Nous avions prévenu depuis août 2015-La Côte d’Ivoire à la merci de la violence d’un islamisme radical? M. Frindéthié

SrikiePartout où les interventions militaires euro-américaines entreprises « au nom de la démocratie » ont eu lieu, elles ont favorisé la montée d’un islamisme extrémiste. Aujourd’hui, l’Irak, la Libye, l’Egypte, la Syrie, etc. sont devenus l’aire de jeu des fous de Dieu qui ont décidé de soumettre le monde à leur confession.

La Côte d’Ivoire aussi a connu la longue kermesse d’un islamisme intolérant, qui avait fait de certaines mosquées ivoiriennes les caches d’armes de la rébellion de Dramane, et qui, avec l’intervention de la France pour l’intronisation de Dramane, s’était arrogé le droit de casser du Chrétien et du non Musulman.

A l’heure où—osons le dire !—la branche islamiste la plus violente et la plus explosive de par le monde—la congrégation sunnite—traverse une guerre interne de positionnement en Côte d’Ivoire (http://www.connectionivoirienne.net/107529/cote-divoire-rififfi-man-les-sunnites-divises-entre-mahoukas-et-guineens), il ne manquerait plus, comme l’ont si bien remarqué des observateurs, que Boko Haram, dont certains leaders religieux glorifient déjà silencieusement la cruauté, propose à l’une de ces factions sa légendaire méthode de « résolution des conflits par la politique de la terre brûlée » pour que la gangrène islamiste radicale s’infecte pour de bon en Côte d’Ivoire.

Oui ! La Côte d’Ivoire n’a jamais été plus à la merci de l’extrémisme musulman qu’aujourd’hui, que depuis la prise armée du pouvoir par Dramane.

La Côte d’Ivoire à la merci de la violence d’un islamisme radical? M. Frindéthié

SrikiePartout où les interventions militaires euro-américaines entreprises « au nom de la démocratie » ont eu lieu, elles ont favorisé la montée d’un islamisme extrémiste. Aujourd’hui, l’Irak, la Libye, l’Egypte, la Syrie, etc. sont devenus l’aire de jeu des fous de Dieu qui ont décidé de soumettre le monde à leur confession.

La Côte d’Ivoire aussi a connu la longue kermesse d’un islamisme intolérant, qui avait fait de certaines mosquées ivoiriennes les caches d’armes de la rébellion de Dramane, et qui, avec l’intervention de la France pour l’intronisation de Dramane, s’était arrogé le droit de casser du Chrétien et du non Musulman.

A l’heure où—osons le dire !—la branche islamiste la plus violente et la plus explosive de par le monde—la congrégation sunnite—traverse une guerre interne de positionnement en Côte d’Ivoire (http://www.connectionivoirienne.net/107529/cote-divoire-rififfi-man-les-sunnites-divises-entre-mahoukas-et-guineens), il ne manquerait plus, comme l’ont si bien remarqué des observateurs, que Boko Haram, dont certains leaders religieux glorifient déjà silencieusement la cruauté, propose à l’une de ces factions sa légendaire méthode de « résolution des conflits par la politique de la terre brûlée » pour que la gangrène islamiste radicale s’infecte pour de bon en Côte d’Ivoire.

Oui ! La Côte d’Ivoire n’a jamais été plus à la merci de l’extrémisme musulman qu’aujourd’hui, que depuis la prise armée du pouvoir par Dramane.

Petite Lettre Ouverte à Pascal Affi N’Guessan, M. Frindéthié

AffiCher Affi,

Il arrive un moment où le chasseur comprend que gibier, il n’y en a plus, que la nuit est tombée sur la forêt, et qu’au risque de s’égarer pour de bon dans les épais, il gagnerait à commencer à chercher le chemin du village.

Ne croyez-vous pas vraiment, cher Affi, que votre égarement ait assez duré ? Et qu’il soit temps que vous retourniez sur vos pas, aussi douloureux que cela puisse vous paraitre ?

