(Dec. 1, 2010) The United Nations, the IMF, and the “Unholy Trinity of Waste, Fraud and Abuse”, M. Frindéthié

It is under kofi Annan, when he was Secretary General of the United Nations, that the split of Cote d’Ivoire between a rebel North and a constitutional South got sanctified. At the time, Kofi Annan was under pressure by the Bush administration to show patte blanche on the “oil for food” program and France needed to regain control of the richest French-speaking African country that was progressively distancing itself from Paris under President Gbagbo’s leadership. Chirac and Annan had something to give each other: Annan needed Paris’s support to fend the American onslaught and Chirac needed the United Nations to weaken Gbagbo. Annan’s/the UN’s sanctification of the Northern rebellion in Cote d’Ivoire tells a compelling story: While Africa should be proud of its sons of daughters who have “made it” on the global stage, on the other hand, Africa should remain extremely wary of the petite bourgeoisie that has been reared in the nurseries of such organizations as the United Nations, the World Bank, and the IMF, a petite bourgeoisie whose interests lie in the maintenance and continuance of Africa’s enslavement. In 1997 the world and Africa in particular greeted with much elation the appointment of the first sub–Saharan African, Ghanaian Kofi Annan, as head of the United Nations. Annan even received some praise and enthusiastic wishes of success from very unlikely supporters. Then senior vice president of the American Enterprise Institute, John R. Bolton, who would later become one of Annan’s fiercest critics, had this to say of Annan’s “win” over Tanzanian Salim A. Salim. “The winner, Kofi Annan, was certainly preferable to Salim. Virtually all Annan’s career has been within the UN system, frequently in management and personnel positions. Few know the “system” better than Annan. He is therefore in the best possible position to deliver on reform, for bureaucratic trials, jargon and obfuscation are not likely to distract him if he is engaged. From January 1, 1997, forward, the world can judge his performance.” Could it be that the “system” to which Bolton was referring was what Stefan Halper named the United Nations’ “unholy trinity of waste, fraud, and abuse,” for indeed the world got to judge Annan and the verdict was resoundingly depressing? Truly, “a kleptocratic culture of non-accountability at home was transferred to the world body.” Annan managed the United Nations as a traditional Ghanaian village chief would manage his family plantation, that is, with no regard to transparency and good governance, but rather with particular propensity for nepotism, dereliction, and corruption. Under Annan’s predecessor, Boutros Boutros-Ghali, corruption, which was rampant in the United Nations, was thought to have reached its peak. However, Annan, who had been waiting for years in the antechamber of power, in the shadow of Boutros-Ghali as under-secretary general of the United Nations, was going to prove the critics of his boss wrong even before he had his chance to preside over the destiny of this most money-hungry institution. In a feat of pathological perfectionism Annan was going to take corruption to its uppermost eruption and claim for himself the palm of the world’s shadiest official. For Annan, how better could he claim the center of capitalism than to accumulate capitalism’s most valued assets, that is, money? So, when under his auspices the United Nations had the opportunity to administer the Oil-for-Food program, a program with a capital five-fold the United Nations’ own budget, Annan sought illegal means to hoard as much as he could of these funds either directly or indirectly. Indeed, in the aftermath of the 1991 Gulf War, the United States had imposed a series of trade embargoes on the Saddam regime. However, as is well known, sanctions imposed on despots have generally been circumvented by the governing classes they are meant to squeeze and have usually brought hardships on the ordinary people. To prevent this pattern from repeating itself in Iraq, the sanctioning authority allowed Iraqi oil to be sold, provided that the takings of the sale should be managed by the United Nations and utilized to buy food and humanitarian supplies for the people of Iraq and to fix the destroyed infrastructures of the country. In 1996, Kofi Annan was charged by Boutros-Ghali to administer the Oil-for-Food program, which was spasmodic at the time. Among the expert brokers that Annan brought in to make the program effective were his own son Kojo Annan and infamous Robert Mugabe’s nephew Leo Mugabe. Within seven years, the Annan dream team for the management of the Oil-for-Food program was able to reorient and embezzle billions of dollars with the complicity of Saddam, and this grand theft “would have succeeded without a hitch had not Saddam Hussein’s regime been overthrown and the Oil-for-Food program been transferred in all its mysterious splendor to the U.S.-led coalition in Iraq.”Of the 67 billion dollars that the export of oil generated between 1996 and 2003, Annan’s head of humanitarian program, Benon Sevan, before retiring to his 1.5-million-dollar mansion in New York, was able to report “31 billion in supplies of food and medicine delivered to the Iraqi people, leaving $8.2 billion in humanitarian goods still to be delivered…. $3 billion had gone in development funds to rebuild Iraq.” What of the rest? Well, in this age of digitized information, the United Nations internal managers/investigators for the Oil-for-Food program were sorry to inform the world that with the bombing of Baghdad by the coalition troops, important documents pertaining to the program got lost—as if the headquarters of the United nations were located in Saddam’s personal palaces; as if the United Nations, this over-budgeted institution, were still keeping records on first-century scrolls. In fact, “[t]he Oil-for-Food scandal is a potent indictment of the way business is done at the UN Secretariat. It represents the ongoing impeachment of the UN system, a symbol of continuing massive corruption involving the theft of close to $11 billion in revenues…. In fact, this recent scandal is not an aberration at the UN. It forms part of a pattern that can be considered the norm.” Where else than at the United Nations, the World Bank, and the IMF, these cradles of world corruption, could the black slaver fulfill his dream of tending exponentially toward the glittering center of white bliss? Where else than there could he accumulate the fastest possible that which allows him to mark his difference from the bottom billion crouching in the rural poverties of Africa and Asia? Where else than there could he amass the necessary assets that would make him a modern man in the urban space, in the company of the white? Annan’s attitude is symptomatic of the black elites’ perfectionist superfluity. The African petite bourgeoisie reared within such world organizations as the UN or the IMF, affected by inferiority complex, and that “pander[s] to Western opinion.” is on a binge for praise. Alassane Ouattara belongs to that class of approval seekers, and he would do anything to please the West and to avoid the West’s reprimand. Laurent Gbagbo does not fit the mold of France’s black governors as represented by Bokassa, Bongo I, Compaoré, Biya, Nguesso or Ouattara. The latter has been exposed as a vile politician that is more concerned about protecting the interests of his imperialist masters than ensuring and safeguarding the welfare of the Ivorian people, a people that has vowed never to bend to the imperialist pressure. His multiple calls for a popular uprising since 2002 and his attempts at coups d’état have repeatedly failed. His Occidental masters, however, are resolute to put him on the throne in spite of the people’s resistance. This sets the stage for another African calamity.

