Ukraine Crisis Continues — Paul Craig Roberts

PCRDr. Paul Craig Roberts was Assistant Secretary of the Treasury for Economic Policy and associate editor of the Wall Street Journal. He was columnist for Business Week, Scripps Howard News Service, and Creators Syndicate. He has had many university appointments. His internet columns have attracted a worldwide following. Roberts’ latest books are The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West and How America Was Lost.

Having served Washington’s propaganda purposes, the downed Malaysian airliner and the alleged Russian armored column that entered Ukraine and was allegedly destroyed have dropped out of the news even though both stories remain completely and totally unresolved.

Washington’s stooge government in Ukraine has not released the records of communications between Ukrainian air traffic control and Malaysian flight 17, and Washington has not released the photos from its satellite which was directly overhead at the time of the airliner’s demise.

We can safely and conclusively conclude from this purposeful withholding of evidence that the evidence does not support Washington’s and Kiev’s propaganda.

We can also safely and conclusively conclude that the Western media’s sudden disinterest in the unresolved story and failure to demand the evidence kept secret by Washington and Kiev is in keeping with the Western media’s role as a Ministry of Propaganda.

In other words, Washington and its presstitutes are protecting the lie that Washington and its media vassals successfully spread around the world and have used as the basis for further sanctions that escalate the conflict with Russia. Washington could not possibly make it clearer that Washington intends to escalate, not defuse, the conflict that Washington alone orchestrated.

Ditto for the alleged Russian armored column. The Russian government has labeled the story a fantasy, which it clearly is, but nevertheless Washington and its media vassals have left the story in place.

As English is the world language and as the European press follows the lead of the American presstitutes, the propaganda war is stacked against Russia (and China). Russian and Chinese are not world languages. Indeed, these languages are difficult for others to learn and are not well known outside the countries themselves. The Western media follows Washington’s lead, not Moscow’s or Beijing’s.

As facts are not relevant to the outcome, Moscow and Beijing are in a losing situation in the propaganda war.

The same holds for diplomacy. Washington does not engage in diplomacy. The exceptional country uses bribes, threats, and coercion. The Russian government’s diplomatic efforts come to naught. As Russian President Putin has complained, “Washington doesn’t listen, the West doesn’t hear us.”

And yet the Russian government continues to try to deal with the Ukrainian situation with facts and diplomacy. This approach is proving to be very costly to the residents of the former Russian territories in eastern and southern Ukraine. These people are being killed by air and artillery strikes against their homes and infrastructure. Large numbers of these people have been displaced by the Ukrainian attacks and are refugees in Russia. The Western media does not report the violence that Washington’s stooge government in Kiev is inflicting on these people. The Western media speaks only with Washington’s voice: “It is all Russia’s fault.”

The crisis would have been prevented if the Russian government had accepted the provinces request to be reunited with Russia as in the case of Crimea. However, the Russian government decided to avoid any decision that Washington could misrepresent as “invasion and annexation,” thinking that Europe would see Russia’s unprovocative behavior as reassuring and resist Washington’s pressure to enter into conflict with Russia.

In my opinion the Russian government over-estimated the power of diplomacy in the West. Washington is interested in fomenting crises, not in resolving them.

In the 23 years since the collapse of the Soviet Union, many Russians have been of the opinion that Washington, not the Soviet government, was the party to be trusted in the Cold War. What the Russian government has learned recently is that Washington cannot be trusted and that the Soviet government’s suspicions of the West were very well founded.

Kiev’s military assault on eastern and southern Ukraine is not going to stop because Europeans finally see the light and object. Europeans not only stood aside for 13 years while Washington bombed civilians in Afghanistan, Iraq, Libya, Somalia, Pakistan, Yemen, and organized outside forces to attack Syrians, while isolating Iran for military attack, but also actively participated in the attacks. Europe has stood aside while Israel has massacred Palestinians on numerous occasions. For Russia to rely on Europe’s moral conscience is to rely on something that does not exist.

The continued slaughter and destruction of the Russian populations in eastern and southern Ukraine will eventually demoralize the Russian people and undermine their support of Putin’s government for failing to halt it. The Russian government’s acceptance of the slaughter makes Russia look weak and encourages more aggression against Russia.

If the Russian government intends to resolve its problems in Ukraine and to forestall
Washington’s ability to further erode Russia’s political and economic relationships with Europe with more sanctions, the Russian government will have to turn to more forceful measures.

In Ukraine the Russian government has two alternatives. One is to announce that the ongoing slaughter and the unresponsiveness of Kiev and its Western backers to Russia’s efforts to end the killing with a diplomatic settlement has caused Russia to reconsider the provinces’ requests to be reunited with Russia and that any further attacks on these territories will be regarded as attacks on Russia and be met with a devastating military response.

The other alternative is for Putin to meet privately with Washington’s stooge and convey to the corrupt oligarch that enough is enough and that if the attacks continue Russia will accept the requests for reunification and protect the provinces. Putin would explain to Washington’s stooge that if he wants to retain the former Russian territories as part of Ukraine, he will have to work out satisfactory arrangements with the provinces. In other words, Putin would deliver an ultimatum, one that required an immediate answer so that the stooge couldn’t run to Washington and Washington would not have time to create a new propaganda.

Karl Marx regarded morality as a rationale for class interests. As each class created a morality to justify its interests, there was no basis for good will between people. With reform impossible, violence becomes the only effective method of change. Washington has its own version of Marx’s doctrine. As the exceptional country, history has chosen the US to prevail over other countries’ interests. Prevailing rules out diplomacy which requires compromise. Therefore, Washington, like Marx, relies on violence.

The Russian government cannot rely on diplomacy and good will if the West is relying on violence.

Perhaps s solution could be found by President Putin meeting separately with Merkel and Hollande and explaining that Russia cannot indefinitely accept sanctions based on lies and propaganda without taking more determined steps than Russian sanctions against European agricultural products. Putin could make it clear that if Europe continues to accommodate Washington’s assault on Russia, the flow of energy could be restricted or be turned off.

Additionally, President Putin might explain to the European leaders that the dynamics of Washington’s campaign to demonize Russia can escape control and result in war that would devastate Europe. Putin could tell Europeans that by disassociating from Washington’s foreign policy and adopting foreign policies that serve their own interests instead of Washington’s, Europeans have nothing to lose but their chains of vassalage.

Putin could explain to Europeans that Russia is prepared to guarantee Europe’s security and, therefore, that Europe does not need Washington’s guarantee against a nonexistent Russian threat.

If this very reasonable and diplomatic approach to Europe fails, then Russia and China know that they must prepare for war.

Johnny Patcheko interpelle Affi Nguessan

Russia demands publication of recordings from downed flight MH17

Malaysian

Mark Trevelyan (Reuters)

MOSCOW (Reuters) – Russia is demanding to know why international investigators have yet to publish the black box data from a Malaysian airliner that was shot down over eastern Ukraine in July, a deputy defense minister said in an interview published on Saturday.

Moscow blames Ukraine for the disaster, in which all 298 passengers and crew were killed. In a version of events widely believed in the West, Ukraine says the Boeing 777 was shot down by pro-Russian separatists with a surface-to-air missile.

"The Boeing catastrophe throws up more and more questions. But lately not many people are talking about this," Deputy Defense Minister Anatoly Antonov told RIA news agency.

"Why have the data still not been published about the conversations between the air traffic controllers and the pilots of the Boeing? Why haven’t the data been presented from the international investigation of the black boxes? Who doesn’t want this to happen?"

The interview marked the latest example of Moscow’s attempts to go on the media offensive at a time when it faces intense international pressure over mounting evidence of its military support for the rebels, something it continues to deny.

The Netherlands, which had 195 nationals on board the flight from Amsterdam to Kuala Lumpur, is leading the international investigation into the crash of Malaysia Airlines flight MH17.

The July 17 incident stirred international outrage, which only increased when rebel fighters impeded investigators’ access to the bodies and wreckage.

Antonov said Russia had established that a Ukrainian Su-25 military aircraft was in the vicinity of the Malaysian airliner.

"Where is the transcript of the recordings of conversations between the pilot of this plane and his command? How did a military aircraft come to be alongside a civilian one?

"If people are saying today that a rocket was fired from the ground towards that military plane, then I’d like to look that military pilot in the eye who used a civilian plane as cover, if of course that’s what happened," Antonov said.

His comments appeared to allow for the possibility that rebels might have downed the airliner in a failed attempt to hit a Ukrainian military plane, although he said these were only "working versions" of what may have happened.

Antonov said his ministry was pressing for answers about the tragedy from the United States, Ukraine and European countries.

He reiterated Russia’s denials of military intervention in Ukraine: "When people say today that Russia has launched aggression or war against Ukraine, that is all nonsense."

(Editing by Mark Heinrich)

Il n’y a aucun cas d’Ebola au Dramanistan … tout comme Dramane a gagné les élections de 2010, M. Frindéthié

ebolaIl n’y a pas un seul cas d’Ebola en Côte d’Ivoire. Que les Ivoiriens arrêtent de se faire peur en véhiculant des rumeurs infondées. Voilà ce que déclarait Dramane de retour de son voyage français, où, en compagnie de 12 autres concierges noirs, il est allé célébrer aux côtés du Grand-Maître-Blanc le 70e anniversaire du Débarquement en Provence. Il n’y a pas de cas d’Ebola en Côte d’Ivoire, car ainsi en a décidé Dramane, qui tient en main le sifflet du facteur de la vérité, et qui annoncera quand, cette épidémie, qui a pourtant pris ses quartiers à toutes les frontières de la Côte d’Ivoire, rentrera au Dramanistan.

Il n’y a aucun cas d’Ebola en Côte d’Ivoire, qui viendrait subvertir la « croissance à deux chiffres », le « retour » si claironné de la BAD, qu’on a fait fuir pour compromettre Gbagbo et qu’on peine tant à faire revenir depuis. Il n’y a pas un seul cas d’Ebola, qui viendrait perturber « l’émerzance ». Bien sûr, il y a eu des moments de frayeur à Abobo, à Yopougon, à Anyama, à Toulépleu, à Séguéla ; mais il y a eu plus de peur que de mal, car aucun de ces cas n’a testé positif. Ainsi le veut Goudou Raymonde Coffie, qui se fait dicter les résultats des tests depuis les ateliers de la rue Lepic. L’OMS (Organisation mondiale de la Santé) ne publie que les résultats que lui transmettent les ministères de la santé des Etats. Et au Dramanistan, c’est zéro cas d’Ebola. On a réussi ce « miracle » avec très peu ou pas de consignes.

Il n’y a pas un seul cas d’Ebola en Côte d’Ivoire : tout va bien dès lors que les populations refusent de se serrer les mains, mais continuent de s’entasser et de partager généreusement leurs sueurs dans les wrowros, les gbakas et les quelques bus de la Sotra epargnés de l’autodafé du Commando invisible. Il n’y a aura pas un seul cas d’Ebola au Dramanistan, tant que l’on évitera l’agouti, mais que l’on continuera à patauger dans les marécages des marchés, où se côtoient « le videur » fraîchement sorti des toilettes, ses mains encore moites de les avoir promenées entre ses fesses – so what ? Lo péi anvanche –, la vendeuse, les mains fourrées dans l’attiéké, et le dépité qui crache son agacement de la cherté de la vie sur les légumes.

Il n’y a aucun cas d’Ebola, nous dit Dramane, qui, pour s’en protéger évite de tendre la main à ses ministres, et évitera certainement cette tournée dans l’Iffou … prétextant une recommandation de ses médecins – bains de foule dans l’Iffou ? Qui est fou ? Dans la dictature du Dramanistan, il n’y aura pas de cas d’Ebola tant que Dramane lui-même ne l’aura pas dit. Et gare à qui ose prétendre le contraire ! Et tant pis si une population faussement mise en confiance continue de vivre dangereusement ses habitudes comme si elle était exceptionnellement à l’abri.

Il n’y a pas d’Ebola au Dramanistan … tout comme Dramane a gagné les élections de 2010.

La dédollarisation du marché mondial, M. Frindéthié

PoutineLes sanctions économiques imposées à la Russie par les pays occidentaux, et qui avaient pour but de tordre le cou à l’économie russe afin de forcer Vladimir Poutine à « lâcher » la rébellion pro-russe dont il serait le parrain, semblent avoir produit un effet boomerang des plus pénibles pour l’économie de l’Europe et de l’Amérique.

En représailles aux sanctions occidentales, le Premier ministre russe, Dmitriev Medvedev, avait d’abord émis la possibilité pour la Russie d’interdire son espace aérien aux vols des pays occidentaux qui s’étaient alignés sur l’Amérique. Si cette éventualité fit frémir les grandes compagnies aériennes occidentales, elle ne fut jamais appliquée. En revanche, un décret du président russe interdit l’importation de produits agricoles et de matières premières européens sur les marchés russes. Cette mesure punitive s’élargit plus tard à l’Amérique, à l’Australie et au Canada, qui se virent refuser l’entrée en Russie de leur viande, de leurs produits laitiers, de leurs fruits et de leurs légumes. Et puis la semaine dernière, ce fut la grande multinationale américaine de fast-food, McDonald, qui dut fermer boutique à Moscou pour violation de mesures d’hygiène.

Si cette décision de Moscou fit sourire au Pays de l’Oncle Sam, où l’on y détecta le harcèlement puéril d’une entreprise américaine par Moscou, il va sans dire que Washington trouvera moins drôle le dernier geste de Poutine qui vise la dédollarisation du marché mondial. En effet,   27 août dernier, Gazprom, la plus grande compagnie gazifière du monde, dont le siège est à Moscou, a annoncé qu’elle acceptait de se faire payer en Yuan par la Chine pour une livraison de 80.000 tonnes de pétrole fournies à partir de ses réserves de l’Arctique. Cette transaction, qui pour la première fois, du moins officiellement, se fait en une devise autre que le dollar, est d’autant moins souhaitée à Washington qu’elle brise l’hégémonie du dollar sur le marché mondial.

Si Moscou maintient sa position, qui est de conduire des transactions pétrolières en des monnaies alternatives (yuan, rouble), alors une règle sacrée se rature; celle qui maintient l’hégémonie de Amérique à travers sa monnaie, en obligeant tout pays voulant se procurer du pétrole sur le marché mondial à se constituer d’abord une réserve de dollars. En dédollarisant le marché mondial, la Russie affaiblit l’Amérique plus que celle-ci ne l’aurait cru possible.