Je lis aujourd’hui que vous convoquez vos amis du Front Populaire Ivoirien devant les tribunaux ? Quels tribunaux ? La justice ivoirienne s’est-elle dotée ces trois derniers jours de nouveaux instruments procéduriers crédibles qui seraient à même de rendre un jugement impartial à ceux que vous lui livrez ? Ou bien s’agit-il toujours de la caricature de Dramane et de Bakayoko, qui hier vous absolvait et condamnait à des peines démentes vos compagnons d’antan ? Est-ce à cette bouffonnerie hitlérienne que vous convoquez vos compagnons d’hier ? Votre intention est-elle de faire emmurer tous ceux qui refuseraient de couvrir de pétales de rose le chemin vers l’imposture de Dramane ?

Que vous arrive-t-il ? Au sortir de ce maquillage de procès ethnocide qui s’est soldé par la damnation de vos amis, votre réflexe de démocrate, si vous en aviez, vous aurait dicté de dénoncer les abus qui minent la cohésion sociale et conduisent irrémédiablement la Côte d’Ivoire vers d’inévitables belligérances. Au lieu de cela, et comme si vous aussi aviez gouté au nectar que sert Dramane à Bédié, vous sanctifiez la mystification juridique de Dramane en y convoyant vos compagnons ?

Avez-vous donc perdu toute décence humaine ? Je ne sais vraiment pas de qui vous prenez vos conseils, cher Affi, mais votre entêtement à détruire ce que vous aviez construit avec vos amis d’un temps ne vous fait pas gagner plus d’adeptes. Au contraire, il vous fait perdre des alliés.

Il est temps, et grand temps, que vous vous rendiez à l’évidence, et que vous mettiez fin à la folie circulaire dans laquelle vous tourbillonnez depuis bientôt un an. Affi, recouvrez vos esprits, car la condamnation de vos compagnons par le système répressif de Dramane ne durera que le temps où Dramane est encore au pouvoir, et pas plus.

Après, il faudra faire le bilan des coups reçus et des coups donnés. C’est dans cet après, très prochain d’ailleurs, que vous gagneriez à vous situer, pas dans ce maintenant très élusif dans lequel pataugent malheureusement trop d’attentistes.

Maurice Kakou Guikahué, le connaissez-vous ? M. Frindéthié

GuikahuéMaurice Kakou Guikahué, après avoir traité les opposants à « l’appel de Daoukro » de candidats minables qui ne pourraient même pas réunir une poignée de votes, voyant désormais la posture difficile dans laquelle se trouve Dramane, fait la cour à ceux qu’il qualifiait hier de dispensables. Le voici, rampant aux pieds de Banny, Amara et KKB, afin que ceux-ci « comprennent l’appel de Daoukro » et qu’ils supportent la candidature de Dramane. Et nous qui avions cru que sans tricher, sans que le chef terroriste ne menace ni ne revienne ramper aux pieds de ses « ennemis » d’hier, le bilan de Dramane seulement suffirait à lui assurer un second mandat ! Ah Guikahué ! Quelle déchéance morale, ce Guikahué ! N’est-ce pas Guikahué qui fut à la base du détournement des 28 millions de l’Union Européenne, qui surfacturait des seringues médicales à l’Etat à 600.000 francs l’unité, dont on retrouvait dans ses cliniques privées du matériel médical dédié aux CHUs, dont des frigos censés équiper les hôpitaux publics se retrouvaient dans le village. Guikahué est un esprit corrompu qui ne pense qu’à ses borborygmes. C’est pourquoi, il suffit que Guikahué supporte une cause pour que l’on sache qu’elle est une cause corrompue qui n’est pas pour le bénéfice de la Côte d’Ivoire. Si je ne connaissais pas l’esprit corrompu de Dramane, la seule présence de Guikahué à ses côtés m’aurait fait comprendre que l’homme venu de Sindou n’est pas la « solution » qu’attend la Côte d’Ivoire. Guikahué ? Peuh !

Francis Wodié « se fait démissionner » par Dramane dans la perspective des élections de 2015, M. Frindéthié

Wodié

Dramane Ouattara continue de se préparer une « élection » certaine pour 2015 en plaçant à la tête des institutions des hommes dont il est absolument assuré de la loyauté.