Read more in K. Martial Frindéthié’s Globalization and the Seduction of Africa’s Ruling Class: An Argument for a New Philosophy of Philosophy (McFarland, 2010)

Publicités

Croissance économique de 8%, oops, my bad! M. Frindéthié

LagardeLe lendemain du jour-même où la présidente du Fonds monétaire international accourt défendre la politique économique désastreuse du concierge noir installé à Abidjan, soutenant, contre toute évidence de la paupérisation du vécu quotidien des Ivoiriens, que tout va bien, que malgré l’augmentation des coûts des produits de première nécessité, malgré les licenciements, malgré la montée du chômage, malgré l’escalade de la criminalité et malgré l’effondrement de l’état de droit, Dramane est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, car Allah dans sa grandeur, sa bonté, et sa justesse, qui ne peut concevoir un autre monde meilleur au monde dans lequel Dramane dirige et l’argent « travaille mais ne circule pas », le lendemain de ce jour-là donc, le FMI annonce qu’il a commis une erreur monumentale dans ses calculs sur les effets des plans d’austérité de la zone euro. Et qu’en conséquence, les mesures d’austérité, qui ont plongé 26 pays d’Europe dans une tourmente économique, causant la décomposition de millions de familles et des suicides de désespérés par cascades, sont la résultante d’une petite erreur de calcul.

Et c’est la présidente du FMI, cet univers où 2+2 font 5, qui hier disait aux souffreteux sociaux de la Côte d’Ivoire que le pays était sur la voie d’un « deuxième miracle économique avec une croissance de 8,5% déjà enregistrée ».