 

Que ceux qui ont été réconciliés par Konan Banny lèvent la main, M. Frindéthié

bannyIncroyable ! C’est à croire que sous le charme des dozos de Dramane Ouattara l’ex-gouverneur de la BCEAO, Charles Konan Banny, a été scotché à cette chose, à ce CDVR, à ce cadavre créé de toutes pièces par Dramane pour se disculper devant l’opinion publique et exorciser les nombreux homicides qui jalonnent son parcours. Konan Banny n’a-t-il vraiment pas d’autre ambition que de baguenauder de régions en régions au nom de ce truc mort qui n’a jamais réconcilié personne et ne réconciliera jamais personne, tant l’esprit qui l’a fondé et le finance est empêtré dans la bouse du tribalisme et de la division ? Plutôt que de se contenter de cette nomination empoisonnée, n’est-il pas temps que Konan Banny aspire à une ambition moins polluée ? Car j’attends depuis sa génuflexion théâtrale au Palais de la culture que ceux qui ont été réconciliés par Konan Banny lèvent la main … et j’attends toujours.

Ange Kessi se serait-il enfin converti à la justice, M. Frindéthié

kessyLe 23 août dernier, le Tribunal militaire d’Abidjan condamnait à perpétuité le soldat FRCI Ladji Touré Pour l’assassinat à Sikensi du Commissaire de police Kouadio Amani Alain. C’était aussi l’occasion pour le sulfureux Ange Kessi, ce « Commissaire du Gouvernement » qui n’a jamais su conduire honnêtement aucune enquête jusqu’à son terme, de se lancer dans une cavalcade béate sous les pupilles dilatées d’une admiration toute pieuse des ouailles du RHDP; ceci pour d’abord racheter des accusations d’arbitraire qui lui viennent des observateurs de la scène politique ivoirienne le régime génocidaire qu’il sert très fidèlement, puis, pour se dédouaner lui-même en couvrant ses oripeaux de corrompu du kita de magistrat juste et impartial – car, pour qui connait Ange Kessi comme le connaissent la plupart des FDS, Kessi a une aversion prononcée pour l’impartialité, la légalité et la justice et une propension particulière à l’abus et la partialité. Ce qui conduirait tout logiquement à se demander d’où vient à ce « magistrat » servile et corrompu sa transmutation subite.

Devrait-on donc croire que la « conversion » inattendue de Kessi à la justice conduirait à un dénouement des nombreuses enquêtes restées sans suite ou des nombreux crimes des soldats FRCI demeurés sans interpellation ? Que nenni ! Ange Kessi est dans la préparation des esprits à la condamnation expéditive du colonel Gouanou et des officiers Jean-Noel Abéhi, ex-chef de l’escadron blindé du camp d’Agban, et Anselme Séka Séka, ex-aide de camp de Mme Simone Gbagbo. D’ailleurs, Kessi n’avait-il pas déjà prononcé la sentence de ces officiers lorsqu’il déclarait le 21 février dernier que « Les procédures sont en instruction et avancent normalement. Cest dans ce cadre que nous allons bientôt faire un appel à témoin. Déjà le ministre Joël N’Guessan a été entendu, parce quil a des gardes de corps qui ont été tués. Cest un procès très sérieux. Il implique plusieurs personnes avec des infractions très graves qui appellent la prison à vie. Les prévenus risquent la prison à vie. » ?

A bien y voir, Ange Kessi n’a pas du tout changé. Il est bien la honte que nous décrit le jeune Johnny Patcheko qui le connait très bien pour avoir servi sous ses ordres. Ladji Touré n’est que l’appéritif que nous sert Kessi avant la condamnation à perpétuité de Gouanou, Abéhi et Séka Séka, une condamnation concoctée d’avance dans les drogueries de la rue Lepic.

Insécurité / Microbes : L’imam Diaby Almamy « De grosses têtes de la rébellion sont derrière ces enfants »

microbesImam de la Mosquée Ifpg au Plateau et président de l’Ong Nouvelle Vision contre la pauvreté, Diaby Almamy, mène plusieurs actions dans le cadre de la réinsertion des ex-combattants. Nous l’avons rencontré le samedi 2 août 2014 au Plateau. A cette occasion, le guide réligieux qui est également un collaborateur de l’Onuci, s’est prononcé sur le phénomène des ‘’microbes’’, ces enfants qui agressent à main armée dans des communes d’Abidjan.

Il est de plus en plus question à Abidjan du phénomène des »Microbes ». Qui sont-ils exactement ?

Diaby Almamy : Il faut le dire. C’est une affaire qui concerne trois types d’enfants. Il y a celui des ex-combattants, celui des enfants qui ont servi d’indicateurs pendant la crise et ceux qui ont intégré ces groupes juste par suivisme. Mais, le fond du problème est purement politique. Le politique a utilisé ces enfants pendant les heures chaudes où il fallait trouver le moyen de faire partir le président Laurent Gbagbo. Et, une partie de ces enfants brûlaient les pneus, participaient aux opérations ville morte. Ils paralysaient tout le système dans les communes d’Adjamé, d’Abobo et d’Attécoubé. Aujourd’hui, ils ont vu que la situation s’est normalisée. Et, ceux qui les mettaient dans la rue sont aujourd’hui à l’aise pendant qu’eux souffrent. C’est l’une des parties du problème. Il y a aussi le cas des ex-combattants. Des enfants se sont battus avec eux pendant la crise. Ils avaient entre 18 et 25 ans. Et maintenant qu’on doit s’occuper d’eux, on leur dit qu’ils ne savent ni lire, ni écrire. Ils ont donc décidé de constituer un bloc à Attécoubé.

Quand ces enfants attaquent des personnes, que font-ils des biens volés ?

D.A : Ils ont des ex-combattants derrière eux, à qui, ils reversent tout cela, une sorte de commandement.

Qui sont ces personnes, ces ex-combattants ?

D.A : A Attécoubé, ce sont les éléments de la Marine. Il y avait deux groupes. Un qui acceptait de travailler pour eux quand un autre groupe refusait. Ce qui faisait que lorsque les deux groupes s’affrontaient, au lieu de les séparer, ils choisissaient de tirer sur ceux qui ne travaillent pas pour eux. Attécoubé était devenue infréquentable. Je suis allé voir la commissaire (de police) pour lui demander les raisons de cette situation. Elle m’a fait savoir que quand on arrête ces enfants, des hommes en armes, en treillis, viennent les libérer sous prétexte que ces enfants ont combattu avec eux. Je suis allé à la Marine pour discuter avec le commandant. Il m’a dit que ce ne sont pas eux les responsables. Mais, après nos investigations, nous avons compris que ce sont ses éléments qui le faisaient. Pour aller plus loin, je vous informe que le chef des microbes de Boribana dormait à la Marine.

Ce chef-microbe est-il un soldat ?

D.A : Non, c’est un civil. Et, il dormait à la Marine au vu et au su de tous. Quand les gens de la Cie (Compagnie ivoirienne d’électricité, Ndlr) sont venus à Boribana pour couper le courant parallèle, ces enfants ont coupé le bras d’un élément Frci du ‘’commandant Barbu’’. Cela n’a pas été sanctionné. On constate que ces enfants font ce qu’ils veulent et personne n’en parle. Nous avons organisé une grande cérémonie pour proposer des solutions à ce problème. Ces enfants nous disaient tout. Après les échanges avec les enfants, nous avons compris que le problème à Attécoubé vient de la Marine. Celui d’Abobo vient des anciens ‘’syndicats’’ qui ont leur enfants parmi ces microbes.

Concernant ces éléments des ‘’syndicats’’, à quel niveau sont-ils impliqués dans cette affaire ?

D.A : Il y a 4 enfants que nous sommes allés trouver à la Maca (Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan). On leur a demandé pourquoi ils se sont retrouvés en prison. C’étaient des enfants de 15 à 17 ans maximum. Ils nous ont expliqué qu’ils étaient dans les gares. Ils prenaient ce qu’ils devaient prendre pour le remettre aux chefs des syndicats. A un moment, ils se sont rendus compte que les chefs ne s’occupaient pas bien d’eux. Ilsmicrobes 2 ont donc décidé d’arrêter. Quand ils ont arrêté, on les a envoyés de Cocody à Abobo. Après, ils se sont retrouvés à la Maca. Ces enfants n’y sont pour rien. C’est pour vous dire qu’il y a de grosses têtes qui ont combattu au niveau de la rébellion qui sont derrière ces enfants.

Des officiers supérieurs ?

D.A : Oui. Des gens bien connus aujourd’hui, qui ont participé à la rébellion. Ce sont aujourd’hui des haut gradés. Cela nous choque vraiment de voir cela. Parce que cela n’aide pas le président (de la république) à sortir le pays du trou. Il fait tout ce qu’il peut. Mais, ces gens créent toujours un blocage. Ils allument le feu et viennent après jouer les pompiers. Il y a des enfants de ‘’syndicats’’ bien connus, qui sont des microbes. Donc, ils ne peuvent jamais contribuer à arrêter ce phénomène. Puisque, quand ces enfants prennent des portables, des bijoux de valeur, ils viennent les remettre à ces soi-disant chefs. Et quand après le partage ils ne sont pas contents, ils retournent encore sur le terrain. Mais, il y a un fait qu’il faut souligner. La plupart de ces enfants sont des ressortissants des pays voisins. Pour beaucoup, ils ne sont pas Ivoiriens. Il y a des Maliens, des Guinéens, des Burkinabés. Le chef d’Attécoubé par exemple est Burkinabé. Son second est Malien. Nous avions décidé de rentrer en contact avec les Ambassades de ces pays pour qu’ils puissent aussi faire la sensibilisation à leur niveau. Tous ceux-là sont soutenus par des chefs de guerre. Il ne faut surtout pas oublier ce côté.

Qu’est ce qui motive aujourd’hui ces officiers supérieurs qui vivent quand même dans de bonnes conditions à encadrer ces enfants ?

D.A : Les syndicats par exemple sont soutenus par certains chefs de guerre parce que dans chaque gare, ils ont leur ration. De ce fait, ils ne veulent pas mettre fin à ce qu’on appelle le phénomène des Gnambros (membre de syndicats de transporteurs : Ndlr). Et, c’est le phénomène des Gnambros qui alimente celui des »Microbes ». Puisque, la plupart de ces enfants sont les fils des syndicats. Il faut le dire. Aujourd’hui, je me retrouve souvent menacé par des syndicats, des Frci. J’ai été mandaté par l’Onuci (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire : Ndlr) pour suivre le processus des ex-combattants. J’ai aidé plus de 300 à Abobo à avoir un emploi. Je sais donc de quoi je parle.

Ne craignez-vous pas pour votre vie à l’allure où vont les choses ?

D.A :Pas du tout. Je suis guide religieux. Imam de la mosquée Ifpg au Plateau, qu’on appelle la mosquée Aemci. Je me dis que c’est une mission de Dieu. Ils peuvent me tuer s’ils le veulent. Mais, qu’ils sachent que tout ce qu’ils sèment, ils le récolteront un jour.

Pour revenir à la question de ces bandes, comment fonctionne une équipe de »microbes » ?

D.A : Il y a ce qu’ils appellent ‘’Opération ville propre’’. Ils peuvent se mettre à près de cent. Ils occupent une voie. Et ce jour-là, tous ceux qu’ils rencontrent sur cette voie, sont dépouillés de tout. Il y a deux semaines à Attécoubé, il y a un microbe qui a foncé sur moi. Arrivé à mon niveau. Il a crié ‘’Eh vieux père, c’est toi’’ et il est parti. Il avait sa machette et son pistolet en main.

En plus des armes blanches, ils ont donc des armes à feu…

D.A :Oui, ils ont des armes à feu. Vous savez, ces enfants n’ont plus peur de rien. J’étais à Agboville, il y a quelque temps. A 23 h, »le commandant Barbu » qui est à la Sodeci à Attécoubé, m’a appelé. Il m’a dit que ces enfants ont même cassé sa voiture à Boribana. J’ai dit au commandant que »ceux qui te créent des problèmes sont au sein de ton groupe ». Ce qui se passe actuellement risque de ternir fortement l’image du président Ouattara. C’est pour cela que nous avons décidé de dire la vérité aux Ivoiriens.

Quelle est cette vérité ?

D.A :La vérité est que pour finir avec les »Microbes », il faut régler le problème des ex-combattants. Il y en a qui ont combattu et qui n’ont pas été pris en compte pendant que des autorités allaient chercher leurs frères au village pour les (…) Lire La suite sur Linfodrome

From Tahrir Square to Ferguson, MO, M. Frindéthié

FergusonIn the last few years, American youths have watched their policy makers glorify violent dissent abroad, heroize defiant Molotov cocktails throwers in places like Tunisia, Libya, Egypt, Syria, and Ukraine. American youths have seen their policy makers waste not a second to sanctify violent civil disobedience movements around the world with the holy water of “democracy” and baptized those violent protests with such imaginative appellations as "Arab Spring" and "Eurasian Spring". American policy makers have blessed violent contestations overseas with incredible shortsightedness, that is, without the slightest apprehension that in a country not totally ridden of deep-seated social inequalities, American youths could be inspired by this “new and lemon-scented” method for demanding social change at home. Naively thinking of itself as “exceptional”, America disremembered that calcomania is the proper of humans and not just of some peoples, and that what is good for the goose may be so for the gander. Today, on the occasion of the nth shooting of an unarmed black youth by a police that is growing epidermally trigger-happy, Ferguson, MO is looking anxiously like Tahrir Square, leaving many bewildered Americans to wonder how this could happen here, in all places. As if here were never here in the first place.