Ce n’est un secret pour personne—même si aux dernières élections, un certain Monsieur « il n’est pas encore minuit » intellectuellement malhonnête s’est fait porter au QG de Dramane par des chancelleries étrangères pour y proclamer des résultats erronés, certifiés ensuite par une ONU corrompue—seul le Conseil Constitutionnel est habilité à valider les résultats électoraux proclamés par la Commission électorale. Aussi, après avoir fait des pieds et des mains pour reconduire à la tête de la Commission électorale un président commis à la triche en sa faveur, Dramane a réussi à « démissionner » Wodié, afin de le faire remplacer à la tête du Conseil Constitutionnel par un juge plus loyal à l’ethnie qu’à la déontologie.

Les rumeurs attribuant la loyauté de Wodié beaucoup plus à un Banny ou à un Amara qu’à Dramane, il était donc de bon ton, afin que la triche en faveur de Dramane fût totale, qu’intervînt une fois de plus le principe du rattrapage, et que Mamadou Koné remplaçât Wodié au Conseil Constitutionnel dépendant de la rue Lepic, qui validerait la triche que Bakayoko concocterait à la Commission électorale dépendante ; surtout en ces temps où « l’appel de Daoukro » s’avère de plus en plus être « le délire de Daoukro ». Le premier acte de Koné sera de permettre la modification de l’article 35 par voie parlementaire, rendant ainsi Dramane éligible.

Dramane, par sa propension à la traque aux opposants, au bâillonnement de la presse, et à la triche éhontée, raffermit de plus en plus la conviction des Ivoiriens que seule une vigoureuse « action de force antiforce » saura ablater la Côte d’Ivoire du kyste antidémocratique qui l’affecte depuis 2002, et remettre le pays sur la voie de la démocratie.

Silence, on falsifie!

MoscatiA l’inauguration de l’Hôpital Moscati de Yamoussoukro, Dramane Ouattara a failli avoir un moment de bonne foi. Il a reconnu que cet édifice était un rêve du Président Houphouët, que lui n’avait fait qu’achever—Houphouët ou l’Hôpital ? Cela revient au même !

Or, voici qu’ici encore, l’homme qui venait de Sindou a refusé d’admettre que les travaux de cet hôpital avaient déjà commencé avec le Président Gbagbo, qui, 17 ans après le rêve d’Houphouët, les avait ressuscités des multiples coups d’Etat de Dramane. C’est bien Gbagbo qui en avait réuni le financement et qui en avait effectivement officialisé la construction, le lundi 24 août 2009, en présence du Nonce Apostolique Mgr Ambroise Madtha, de Mgr Paul Siméon Ahouanan PCA de la fondation internationale Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro, et de Mme Marie-Thérèse Houphouët-Boigny.

Pourquoi donc le nom de Laurent Koudou Gbagbo semble-t-il tant brûler la langue du boucher de Duékoué, qui se refuse absolument à rendre hommage à l’initiateur des projets en cours dont lui n’est que l’usurpateur ? L’homme de Sindou continuera-t-il ad infinitum dans sa propension au mensonge, au faux et usage de faux ? Nous attendons de voir ce qu’il dira du « pont du chantage » de Jacqueville, dont ni Houphouët, ni Yacé, ni Bédié, ni Guéï, et encore moins lui Dramane n’avaient songé à la construction … avant Gbagbo ! Les Alladian, qui ont l’art de l’ironie, glousseront assurément lorsque ce falsificateur avéré viendra—et cela est une évidence logique—pérorer sur le littoral de son baragouin dont la provenance ne trompe pas.

