien Charles Konan Banny (PDCI – un parti au pouvoir).

« Les dozos, dans une République ça n’existe pas! », a martelé M. Banny, dont le mandat à la tête de la CDVR vient d’être prolongé d’un an.dozos

« Si chacun doit convoquer ses confréries tribales où allons-nous? », s’est-il interrogé, invitant « tous ceux qui ne sont pas aptes à porter des armes (…) à les déposer ».

Pour lui, la présidentielle de 2015 ne devrait pas se tenir dans « la peur (…)et qu’on ne dise pas que tel ou tel a voté sous la menace des armes ».

Les dozos, majoritairement en faveur d’Alassane Ouattara, l’ont aidé à prendre le pouvoir durant la crise postélectorale de 2010-2011, quand Alassane Ouattara avait refusé de reconnaître la victoire de Laurent Gbagbo.

Un rapport de l’ONU les accuse d’avoir tué au moins 228 personnes et d’en avoir blessé 164 entre mars 2009 et mai 2013. Les autorités estiment leur nombre à 200.000, davantage que les forces armées ivoiriennes.

Le patron de la CDVR s’est également prononcé pour la révision de la liste électorale, y voyant « une question d’intérêt national » avant le scrutin de 2015. Les notions de nationalité et de citoyenneté constituent un problème épineux en Côte d’Ivoire, où se servant d’un débat sur l’ »ivoirité » les rebelles de Ouattara avaient enflammé le pays il y a une dizaine d’années.

M. Banny a également appelé à une « recomposition » de la Commission électorale indépendante (CEI), qui supervisera l’élection à venir et qui est pour l’instant dominée par les membres des partis au pouvoir.

La réussite de la prochaine présidentielle apparait impérative en Côte d’Ivoire afin d’apaiser définitivement un pays ayant connu une décennie de crise politico-militaire, ponctuée par les violences de 2010-2011, qui avaient fait plus de 3.000 morts.

Kenya’s Election: What Uhuru Kenyatta’s Victory Means for Africa, Alex Perry

A Masaai woman casts her vote in a general election in Ilbissil, Kenya, March 4, 2013.

A Masaai woman casts her vote in a general election in Ilbissil, Kenya, March 4, 2013.

Uhuru Kenyatta, wanted by the International Criminal Court (ICC) for crimes against humanity, won election Saturday as Kenya‘s new President. The Independent Electoral and Boundaries Commission announced that Kenya’s richest man, the current Deputy Prime Minister and former Finance Minister, and the son of Kenya’s first President Jomo Kenyatta, won 50.07% of the vote — just marginally more than was needed to avoid a second round run-off. Kenyatta’s running mate Will Ruto, a second of the four Kenyans indicted by the ICC, is slated to become Deputy President. Turnout was a high 86%. With the margin of victory so thin, and the count plagued by days of delays and hundreds of thousands of spoiled ballots, Kenyatta’s main rival, Prime Minister Raila Odinga, has already said he will fight it in court.

If the result withstands Odinga’s challenge, a win for Kenyatta would represent the most stunning articulation to date of a renewed mood of self-assertion in Africa. Half a century ago, Africa echoed with the sound of anti-colonial liberation. Today, 10 years of dramatic and sustained economic growth and a growing political maturity coinciding with the economic meltdown in the West and political dysfunction in Washington and Europe, has granted Africa’s leaders the authority and means to once again challenge Western intervention on the continent, whether it comes in the form of foreign diplomatic pressure, foreign aid, foreign rights monitors or even foreign correspondents. In his victory speech, Kenyatta said: “Today, we celebrate the triumph of democracy; the triumph of peace; the triumph of nationhood. Despite the misgivings of many in the world, we demonstrated a level of political maturity that surpassed expectations. That is the real victory today. A victory for our nation. A victory that demonstrates to all that Kenya has finally come of age. That this, indeed, is Kenya’s moment.” He also pledged to work together with his political opponents with “friendship and cooperation.” “Kenya needs us to work together,” he said. “Kenya needs us to move on.” In a pointed warning to the international community, he added: “We expect the international community [to] respect the sovereignty and democratic will of the people of Kenya. The Africa star is shining brightly and the destiny of Africa is now in our hands.”

Supporters of Kenyan presidential candidate Uhuru Kenyatta touch his picture on an election poster as they celebrate upon learning of his victory in Kenya's national elections on March 9, 2013 in Kiambu, north of Nairobi.