Comprendre le supplice du PDCI, M. Frindéthié (publié le 30 avril 2013)

schizoidC’est vers les premiers schizoanalystes que nous dûmes nous tourner, dans notre désir de comprendre le supplice du PDCI, ce grand enfant de soixante ans, qui se fait entuber, se fait violer, se fait  fouetter par ce tout jeune führer du RDR, et qui toujours, tel un mouton de panurge, suit tout bonnement le RDR, et continuera à suivre niaisement jusqu’en 2015. Et ce qu’il nous fut donné de voir, ce fut le programme bien élaboré de l’esclave et de sa dominatrice, lorsqu’immobilisé sur l’autel de son supplice, le PDCI en redemandait encore et encore :

« Maîtresse, 1) tu peux me ligoter sur la table, solidement serré, dix à quinze minutes, le temps de préparer les instruments ;

2) Cent coups de fouet au moins, quelques minutes d’arrêt ;

3) tu commences la couture, tu couds le trou du gland, la peau autour de celui-ci au gland l’empêchant de décalotter, tu couds la bourse des couilles à la peau des cuisses. Tu couds les seins, mais un bouton à quatre trous solidement sur chaque téton. Tu peux les réunir avec un élastique à boutonnière. Tu passes à la deuxième phase :

4) tu as le choix soit de me retourner sur la table, sur le ventre ligoté, mais les jambes réunies, soit de m’attacher au poteau seul, les poignets réunis, les jambes aussi, tout le corps solidement attaché ;

5) tu me fouettes le dos les fesses les cuisses, cent coups de fouets au moins ;

6) tu me couds les fesses ensemble, toute la raie du cul. Solidement avec du fil double en arrêtant chaque point. Si je suis sur la table, tu m’attaches alors au poteau ;

7) tu me cravaches les fesses cinquante coups ;

8) si tu veux corser la torture et exécuter la menace de la dernière fois, tu enfonces dans les fesses les épingles à fond ;

9) tu peux alors m’attacher sur la chaise, tu me cravaches les seins trente coups et tu enfonces les épingles plus petites, si tu veux tu peux les faire rougir au réchaud avant, toutes ou quelques-unes. Le ligotage sur la chaise devrait être solide, et les poignets dans le dos pour faire ressortir la poitrine. Si je n’ai pas parlé des brûlures, c’est que je dois passer d’ici quelque temps une visite et que c’est long à guérir – et 2015 n’est pas bien loin »

Peur, sadisme inversé, ou tout simplement "lo péi avanche" ?

Croissance à 2 chiffres : broutage au sommet de l’Etat, M. Frindéthié

croissancePendant sa campagne présidentielle de 2010, Alassane Dramane Ouattara, le Warifatchê, accompagné des darboukas de ses griots, brandissant son « carnet d’adresses bien fourni », jaspinait haut et fort, dans l’allégresse de ses ouailles, qu’argent, il savait où trouver, et que des milliards il ferait pleuvoir sur la Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, 3 ans après l’investiture musclée de Dramane par les forces armées occidentales, même les inconditionnels de Dramane se demandent s’ils n’ont pas été victimes d’un broutage d’Etat. Rien de ce que Dramane a promis (65.000 classes en 5 ans, 5 universités en 5 ans, 50.0000 projets financés en 5 ans, accès à l’eau potable, accès à l’électricité, une maison pour chaque famille à moins de 5.000.000 de francs CFA, résorption du chômage, emplois pour les jeunes, etc.) ne s’est réalisé.

Bien au contraire ; après avoir endetté, rendetté et surendetté la Côte d’Ivoire auprès de ses maîtres de Bretton Woods, après avoir par trois fois –2012, 2013, 2014 – hypothéqué les ressources de la Côte d’Ivoire à travers des « emprunts obligataires », après avoir privatisé et vendu aux amis de son épouse des sociétés d’Etat, Dramane Ouattara, le concierge du Fonds monétaire et de la Banque mondiale à Abidjan, peine toujours à trouver les fonds nécessaires pour commencer la réalisation de ses promesses hyperboliques.

Holà ! Il ne serait pas juste d’affirmer que Dramane n’a fait que promettre sans vraiment rien donner aux Ivoiriens. En réalité,imagesALIO72XP le Warifatchê a beaucoup donné aux Ivoiriens. Il leur a donné des licenciements massifs (1200 agents à la Sotra, 300 agents à la RTI, etc.). Il leur a donné l’augmentation du prix du carburant et du gaz butane. Il leur a donné les délestages intempestifs et les pénuries récurrentes d’eau. Il leur a donné une diète d’amaigrissement expertement aménagée dans un panier de la ménagère inaccessible pour le commun des Ivoiriens. Il leur a donné l’indiscipline civile et la précarité se bousculant dans cette énorme favela qu’est devenue la Côte d’Ivoire. Il leur a donné les microbes (ses enfants soldats du Commando invisible), les occupants du Mont Péko, et des syndicalistes du transport à la gâchette facile. Mais surtout, il leur a donné un fourmillement d’affairistes attentistes résolus à se goinfrer sans prendre le temps de respirer … jusqu’à ce que leur moment soit « venu », pour utiliser cette sentence de koffi au carré.

Dramane Ouattara, l’homme-au-carnet-d’adresses-fourni-qui-sait-comment-trouver-de-l’argent a beaucoup donné aux Ivoiriens. Et voilà que fatigué d’attendre que les Ivoiriens lui expriment une reconnaissance qui tarde à venir, Dramane Ouattara, le Warifatchê, décide de se récompenser en se servant directement dans la poche des Ivoiriens, en instaurant une ixième taxe, celle-là sur le logement, une taxe à laquelle seront soumis propriétaires et locataires. Ailleurs, une telle entreprise serait tout simplement nommée par ce qu’elle est ; à savoir un maraudage institué. Mais ici, il s’agit du Dramanistan, un Etat voyou où tout marche sur la tête.

Dans les clameurs des hâbleurs dramanistes qui vendent aux populations des chimères de croissance à deux chiffres alors que la Côte d’Ivoire s’indiscipline, s’ourémise et se ghettoïse sous le règne des dozos, des gnambros, et des « microbes », les Ivoiriens en sont à se demander ce qu’ils ont bien pu faire pour mériter ce broutage au sommet de l’Etat.

Port-Bouët sous le règne des dinosauriens, Martial Frindéthié

 

Hortense Aka Anghui, Maire de Port-Bouet depuis 34 ans

Hortense Aka Anghui, Maire de Port-Bouet depuis 34 ans

Au moment où Hortense Aka Angui, la maire actuelle de Port-Bouët, par exemple, prenait en main la destinée de cette commune, c’est-à-dire, en 1980, son opposant aux dernières élections, le Dr Emmou Sylvestre, était à peine né. Après s’être fait réélire une pléthore de fois par une machine électorale au fonctionnement problématique, Aka Angui revient pour une ixième victoire assurée. Et je ne crois pas que ses victoires lui viennent des urnes ; à moins que les habitants de la commune de Port-Bouët ne soient de grands masochistes qui adorent s’auto-flageller.

En trente-quatre (34) ans « d’administration Angui », qu’a gagné la commune de Port-Bouët ? Quiconque cherche la réponse à cette question n’a qu’à jeter un coup d’œil sur la « Mairie de Port-Bouët », le centre névralgique de Madame, où se prennent toutes les « grandes décisions ». La mairie est un îlot de délabrement posé au milieu d’un océan de mille décompositions.

Au nord des bureaux de Madame la maire, ce sont les puanteurs d’un abattoir débordé d’immondices, de déjections, et d’anarchies de tous genres, que la brise de l’Océan, déjà chargée des effluves nauséeux du marché marécageux, peine à refouler vers les violentes exhalaisons marneuses de la lagune Ebrié. Au sud-ouest, ce qui était autrefois la belle plage de Petit-Bassam, est nue. Plus aucun cocotier. Et le petit lac de Petit-Bassam, naguère si grouillant de baigneurs, où j’avais bu la tasse, où j’avais fait l’école buissonnière, où Maman était venue plus d’une fois me chercher la chicotte à la main, n’est plus qu’une flaque d’eau verdâtre. La cellule de réflexion de Madame la maire n’a jamais su comment préserver ce joyau de la nature ! D’ailleurs, le tunnel qui autrefois alimentait le petit lac en eau de la lagune s’est bouché depuis fort longtemps; et, de l’autre côté de la route, la lagune elle-même, a été transformée en un gros dépotoir, un berceau d’infections, un centre de contaminations. On y déverse tout; on y jette tout. Les centaines de latrines construites le long de la lagune s’y vident directement, et les excréments vont alimenter les poissons qu’on pêche ensuite pour nourrir les familles et approvisionner les maquis locaux. Et le cimetière qui gagne du terrain, qui avance dangereusement vers la lagune; et nos morts qui s’infiltrent dans le sous-sol et qui viennent nous tuer pendant que nous les pleurons. A l’est des bureaux de Madame la maire, c’est la cacophonie des wrowros, c’est le sauve-qui-peut de Gonzagueville, c’est le désespoir de Jean-Foly, c’est la répétition de la misère et de la décadence générales d’une commune qui est pourtant la plus riche du territoire ivoirien avec sa zone industrielle et sa raffinerie de Vridi et son aéroport international. Et au sud, ce sud qui disparait, c’est le village Alladian que la mer grignote, grignote, grignote chaque jour un peu plus sans que la moindre solution ne puisse être envisagée.

Pour aimer la commune de Port-Bouët telle qu’elle est aujourd’hui, il faut ne pas l’avoir connue telle qu’elle était auparavant. La commune continue de dépérir. Mais Madame la maire n’en a cure, car elle, elle mange et dort loin de tout cela. Elle a tellement de mépris pour la commune qu’elle gouverne, qu’elle n’y a jamais élu domicile. Qu’a gagné Port-Bouët en 33 ans d’Aka Angui? Sinon que le reflux, sinon que le dépérissement, sinon que l’anémie ?

Et n’allez pas me dire que les habitants de Port-Bouët sont de grands masos qui ne demandent qu’à être enchaînés à leur propre vomi. Si Madame la maire est réélue tous les 5 ans, c’est moins pour sa compétence que pour la « bonne huile » qui graisse la machine électorale.

(vidéo) La traitrise finit toujours par trahir le traitre

the torture man you can grab anytime

BlackKaffir-man

a Hindu-man-from-Calcutta

a Harlem-man-who-doesn’t-vote

the famine-man,

the insult-man,

the torture man you can grab anytime,

beat up,

kill — no joke,   kill — without having to account to anyone,

without having to make excuses to anyone

Césaire

On ne change fondamentalement rien si on ne gouverne, Pourquoi et comment le FPI se doit de gouverner en 2015, M. Frindéthié (publié initialement le 23 août 2013)

pascal-affi-n-guessan-laurent-gbagbo2015 sera l’année qui libérera la Côte d’Ivoire ou la plongera dans une irréversible décomposition. Laisser la Côte d’Ivoire à Dramane Ouattara pour 5 années supplémentaires, équivaudrait à se laver les mains et abandonner le pays à une gouvernance qui à mi-chemin condense une insécurité en accroissement exponentiel, une barbarie indomptée, une détérioration  inédite du respect du droit de l’homme, un pillage sauvage des ressources naturelles, un saccage insolent des deniers publics, un enrichissement illicite grossier, un chômage et une cherté de la vie en augmentation absolue, une expropriation autorisée des terres des autochtones par des déferlantes étrangères,  une indiscipline primitive,  le crépuscule du penser et l’éloge de la décrépitude intellectuelle, une dévastation ahurissante des infrastructures sociales, la mort programmée de la démocratie, et l’érection graduelle mais sure  d’une islamisation effrontée de la vie politique.

De la bourbe de son bilan présidentiel  calamiteux, Alassane Dramane Ouattara, annonce, sans vergogne aucune, son intention de briguer un second mandat présidentiel en 2015. Et jusqu’à tout récemment, Dramane Ouattara était persuadé qu’en 2015 il accéderait à la magistrature suprême de la Cote d’Ivoire sans coup férir, comptant sur une opposition pourchassée et décapitée, sur une population harcelée et terrée, sur une « Assemblée nationale » lobotomisée, et sur un PDCI déserteur, à la direction narcissique, déliquescente et abandonnique. Laisser la Côte d’Ivoire entre les mains de Dramane Ouattara, de son RDR et du PDCI de Bédié, c’est l’abandonner à une agonie dont aucun bouche-à-bouche ne la ramènera. C’est pourquoi, le FPI qui aujourd’hui incarne la conscience collective des Ivoiriens amoureux de leur pays doit gouverner en 2015.

Or comment le FPI peut-il se présenter aux échéances de 2015 alors que le Président Gbagbo demeure emmuré dans les geôles de la Haye ? Se préparer pour la bataille électorale de 2015 à ce moment ne reviendrait-il pas à diluer la lutte pour la libération du Président Gbagbo, à légitimer son arrestation, et à disculper l’autocratie barbare de Dramane Ouattara en Côte d’Ivoire ?

Je dis, moi, qu’il faut faire de la politique comme l’on marche et mâche de la gomme en même temps. Et c’est pourquoi, au risque de causer une apoplexie à certains patriotes de la mère patrie, je dis qu’il faut la faire, cette politique, jusqu’au pénultième de la contradiction. Après tout, « la politique du futur », comme nous l’enseignait Nietzsche, n’est-elle pas l’art de la compossibilité ? Celui de dire « oui » à la vie en lui opposant ce perpétuel « non » ? De marier deux contraires possibles mais compatibles sur le terrain de la résolution des revendications sociales ? Le FPI n’a-t-il pas déjà compris et joué à ce jeu de la compossibilité en répondant « oui » la semaine dernière à l’invitation des chancelleries de ces pays-là même qui ont soutenu et installé le despote d’Abidjan ?

Afin de sauver la Côte d’Ivoire de l’anémie sociale et morale qui la ronge sous le régime des génocidaires, le FPI doit gouverner en 2015. Afin d’avoir la chance de gouverner en 2015, le FPI doit se mettre en position d’infléchir à un coefficient très élevé la politique ivoirienne. Le FPI, comme l’a fait le MPCI en 2002, doit, dans l’attente de 2015, et surtout en préparation de 2015, exiger le poste de Premier Ministre dans un gouvernement de « réconciliation nationale ».  Les signes de l’affaiblissement du régime des génocidaires sont évidents. Dramane Ouattara est sous la pression de ses maîtres, qui supportent difficilement ses écarts dictatoriaux et la conséquente réduction de leurs dividendes. Si Dramane n’a jamais été maître du jeu, aujourd’hui, tout porte à croire qu’il l’est encore moins. C’est pourquoi le FPI doit saisir l’occasion de l’affaiblissement d’un « chef d’Etat » qui n’existe que pour faire figure de proue, pour exiger la primature, assainir le gouvernement des cancres qui l’assiègent, introduire ses hommes et se donner les moyens financiers et la visibilité nécessaires pour 2015. Pour 2015 et pour arrêter la chute libre de la Côte d’Ivoire, toute en luttant pour la libération du Président Gbagbo, le FPI doit exiger que les pouvoirs du « chef de l’Etat » soient entièrement versés au Premier Ministre dans un gouvernement de « d’union nationale », un Premier Ministre qui soit du FPI. 2015 est au coin de la prochaine rue ; le temps est essentiel, et la Côte d’Ivoire continue de saigner ; et le FPI doit gouverner pour arrêter l’hémorragie.