Dramane Ouattara et Ahmed Bakayoko choisiront-ils d’être moins « magnanimes » que leur guide Abubakar Shekau ? M. Frindéthié

dramaneBoko Haram, Dramanistan, Etat islamique, Rattrapocratie, Al Quaida, quelle que soit la désignation sous laquelle l’on nomme ces différents régimes, ils reviennent tous au même instinct, à la même idéologie, au même programme politique : celui de l’élimination violente et sans transition de l’autre considéré comme « infidèle ». Qu’ils soient en boubous, en trois pièces, en chemises fleuries, en babouches, en sandales ou en souliers cirés, en chéchias, en feutres, ou en chapeaux de paille, qu’ils se déplacent à cheval, à chameau, à moto, en Hammer, ou en jets  privés, qu’ils aient lu un livre, dix livres, ou aucun livre du tout, les obsessions des chefs de cette idéologie nihiliste se retrouvent sur le même point d’accumulation : la sauvagerie. Cette sauvagerie, la Rattrapocratie de Dramane Ouattara, succursale ivoirienne de Boko Haram et de l’Etat islamique, en a fait son programme de gouvernement depuis 2002, qui brutalise, supplice, et assassine des Ivoiriens supposés ethno-religieusement « infidèles », avec le concours d’une poignée d’auxiliaires payés en monnaie de traitres.

Aujourd’hui, alors que par un revirement surprenant, faisant entorse à son sacrosaint principe de bestialité, Bokoshekau Haram, l’inspirateur de la dictature d’Abidjan, a signé un accord avec le gouvernement de Jonathan Goodluck, par lequel il s’engage à libérer les 207 lycéennes nigérianes enlevées au mois d’Avril 2014, il y a tout lieu de se demander si Dramane Ouattara et Ahmed Bakayoko emboîteront le pas à leur mentor, Abubakar Shekau, pour libérer eux aussi les milliers « d’infidèles » qui croupissent dans leurs geôles, à défaut de ne pouvoir ressusciter les milliers d’autres qui ont péri sous leurs balles. Ou bien Dramane et Bakayoko choisiront-ils de persister dans leur dessein de sauvagerie ? Dramane et Bakayoko choisiront-ils d’être moins « magnanimes » que leur guide Abubakar Shekau ? Pis encore, ces égarés qui, poussés par leurs borborygmes, célèbrent Dramane et Bakayoko des mains et des pieds et cautionnent leurs crimes continueront-ils à leur faire leur nombre de génuflexions afin de préserver ce pain rougi dont ils s’empiffrent chaque jour ?

 [mf1]

Dramanistan : Mensonge et Broutage érigés en Politique, M. Frindéthié

Que les déguerpis qui ont perçu de Dramane 2000 dollars lèvent la main

De tous les gouvernements qui se sont relayés en Côte d’Ivoire, Celui de Dramane figurera inéluctablement dans les annales de l’histoire pour sa propension au mensonge éhonté. Alors que toute la Côte d’Ivoire sait que les déguerpis des zones à risques n’ont, dans le meilleur cas, reçu du gouvernement de Dramane qu’un dédommagement de 150.000 francs CFA (voir à ce sujet les articles suivants : http://www.imatin.net/article/societe/deguerpissement-des-zones-a-risques-150.000-f-par-famille_1496_1339706585.html http://www.koaci.com/cote-divoire-deguerpissement-quartier-tomber-mort-dattecoube-rase-94020.html?lang=1 ) ; et alors que dans la plupart des cas cette modique somme n’a jamais été perçue par les ayant droit parce que détournée par les fauves du gouvernement des génocidaires, quel n’a été mon étonnement, en me réveillant ce matin, de voir un reportage de CNN qui soutenait que les déplacés des zones à risques à Abidjan percevaient du gouvernement de Dramane la somme de 2000 dollars (l’équivalent de 984.000 francs CFA). Pourquoi le gouvernement de Dramane a-t-il transmis ces chiffres aux médias internationaux ? Pourquoi Dramane s’évertue-t-il tant à travestir la vérité, faisant croire à l’opinion internationale que dans les zones déguerpies, où le revenu mensuel moyen des familles ne va pas au-delà de 70.000 francs CFA, Chaque famille a perçu plus de 14 mois de salaire pour se reloger ? A l’évidence, Dramane et sa clique, qui, darbouka sous l’aisselle, clament chaque jour que « lo pei anvanche », que « l’émerzance » est au coin de la rue, savent bien que rien n’est en fait plus vrai que le contraire. Les génocidaires ont échoué sur tous les plans. Aussi, cherchent-ils à dissimuler au monde leur politique sociale  coléreuse, tâtonnante, déficiente, et déshumanisante. En attendant, j’attends que les déguerpis qui ont perçu du gouvernement de Dramane la somme de 984.000 francs lèvent la main … et j’attends en vain. Heureusement que la bande tourne et que toutes les gesticulations des génocidaires sont enregistrées sur les réseaux sociaux.