Je me disais bien que ces chiffres-là sortaient des cauris d’un charlatan. D’ici qu’on vienne nous dire « oops, my bad ! »

Endettement, Désendettement, Réendettement, Surendettement : Quand les concierges noirs maintiennent l’Afrique dans la tourmente du sous-développement, M. Frindéthié

Concierge noirMis à part quelques pays anglophones, l’Afrique en général, et l’Afrique francophone en particulier, s’est spécialisée dans le transfert vers les pays développés de ses ressources géologiques et agricoles. Les seules importations dans lesquelles l’Afrique francophone s’est particulièrement illustrée comme experte sont les importations de la dette et des produits manufacturés européens, et leur conséquente production de pauvreté pour les masses africaines. La myopie, ou peut-être faudrait-il dire, la collusion des dirigeants francophones, concierges noirs des spéculateurs des pays industrialisés, dans l’itération assidue du cycle d’endettement-désendettement-réendettement-surendettement et dans le maintien de l’Afrique dans la permanence de la pauvreté contredit tous les discours politiques qui promettent de faire des pays africains « des pays émergents à l’horizon 2020 ». Il faut bien trouver un horizon immédiat; et 2020 semble se prêter à la démagogie.

A peine les pays africains sortent-ils d’une dette, que la Banque mondiale, le Club de Paris et le Club de Londres les invitent-ils à se réendetter, et ceci, par l’entremise des concierges noirs qui ont été élevés au sein de ces mêmes organisations financières à maintenir l’Afrique dans les chaînes du surendettement. Lorsque, par exemple, au lendemain d’une difficile obtention du PPTE laborieusement préparée depuis des années par les différentes administrations du Président Gbagbo, Dramane Ouattara multiplie les voyages pour réendetter, voire surendetter,  la Côte d’Ivoire, les Ivoiriens ont raison de s’inquiéter. Ces organisations qui « donnent » à la Côte d’Ivoire ne le font ni par simple amitié, ni par philanthropie, mais dans l’objectif de récupérer des dividendes décuplés. Ce n’est pas en aidant leurs maîtres à resserrer toujours plus fort le nœud du surendettement autour de la gorge des pays africains que les concierges noirs aideront l’Afrique à se développer. Aussi, au premier de ces concierges noirs en manque d’imagination, osons-nous proposer ceci :

L’Afrique devrait songer à développer son capital humain. Aujourd’hui, il est dangereux d’être jeune en Afrique. Le reproche que font nos concierges noirs à la jeunesse africaine est justement celui d’être jeune. Jeune, on est nécessairement suspect, certainement coupable, de subversion, de désordre, et de renversement de gouvernement. Or, cette jeunesse que les armées des concierges noirs pourchassent, torturent et tuent jusque dans leurs derniers retranchements est le fer de lance du développement africain. Plutôt que de leur offrir du fer, du sang et la mort, les concierges noirs rendraient service à l’Afrique s’ils leur offraient des écoles qui fonctionnent, des universités qui marchent vraiment et non seulement dans l’imaginaire politique, et des emplois qui les sortent de la précarité afin qu’ils relèvent les défis de l’avenir pour, à leur tour, sortir l’Afrique de l’inconstance.

Ces dettes que prennent nos concierges noirs et qui sont repayées sur le dos de la jeunesse, en ouvrant les frontières de l’Afrique à cette barbarie économique que l’on nomme « la libéralisation », et qui n’est en fait que la vente aux enchères de l’Afrique aux spéculateurs occidentaux, ne grandissent pas l’Afrique. Ces dettes-là diminuent l’Afrique et appauvrissent les Africains. La vraie libéralisation n’aura lieu que lorsque la jeunesse africaine sera préparée à occuper judicieusement sa place dans les secteurs de la transformation, de l’industrialisation et de la technologie plutôt qu’à courber l’échine dans les champs de matières premières programmées à l’exportation quand elle n’est pas occupée à éviter les balles des armées des concierges noirs. Ces concierges noirs qui, assis sur les plus grosses richesses géologiques et agricoles de la terre, maintiennent leurs universités fermées et font le tour du monde à tendre la main plutôt qu’à préparer leurs jeunesses à l’industrialisation et à la technologisation de leurs richesses, ne devraient être applaudis. Ils devraient plutôt être conspués, ces concierges noirs-là.

Le courage qui nous manque: Le père Djéréké répond à Jean-Baptiste Kouamé (un griot de Dramane Ouattara)

 

In Nouveau Reveil N°3241 du Lundi 19 Novembre 2012

Baptiste Kouamé, bonjour!