Hillary Clinton Criticizes Obama’s ‘Don’t Do Stupid Stuff’ Foreign Policy, Margaret Hartmann

11-hillary-obama_w215_h215_2xEarlier on her book tour/not-so-secret campaign practice run, Hillary Clinton gingerly criticized the current administration, saying, "We have not been telling our story very well." (Echoing Obama, who cited that as a major failure of his first term.) In an interview with The Atlantic‘s Jeffrey Goldberg released on Sunday, Clinton gave a considerably sharper critique of Obama’s leadership, using the word "failure" twice to describe the president’s decision to stay out of the conflict in Syria, and bashing the White House’s self-proclaimed foreign policy doctrine "don’t do stupid stuff" (or rather "shit," though Clinton stuck with the cleaned-up version). "Great nations need organizing principles, and ‘Don’t do stupid stuff’ is not an organizing principle," she said. "It may be a necessary brake on the actions you might take in order to promote a vision."

This is Clinton’s most significant break with Obama since stepping down as secretary of state, but she clearly only wanted to put a slight amount of distance between herself and the president. Though she noted several times that she urged Obama to arm and train the Free Syrian Army early on, she said, "I don’t know the answer to that" when asked if U.S. intervention could have prevented the rise of ISIS. "I know that the failure to help build up a credible fighting force of the people who were the originators of the protests against Assad — there were Islamists, there were secularists, there was everything in the middle — the failure to do that left a big vacuum, which the jihadists have now filled," she said.

When asked why Obama recently suggested "don’t do stupid stuff" sums up his foreign policy, Clinton complimented the president and did some backtracking on his behalf:

I think he was trying to communicate to the American people that he’s not going to do something crazy. I’ve sat in too many rooms with the president. He’s thoughtful, he’s incredibly smart, and able to analyze a lot of different factors that are all moving at the same time. I think he is cautious because he knows what he inherited, both the two wars and the economic front, and he has expended a lot of capital and energy trying to pull us out of the hole we’re in. So I think that that’s a political message. It’s not his worldview, if that makes sense to you.

Of course, no Clinton interview would be complete without a vague admission that she’s running in 2016. She agreed with Goldberg that the U.S. should keep reminding the world that it has a good track record on advancing freedom, and remarked "I feel that this might be an old-fashioned idea, but I’m about to find out, in more ways than one."

Then, when asked about her own "organizing principle," she unveiled a potential campaign slogan:

Peace, progress, and prosperity. This worked for a very long time. Take prosperity. That’s a huge domestic challenge for us. If we don’t restore the American dream for Americans, then you can forget about any kind of continuing leadership in the world. Americans deserve to feel secure in their own lives, in their own middle-class aspirations, before you go to them and say, "We’re going to have to enforce navigable sea lanes in the South China Sea." You’ve got to take care of your home first. That’s another part of the political messaging that you have to engage in right now. People are not only turned off about being engaged in the world, they’re pretty discouraged about what’s happening here at home.

That’s definitely an old-fashioned idea. MSNBC notes that "Peace, prosperity, and progress" was the slogan for Dwight Eisenhower’s 1956 campaign, and "prosperity and progress" was Al Gore’s campaign slogan in 2000.

What is the Obama Doctrine? M. Frindéthié (first published on March 30, 2011)

obama-bowsMost American presidents have had some strategic vision driving foreign policy. Clinton had his doctrine: President Clinton believed that in an interconnected world, nothing was absolutely isolated, and therefore, events apparently geographically far from America could indeed have deep implications on the lives of Americans. Terrorism and wars breeding instability on all fronts, America’s role was, Clintonians would argue, to police the world in order to prevent—notice that “prevention” is the operative word—the festering of foreign conflicts from reaching the coasts of America. President Bush’s doctrine was preemption: hit America’s enemies even before they had the opportunity to act; and when it came to America’s security, cumbersome negotiating, such as habitual at the UN or even in Congress, could be circumvented. Bush would strike first and ask other leaders to either fall in line or to dissent and assume the consequences of their choices, such as not having any claim in the loot sharing. Rightly or not, Bush’s strikes on Afghanistan and Iraq were predicated on his firm belief that these countries constituted threats to the US. Even those who question his true motives in Iraq would remember that Bush said once of Saddam: “After all, this man wanted to kill my Dad;” which verifies the preemption doctrine: Get them before they get your kin. So, there seems to be some strategic vision driving foreign policy with the immediate predecessors of Obama, Clinton and Bush.

On the other hand, I have yet to figure out what President Obama’s doctrine is. Is there one? Has anyone figured it out yet? In light of the recent crises in Africa and the Middle East, Obama’s principles guiding foreign policy seem nebulous to me, like one of these metaphysical conjectures that are meant to efface their own traces as soon as they are posited. Anything and its contrary are possible at the same. One can lead by being led at the same time. One can be sure and uncertain at the same time. One can speak now or later at the same time, for time can be and not be of the essence at the same time. This, I confess, is a complicated political polka the steps of which I have yet to figure out.

Cote d’Ivoire: Christian Populations under Threat of Radical Islamism, M. Frindéthié

 

Coulibaly Ousmane, aka Bin Laden

Coulibaly Ousmane, aka Bin Laden

A bus full of Christian boy and girl scouts en route to a prayer retreat was attacked by armed militias in Toumodi, central Cote d’Ivoire. The assailants killed the driver and wounded one of the young worshippers.

The populations of Cote d’Ivoire, especially those living in the heartland, have been taken hostage by the plethora of militiamen that operate under the control of the warlords that have helped put Alassane Dramane Ouattara in power in 2011 after a protracted civil war. Dramane Ouattara’s explicit ethno-religious politics meant to favor the Muslim Northerners has embolden a radical Islamist fervor against Christians; and several “officers” of Ouattara’s uncontrolled army do openly flaunt their nicknames borrowed from the bloodiest of radical Islamists, such as Bin Laden.

This latest attack on Christians could have simply been interpreted as a casual occurrence in a country reeking of growing insecurity, had some people not been targeted precisely for their Christian faith. On several occasions, on this site, we have called attention to a situation that, if left unchecked, will indubitably degenerate into the crises faced by Central Africa and Nigeria.

There is a growing germ of radical Islamism in Cote d’Ivoire that needs to be rooted out. Dramane Ouattara is incapable of diffusing the Islamist time bomb as the fear it generates in the opposition on election days constitutes the organizing principle of his presidency.

Encore des promesses! M. Frindéthié

Et c’est reparti! Dramane Ouattara est encore en pleine crise de mythomanie. Le voilà, qui à l’occasion de son discours commémoratif de la 54e année de dépendance de la Côte d’Ivoire, égrène en plein enivrement, une fois de plus, un chapelet de promesses, alors même qu’il n’a pas encore satisfait à un seul des engagements qu’il a pris pendant sa campagne électorale. De deux choses l’une : Ou bien Dramane prend les Ivoiriens pour des mabouls, ou bien sa mémoire est atteinte d’une senescence aigüe. Pour ne pas faire à notre hâbleur mystificateur l’insulte de penser qu’il a tant de mépris pour les Ivoiriens, optons donc pour l’alternative qu’il est en déficit de mémoire, et ayons la bonté de lui rappeler, en images, ses délires de campagne insatisfaits pour lesquels les Ivoiriens n’ont récolté en définitive que pénurie, délestages, chômage, paupérisation, cherté, vulgarité, saleté, indiscipline, désordre, immolation, persécution religieuse et ethnique, islamisation radicale, déscolarisation, incarcération arbitraire, criminalité, insécurité, racket, corruption, incivisme, dépossession, et incompétence.

arnaque-1 arnaque-8 arnaque-9 arnaque-10 arnaque-11 arnaque-12 penurie_eau20120large

Why are most African leaders always looking to the West? M. Frindéthié

slave mentalityWhy are African leaders always looking to the West to solve Africa’s internal problems when overwhelming evidence shows that Africa’s problems are first and foremost the consequences of the West’s will-to-domination?  This is simply because many African countries are still ruled by elites that have received most or part of their education from the debilitating colonial school system, either in the colonies, in the metropolis or through their progenitors. As such, they have been formed for the production and maintenance of European domination. Though some of them have managed to free themselves from the mental entrapment of colonialism, many still remain trapped in the stultifying psychological dependence on the West. Their Occidentalism is sometimes stomach-turning. They have internalized the negative discourses on blackness that have been the essential constituents of colonial secular as well as religious curricula, and which they now mirror in their daily dealings with Western economic and political operatives. Their allegiance is not to Africa. All they want is to please the West. They are seeking assurance from the West that they belong, that they are passable, acceptable. They would do anything to please the West. Their allegiance to the metropolis is pathological, because they have been ingrained with a slave mentality that causes them to identify their salvation in the West or anything that amounts to the West. Their neurotic condition carries deeply depressing effects for the development of the African continent. While they should be working at ways to pull Africa out of its misery, misery to which they have greatly contributed by their indolence and sick heroization of the West, instead, the black elites have their gaze turned toward the Occident, to which they holler: “Does anyone out there (in the West)  love me?”

Most US journalists are coward when it comes to Israel, Greenwald

Glenn-Greenwald

 

August 5, 2014 2:22 pmUS
investigative journalist Glenn Greenwald has blasted the media coverage of the Israeli-Palestinian conflict in the Gaza Strip by the American media.

In an interview with The Huffington Post on Monday, Greenwald said there have been some good journalists, but totally he gives an F to the US media coverage.

“Most American journalists though are coward when it comes to Israel. They don’t want to mention it,” he said.

“There’s no question that the way that the American media covers this conflict is based on the principle that Israeli lives are just inherently more valuable than Palestinian lives,” the journalist added.

“It takes probably 50 Palestinians being killed to get anywhere near the attention of, say, an elderly Israeli woman being frightened in her home and having some kind of a medical problem because of the trauma.”

Almost as many Palestinians have been killed as Americans on 9/11, and the media has remained “essentially calm about it,” according to Greenwald.

“I think there’s a racist element to it. I think there’s an ethnocentric element to [the media coverage],” he said. “There’s definitely an anti-Muslim strain that runs throughout how this coverage is conducted.”

The number of deaths and injuries in the Gaza Strip keeps rising as the Israeli war on the blockaded territory enters its 29th day.

The death toll from Israel’s attacks since July 8 now stands at more than 1,800. Nearly 430 of the victims are children.

The attacks have also injured over 9,500 Palestinians. The Palestinian Health Ministry says the injured include more than 2,800 children, over 1,800 women, and 374 elderly people.

By Press TV

Israel security does not justify ‘slaughter of civilians': France

 France's Foreign Affairs minister Laurent Fabius

France’s Foreign Affairs minister Laurent Fabius

Paris (AFP) – Israel’s right to security does not justify its actions in Gaza, French Foreign Minister Laurent Fabius said Monday, as he called for a political solution to be "imposed" by the international community.

"How many more deaths will it take to stop what must be called the carnage in Gaza?" Fabius said in a statement.

"The tradition of friendship between Israel and France is an old one and Israel’s right to security is total, but this right does not justify the killing of children and the slaughter of civilians."

The statement comes amid global outrage over an Israeli strike next to a UN school where ten people were killed, among them civilians who had been seeking refuge from the violence.

Fabius said Islamist group Hamas, the de facto rulers of Gaza, "clearly carries an overwhelming responsibility" for the conflict but that Israel was not justified in carrying out what UN Secretary General Ban Ki-moon called "a criminal act" with the attack near the school.

"That is why we support and demand the establishment of a real ceasefire as proposed by Egypt and why we are ready, as French and Europeans, to contribute to it in a concrete way," he said.

"It is also why a political solution is essential… and should in my opinion be imposed by the international community," Fabius said.

(Video): Chant from the "chosen people": There is no school tomorrow; there are no children left in Gaza

‘No children left in Gaza!’ Right-wing Israeli mob mocks deaths in anti-Gaza chant

 

Dershowitz on War and Values, M. Frindéthié

alan-dershowitzOn Tuesday, July 29, 2014, during a CNN debate, Alan Dershowitz submitted that Israel’s offensive operations in Gaza should be supported, because through its war against the Palestinian people, Israel was not only defending itself, but it was also, and most importantly, defending “Western values.” I could not help wondering what Western values, the values of which Western social engineer, Dershowitz was referring to. The values advocated by King Leopold II of Belgium in the Congo? The values promoted by Hernan Cortez in the Americas? The values put forth by Hitler in Germany? Or the values of Sarkozy in Cote d’Ivoire? The last time I checked, these social engineers were all “Westerners” convinced that the values they upheld were of the highest kind.

Throughout history, Western civilization has shown time and time again that it does not have the last word on superlative values. Isn’t time that Dershowitz and those who think like him started ridding themselves of their anxieties about “higher” and lower “peoples”? Isn’t time that they started thinking in terms of the suffering of the human race and stopped ranking distress and torment on the basis of race, ethnicity, creed, and nationality?

The West Scurrying Away from the Crime Scene, M. Frindéthié

Libya

Libya is burning; Iraq is burning; Egypt is burning; Syria is burning. Imperialist West is scurrying away from the crime scene. The United States, Great Britain, and France have packed their belongings, closed their embassies, and fled from the furnace they have helped ignite. The Occidental proclivity to rush into a foreign country, take it to the brink of collapse and backwardness, and then, when things become unbearable, run away and blame the autochthonous populations for not being up to the principles of “democracy” will always amaze me.

All the social engineers in the West who have theorized the erection of superlative societies with the fall of Saddam, Gaddafi, Mubarak, and Bashar are spinning a new story, erasing and rewriting pages of the “History Book” which they have become expert at falsifying. Will imperialist West once, just once, concede that being endowed with a high degree of gluttony and destructive drive does not necessarily give one the primacy of human intelligence? Will imperialist West admit its responsibility in this long, distressing Arab tragedy at play before our eyes, which, hitherto, in its precipitous self-congratulatory gesture, it had baptized “the Arab Spring”?