Supporters of Kenyan presidential candidate Uhuru Kenyatta touch his picture on an election poster as they celebrate upon learning of his victory in Kenya’s national elections on March 9, 2013 in Kiambu, north of Nairobi.

The ICC, based in The Hague, is a particular focus of African anger. The court accuses Kenyatta of being one of four Kenyans who orchestrated the bloody tribal violence which followed the last election in 2007-8. After troops loyal to the incumbent Mwai Kibaki — from Kenyatta’s Kikuyu tribe — stormed the counting center and forced officials to declare their candidate the winner, the country erupted in weeks of killing in which around 1,200 died and tens of thousands were displaced. The ICC intervened to try to bring those most responsible for the violence to account after concluding Kenya was unable to do so for itself

But the ICC’s focus on Africa — nearly all of its investigations concern Africans — has earned it accusations of bias. And the manner in which the 2007-8 tribal violence was beamed around the world by the Western media, deterring tourists and overshadowing the story of an increasingly less impoverished, and more healthy, sophisticated and self-reliant Kenya, also drew widespread resentment. At this election, with a new 2010 constitution, and a new electoral body with a new — though not glitch-free — electronic voting system, Kenyans’ determination to hold a peaceful election has been palpable. The popular mood has also been notably anti-Western. Foreign diplomats have been warned of blood-curdling revenge should they interfere in the poll. Foreign journalists have been publicly ridiculed and denounced as prejudiced if they predicted chaos and disaster. And a central message of most candidates’ campaigns was strident, patriotic self-determination. Kenyatta and Ruto — who deny the charges brought by the ICC — managed to convert a Kenyan public that initially largely supported the ICC’s attempts to call them to account into one that viewed the ICC as a representative of unwarranted Western interference in African affairs. In the last days of the campaign, Kenyatta’s Jubilee Alliance reflected and heightened the anti-West mood, saying it was “deeply concerned about the shadowy, suspicious and rather animated involvement of the British High Commissioner in Kenya’s election.” Such assertions of sovereignty are only likely to intensify under a Kenyatta presidency. Ruto’s trial is due to begin on May 28, Kenyatta’s on July 9. Both men have said they will attend — a point Kenyatta repeated Saturday when he said his government would “continue to cooperate with international institutions.” Kenyatta has, however, said that his official duties would prevent their pair from being at The Hague continually — a pointed diluting of the court’s importance, and one that will likely drag out trials already expected to last several years.

From the West’s perspective, a Kenyatta victory presents a conundrum. Assistant Secretary for African Affairs, Johnnie Carson, warned before the election that “choices have consequences,” widely seen as a recommendation that voters should back Odinga. London has already warned that it would keep official contact with a President Kenyatta to a minimum, as it does with Zimbabwean President Robert Mugabe. But the reality is that, in a world where Kenya finds itself as much sought after as suitor, Western powers no longer get to call the shots in Africa. In many ways, and particularly in its home-grown innovations in mobile technology such as mobile banking and solar power, Kenya personifies the new, emerging Africa of young and dynamic entrepreneurs. Its position as East Africa’s business hub has only been enhanced by its recent discovery of large reserves of oil and gas. Kenya is also a lynchpin of the U.S. and European security structure in Africa, ranged as it is against Islamist groups and pirates, particularly in neighboring Somalia. Westerners rely on Kenya in other ways too: the Kenyan capital, Nairobi, is the base of choice for much of the international community in East Africa, from large embassies to aid group headquarters to donor conferences to security contractors. And should the West give Kenya the cold shoulder, it may find it is not missed as it once might have been: Chinese, Indian, Middle Eastern and Latin American diplomats and businessmen are also part of the fabric in today’s Kenya.

In Washington last month, Carson’s predecessor at the State Department Jendayi Frazer warned Western leaders to be “pragmatic” in their approach to Kenya, adding she was “troubled” by Carson’s “very reckless and irresponsible” statement, which she called “essentially meddling in Kenya’s election.” The ICC case against Kenyatta “is a weak one and is based on hearsay,” she said in a public discussion at the Brookings Institution, and — in words that might have come from Kenyatta himself — she added the ICC itself was “a very manipulated institution, particularly by the West.”