Wattao à l’Académie militaire de Meknès ?

Le « Commandant » Issiaka Ouattara, alias Wattao, serait, selon les experts en relations publiques du régime génocidaire d’Abidjan, en formation d’État-major à l’Académie militaire de Meknès, au Maroc. Mais pour que cela fût vrai, ne devraient-ils pas nous convaincre d’abord que Wattao, ce marmiton à la soupe infecte, cette anémie culturelle et intellectuelle promue grâce à ses crimes commis au compte de Dramane Ouattara, a appris à écrire son nom ? Ne serait-il pas logique que notre illettré  commençât d’abord à prendre des cours du soir à « l’EPP Tomber-mort d’Abidjan » ?

Dramanistan : Mensonge et Broutage érigés en Politique, M. Frindéthié

images57949EX2Que les délogés qui ont perçu de Dramane 2000 dollars lèvent la main

De tous les gouvernements qui se sont relayés en Côte d’Ivoire, Celui de Dramane figurera inéluctablement dans les annales de l’histoire pour sa propension au mensonge éhonté. Alors que toute la Côte d’Ivoire sait que les déguerpis des zones à risques n’ont, dans le meilleur cas, reçu du gouvernement de Dramane qu’un dédommagement de 150.000 francs CFA (voir à ce sujet les articles suivants : http://www.imatin.net/article/societe/deguerpissement-des-zones-a-risques-150.000-f-par-famille_1496_1339706585.html http://www.koaci.com/cote-divoire-deguerpissement-quartier-tomber-mort-dattecoube-rase-94020.html?lang=1 ) ; et alors que dans la plupart des cas cette modique somme n’a jamais été perçue par les ayant droit parce que détournée par les fauves du gouvernement des génocidaires, quel n’a été mon étonnement, en me réveillant ce matin, de voir un reportage de CNN qui soutenait que les déplacés des zones à risques à Abidjan percevaient du gouvernement de Dramane la somme de 2000 dollars (l’équivalent de 984.000 francs CFA). Pourquoi le gouvernement de Dramane a-t-il transmis ces chiffres aux médias internationaux ? Pourquoi Dramane s’évertue-t-il tant à travestir la vérité, faisant croire à l’opinion internationale que dans les zones déguerpies, où le revenu mensuel moyen des familles ne va pas au-delà de 70.000 francs CFA, Chaque famille a perçu plus de 14 mois de salaire pour se reloger ? A l’évidence, Dramane et sa clique, qui, darbouka sous l’aisselle, clament chaque jour que « lo pei anvanche », que « l’émerzance » est au coin de la rue, savent bien que rien n’est en fait plus vrai que le contraire. Les génocidaires ont échoué sur tous les plans. Aussi, cherchent-ils à dissimuler au monde leur politique sociale  coléreuse, tâtonnante, déficiente, et déshumanisante. En attendant, j’attends que les déguerpis qui ont perçu du gouvernement de Dramane la somme de 984.000 francs lèvent la main … et j’attends en vain. Heureusement que la bande tourne et que toutes les gesticulations des génocidaires sont enregistrées sur les réseaux sociaux.

Wattao à l’Académie militaire de Meknès ?

Le « Commandant » Issiaka Ouattara, alias Wattao, serait, selon les experts en relations publiques du régime génocidaire d’Abidjan, en formation d’État-major à l’Académie militaire de Meknès, au Maroc. Mais pour que cela fût vrai, ne devraient-ils pas nous convaincre d’abord que Wattao, ce marmiton à la soupe infecte, cette anémie culturelle et intellectuelle promue grâce à ses crimes commis au compte de Dramane Ouattara, a appris à écrire son nom ? Ne serait-il pas logique que notre illettré  commençât d’abord à prendre des cours du soir à « l’EPP Tomber-mort d’Abidjan » ?