How Can He Who Has Suffered So Much Be So Ruthless? Palestinian death toll reaches 1,900 as applauding Israelis watch night attacks on Gaza

Palestinian death toll reaches 1900 as applauding Israelis watch night attacks on Gaza

israel-gazaGaza

Quel sort pour Wattao? M. Frindéthié

WattaoIssiaka Ouattara, alias Wattao, précédemment commandant de la zone Abidjan-sud vient d’être débarqué de son poste et viré du CCDO dont il était l’un des seigneurs. L’expulsion de Wattao ressemble à quelque chose près au bannissement de son autre compagnon d’armes, Ibrahim Bakayoko, alias IB, chef du « commando invisible »; et n’eut été l’intervention du général Soumaila Bakayoko, Wattao, dont la garde rapprochée avait sorti ses armes lourdes pour protester le renvoi de son commandant, aurait connu le sort réservé à IB par Dramane Ouattara. Il aurait été tout évidemment abattu par celui pour qui il avait tué de Bouaké à Abidjan.

Wattao a été écarté comme une infecte spore. Quel sera le nouveau point de chute de Wattao ? Certains observateurs de la scène politique ivoirienne avaient conjecturé quant à l’existence d’un dossier d’inculpation cacheté du « commandant bling bling » et du « p’tit gros » par la CPI, que la Rattrapocratie hésiterait à rendre publique. Wattao lui-même, voyant la chose venir, avait annoncé qu’il ne se ferait pas si facilement le bouc-émissaire d’une dictature souillée du sang de milliers d’Ivoiriens. Au lendemain du passage du « Grand Blanc » Hollande en Côte d’Ivoire, qui devant le sourire imbécile et satisfait des rattrapocrates a prôné la fin de l’impunité, et à quelques mois des élections présidentielles, le préfet d’Abidjan se préparerait-il au « blanchiment » de sa barbare dictature par l’immolation de ses lieutenants les plus volubiles et les plus extravagants ?  Le temps nous situera.

Politicians! The only time they’re caught speaking their minds seems to be … when on hot mic

 

Secretary of State John Kerry had an awkward exchange Sunday morning when "Fox News Sunday" host Chris Wallace confronted him with an "extraordinary" hot-mic moment apparently discussing the ongoing conflict in Gaza.

 

"While you were on camera and while you were on microphone, you just spoke to one of your top aides in between the interviews about the situation in Israel and the fact that 14 Israelis have either been shot or killed in an operation. We want to play a clip of that conversation because it’s an extraordinary moment of diplomacy," Wallace said.

In the clip, Kerry appears to be sarcastically referring to the Israeli use of force as a "pinpoint operation."

"It’s a hell of a pinpoint operation. It’s a hell of a pinpoint operation," Kerry says to an aide named John. "We’ve got to get over there. Thank you John. I think John we ought to go tonight. I think it’s crazy to be sitting around."

Kerry, asked to clarify his remarks by Wallace, said he was simply making a point about the difficulty Israel faces as it seeks to eliminate the Hamas tunnels and rocket attacks while minimizing civilian casualties.

"You have people who come out of tunnels. You have a right to go in and take out those tunnels. We completely support that and we support Israeli’s right to defend itself against rockets that are continuing to come in. Hamas has started this process of rocketing after Israeli was trying to find the people who killed … three young Israeli citizens. It’s disgraceful. So yeah, it’s tough. It’s tough to have this kind of operation," he said.

View the exchange below at 10:53.

Read more: http://www.businessinsider.com/fox-news-confronts-john-kerry-over-his-hot-mic-moment-2014-7#ixzz3858BUDiH

 

 

The Brics development bank can release Africa from World Bank tyranny, William Gumede, The Guardian.com

'The Brics bank could also be a vital source of finance for infrastructure that Africa so desperately needs.' Photograph: Lan Hongguang/Xinhua Press/Corbis

‘The Brics bank could also be a vital source of finance for infrastructure that Africa so desperately needs.’ Photograph: Lan Hongguang/Xinhua Press/Corbis

Africa desperately needs reliable and cheaper long-term development finance. The Brics leaders may well have found the answer

The leaders of the Brics countries – Brazil, Russia, India, China and South Africa – have signed a treaty in the Brazilian city of Fortaleza to launch a Brics development bank.

The bank will rival the US- and European-led World Bank and its private lending affiliate, the International Finance Corporation, which have dominated development finance since the second world war. The Brics bank is positioned as a financial institution that will provide developing countries with alternative funding minus the punishing strings attached to World Bank lending, which strip recipient countries of the power to make their own policies. It also promises to make lending processes for developing countries faster, simpler and cheaper.

The Brics members will set up a $100bn contingency reserve pool (called the contingent reserve arrangement, or CRA), to help members who face sudden foreign capital flights. China will contribute $41bn, Russia, Brazil and India $18bn each, and South Africa $5bn.

Developing countries have long failed to get industrial nations to either give them a bigger say in decision-making at the World Bank and IMF, or to get these institutions to ease up on punishing and inappropriate structural adjustment programmes (that wealthy countries themselves would never implement in their own economies) in return for funding.

The new bank and the contingency fund are therefore the first real and practical attempts by developing countries to create a monetary, development-finance and trade alternative to the IMF, World Bank and the dominance of the US dollar.

The bank’s creation will have to be ratified by the parliaments of the individual Brics countries. The hope is that it will start lending two years after ratification. But disputes over such things as voting rights and where the bank should be situated have so far delayed this process. China lobbied to host it, but India feared the domination of Chinese financial institutions. South Africa wanted Johannesburg as a “neutral” venue and also to serve as an African infrastructure bank.

Africa feels the bank should be established here, particularly because the greater need for the bank is on the continent of Africa,” Jacob Zuma, the South African president, told the World Economic Forum on Africa last year in Cape Town. South Africa’s argument was too narrow, however; and it appears, according to documents prepared for the summit, that the bank will be based in Shanghai.

Africa desperately needs reliable and cheaper long-term development finance, without restrictive World Bank and IMF conditions. The Brics bank could also be a vital source of finance for infrastructure that Africa so desperately needs. But it could also provide finance to expand Africa’s manufacturing sectors – so crucial if the continent wants to create jobs, and reduce inequality and poverty.

The mere presence of a Brics bank that does not adhere to the structural adjustment philosophy of the World Bank and IMF could strengthen the hands of African governments to produce more independent – and relevant – national development policies, rather than the “one size fits all” approach enforced by traditional lenders.

The Brics bank could also help Africans to secure better investment deals in their negotiations with traditional multilateral banks and the private sector.

However, there is no guarantee that a Brics bank would not attach conditions as onerous as those of the World Bank or other development banks – or that it would prioritise the development and infrastructure policies important to African economies, rather than just the Brics economies. Most current development banks in individual states, such as the Brazilian development bank, lend at market rates to African countries.

Also, there is absolutely no guarantee that the Brics bank will be more development-oriented than other developmental banks.

Africans will have to strike smart partnerships with the Brics bank, through African development banks, state-owned enterprises and the private sector. And, crucially, the bank will have to be based on good corporate governance. It must pursue lending that is ecologically sustainable, and must promote inclusive economic growth and development.

François Mattéi sur la Voix de la Russie: "Très inquiet pour la Côte d’Ivoire"

mercenaire

LVdlR : Dans votre livre écrit en collaboration avec M. Gbagbo, on le retrouve dire que la « vérité finira par triompher »… Comment le président Gbagbo entrevoit-il son avenir, celui de ses proches et de la Côte d’Ivoire ? Et qu’en pensez-vous ?

F.M. : Moi, je suis très inquiet pour la Côte d’Ivoire parce que je pense qu’elle est aux mains de gens peu fiables. Des gens qui sont venus au pouvoir par les armes. Qui continuent à maintenir leurs positions par les armes. M. Ouattara ne peut rien faire contre ces gens qui l’ont ramené au pouvoir et qui sont pour la plupart analphabètes. Ils sont très nombreux. On retrouve notamment un commis de cuisine devenu préfet, c’est formidable… M. Soro, président de l’Assemblée nationale, qui a été également Premier ministre, n’est autre qu’un chef de guerre. Qui a été en outre désigné par un bon nombre de rapports à une certaine époque comme responsable de crimes de guerre et qui se retrouve aujourd’hui sous immunité parlementaire. Il guette le pouvoir comme M. Bakayoko, qui est le ministre de l’Intérieur. Et à la base, ils sont tous chefs de milices armées, qu’ils continuent chacun de diriger. Et ils se guettent tous du coin de l’œil en attendant que M. Ouattara, qui est bien malade, disparaisse de la scène politique. Tout cela est assez inquiétant. Le seul qui pouvait dé- gager un consensus c’est Laurent Gbagbo. On n’en a pas voulu. Ce qui se passe désormais c’est qu’il va passer en procès. Et il faut pour cela situer deux choses : le 3 juin 2013, la Cour pénale internationale avait dit qu’il n’y avait aucune charge retenue contre lui. Quelques mois plus tard, il y a toutes les charges retenues. Il se trouve que pour avoir étudié le dossier, il n’y a rien de nouveau. Que tout le monde le sache, il n’y a absolument rien de nouveau. Donc on voit bien qu’il s’agit d’une décision politique. Parce qu’en 2015 il y a l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire et on ne veut pas que Gbagbo soit libre. Et que l’objectif est de le maintenir le plus longtemps possible hors du jeu politique et afin qu’il n’y ait plus de possibilité pour lui de revenir. La vérité sortira tout de même. Et je pense qu’avec elle ce sera le procès de la CPI et non pas de Laurent Gbagbo. Qu’est-ce que représente la CPI sinon une institution, je dis bien une institution et non pas une juridiction, qui sert des intérêts particuliers ? Le dossier contre M. Gbagbo a été fabriqué à Paris et à Abidjan par le pouvoir actuel. Ce dernier ayant énormément de choses à se reprocher. Les seuls actes réellement génocidaires ont été commis par le pouvoir actuel ou en tout cas par les gens qui le soutenaient. Et aucun d’entre eux ne se retrouve aujourd’hui à la CPI. Donc on s’aperçoit bien que c’est une institution qui n’est pas respectable et qu’il convient de ne pas respecter. Le problème c’est que M. Gbagbo y est. J’allais dire qu’on attend avec impatience le procès parce que M. Gbagbo aura la possibilité de parler au monde.
Et j’espère que cela sera retransmis partout. Et dans ce cas-ci, la CPI s’écroulera. Quant à M. Gbagbo lui-même, il reste optimiste. Il sait parfaite- ment ce qui s’est passé. Pour résumer : étant donné qu’il y avait un litige électoral, c’est-à-dire deux présidents, lui a demandé qu’on recompte les voix sous l’égide d’une commission internationale. Cela a été refusé. Pourtant lorsqu’on sait qu’on a gagné, on ne devrait pas avoir peur du recomptage des voix. D’autant plus que c’est un usage absolument courant. On l’a vu aux Etats-Unis dans le cas de Bush et Gore. On l’a vu avec l’UMP en France, où pour la présidence d’un parti politique il y a eu une comédie tragique durant des mois. Autre exemple encore : Haïti, où cela s’est très bien passé : celui qui était arrivé au départ troisième est devenu après recomptage président de la république car il y avait eu des comptes mal faits au départ. Donc au lieu de faire des morts et de faire la guerre, car en Côte d’Ivoire, il faut le rappeler, il y a eu beaucoup de morts, aurait fallu tout simplement recompter les voix. Pourtant c’est l’option de la guerre qui été choisie au lieu de faire un recomptage qui aurait économisé énormément de vies humaines. Laurent Gbagbo s’est maintenu au pou- voir car il a été élu. Il a donc continué d’exercer, aussi bien en ce qui concerne ses prérogatives économiques que militaires, en défendant le pays. C’est ce qu’on lui reproche aujourd’hui. On lui reproche en fait d’avoir continué à gouverner alors que ladite communauté internationale estime qu’il était battu aux élections. Et dernière chose encore : je ne sais pas où a-t-on lu et décidé que c’était la communauté internationale ou quiconque qui décidait de l’élection d’un président de la république d’un pays souverain. Logiquement, c’est le peuple du pays en question qui, il me semble, doit choisir son avenir. La communauté internationale a peut-être un rôle, mais elle ne peut agir qu’en respectant la souveraineté d’un Etat et du libre choix de son peuple à la suite d’une élection démocratique. C’est ce que Laurent Gbagbo va défendre et là-dessus il est tout à fait tranquille. Concernant l’avenir de la Côte d’Ivoire, il est très inquiet car il pense qu’aujourd’hui il n’y a plus de démocratie en Côte d’Ivoire. Pour vous dire, un très grand nombre de marchés se font aujourd’hui de gré à gré alors qu’on dit que M. Ouattara est un grand économiste. Peut-être. En tout cas, aucune des règles normales dans ce domaine n’est respectée, ni appliquée. La Côte d’Ivoire, curieusement, va mal alors que la guerre est finie. On a reproché son bilan à Gbagbo alors qu’il se trouvait en état de guerre avec la moitié du pays occupé. Et le bilan était malgré tout cela très loin d’être mauvais. Je peux le démontrer. Quant à aujourd’hui, il y a une chute des ressources pétrolières, ainsi que des ressources du cacao. Ca va très mal. Pourquoi ? Car il y a beaucoup de détournements. Ce n’est pas qu’il y a moins de cacao et de pétrole. Simplement il y a énormément de gens qui font du « business ». Parmi eux, un grand nombre de politiciens français. Notamment M. Guéant qui était ministre de l’Intérieur, ainsi que son gendre qui s’occupe notamment de la privatisation des banques là-bas. Ils font tous de très grosses affaires. La Côte d’Ivoire est devenue aujourd’hui un comptoir. Ce n’est plus un Etat mais bien un comptoir ouvert aux quatre vents du libéralisme sauvage.

LVdlR : Croyez-vous qu’un jour les responsables de la rébellion armée en Côte d’Ivoire, ainsi que ceux ayant commis des crimes depuis 2002, puissent se retrouver devant la justice, nationale ou internationale ? Ou alors, pensez-vous que leurs mentors occidentaux ne le permettront jamais ?

