Côte d’Ivoire : Amnesty International Confirme : Etat voyou, Arrestations arbitraires, enlèvements illégaux, rançonnements, tortures, exécutions extrajudiciaires

ABIDJAN, Plus de 200 personnes, dont des partisans de l`ex-président Laurent Gbagbo, ont été « arbitrairement détenues et torturées » en Côte d`Ivoire, a affirmé vendredi Amnesty International, appelant le pouvoir à « aller au-delà des promesses » sur le respect des droits de l`Homme. L`ONG publie ces informations alors que le gouvernement du président Alassane Ouattara est confronté depuis août à une vague d`attaques armées, notamment à Abidjan, qui ont accru les tensions comme jamais depuis la fin de la crise postélectorale (décembre 2010-avril 2011) ayant fait quelque 3.000 morts.

Ces attaques ont été attribuées par le pouvoir à des fidèles de l`ex-président, ce que l`opposition récuse, et suivies d`arrestations de figures du camp Gbagbo. « Plus de 200 personnes, dont des membres du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l`ancien président Laurent Gbagbo, ont été arbitrairement détenues et torturées et beaucoup croupissent toujours derrière les barreaux », déclare l`ONG dans un communiqué, au retour d`une mission d`un mois dans le pays. « Nous avons pu rencontrer des dizaines de détenus qui nous ont raconté comment ils avaient été torturés à l`électricité ou avaient subi des brûlures au plastique fondu, deux d`entre eux ont été victimes de sévices sexuels », explique Gaëtan Mootoo, chercheur sur l`Afrique de l`Ouest à Amnesty, cité dans le texte.

« Certains ont été détenus pendant plusieurs mois sans pouvoir contacter leurs proches ni accéder à des avocats », ajoute-t-il. Jusqu`à 400 personnes seraient ou auraient été récemment détenues de façon arbitraire, des dérives qui ont conduit des chancelleries à adresser officieusement des mises en garde au pouvoir, ont affirmé à l`AFP des sources diplomatiques et sécuritaires.

« Vengeance »

Certains prisonniers placés dans « des lieux de détention non-reconnus comme tels à Abidjan » ont été remis en liberté après le versement de « rançons » à des militaires des Forces républicaines (FRCI), rapporte l`organisation de défense des droits de l`Homme. Amnesty mentionne notamment le cas d`un policier arrêté par les FRCI en août à San Pedro (sud-ouest), « interrogé sur de récentes attaques » et « décédé des suites de torture ». L`ONG souligne également la lenteur des instructions visant des personnalités du régime déchu – notamment l`ex-Première dame Simone Gbagbo -détenues depuis un an et demi dans le nord du pays. « Nous craignons fortement que les arrestations et la répression en cours ne découlent d`une volonté de représailles et de vengeance », souligne M. Mootoo. « Il est grand temps » pour M. Ouattara d`aller au-delà des promesses et de placer le respect des droits humains au sommet des priorités de son gouvernement »,  conclut-il.

La réforme de l`appareil sécuritaire se fait toujours attendre, alors que l`armée est aujourd`hui largement dominée par les ex-rebelles pro-Ouattara, régulièrement accusés d`abus. Amnesty revient aussi sur l`attaque perpétrée en juillet contre le camp de déplacés de Nahibly, voisin de la ville de Duékoué (ouest) et qui abritait des membres de l`ethnie guéré, considérés comme pro-Gbagbo. L`attaque a fait officiellement six morts. Mais six corps ont été retirés mi-octobre d`un puits, qui selon des habitants sont ceux d`autres victimes. Une autopsie a été réalisée, dont les résultats n`ont pas encore été publiés. De nombreux témoins ont rapporté des « détentions arbitraires, des disparitions et des exécutions extrajudiciaires » après l`attaque menée « par des +dozos+ (chasseurs traditionnels qui sont une milice soutenue par l`Etat) et des membres des FRCI » contre ce camp gardé par l`ONU, souligne l`ONG. Après la découverte des six nouveaux corps, des mandats d`arrêt ont été lancés contre deux FRCI. Des habitants et des sources onusiennes soupçonnent l`existence d`autres fosses communes.

Source : AFP

Publicités

Ah, Ouattara ! Quel style ! Après IB, Chérif Ousmane, M. Frindéthié

Au moment-même où Soro Guillaume reprend les brides de la primature pour la seconde fois, une autre présence incommodante au sein de la galaxie ouattariste est sur le point d’être déplantée pour de bon. Peu importe que Ouattara fût en décembre 2007 le témoin et invité d’honneur au mariage de Chérif Ousmane dans la capitale burkinabé. Le temps est venu pour Chérif de partir, comme le temps vint pour Ibrahim Coulibaly (IB), garde du corps personnel des enfants de Ouattara, de partir. Et Ouattara prépare le départ de Chérif Ousmane en style. Cette fois-ci, c’est Human Right Watch, cette organisation connue pour ses accointances un peu trop particulières avec les Ouattara, qui s’en chargera, accusant nommément dans son dernier rapport Ousmane d’avoir personnellement exécuté ou ordonné l’exécution extrajudiciaire de plusieurs dizaines d’Ivoiriens fidèles au président Gbagbo. Ce qui fait sourire dans le rapport de HRW, ce n’est pas la réduction à la baisse du nombre des victimes de Chérif Ousmane – HRW nous a habitué à sa partialité en faveur de Ouattara. Ce qui fait vraiment sourire, c’est l’aisance avec laquelle le rapport de l’organisation semble disculper Ouattara lui-même, mettant ses tueries au compte de soldats indisciplinés, comme si les ordres d’exécutions extrajudiciaires ne venaient pas de Ouattara. Ce qui est curieux aussi, c’est la publication du rapport au moment où Soro Guillaume, qui à un moment fut accusé d’avoir attenté au poison à la vie de Chérif Ousmane, prend les rênes de la primature pour la seconde fois. Chérif Ousmane, ce chef de guerre ouattariste si adulé hier encore, est-il subitement devenu trop gênant ? Après tout, s’il venait à disparaître – de quelle manière que ce soit – qui se surprendrait à se plaindre de la disparition d’un tueur indexé par HRW – ou d’un autre chef de guerre qui en sait un peu trop ? Ah, Ouattara ! Quel style !