J’ai lu votre texte intitulé “Quand un prêtre offense le chef de l’État et des évêques” et publié dans Le Nouveau Réveil du 5 novembre 2012. Je l’ai lu d’autant plus attentivement que je suis pour le débat contradictoire et que je fais partie de celles et ceux qui préfèrent la force des arguments à l’argument de la force: Si Guillaume Soro,

Alassane Ouattara, IB et Cie avaient compris qu’un homme civilisé et démocrate se bat avec des mots et non avec des armes, Henri Konan Bedié n’aurait pas été renversé le 24 décembre 1999 et notre pays n’aurait pas été attaqué le 19 septembre 2002.

Je rappelle ces deux dates funestes car tout ce que nous avons vécu après partition du pays, expulsion des fonctionnaires du Sud travaillant au Nord, exploitation des richesses du Nord, Centre et de l’Ouest par la rébellion, casses de la BCEAO à Man, Bouaké et Korhogo sans que Charles Konan Banny, la Cedeao et la France ne prennent des mesures de rétorsion, le coton et l’or du pays volés et acheminés au Burkina et au Mali, crise post électorale, etc . n’est que la conséquence de ce double “péché original”.

En décidant de me porter la contradicttion, vous n’avez donc pas péché; votre réaction à ma modeste réflexion sur les chefs religieux et la réconciliation en Côte d’Ivoire est une chose normale car c’est de la confrontation des idées que naît la lumière et c’est cela, cette confrontation, qui fait avancer une société, étant admis que ladite confrontation doit être caractérisée par l’argumentation, l’objectivité, l’humilité, l’honnêteté intellectuelle et l’exactitude dans l’usage des mots, des faits ou des chiffres.

Est ce le cas dans votre tribune? J’en doute fort et je m’emploierai à le démontrer ci dessous.

Des inexactitudes

La première, c’est que vous me présentez comme un curé; les mots ayant un sens précis en français, je voudrais vous apprendre qu’un curé est un prêtre nommé par l’évêque à la tête d’une paroisse. Or aucun évêque ne m’a confié cette charge jusqu’à maintenant.

Deuxième inexactitude: vous me reprochez de n’avoir pas respecté le
vœu d’obéissance qui serait un des piliers de la vie jésuite. Ici deux choses méritent d’être corrigées. D’une part, je n’appartiens plus à la Compagnie de Jésus depuis 2001; d’autre part, l’obéissance dans l’Eglise catholique, si je me réfère à mon cours de théologie morale, n’est pas aveugle. Je veux dire par là qu’il n’est pas interdit à un prêtre ou à un religieux de dire ce qu’il pense avant d’accepter telle ou telle décision de l’évêque ou du provincial.

En 1983, lorsque Jean Paul II, contournant la manière de procéder des jésuites, nomma les PP. Paolo Dezza et Giuseppe Pitau à la tête de la Compagnie de Jésus après la maladie du P. Pedro Arrupe, des jésuites allemands prirent position en disant:“Nous ne voyons pas le doigt de Dieu dans cette décision”. Certes, Karl Rahner et les autres finirent par rentrer dans les rangs mais le vœu d’obéissance au pape ne les empêcha pas de dire haut et fort qu’ils étaient en désaccord avec le souverain pontife. Et ils ne furent jamais chassés de la congrégation pour avoir critiqué le geste du pape. Ils avaient agi de la sorte parce qu’ils savent que ni la Parole de Dieu ni la doctrine catholique ne demandent de se soumettre sottement à ceux qui se prennent pour “des dieux infaillibles et tout puissants » appelant à ramper ou à se prosterner devant eux, à verser son sang avec enthousiasme pour eux » (Paul Valadier, Du spirituel en politique, Paris, Bayard, coll. « Christus », 2008, p. 50).

Jésus ne s’est pas soumis à n’importe quel pouvoir. Hérode qui voulait régner tout seul et ne voulait pas entendre parler du roi des Juifs fut traité par lui de renard (Lc 13, 31 32). Quant aux chefs religieux (légistes, pharisiens, prêtres et grands prêtres), il ne passa pas par quatre chemins pour fustiger leur hypocrisie et leur cupidité (Lc 11, 37 52). Un autre acte de désobéissance fut son refus de répondre aux questions d’Hérode Antipas parce qu’il les trouvait sans intérêt (Lc 23, 9).