F.M. : Je pense qu’ils ne le permettront jamais. Et puis c’est déjà trop tard. Il est évident que si on veut faire un procès et la mise à plat de tout ce qui s’est passé là-bas, il faut envoyer à la CPI M. Soro. Et pourquoi pas M. Ouattara ? Tous ces gens-là ont organisé une rébellion sauvage. Il y a eu des centaines de milliers de morts, des villages rasés. Des massacres massifs. L’inaction de la CPI est absolument incompréhensible. Mais la communauté internationale est piégée dans sa posture parce qu’elle a soutenu ces gens-là. La vérité, elle, sera connue. Mais en ce qui concerne la probabilité qu’il y ait des sanctions à l’encontre des responsables de ces crimes, je pense qu’il y a très peu de chances.

LVdlR : Selon vous, la CPI ne s’est-elle pas définitivement discréditée en confirmant les charges contre Laurent Gbagbo et en faisant toujours la sourde oreille quant à la responsabilité de crimes massifs commis par les rebelles soutenus par le gouvernement français ?

F.M. : A mes yeux, oui. Et aux yeux de beaucoup de Français qui heureusement commencent à se réveiller. Y compris grâce aux débats qu’il y a eu à la CPI, beaucoup de gens commencent à voir clairement que sous l’habillage juridique, on voit apparaitre des intérêts clairement politiques, militaires et économiques. Je crois que la vérité va sortir. Beaucoup de gens commencent à réagir différemment, comparé à même deux ou trois ans auparavant. Et si les gens s’aperçoivent qu’ils ont été à ce point trompés, cela risque d’être violent. C’est ainsi en France, on se réveille tous les 20 ans. J’ai confiance en les gens de mon pays. Ce secret de la Françafrique, cette sinistre comédie mais qui rapporte énormément à l’Etat français, qu’on essayait de garder si longtemps s’ouvre aujourd’hui au grand jour. Et maintenant que les citoyens commencent à comprendre sur le fond pourquoi on joue avec les chefs d’Etats en Afrique comme avec des pions sur un échiquier, je crois qu’il y aura une réaction salutaire en France. Vous savez il y a un ancien ambassadeur de France, M. Gildas Le Lidec, qui vient de publier un livre « De Phnom Penh à Abidjan », qui mentionne justement la période où il était ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, à l’époque de Laurent Gbagbo. Et il y raconte des choses formidables pour dire qu’on n’a jamais laissé une chance à Gbagbo et que la France n’en voulait tout simplement pas. Et que même le chef de guerre Soro a voulu l’étrangler. Il parle donc de toutes ces choses comme un témoin direct

Nicolas Sarkozy en garde à vue

sarko 

Pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, un ancien chef de l’Etat est en garde à vue. Nicolas Sarkozyest interrogé depuis le matin du mardi 1er juillet à Nanterre  par l’office central de lutte contre la corruption les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la direction centrale de la police judiciaire. Soupçonné d’être au centre de plusieurs affaires criminelles, aucune charge n’a jusqu’à ce jour pu être retenue contre Sarkozy autour de qui flottent pourtant de fortes exhalaisons de délit. L’ami intime de Dramane Ouattara serait-il, comme son compère voltaïque, le malfrat le plus gluant du vingt-et-unième siècle ?

Décisions Adoptées par le Comité Central Extraordinaire du FPI

fpi

- Sur convocation du Secrétaire Général et Porte-parole du Parti, le Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI), s’est réuni en session extraordinaire, élargie au Comité de contrôle et aux Secrétaires Généraux de Fédération, le Samedi 28 Juin 2014, de 11 H à 14 H, à son siège provisoire, sis à Cocody les Deux Plateaux, 7ème Tranche, sous la présidence effective du Président du Parti, le camarade Pascal AFFI N’GUESSAN.

2- L’ordre du jour de cette session a porté sur deux (02) points : – l’affaire "le Procureur de la CPI contre le Président Laurent GBAGBO" ; – l’analyse de la situation nationale et les perspectives.

3- A propos de «l’affaire le Procureur de la CPI contre le Président Laurent Gbagbo», le Comité Central a entendu une communication de la direction du parti relative au point de la procédure et à la décision arrêtée par la Chambre préliminaire 1 de la CPI.

4- Le Comité Central du FPI prend acte de la décision de confirmation des charges retenues contre le Président Laurent GBAGBO.

5- Le Comité central note avec satisfaction les réactions de la direction du parti à la suite de cette décision, notamment à travers la déclaration du 14 juin 2014 et le point de presse du président du parti le mercredi 25 juin 2014.

6- Le Comité Central fait le constat que la stratégie de lutte adoptée en vue d’obtenir la libération du Président Laurent Gbagbo n’a pas pour l’instant abouti aux résultats escomptés.

7- Le Comité Central rappelle qu’à l’audience de confirmation des charges tenue le 03 juin 2013, la Chambre préliminaire 1 a ajourné sa décision par deux voix contre une, au motif que les preuves étaient insuffisantes pour tenir un procès contre le Président Laurent Gbagbo, et a renvoyé le procureur à la recherche d’éléments de preuves supplémentaires.

8- Le Comité Central note que malgré les moyens colossaux déployés par l’accusation et tout le temps accordé au Procureur pour apporter les preuves de la culpabilité du Président Laurent Gbagbo, la décision de confirmation des charges a été acquise avec une voie dissidente.

9- Le Comité Central en déduit que les preuves produites n’ont pas été totalement convaincantes, que les bases du procès que l’on veut engager contre le Président Gbagbo restent fragiles et qu’en conséquence l’espoir est permis.

10- S’agissant de la situation nationale, le Comité Central a entendu une communication de la direction du parti portant sur la situation générale du pays, sur le dialogue politique et la Commission Electorale Indépendante.

11- Le Comité Central a marqué sa vive préoccupation face à la situation de détresse qui gagne inexorablement l’ensemble de la population ivoirienne, les nombreuses pertes en vies humaines sur les routes, dans les inondations, dans les attaques de bandes armées…, et les atteintes graves et les violations des droits de l’Homme : droit à la vie, droit au travail, droit à une vie décente, droit à la sécurité et à la tranquillité, droit à la dignité, etc.

12- Le Comité Central est particulièrement affligé par l’acte d’immolation de Dame Mandjara Ouattara, acte qui constitue la tragique illustration du drame que vivent les populations ivoiriennes.

13- S’agissant du dialogue politique, le Comité Central rappelle que la tenue de la présente session extraordinaire a été décidée à l’issue de la session ordinaire du 31 mai 2014, en vue de procéder à une évaluation exhaustive des engagements pris par le gouvernement au cours de sa rencontre avec la direction du FPI le 22 mai 2014.

14- Le Comité Central rappelle en outre qu’il avait salué les décisions annoncées par le gouvernement et s’était félicité des premières mesures prises, notamment en ce qui concerne le dégel de certains comptes bancaires et la libération de prisonniers politiques, et avait encouragé le gouvernement à réaliser toutes ses promesses afin de créer les conditions d’édification de la confiance et d’un dialogue franc, sincère et constructif.

15- Le Comité Central note que paradoxalement dans les semaines qui ont suivi, il a été observé un raidissement de la position du gouvernement, comme en témoignent les actes d’obstruction à l’exercice des libertés fondamentales : liberté de réunion, d’expression, de culte, de circulation…, constatés notamment à Touba, Odienné, Toupah et Yopougon, l’affectation arbitraire à Odienné du camarade Koua Justin de la JFPI et la tentative d’extradition de Ahoua Don Mello du Cameroun.

16- Le Comité Central note cependant que le conseil des Ministres du mercredi 25 juin 2014 a marqué « son accord pour la poursuite du processus de dégel des comptes et pour la poursuite des procédures d’examen des dossiers de mise en liberté provisoire des détenus de la crise post électorale. »

17- Le Comité Central fait le constat avec désolation de la duplicité du gouvernement dans la conduite du dialogue politique et dans la mise en œuvre des décisions arrêtées à l’issue des négociations.

18- Le Comité Central se félicite en conséquence que cette situation ait été portée à la connaissance de la Représentante Spéciale du Secrétaire Général de l’ONU qui a assuré la médiation en vue de la reprise du dialogue politique.

19- Le Comité Central, prenant note par ailleurs de l’adoption de la Résolution 2162 par le Conseil de Sécurité [à sa 7207ème séance le 25 juin 2014], salue toutes les recommandations relatives à la réconciliation nationale et la cohésion sociale, au désarmement, à la démobilisation et à la réintégration des ex-combattants, à la réforme du secteur de sécurité, etc., et se félicite de la mission de bons offices confiée à l’ONUCI dans le cadre du dialogue politique entre le gouvernement et les acteurs politiques ivoiriens.

20- Enfin le Comité Central a été informé de l’adoption et de la promulgation de la loi portant reforme de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

21- Le Comité Central observe que malgré les fortes réserves du FPI, des partis de l’opposition, de la Société Civile et même d’une partie de la coalition au pouvoir d’une part, la Résolution 2062 du Conseil de Sécurité, ainsi que le rapport d’évaluation du cadre juridique et politique des élections en Côte d’Ivoire du NDI, recommandant fortement un processus de réforme inclusif et une démarche consensuelle en vue des élections justes, équitables, inclusives et transparentes en Côte d’Ivoire d’autre part, le régime Ouattara s’est entêté à créer, sur mesure, une CEI acquise d’avance à sa cause.

22- Le Comité Central note que la majorité absolue et mécanique dont dispose le groupement politique au pouvoir au sein de la CEI (de 9 à 13 voix sur 17) enlève toute signification à la présence de l’opposition au sein de cette institution et viole le principe d’équilibre qui doit être l’un des fondements de l’indépendance et de la crédibilité de la CEI. Cette violation de l’indépendance de la CEI est aggravée par la représentation au sein de cette Institution, du Président de la République, Chef de l’Exécutif, du pouvoir législatif et des Ministères de l’Administration du Territoire et de l’Economie et des Finances, tous ayant voix délibérative.

23- Le Comité Central rappelle que la décision souveraine du peuple de Côte d’Ivoire de se doter d’une Commission Electorale Indépendante découle de sa volonté de mettre en place une Institution indépendante vis-à-vis des autres pouvoirs (Exécutif, Législatif….) susceptible de rassurer les acteurs politiques engagés dans la compétition électorale et capable d’organiser des élections libres, justes et transparentes.

24- Le Comité Central fait le constat que la Commission Electorale Indépendante proposée par le gouvernement ne garantit nullement les principes de justice, de transparence et de crédibilité.

25- Le Comité Central rappelle que la meurtrière crise postélectorale qui a fait officiellement plus de 3000 morts et qui divise le pays à l’heure actuelle, tire son explication d’une CEI boiteuse, mise en place à l’issue des Accords de Pretoria.

26- Eu égard à tout ce qui précède, le Comité Central : a) exprime sa solidarité envers les populations ivoiriennes durement affectées par les conséquences de la mauvaise gouvernance du régime Ouattara, ainsi que sa profonde compassion à toutes les familles éprouvées, b) exige la libération de tous les prisonniers politiques, en particulier la Vice-Présidente Simone Ehivet Gbagbo, le dégel de tous les comptes bancaires et des avoirs de toutes les personnes concernées, ainsi que la normalisation définitive de la vie politique, économique et sociale en Côte d’Ivoire, c) salue la décision du Président du parti de créer un Secrétariat National spécialement dédié à la coordination de la lutte pour la libération du Président Laurent Gbagbo, d) réaffirme sa disponibilité à poursuivre le dialogue avec le gouvernement afin de réussir dans les plus brefs délais, la normalisation de la vie politique et sociale, la restauration des libertés fondamentales, la normalisation du jeu démocratique et la sécurisation totale du pays, e) rejette la Commission Electorale Indépendante adoptée de façon unilatérale par le pouvoir, f) exige une Commission Electorale consensuelle, acceptable par tous, gage d’élections générales apaisées, justes et transparentes, g) engage instamment le Secrétaire Général à prendre toutes les dispositions en vue d’organiser, dans le cadre de la stratégie de ripostes graduées, les grandes actions de masse nécessaires pour faire aboutir les revendications, h) appelle les populations ivoiriennes à la mobilisation pour faire aboutir la libération du Président Gbagbo, la lutte pour les libertés, la justice, la réconciliation et la paix, i) Demande aux militants et sympathisants du FPI de rester vigilants et mobilisés, à l’écoute des mots d’ordre de la Direction du Parti pour des actions d’envergure futures. Fait à Abidjan, le 28 juin 2014 Le Comité Central

Madjara Ouattara

Wattao-MandjaraMadjara Ouattara, connue sur les réseaux sociaux par le pseudonyme d’Oxy Chocolat d’Oxana, a rendu l’âme ce mardi 27 mai 2014, au CHU de Cocody des suites de ses brûlures. L’Ivoirienne, militante et cyberactiviste du RDR, désillusionnée par les fausses promesses de la dictature Ouattara, avait choisi de s’immoler devant le palais de la présidence, le jour anniversaire du coup d’Etat de Dramane, et alors même que se tenait un conseil des ministres en préparation de festivités de commémoration de la prise du pouvoir. Le geste de désespoir de Mandjara Ouattara lui a été fatal. Brûlée au 3e degré, la jeune femme n’a pu être sauvée.

En effet, ayant loué des voitures au RDR pour la campagne présidentielle d’Alassane Ouattara en 2010, Madjara Ouattara n’avait jusqu’en 2014 reçu de la dictature que des engagements de paiement non satisfaits, alors que s’accumulaient ses factures à elle, qu’elle était vidée de son appartement, et que sa mère gravement malade demeurait alitée sans le moindre soin.

Désenchantée par ce régime brutal qui lève plus de poussière qu’il ne pose de vrais actes de développement humain, et pour se désolidariser d’une dictature mythomane qui depuis le 11 avril 2011 ne cesse d’amenuiser le tissu social ivoirien,  Mandjara Ouattara avait choisi, à travers sa personne, de soumettre le régime dictatorial d’Abidjan à l’ordalie par le feu au moment où les autocrates projetaient des déclarations d’envergure pour masquer leur faillite morale et sociale.