Carnet de voyage: Maurice, un modèle de développement, M. Frindéthié

Gay Parade à Rose Hill, Maurice

Gay Parade à Rose Hill, Maurice

De septembre 2011 à juillet 2012, j’ai enseigné à l’Université de Maurice dans le cadre du prestigieux programme Fulbright. En attendant la sortie de la monographie que j’ai décidé de consacrer à cette petite île métissée de 2040 km2 nichée dans l’Océan Indien, à quelques 200 kilomètres des côtes sud-ouest de l’Afrique, je ne peux attendre de partager avec vous ce qui donne à Maurice sa réputation paradisiaque. Non, je ne parlerai pas ici des Mauriciennes, certainement les plus belles femmes du monde, qui portent casuellement, sans s’en vanter, sans même le réaliser, comme si cela devait aller de soi, leur beauté explosive, et qui font se pâmer moult visiteurs. Je parlerai plutôt de ce pays qui, sans aucune ressource naturelle (ni diamant, ni or, ni gaz naturel, ni pétrole, ni bois, ni hévéa, ni café, ni cacao, ni coton, ni fruits tropicaux, ni copra, ni anacarde), mais seulement avec quelques hectares de cannes à sucre et de thé, et une singulière dose de détermination, a réussi à se hisser au zénith du développement et à y demeurer pendant plus d’une décennie.

Cette année encore, comme les années précédentes, l’île Maurice a ravi à tous les pays africains la meilleure place en gouvernance. Dans pratiquement tous les domaines de taxinomie établis par l’Ibrahim Index of African Governance pour le classement des pays africains, Maurice reste largement en tête. Sans discours griotiques, sans trompettes, sans darboukas, mais surtout sans rébellions, mais avec une résolution à développer son capital humain, Maurice, ce pays qui, il y a seulement 40 ans était couvert à 70% de champs de cannes, s’est fait une réputation de hub financier et technologique où il fait bon travailler et vivre.

Les économistes—les vrais, plaît-il !—ne tarissent pas d’éloges sur le pays, qu’ils caractérisent de miracle économique. Et en vérité, Maurice—dont le PIB de plus de $8.000 par habitant a constamment augmenté de 5% depuis les 30 dernières années, Maurice qui demeure le premier pays africain en gouvernance, le meilleur environnement africain pour le business, Maurice qui a un taux de chômage en-dessous de 2% , Maurice dont près de 90% des nationaux sont propriétaires des maisons qu’ils habitent, Maurice qui garantit la couverture médicale et sociale gratuite à tous ses citoyens, Maurice qui assure la gratuité de l’éducation du primaire à la fin du cursus universitaire à tous ses enfants, Maurice a des leçons de prospérité à donner, pas seulement au Tiers-Monde, mais aussi au « Premier Monde », y compris les Etats-Unis. Oh, Maurice n’est pas parfait ! La perfection n’est pas de ce monde. Cependant, les dirigeants africains, si prompts à accéder au pouvoir en enjambant des cadavres humains, devraient s’inspirer de ce petit pays qui fait son « petit » bout de chemin en misant sur son capital humain.

 

Enfin de vrais chiffres ! Et les génocidaires demeurent toujours à la traîne, M. Frindéthié

moibrahimÇa y est ! Le classement Mo Ibrahim de 2012 des pays africains est enfin disponible. Et tenez-vous bien, les génocidaires demeurent toujours à la traîne malgré les chiffres fantaisistes que leurs griots avançaient ces dernières semaines. La Côte d’Ivoire des génocidaires demeure 46e sur 52 pays étudiés (46e sur 53 l’année dernière). On aurait pu se dire « ouf, ce n’est pas pire que l’an dernier !» si et seulement si l’on ne faisait pas attention aux détails. Dans les détails, les choses se sont bien dégradées. D’abord, voyons quelques-uns des pays qui ont surclassé la Côte d’Ivoire des génocidaires : Le Sénégal 16e, le Malawi 17; le Mali 20e, le Ruanda 23e, le Kenya 25e, les Comores 31e, Madagascar, eh oui, Madagascar 35e, le Togo 39e. Les génocidaires se consoleront certainement d’être au moins avant des pays comme le Tchad, la Somalie, la Centrafrique, et l’Érythrée. Cependant, comment les génocidaires expliqueront-ils le fait qu’en dépit de ce que clame leur économiste-messie-président sur les ondes propagandistes, l’indice d’opportunités économiques ait chuté de 0,6% depuis 2011, que l’indice de sécurité ait chuté de 8,8% depuis 2011, qu’en matière d’état de droit la Côte d’Ivoire soit 48e sur 52 pays et qu’en matière de développement du capital humain elle se classe 42? Comment expliqueront-ils cela ? Evidemment ils continueront de battre la darbouka des grands discours et de la confusion. Ou peut-être diront-ils que c’est encore le Président Gbagbo qui, depuis la Haye, manipule les chiffres !