Il ne suffit pas de rappeler que saint Paul a déclaré que l’autorité vient de Dieu et qu’il a recommandé de se soumettre aux gouvernants (Rm 13, 1 7). Il est aussi important de savoir que, quand Paul s’adressait aux chrétiens de Rome nous sommes vers l’an 56 de notre ère, l’autorité romaine était loin d’être totalitaire. Bien au contraire, l’administration impériale entretenait de bons rapports avec la population. Celle-ci n’était ni brimée ni opprimée. Justice était rendue à quiconque se sentait lésé. Thémis déesse de l’équité et de la loi dans la mythologie grecque ne tranchait pas forcément en faveur du riche ou du puissant. Tel est le pouvoir que Paul a connu et certainement apprécié.

Si ce pouvoir lui avait semblé partial, s’il ne lui inspirait que crainte et méfiance, il n’aurait pas eu recours à lui lorsque des accusations furent portées contre lui par les grands prêtres et notables juifs de Césarée (Ac 25, 1 12). Jésus comme Paul nous montrent que le chrétien n’est pas obligé d’obéir à n’importe quel pouvoir et que tout pouvoir (religieux, politique, intellectuel, économique, etc.) est au service du bien commun. Et Servir le bien commun, c’est veiller à ce que tous les citoyens soient égaux devant la loi, que les richesses nationales, fruit du labeur de chacun, bénéficient à tous, que la sécurité des biens et des personnes soit assurée, etc.

Aussi longtemps que cela est fait par ceux qui sont momentanément au pouvoir, aussi longtemps que l’autorité «respecte les droits natifs de l’homme et agit par persuasion autant qu’il est possible sans abuser inutilement de la contrainte, écrit Jean Yves Calvez, le citoyen répond à l’autorité par l’obéissance civile » et il répond « sans attendre l’intervention de quelque contrainte que ce soit » (Jean Yves Calvez, La politique et Dieu, Cerf, Paris, 1985, p. 60). Il s’ensuit que c’est « le bien commun lui même qui donne autorité à l’autorité » (Ibid.). Obéir, dans ces conditions, ce n’est pas seulement obéir aux hommes mais obéir à Dieu, source de toute autorité. Jean XXIII appelle cela « rendre hommage à Dieu » (Pacem in terris, 1963, n° 50).

Une telle obéissance élève l’homme. Si l’homme devait, au contraire, obéir à un pouvoir tyrannique, corrompu, sanguinaire ou tribaliste, une telle obéissance le ravalerait au rang de l’animal. Un homme digne de ce nom doit dire « non » à un tel pouvoir, conseille saint Thomas d’Aquin. La désobéissance civile, dans ces circonstances, devient un devoir, voire un « hommage adressé à Dieu ». C’est ce que firent Rosa Parks et Martin Luther King aux États Unis en 1955 en boycottant les bus où les Noirs n’étaient pas autorisés à occuper les places réservées aux Blancs.

M. Kouamé, si, pour vous, rappeler aux évêques de Côte d’Ivoire qu’ils ne doivent pas avoir une compassion sélective, qu’ils sont appelés à être missionnaires de la vérité et de la justice(et non démissionnaires )et que le bon berger va à la recherche de la brebis perdue, soigne celle qui est malade et est prêt à donner sa vie pour ses brebis, c’est violer le vœu d’obéissance, cela signifie que vous n’avez rien compris à l’enseignement et à la vie de Jésus et que vous parlez de choses que vous ne maîtrisez pas. Comment peut-on étaler une ignorance aussi crasse et se dire pompeusement “professeur” (un professeur dont je n’ai pas encore aperçu un seul livre dans les bibliothèques universitaires d’Europe et d’Amérique du Nord)?

Vous vous gardez de répondre aux questions que j’ai posées À propos de livres, vous citez un de Maurice Merleau Ponty et un autre de Jean Claude Guillebaud. Ces livres, je les ai lus, moi aussi mais en quoi le fait de les convoquer dans votre texte répond à mes questions? Nulle part, en effet, vous ne dites, preuves à l’appui, que Ouattara est étranger à la fermeture des banques et à l’embargo sur les médicaments, que les anciens rebelles ne travaillaient pas pour lui, qu’il traite bien l’opposition, qu’il laisse la presse favorable à Gbagbo s’exprimer librement.