Madjara Ouattara est décédée à la grande satisfaction de la dictature Ouattara qui ne verra pas ses excès débités sur la place publique par une militante qui en sait beaucoup. Les morts ne parlent pas … à moins qu’ils aient parlé avant de partir. Et Madjara avait parlé. Au dictateur d’Abidjan, Mandjara Ouattara avait laissé ce message écrit que les éternels fignoleurs du régime, « botoxeurs » patentés de l’image du dictateur d’Abidjan n’ont pu détruire :

" Mon président, après tout le combat que nous avons mené pour vous installer, vous ne nous payez que par le mépris. Comme si votre accession à ce poste n’était que le fruit d’un simple hasard. Mon président, vous avez décidé de me tuer par la faim en refusant de payer ma dette. Je ne vous donnerai pas ce privilège car, au moment où vous lirez ces lignes, je ne serai plus de ce monde. Je vous devance dans l’au-delà tout en espérant que ma mort vous soulagera ou peut-être vous poussera à régler le problème de nombreuses personnes qui se trouvent dans ma situation. Mon président, Je vous devance en vous demandant de méditer sur ces mots du Coran na lilah Wahina ilé rajihoun"

Il ne reste plus à Dame Dominique, comme d’habitude, de tenter de brouiller les pistes en envoyant Dame Oulotto distribuer des enveloppes après coup.

Si, Gnamien Konan: la littérature est primordiale à l’émergence, M. Frindéthié

Gnamien

J’ai lu avec tristesse les divagations d’un certain ministre de l’enseignement supérieur, M. Gnamien Konan, qui du haut de son impéritie lançait aux étudiants ivoiriens que la littérature était inutile à l’émergence.

Evidemment, si Gnamien Konan parlait vraiment d’émergence et non de « l’emmerde dense » dans laquelle les griots de la dictature ivoirienne font barboter les paupérisés du pays qu’ils occupent par la brutalité depuis le 11 avril 2011, il saurait, ce ministre-là, que la littérature est, non pas seulement utile, mais primordiale à toute émergence. C’est pourquoi les pays développés, qui l’ont compris, exigent de tout étudiant sortant de leurs universités, qu’il prenne, quelle que soit sa filière, non pas un, mais plusieurs cours de littérature.

Parce que le monde n’est pas la somme de votre pensée unique, mais plutôt la somme de votre pensée, de la pensée de ceux qui ont été hier et de la pensée de ceux qui viendront demain, la littérature, mon cher Gnamien Konan, est cette porte ouverte qui permet de sortir de sa vision étroite du monde, afin de penser l’altérité ; par les personnages et les situations qu’elle engendre, la littérature est un miroir qui permet de se regarder à travers l’autre, une fenêtre ouverte dans la culture et les croyances de l’autre, qui permet d’adopter la posture de l’autre, de faire l’expérience de l’autre, de vivre ce que ressent l’autre, de comprendre ses angoisses, ses frayeurs, ses joies, ses débordements, de saisir ce qui explique ses actes, et d’apprendre à vivre harmonieusement avec lui.

Parce que, mon cher Gnamien Konan, le monde ne s’est pas créé spontanément en un jour avec l’avènement du régime dictatorial que vous servez aujourd’hui, la littérature vous apprendra assurément à lire et à comprendre l’histoire afin de n’en pas répéter les erreurs. La littérature vous aidera surement à sortir de cet enfermement cérébral qui vous mène à croire que seules vos « lois » et vos méthodes tyranniques suffisent et que les opinions divergentes sont des hérésies.

Enfin, si Gnamien Konan n’avait pas séché ses cours de littérature, il aurait été un serviteur du peuple entraîné à la complexité de la langue, à son écriture et à sa diction, et qui tourne sept fois sa langue avant de sortir des inepties du genre « l’émergence ne se fait pas avec la littérature ».

Aussi, conseillerais-je à Gnamien Konan de prendre chaque soir avant d’aller au lit un cachet de littérature, une page de mon livre sur la mondialisation et l’emprisonnement cérébral de « l’élite » africaine (http://www.mcfarlandpub.com/book-2.php?id=978-0-7864-4840-1), afin de se réveiller le lendemain un peu moins obtus, un peu mieux éclairé que la veille.

Africa’s Biggest Challenge Today is to Grow out of its Slave Mentality, M. Frindéthié

Africa’s biggest challenge today is to grow out of its slave mentality, and to grow veritably, in spite of the sabotaging acts of the nostalgic former colonizers assisted by their swarm of self-destructive native informants. This challenge is significant, as it amounts to displacing the frame of reference that informs the judgments of the African elites. Colonization was not just about draining off wealth from Africa; it was also about physically beating the African in the fields and on the worksites, and mentally beating his brain to pulp in the colonial schools and churches in order to outfit him for the maintenance and perpetuation of the ideology of Western dominance. This enterprise of alienation worked so successfully that the first leaders of the newly independent African countries—many of whom are still in power today through their progeny—govern their nations in the interest of the former colonizers. Whenever the Western frame of reference has been challenged by a few farsighted nationalists, whenever these nationalists have rallied enough support to imperil the Western influence on their countries, they have been simply eliminated by native hit men on the payroll of the rapacious Western interests, when their programs have not been sabotaged and their countries literally sacked and set on fire to confirm the propagated notion by a racist and self-centered West of the inability of blacks to govern themselves. Despite the danger of obliteration, a few audacious African intellectuals have not hesitated to challenge the presumed natural center of savage capitalism with its implied hegemonic agenda.

An they are right, for in spite declarations to the contrary, the presumed center is not the necessary center. The presumed center is inherently contradictory insofar as it has failed to uphold the very values upon which rests its assumed centrality. On the matters of freedom, equality, good governance, accountability, and above all, on the matter of democracy, the presumed center has demonstrated its imposture.

            It is understandable that foreign investors should seek to draw maximum profits from their investments in Africa. On the other hand, it should also be expected that African states would demand the maximum earnings for the exploitation of their resources by foreign multinationals. These two positions are not irreconcilable, and they should constitute the foundations upon which foreign investors and African governments conduct their negotiations. However, when multinational corporations from Western countries operate in Africa, they tend to bully African states to submission through economic blackmailing and threats of military invasions; for indeed, whenever a powerful state intervenes to invade a weak state, one can be sure that some private investors from the powerful state, unhappy about their returns in the weak state, have directly or indirectly triggered the military intervention. Western multinational corporations have often blindfolded, gagged, and tortured African leaders in the dungeons of Western jouissance. Though, for some inexplicable reasons, most African leaders seem to have enjoyed their servitude, their unexpected proclivities have been depressing for the African masses. For the welfare of the people they are accountable to, African governments ought to get out of their losing rapport with the West.

This can only happen if African nations first place themselves in propitious conditions for rejecting Western countries’ poisoned gifts of aid and loans. African states have to develop their own investment funds and enfranchise themselves from the abusive and exploitative “friendship” that they have maintained with the core states. African states should make it their mid-term objective to leave the Bretton Woods institutions, these rapacious organizations that prosper by cultivating misery in Africa. To enfranchise themselves from the usurers that the World Bank and the IMF are, African states, along with other developing countries, should agree to apportion a small part of their annual commodity export revenues to a collective development account from which member states could be loaned money for their development projects. Such an account could also help member states establish strong credit for getting loans, no longer from the core states, which have given enough proof of their insincerity, but this time from such transitional states as China. This idea is not novel. President Gbagbo from Côte d’Ivoire is an indefatigable herald for the creation of what he calls Fonds de Garantie et de Souveraineté, which is essentially the same concept.

Ahoua Don Mello: Interview sur E-TV

https://www.youtube.com/watch?v=_q2yQizrdN4&feature=player_detailpage

CPI, Affaire Blé Goudé: L’accusation avoue ne pas pouvoir fournir les preuves avant la date butoir du 6juin2014

Bensouda

Par: ALAIN DOH BI in Moacinter.com

Blé Goudé, Audience 1er Mai, CPI, Détenu PolitiqueTenue hier 30 avril 2014, c’est ce 1er Mai que la Cour Pénale Internationale(CPI) a publié l’intégralité de la Conférence de mise en état dans l’affaire Le Procureur contre Charles Blé Goudé, dans une vidéo d’une durée de 52mn12s, sur son profil YouTube.

M. Charles Blé Goudé, selon sa défense, a tenu à être présent à toutes les audiences liées à son affaire, y compris les audiences techniques. C’est donc très serein que le Ministre Blé Goudé a assisté à cette audience.

Dans les débats qui ont eu lieu lors de la Conférence de mise en état dans l’affaire Le Procureur vs Charles Blé Goudé, la Juge Unique de la Chambre Préliminaire Mme Silvia Fernandez de Gurmendi a d’abord interrogé l’accusation au sujet du dépôt des éléments de preuves contre M. Charles Blé Goudé.

En l’Absence de Mme Fatou Bensouda, c’est M. MacDonald qui a dirigé le Bureau du Procureur. M. MacDonalds a tenu a exprimé ses inquiétudes quant à la tenue des délais pour le dépôt des éléments de preuves. « Nous travaillons avec les Etats. Et c’est très difficilement que les réponses à nos requêtes adressées à ces Etats arrivent », a-t-il déclaré. Il a, par la suite, demandé plus de temps à la Chambre préliminaire pour présenter de nouveaux éléments de preuves.

Maître MacDonalds a également argumenté que l’accusation a déjà l’affaire Gbagbo sous la main, et cette autre affaire Blé Goudé vient encore augmenter le travail à faire. Et ce en en pointant du doigt, le manque de ressource. « Le Bureau du Procureur n’a pas de ressources pour faire ce travail », a-t-il révélé.

A la suite du Bureau du Procureur, la Juge Unique Mme Silvia Fernandez de Gurmendi a interrogé la défense de M. Charles Blé Goudé.

Maître Nick Kaufman, l’avocat de M. Blé Goudé, tenu à saluer Mme la juge avant d’exiger que les éléments à charge contre son client soient fournis dans les délais requis. « La communication des éléments, qu’ils soient publics ou confidentiels, doit être immédiate. Et bien avant la date qu’a indiquée M. MacDonald, du bureau du procureur », a sèchement martelé l’Avocat Blé Goudé. Il a averti: « Mon client n’a pas l’intention de moisir dans les cellules de la CPI »

Au sujet du supposé manque de ressources soulevé par le Bureau du Procureur, la réponse de Maître Kaufman a été sur un ton ironique et mais ferme : « M. MacDonald évoque le manque de ressources. Eh bien qu’il sache que la défense n’a pas de ressources non plus », a rajouté Maître Kaufman. .

L’Avocat de Blé Goudé a terminé ses propos, sur ce point du débat, en demandant à la Chambre Préliminaire de ne pas accorder de délai supplémentaire à l’accusation : « La chambre préliminaire ne devait pas suivre l’accusation dans la mesure où l’Affaire Gbagbo a déjà été longue et que l’accusation a eu 2ans et demi pour faire les enquêtes. Bien plus, Mme la Procureure a elle-même reconnu qu’il s’agit pratiquement des mêmes éléments de preuves dans les deux affaires. Si l’accusation ne trouve pas d’éléments de preuves contre M. Charles Blé Goudé, C’est parce que ces preuves n’existent pas. C’est tout », a-t-il conclu.

Reprenant la parole, Mme la Juge Silvia Fernandez de Gurmendi a demandé à l’accusation s’elle voulait présenter des témoins pour la Confirmation des charges.

M. MacDonalds a estimé qu’il n’avait pas de témoins à présenter, à ce stade. Quant à la défense, Maître Kaufman n’a indiqué que si cela s’avère nécessaire, la défense présentera des témoins au moment venu.

Dans le reste des débats, Mme Silvia Fernandez de Gurmendi a amené l’accusation et la défense à dévoiler les contenus de leurs différents accords conclus dans le cadre de l’affaire Charles Blé Goudé, lesquels accords ont pour but d’éviter le dilatoire et les reports incessants comme cela fut le cas dans l’Affaire Gbagbo

Related Stories

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/20/video-2-arguments-du-professeur-jacobs-relatifs-au-dcc-document-contenant-les-charges/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/21/video-1-jour-2-a-la-cpi-tolle-general-le-procureur-se-fourvoie-en-utilisant-dans-son-accusation-des-images-de-violences-ayant-eu-lieu-au-kenya/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/20/video-2-arguments-du-professeur-jacobs-relatifs-au-dcc-document-contenant-les-charges/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/21/video-2-jour-2-me-barouan-deconstruit-la-representation-legale-des-victimes/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/22/video-jour-3-a-partir-de-la-55e-mn-simone-gbagbo-mangou-kassarate-bi-poin-faussignaux-goude-et-la-galaxie-patriotique-mis-en-cause-par-une-plethore-de-p-p-10-p-44-p-48-p-49-p-60-p-64-etc/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/22/video-1-jour-4-coup-de-tonnerre-a-la-cpi-bougeotte-toux-gene-demangeaisons-et-blocage-quand-la-defense-prend-la-parole/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/22/video-2-jour-4-fraudes-massives-et-falsifications-de-dramane-et-lobotomie-de-la-communaute-internationale/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/25/video-1-jour-5-onuci-burkina-mali-nigeria-impliques/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/25/video-2-jour-5-aucune-enquete-serieuse-dun-procureur-qui-a-decide-de-mettre-la-justice-au-service-de-la-politique/

 

Les biens de Karim Wade chiffrés

Image

Le ministre d’état Karim Meïssa WADE est désormais poursuivi un patrimoine chiffré à 117 037 993 175 CFA réparti comme suit :

• AHS : 18 938 653 000 CFA (Sénégal, Guinée Equatoriale, Benin, RCA, Ghana, et Jordanie
• HARSTAND : 17 872 864 759 CFA
• BPF : 9 954 683 028 CFA
• DAHLA : 1 005 720 000 CFA
• 02 Maisons au Point E : 524 325 000 CFA
• 01 Immeuble à la rue 10 : 291 250 000 CFA
• 01 Appartement à Paris dans le 16 ieme (Rue Faisanderie) 245 871 375 CFA
• ISTAR : 1 475 000 000 CFA
• Une assurance vie : 421 461 500 CFA
• AN MEDIA : en cours d’évaluation
• Parc Automobile : 550 000 000 CFA
• Compte bancaire CBAO et SGBS : 910 238 000 CFA
• Compte Karim Wade à la Julius Baer : 2 218 095 898 CFA
• Compte bancaire Julius Baer : 10 981 436 671 CFA
• SGB Paris Madeleine : 48 169 323 CFA
• Compte Singapour : 48 880 602 000 CFA
D’après toujours les membres de la commission d’instruction, Karim WADE a reçu de Dubaï CERAMIC, filiale elle même de la société mère DP WORLD FZE des sommes dont le montant est de 7 905 300 000 CFA, ce qui constitue d’après les magistrats de la commission d’instruction des charges suffisantes de corruption.