(Vidéo) Nahibly, après le passage de la meute meurtrière de Dramane Ouattara, M. Frindéthié

NahiblyLe 20 juillet 2012, la milice ethnique d’Alassane Dramane Ouattara, escortée par les FRCI et les chasseurs (dozos) convertis à l’épuration ethnologique de Dramane Ouattara, a fait irruption dans le camp de Nahibly, où 5000 Wê chassés de leurs terres avaient cru trouver refuge sous la « protection » des casques bleus. Là, sous le regard impassible des soldats de l’ONU, les miliciens de Ouattara ont détruit 90% des infrastructures du camp, massacré 13 réfugiés et blessé des dizaines d’autres. Dans la vidéo ci-dessous, deux femmes qui ont miraculeusement échappé au massacre des miliciens de Ouattara essaient de retrouver, l’une sa mère, et l’autre ses enfants dans les décombres encore fumantes du camp dévasté.

https://www.facebook.com/photo.php?v=132038450286753&set=vb.100004417961800&type=2&theater

Autres articles sur le sujet:

https://frindethie.wordpress.com/2012/12/01/video-massacres-au-camp-de-refugies-de-nahibly-ils-y-etaient-comme-a-un-spectacle-m-frindethie/

https://frindethie.wordpress.com/2012/10/21/reportage-video-de-france-24-ames-sensibles-sabstenir-duekoue-des-charniers-crees-par-les-soldats-et-milices-de-ouattara-frci-et-dozos-lors-de-lattaque-du-camp-de-refugies/

https://frindethie.wordpress.com/2012/11/01/rapports-accablant-damnesty-international-de-la-fidh-et-des-etats-unis-amadou-soumahoro-repond-ce-nest-pas-nous-cest-gbagbo-m-frindethie/

https://frindethie.wordpress.com/2012/10/30/cote-divoire-is-a-lawless-zone-of-human-rights-violations-the-international-federation-of-human-rights-league-corroborates-amnesty-internationals-accusations-martial-frindethie/

https://frindethie.wordpress.com/2012/10/26/cote-divoire-amnesty-international-confirme-etat-voyou-arrestations-arbitraires-enlevements-illegaux-ranconnements-tortures-executions-extrajudiciaires/

https://frindethie.wordpress.com/2012/09/10/there-is-a-genocide-going-on-in-cote-divoire-martial-frindethie/

Endettement, Désendettement, Réendettement, Surendettement : Quand les concierges noirs maintiennent l’Afrique dans la tourmente du sous-développement, M. Frindéthié

Concierge noirMis à part quelques pays anglophones, l’Afrique en général, et l’Afrique francophone en particulier, s’est spécialisée dans le transfert vers les pays développés de ses ressources géologiques et agricoles. Les seules importations dans lesquelles l’Afrique francophone s’est particulièrement illustrée comme experte sont les importations de la dette et des produits manufacturés européens, et leur conséquente production de pauvreté pour les masses africaines. La myopie, ou peut-être faudrait-il dire, la collusion des dirigeants francophones, concierges noirs des spéculateurs des pays industrialisés, dans l’itération assidue du cycle d’endettement-désendettement-réendettement-surendettement et dans le maintien de l’Afrique dans la permanence de la pauvreté contredit tous les discours politiques qui promettent de faire des pays africains « des pays émergents à l’horizon 2020 ». Il faut bien trouver un horizon immédiat; et 2020 semble se prêter à la démagogie.

A peine les pays africains sortent-ils d’une dette, que la Banque mondiale, le Club de Paris et le Club de Londres les invitent-ils à se réendetter, et ceci, par l’entremise des concierges noirs qui ont été élevés au sein de ces mêmes organisations financières à maintenir l’Afrique dans les chaînes du surendettement. Lorsque, par exemple, au lendemain d’une difficile obtention du PPTE laborieusement préparée depuis des années par les différentes administrations du Président Gbagbo, Dramane Ouattara multiplie les voyages pour réendetter, voire surendetter,  la Côte d’Ivoire, les Ivoiriens ont raison de s’inquiéter. Ces organisations qui « donnent » à la Côte d’Ivoire ne le font ni par simple amitié, ni par philanthropie, mais dans l’objectif de récupérer des dividendes décuplés. Ce n’est pas en aidant leurs maîtres à resserrer toujours plus fort le nœud du surendettement autour de la gorge des pays africains que les concierges noirs aideront l’Afrique à se développer. Aussi, au premier de ces concierges noirs en manque d’imagination, osons-nous proposer ceci :