Croissance à 2 chiffres : broutage au sommet de l’Etat, M. Frindéthié

croissancePendant sa campagne présidentielle de 2010, Alassane Dramane Ouattara, le Warifatchê, accompagné des darboukas de ses griots, brandissant son « carnet d’adresses bien fourni », jaspinait haut et fort, dans l’allégresse de ses ouailles, qu’argent, il savait où trouver, et que des milliards il ferait pleuvoir sur la Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, 3 ans après l’investiture musclée de Dramane par les forces armées occidentales, même les inconditionnels de Dramane se demandent s’ils n’ont pas été victimes d’un broutage d’Etat. Rien de ce que Dramane a promis (65.000 classes en 5 ans, 5 universités en 5 ans, 50.0000 projets financés en 5 ans, accès à l’eau potable, accès à l’électricité, une maison pour chaque famille à moins de 5.000.000 de francs CFA, résorption du chômage, emplois pour les jeunes, etc.) ne s’est réalisé.

Bien au contraire ; après avoir endetté, rendetté et surendetté la Côte d’Ivoire auprès de ses maîtres de Bretton Woods, après avoir par trois fois –2012, 2013, 2014 – hypothéqué les ressources de la Côte d’Ivoire à travers des « emprunts obligataires », après avoir privatisé et vendu aux amis de son épouse des sociétés d’Etat, Dramane Ouattara, le concierge du Fonds monétaire et de la Banque mondiale à Abidjan, peine toujours à trouver les fonds nécessaires pour commencer la réalisation de ses promesses hyperboliques.

Holà ! Il ne serait pas juste d’affirmer que Dramane n’a fait que promettre sans vraiment rien donner aux Ivoiriens. En réalité,imagesALIO72XP le Warifatchê a beaucoup donné aux Ivoiriens. Il leur a donné des licenciements massifs (1200 agents à la Sotra, 300 agents à la RTI, etc.). Il leur a donné l’augmentation du prix du carburant et du gaz butane. Il leur a donné les délestages intempestifs et les pénuries récurrentes d’eau. Il leur a donné une diète d’amaigrissement expertement aménagée dans un panier de la ménagère inaccessible pour le commun des Ivoiriens. Il leur a donné l’indiscipline civile et la précarité se bousculant dans cette énorme favela qu’est devenue la Côte d’Ivoire. Il leur a donné les microbes (ses enfants soldats du Commando invisible), les occupants du Mont Péko, et des syndicalistes du transport à la gâchette facile. Mais surtout, il leur a donné un fourmillement d’affairistes attentistes résolus à se goinfrer sans prendre le temps de respirer … jusqu’à ce que leur moment soit « venu », pour utiliser cette sentence de koffi au carré.

Dramane Ouattara, l’homme-au-carnet-d’adresses-fourni-qui-sait-comment-trouver-de-l’argent a beaucoup donné aux Ivoiriens. Et voilà que fatigué d’attendre que les Ivoiriens lui expriment une reconnaissance qui tarde à venir, Dramane Ouattara, le Warifatchê, décide de se récompenser en se servant directement dans la poche des Ivoiriens, en instaurant une ixième taxe, celle-là sur le logement, une taxe à laquelle seront soumis propriétaires et locataires. Ailleurs, une telle entreprise serait tout simplement nommée par ce qu’elle est ; à savoir un maraudage institué. Mais ici, il s’agit du Dramanistan, un Etat voyou où tout marche sur la tête.

Dans les clameurs des hâbleurs dramanistes qui vendent aux populations des chimères de croissance à deux chiffres alors que la Côte d’Ivoire s’indiscipline, s’ourémise et se ghettoïse sous le règne des dozos, des gnambros, et des « microbes », les Ivoiriens en sont à se demander ce qu’ils ont bien pu faire pour mériter ce broutage au sommet de l’Etat.