À vous lire, Ouattara est un saint et l’inviter à battre sa coulpe comme les autres politiciens, c’est commettre un crime de lèse majesté. Or des Ivoiriens qu’on ne peut soupçonner d’être des pro-Gbagbo disent tous la même chose, à savoir que le pays est bloqué parce que votre champion tient à se venger, parce qu’il a juré de punir les Ivoiriens qui ne le reconnaissent pas comme un des leurs, parce qu’il est en train d’opposer le Nord au reste de la Côte d’Ivoire. Voulez-vous des noms? Meiway qui disait ceci dans Notre Voie du 7 novembre 2012: “Ce sont deux personnes en face qu’on réconcilie, deux interlocuteurs. Il y a aujourd’hui un interlocuteur au pouvoir : le groupement politique Rhdp. Je me rends compte que les vrais interlocuteurs, dans le cas d’espèce, sont en exil ou en prison. Je fais allusion aux membres Lmp. On prêche donc un peu dans le désert aujourd’hui concernant le processus de réconciliation nationale.” Alpha Blondy, un autre musicien, abonde dans le même sens quand il affirme: “Il faut que les politiques se réconcilient d’abord. Ce sont eux qui ont «déversé» leurs problèmes sur les populations. J’ai demandé au président Ouattara de poser un acte fort, symbolique, en libérant les pro Gbagbo non coupables de crimes de sang. Si cela pouvait être fait, je pense que cela pourra apaiser un peu la tension” (Slate Afrique du 17 novembre 2012).

Quelques semaines plus tôt, sur RTI1, le dimanche 28 octobre 2012, Billy Billy confiait: “Il y a une partie de la Côte d’Ivoire qui croit en cette réconciliation, mais je reste un peu sur ma faim, car des stades que Billy Billy seul peut remplir, ne peuvent l’être avec tous ces artistes réunis. Je pense qu’il y a une partie de la population qui ne se sent pas impliquée. Et c’est cela mon inquiétude (…) Moi je pense que si la Côte d’Ivoire est une famille de 16 millions d’habitants, et que 10000 membres de cette famille ne sont pas là, la famille n’est pas au complet. Quand nous jouons dans des stades à moitié vide, cela nous met mal à l’aise. C’est comme si une bonne partie de la population refuse le message de la réconciliation que nous sommes venus lui soumettre… » Peut-être m’objecterez vous que ces chanteurs parlent ainsi parce qu’ils sont jeunes. Et Yéboué Lazare, membre du bureau politique du PDCI et ancien PCA de la SIR? Il n’est plus jeune, celui là. Voici sa confession dans Soir info du 29 septembre 2012: “« Moi j’ai lu le livre de Nelson Mandela « La longue marche pour la liberté ». J’ai lu les 900 pages et j’ai bien compris ce qui s’est passé là bas, en Afrique du sud. Malgré toutes les difficultés qu’il a vécues, Mandela, quand il est arrivé au pouvoir, il a dit : « les frères, c’est vrai qu’on a souffert, on nous a tués, mais les quelques uns d’entre nous qui restons encore en vie, acceptons de pardonner. Nous avons créé une commission dialogue, vérité et réconciliation, juste pour que ceux qui ont commis les exactions fassent leur acte de contrition. Et ça suffit. On n’a emprisonné personne. On n’a pourchassé personne. En tout cas, je parle de ce qui s’est passé en Afrique du Sud. En Côte d’Ivoire, ce n’est pas le cas. Si on veut vraiment la réconciliation, il y a des démarches et des sacrifices à faire ». M. Kouamé, direz vous que Meiway, Alpha Blondy et Lazare Yéboué“ ont offensé le chef de l’État” pour avoir dit ces vérités toutes simples? Allez vous les clouer au pilori et les livrer à la vindicte des dozos et FRCI(Rebelles)?