L’Afrique devrait songer à développer son capital humain. Aujourd’hui, il est dangereux d’être jeune en Afrique. Le reproche que font nos concierges noirs à la jeunesse africaine est justement celui d’être jeune. Jeune, on est nécessairement suspect, certainement coupable, de subversion, de désordre, et de renversement de gouvernement. Or, cette jeunesse que les armées des concierges noirs pourchassent, torturent et tuent jusque dans leurs derniers retranchements est le fer de lance du développement africain. Plutôt que de leur offrir du fer, du sang et la mort, les concierges noirs rendraient service à l’Afrique s’ils leur offraient des écoles qui fonctionnent, des universités qui marchent vraiment et non seulement dans l’imaginaire politique, et des emplois qui les sortent de la précarité afin qu’ils relèvent les défis de l’avenir pour, à leur tour, sortir l’Afrique de l’inconstance.

Ces dettes que prennent nos concierges noirs et qui sont repayées sur le dos de la jeunesse, en ouvrant les frontières de l’Afrique à cette barbarie économique que l’on nomme « la libéralisation », et qui n’est en fait que la vente aux enchères de l’Afrique aux spéculateurs occidentaux, ne grandissent pas l’Afrique. Ces dettes-là diminuent l’Afrique et appauvrissent les Africains. La vraie libéralisation n’aura lieu que lorsque la jeunesse africaine sera préparée à occuper judicieusement sa place dans les secteurs de la transformation, de l’industrialisation et de la technologie plutôt qu’à courber l’échine dans les champs de matières premières programmées à l’exportation quand elle n’est pas occupée à éviter les balles des armées des concierges noirs. Ces concierges noirs qui, assis sur les plus grosses richesses géologiques et agricoles de la terre, maintiennent leurs universités fermées et font le tour du monde à tendre la main plutôt qu’à préparer leurs jeunesses à l’industrialisation et à la technologisation de leurs richesses, ne devraient être applaudis. Ils devraient plutôt être conspués, ces concierges noirs-là.

18 mois de pouvoir Ouattara : ça patauge toujours dans la médiocrité, Toussaint N’Gotta

Il voulait à tout prix le pouvoir d’Etat. Il l’a eu contre vents et marées. Et dans les conditions que tout le monde sait. Alassane Ouattara est à la tête de la Côte d’Ivoire depuis 18 mois, mais les Ivoiriens ne sont pas encore sortis de la souffrance. Et pourtant, les promesses de milliards de Fcfa du leader des Républicains, alimentaient les conversations. A la Rue Lepic, il s’était «fabriqué» une dimension messianique et providentielle. A savoir l’homme qui vient sauver la Côte d’Ivoire d’un coup de baguette magique. Le Président qui vient hisser la Côte d’Ivoire au rang de «pays émergent seulement en 5 ans». Il le disait d’ailleurs lui-même, en promettant une Université par an, en annonçant aussi des milliards pour chaque région de la Côte d’Ivoire.

Cela fait bientôt deux ans que Ouattara a prêté serment à Yamoussoukro. Sans aboutir aux moindres résultats. Incompétence, carences, incapacité, mal gouvernance…? Les mots ne suffisent pas pour décrier les tares du régime. Au rythme d’une gestion folklorique, le voilà à son quatrième gouvernement. Sans réel motif. Les dissolutions de ses gouvernements se succèdent. Dans l’indifférence des Ivoiriens fatigués des promesses de celui qui disait «être l’ami des grands de ce monde». A la vérité, le pouvoir qui se montre incapable de démocratie ne fait que tourner en rond. L’exercice est difficile. Trop difficile pour un dictateur. La tâche devient, au fil du temps, de la mer à boire pour un régime qui se noie. Le pouvoir tortionnaire d’Abidjan découvre à ses dépens que la politique n’est pas un jeu du hasard. Mais une pratique bien pensée et construite sur la base de la saine appréciation des choses. Une évidence que semble malheureusement ignorer le régime Ouattara qui peine à se trouver une équipe type capable de trouver des «solutions» aux nombreux maux qui rongent la Côte d’Ivoire.

Finalement, tout laisse croire que Ouattara n’a véritablement pas d’hommes au Rhdp pour diriger la Côte d’Ivoire. Pourtant pendant sa campagne, il clamait partout : «j’ai les hommes qu’il faut pour diriger la Côte d’Ivoire». A l’arrivée, les Ivoiriens sont surpris de voir par exemple Kandia Camara occuper le poste stratégique de ministre de l’Education nationale d’un pays comme la Côte d’Ivoire qui eut des expertises reconnues, tels Pierre Kipré, Akoto Yao, Pascal Dikibié, Amani Nguessan … Pis, des chefs de guerre sans instruction, sans culture et sans formation aucune ont été bombardés Préfets de région. Des nominations qui ont choqué les vrais énarques et même les cadres de son propre camp. Le poste de préfet de région étant l’aboutissement d’une très longue carrière dans l’administration territoriale. Les Ivoiriens ne peuvent donc pas parier sur ce gouvernement Duncan. «Même si Duncan est un homme amorphe, sans personnalité comme on veut le faire croire, est-ce qu’il ne va pas subir le même sort qu’Ahoussou Jeannot ?

Le vrai problème de la Côte d’Ivoire est qu’elle est une veste trop grande pour Ouattara», explique un cadre du Pdci qui veut plutôt voir le Pdci dans l’opposition, aux côtés du Fpi. Si l’adage dit qu’«on ne change pas une équipe qui gagne», Ouattara tarde à trouver une équipe qui gagne. Les équipes précédentes Soro 1 et 2 et Ahoussou Jeannot n’ont pas été à la hauteur. Comme l’auraient-elles été sous Ouattara ? Parce que chaque gouvernement se mesure à la dimension du chef. Diby Koffi a été un brillant ministre de l’Economie dans le gouvernement Gbagbo, parce qu’il travaillait avec des hommes qui ont de l’ambition pour la Côte d’Ivoire. Soro Guillaume a tenu sans problème la Primature sous Gbagbo, pas parce qu’il était un génie. Mais parce qu’il était dans une équipe de qualité, qui avait un rêve pour la Côte d’Ivoire. Pas le rêve attribué par Ouattara à Kennedy. Mais le rêve d’humanité de Martin Lutter King. Ainsi, pour le vote d’une banale loi sur le mariage à l’Assemblée nationale, la Côte d’Ivoire connaît un autre gouvernement. Le 4e en l’espace de deux ans. «J’attends de vous des résultats», dira Ouattara à sa nouvelle équipe pour cacher les réalités du terrain.

A y voir de près, les changements de Premier ministre ne sont rien d’autres que la fuite en avant du pouvoir actuel. Les promesses de pluies de milliards annoncées se sont dissipées dans l’immense océan éburnéen. Les prix des denrées de première nécessité connaissent une inflation sans précédent. Alors que le régime n’a de cesse d’annoncer en vain des réductions. Ouattara se proposait d’assurer la sécurité des Ivoiriens. Mais il ne se passe plus de mois sans que l’on enregistre des attaques des positions de son armée, désormais réduite à la mendicité aux abords des rues, en tenant des check-points sauvages. A certains carrefours, les Frci affamées ne peuvent s’empêcher de mendier des pièces de monnaies aux chauffeurs de «gbaka» et «wôrô-wôrô». Pis, la traque des pro-Gbagbo reste le seul «programme de gouvernement» de Ouattara. Ce qui ne pouvait que provoquer l’exaspération des organisations de défense des droits de l’Homme qui dénoncent de plus en plus les tortures et les exactions sur les partisans du Président Laurent Gbagbo.

La Côte d’Ivoire, havre de paix et de cohésion sociale par le passé, va tout droit dans le chaos. Parce Alassane Ouattara et ses sous-fifres en ont décidé ainsi. En poussant la haine toujours plus loin. En moins de deux ans de pouvoir, Ouattara en est à son quatrième gouvernement. Un record jamais égalé dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. Mais avec Ouattara «tout tremble, rien ne bouge», comme le soulignait un confrère. L’homme étale sa méconnaissance de la politique. A passer tout son temps à nourrir une haine viscérale contre le Président Laurent Gbagbo et son parti politique, Alassane Ouattara est rattrapé par la réalité. Désarçonné, le candidat du Rhdp est incapable de mettre en œuvre les «solutions» promises. Daniel Kablan Duncan, le tout nouveau chef de gouvernement, doit savoir le sort qui l’attend, pour avoir côtoyé le dictateur depuis longtemps.