Je vais vous dire, M. Kouamé, pourquoi vous refusez de voir l’évidence, pourquoi vous vous échinez à défendre l’indéfendable: vous voulez que Ouattara vous remarque, vous désirez entrer dans ses bonnes grâces, vous êtes en quête d’un strapontin qui vous permettrait de joindre les deux bouts, vous êtes dans un combat de positionnement. Que la Côte d’Ivoire périsse ou meure vous importe peu. Ce qui compte pour vous, c’est le “mangement”, ce qui signifie que vous ne voyez pas plus loin que votre ventre et que, pour manger et boire, vous êtes prêts à soutenir un pouvoir franc-maçonnique, violent et sanguinaire. En d’autres termes, vous voulez être dans le système, jouir des avantages du système alors que, selon Fabien Eboussi, le vrai intellectuel est un “paria conscient” , c’est à dire “un dissident face à la ligne du parti imposée par l’idéologie dominante, qu’elle soit religieuse, philosophique ou politique” (Melchior Mbonimpa, “ Un intellectuel organique?” in Ambroise Kom, Fabien Eboussi Boulaga, la philosophie du Muntu, Paris, Karthala, 2009, p. 175).

Socrate est un exemple de cette dissidence. Un intellectuel authentique ne se couche pas devant un pouvoir impopulaire et autoritaire, ne soutient pas l’insoutenable, n’encense pas des crapules; il ne pense pas d’abord à remplir son ventre mais doit entrer en dissidence quand les ventres autour de lui sont vides, quand le pouvoir, y compris celui dont il est proche, torture, terrorise ou assassine. M. J. B. Kouamé, je voudrais vous rassurer sur un point et c’est par là que je terminerai mon propos: en donnant mon point de vue sur la marche de notre pays, je ne cherche ni à blesser qui que ce soit ni a occuper tel ou tel poste juteux/et prestigieux. Certains esprits tordus et simplistes ont tôt fait de vous taxer d’assoiffé de pouvoir dès que vous parlez de justice et de respect des droits de l’homme. À ceux là, je voudrais répondre en disant avec Mgr Jean Zoa : “Chers politiques, nous ne venons pas disputer vos places. Nous sommes là pour vous montrer que ces places sont des services” (Jean Paul Messina, Jean Zoa, prêtre, archevêque de Yaoundé, Paris, Karthala, 2000, p. 241)”.Le pouvoir n’est rien d’autre qu’un service.

Entrer en politique ou en religion, c’est accepter de se mettre au service de tous dans la Cité. Et c’est ce service universel qui fait la beauté et la grandeur du pouvoir. Par conséquent, quand des politiciens et des “hommes de Dieu” ne s’occupent que des gens de leur religion, région ou ethnie, M. Kouamé, notre devoir, vous et moi, est de les interpeller vigoureusement , d’entrer en dissidence contre eux, ce qui est loin de constituer une offense.

Cordialement!

Jean-claude DJEREKE

Tortures et Crimes de guerre ; l’excuse de Soro Guillaume, M. Frindéthié

Dans une interview qu’il a accordée le 30 octobre dernier, Soro Guillaume, du haut de sa pénétration lilliputienne qui préside l’Assemblée nationale du régime génocidaire, s’est exprimé obliquement sur les rapports accablants d’Amnesty International et de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme : Tout va bien dans le meilleur des mondes. L’avenir est radieux. Il n’y a pas de raison de s’alarmer outre mesure, car les tortures et les crimes de guerre constituent le mal nécessaire de l’apprentissage de la démocratie. Et vlan ! Après les élucubrations de Gnénéma, de Nabané et de Paul Koffi Koffi, arrive un quatrième naloman  qui veut nous inviter à danser au rythme de sa darbouka génocidaire.

 Il ne reste plus que la prestation d’Ahmed Bakayoko pour clore le bal des tortionnaires. Mais celui-là, il a préféré une autre méthode, la formule appréciée par les fins dictateurs africains comme Bokassa, Compaoré et Ouattara. Ahmed, lui, il a choisi de se faire photographier à côté d’un « Grand Blanc ». Une photo avec un « Grand Blanc » de la « France des droits de l’homme », ça efface les crimes, sanctifie les autocraties, et purifie l’air de tous les effluves cadavériques  qui flotte à Génocidoland. Aussi, Ahmed Bakayoko a-t-il choisi de poser avec Manuel Valls, le ministre de l’intérieur de Hollande. Ah, si seulement Jack Abramoff était encore disponible ! Peut-être que pour 9 petits millions de dollars il nous aurait fait une place devant la cheminée de la Maison Blanche, près d’Obama qui vient de se faire réélire.

(Vidéo) Silence, on torture! Gaëtan Mootoo (Amnesty International) raconte les horreurs du régime génocidaire