Source: Koldanews.com

Tentative de Confirmation des Charges Contre Gbagbo: Le régime jette en prison un témoin de Bensouda

bensouda-pic

C’est une histoire dont le récit nous est offert par les observations de Maître Emmanuel Altit, avocat principal du président Gbagbo, qui a transmis ses observations à la Cour pénale internationale (CPI) suite à la remise, par la procureure Fatou Bensouda, de son document contenant les charges (DCC) amendé, censé combler les lacunes du DCC initial, qui avait été purement et simplement rejeté par les juges pour « preuves insuffisantes ».
C’est l’histoire de « P 44″, un des témoins-clés de Fatou Bensouda, censé accréditer la thèse selon laquelle Gbagbo est coupable de graves crimes contre l’humanité. Si l’on suit la trame de son témoignage, « P 44″ doit être un ancien membre de la « galaxie patriotique » retourné pour les besoins de la cause. Seulement, voilà ! Son témoignage est « insuffisant ». Il n’accuse pas assez Gbagbo, au point que Bensouda, dans sa synthèse, lui fait dire ce qu’il n’a pas dit en espérant que les juges, débordés par des milliers de pages de textes ardus, n’y verront que du feu. Mais Emmanuel Altit, avocat principal de Gbagbo, veille. « Comme la défense le relevait lors de l’audience de confirmation des charges, plus précisément les 22, 25, 26 et 27 février 2013, le Procureur a mésinterprété nombre de déclarations de P-44. Surtout, il a trahi le sens de ce que lui disait P-44 (…) précisant que le Président Gbagbo n’était pour rien dans la crise », indique-t-il dans ses dernières observations. Les observateurs les plus attentifs se souviennent des propos paradoxaux de P-44, drôle d’accusateur, disant que « l’entourage de Gbagbo était composé de gens du Nord » (ce qui affaiblit la thèse du « plan commun » éradicateur), que Gbagbo était rassembleur, qu’il n’a procédé à aucune discrimination, ni avant ni après les élections.
Sont-ce ces propos qui ont irrité le pouvoir Ouattara ? Une chose est sûre : P-44 a été arrêté, dans l’indifférence totale du bureau du procureur auprès de la CPI. En effet, il avait commencé par tirer la sonnette d’alarme, faisant état « de menaces pesant sur lui émanant des nouvelles Autorités ivoiriennes ».

Cyniquement, l’Accusation avait répondu que ces allégations étaient « infondées » et devaient être « rejetées ». Tout en prenant bien soin de ne pas mentionner ce problème devant la Chambre, parce qu’il fragilisait son argumentaire juridique, qui reposait en grande partie sur les propos, certes librement interprétés, de P-44. « Le Procureur a laissé emprisonner son témoin sans réagir. (…) Ce faisant, le Procureur semble avoir «couvert» une opération d’intimidation et de sanction contre un témoin qui n’avait pas obéi aux ordres des nouvelles Autorités (…). Il convient que le Procureur s’explique sur cette question très importante », affirme Maître Altit. Qui s’indigne des méthodes à travers lesquelles le bureau du procureur exerce des pressions inacceptables sur les témoins.
« Probablement conscient de la faiblesse de sa preuve et de son incapacité à trouver de nouveaux témoins utiles, le procureur tente de faire pression sur ses témoins », indique Altit. Quand un témoin ne dit pas ce qu’il veut qu’il dise, le procureur « perd patience ». Il pose à plusieurs reprises et de diverses manières les mêmes questions, tente de « souffler » des dates auxquelles certains événements sont censés s’être noués.
Philippe Brou

Le RDR et la Philosophie de Boko Haram, M. Frindéthié

boko haramCette semaine les ingénieurs sociaux du RDR se sont encore surpassés en imbécilité en osant comparer à Boko Haram le FPI – le parti du Président Gbagbo, celui-là même qui a inauguré le multipartisme et la démocratie en Côte d’Ivoire. Pourquoi faut-il toujours que les partisans du RDR barbotent dans le p’tit bain de la piscine génétique ? Le FPI et Boko Haram ? Puisque le RDR tient tant à nous inviter à l’exercice comparatif, essayons-nous donc à ce jeu.

D’abord, qu’est-ce que Boko Haram ? Sinon qu’une organisation d’Islamistes sanguinaires, hostiles à toute forme d’éducation occidentale, partisans de la pensée unique, réfractaires à l’émulation d’idées et à la contradiction, et qui rêvent d’imposer par la force brutale et sauvage leur dieu conçu comme le plus beau et le plus juste ?

Or en Côte d’Ivoire, qui a exploité la fibre Islamiste et ethniciste – « on ne veut pas que je sois président parce que je suis musulman et du Nord » – pour se hisser au pouvoir, sinon que le RDR ? Or en Côte d’Ivoire, qui donc a pourchassé des opposants politiques jusque dans les nefs des temples et des églises, dans les camps de réfugiés, dans les pays frontaliers, pour les assassiner, les déposséder, les exproprier et les substituer par des islamistes exogènes qu’on essaie, par un recensement truffé d’irrégularités, de faire passer pour les maîtres des lieux, sinon que le RDR ? Or en Côte d’Ivoire, qui ose déclarer sur les ondes que toute personne qui émettrait une quelconque critique à l’encontre de Dramane Ouattara serait en train de fleureter avec la mort, sinon que le secrétaire général du RDR, Ahmadou Soumahoro ? Or en Côte d’Ivoire, qui, à l’image des islamistes, intimide et menace des journalistes pour de simples caricatures, sinon que le RDR ? Or en Côte d’Ivoire, qui enlève et assassine des journalistes pour avoir osé rechercher la vérité, qui manufacture des accidents de route et élimine des prêtres pour avoir critiqué la dictature de Ouattara, qui a utilisé sa pléthore d’imams pour sa rébellion politico-religieuse commencée en 2002 et continue de les utiliser pour imposer et rationaliser la dictature RDR, sinon que le RDR ? En Côte d’Ivoire, quel parti politique est-il si rebelle à l’éducation, si anti-intellectuel, au point de saturer l’administration de tout ce qu’il y a de plus mentalement désuet et de plus moralement dégénératif, sinon que le RDR ?

En Côte d’Ivoire, quelle organisation sanguinaire est-elle si hostile à toute forme d’éducation des masses, partisane de la pensée unique, réfractaire à l’émulation d’idées et à la contradiction, et qui rêve d’imposer par la force brutale et sauvage son dieu (Allah-San) conçu comme le plus beau et le plus juste, sinon que le RDR ?

En Côte d’Ivoire les sectateurs de quel parti politique méritent-ils vraiment d’aller retirer leurs cartes de membres chez Boko Haram, sinon que les partisans du RDR ?

Il y a là une comparaison toute évidente que nous nous sommes jusqu’ici interdit de faire ; cependant, puisque le RDR nous invite à le dire, nous le dirons sans ambages : Le RDR de Dramane Ouattara n’est rien d’autre que Boko Haram en trois-pièces et en souliers cirés.

Voyages post-sciatiques – Dramane Ouattara repart avec la bénédiction de ses charlatans

ImageAvec le retour à Abidjan du Premier ministre Daniel Kablan Duncan, ‎et à la suite du Conseil des ministres prévu ce mercredi 16 Avril, le président ivoirien Alassane Ouattara se rendra en selon nos informations à Paris, à partir du jeudi 17 avril 2014, après avoir passé de façon ininterrompue plus d’un mois et demi au pays. Une grande première.

Hervé Coulibaly

Nouvelle tentative de confirmation des charges contre Gbagbo – Encore des éléments falsifiés dans les dossiers de Fatou Bensouda

Des centaines de pages précieuses. La transmission à la presse du nouveau document contenant les charges rédigé par Fatou Bensouda par l’affaire Gbagbo, et des observations de Maître Emmanuel Altit, apporte des éléments qui, paradoxalement, n’accablent pas l’accusé mais le procureur et le pouvoir ivoirien. Qui pourraient bien avoir concocté de faux documents administratifs pour donner de la substance à leurs accusations !

Fatou Bensouda au piège de faux grossiers concoctés dans les officines du régime.

Cartes sur table ! Hier, les services de communication de la Cour pénale internationale (CPI) ont transmis à la presse les soumissions par la défense de ses observations écrites sur la preuve du procureur dans le cadre de l’affaire qui l’oppose au président Gbagbo. Ainsi que la soumission de l’inventaire amendé des éléments de preuve à décharge. Dans le même temps, ils ont mis à la disposition des observateurs le document amendé de notification des charges, ainsi que l’Inventaire amendé des éléments de preuve à charge.
Dans la mesure où il n’y aura pas de nouvelle audience publique de confirmation des charges, ce sont ces documents (qui s’étalent sur près de 1000 pages) qui donneront aux analystes d’entrer dans le dossier, notamment pour voir ce que Fatou Bensouda a apporté de nouveau à son premier document de notification des charges, qui a été retoqué par les juges de la Chambre préliminaire I en raison de ses insuffisances.
Un fastidieux travail d’analyse des données s’ouvre donc devant les journalistes et les spécialistes des questions de justice internationale. Le Nouveau Courrier y consacrera, bien entendu, plusieurs articles.
La première question que l’on se pose naturellement en lisant les documents mis à notre disposition par la CPI est : les preuves matérielles et médico-légales qui avaient été réclamées par les juges lors de la première audience de confirmation des charges ont-elles été, cette fois-ci, apportées par le procureur ? La réponse à cette question est : non, pas vraiment.
Plus grave, il semble manifeste – en tout cas aux yeux de la Défense qui s’est appuyée sur des éléments difficiles à contester dans le cadre de sa démonstration – qu’en voulant produire des éléments s’apparentant à ce que les juges ont demandé, le régime Ouattara et la procureure Fatou Bensouda, ont fabriqué ou recueilli des documents administratifs falsifiés ou pour le moins sujets à caution. Dans ses observations, Maître Altit éclaire un certain nombre des contradictions de ses documents avec une précision d’entomologiste.

Un homme qui est mort à deux dates différentes

En ce qui concerne les morts consécutifs à l’attaque de la RTI par les rebelles de Guillaume Soro le 16 décembre 2010, Fatou Bensouda n’arrive à obtenir qu’un seul certificat de décès. Profitant éhontément du droit qui lui est donné d’expurger ses éléments de « preuve » d’un certain nombre d’informations jugées sensibles, la procureure auprès de la CPI « biffe » le nom de la personne qui aurait rédigé le certificat de décès et la date de délivrance dudit certificat de décès. Afin d’empêcher la Défense de contre-enquêter pour vérifier la véracité de ce document ? Peut-être. Une chose est sûre : sur cet unique cas documenté relatif au 16 décembre 2010, le certificat de décès situe la mort du « manifestant RDR » au mois de décembre 2010, tandis que la fiche de sortie de la morgue la situe au… 11 janvier 2011. Un document transmis à la Défense « semble avoir été fabriqué à partir de deux documents différents superposés pour obtenir une photocopie transmise à la défense par le Procureur comme photocopie d’un document original », s’indigne Maître Emmanuel Altit. Le métier de faussaire n’est pas à la portée du premier venu…

Les documents douteux des « mortes de la marche des femmes d’Abobo »

Les documents fournis par Fatou Bensouda, qui n’ont pu lui être transmis que par le régime Ouattara, sur les « mortes d’Abobo », sont eux aussi particulièrement problématiques. Cinq certificats de décès – rédigés par le même médecin, mais dont l’identité est cachée à la Défense, ce qui l’empêche de contre-expertiser – sont ainsi datés du 3 mars 2011, soit le jour même de la tuerie supposée. Alors qu’un témoin qui dit les avoir reçu indique qu’ils ont été confectionnés après ce fameux 3 mars. Bizarre ! Encore plus étrange, alors que les témoins du procureur disent que les « mortes d’Abobo » ont été transportées dans un hôpital précis, aucun des certificats de décès qui sont brandis par l’Accusation n’ont été délivrés par ledit hôpital. Deux d’entre eux l’ont même été par un tout autre établissement hospitalier ! « Il est d’usage que le médecin légiste établissant un certificat de décès y indique non seulement la date présumée du décès mais aussi la date à laquelle, d’après lui, la mort a réellement eu lieu, tout en expliquant quelles seraient, d’après lui, les causes de la mort et en présentant un état du corps. Or, sur aucun des certificats présentés par le Procureur, il n’y a de véritable explication ni de véritable diagnostic porté par le médecin. Rien sur la date réelle de la mort. Rien non plus sur les causes de la mort. Normalement, tout médecin légiste est capable de déterminer, en analysant les blessures des victimes, quel aurait été le type d’armes qui aurait été la cause de la mort », s’étonne Maître Emmanuel Altit. Il s’en étonne d’autant plus qu’il n’y a pas eu d’autopsie, ce qui est pourtant obligatoire en de telles circonstances. Pour aggraver son cas, Fatou Bensouda a produit un permis d’inhumer signé par un médecin, alors que la loi ivoirienne est claire. Le permis d’inhumer est délivré par l’Officier de l’état civil de la mairie du lieu de décès… Tout permis d’inhumer signé d’un médecin est donc forcément un faux grossier !
L’on savait déjà que la plupart des victimes avaient été inhumées par les soins du RDR dans une sorte de fosse commune vite fait, plusieurs mois après le renversement du président Gbagbo (la situation était donc relativement apaisée à Abidjan et des cérémonies impliquant leurs familles auraient pu avoir lieu). L’on apprend désormais, avec les nouveaux documents qui sont rendus publics, que « d’après un rapport établi par un expert du Procureur, et intégré par la défense à son inventaire de preuve en février 2013, le corps de l’une de ces deux victimes aurait été transporté directement du lieu de l’incident à la forêt de Banco où il aurait été enterré ». Cela ressemble bien à une dissimulation d’un corps « parlant », portant des indices pouvant mettre en cause ceux qui l’ont fait disparaître.

Philippe Brou

Côte d’Ivoire: Dictature Frileuse au Dramanistan

DramanistanAbidjan:  5 journaux suspendus par le dictateur Dramane Ouattara pour avoir rapporté ce qui est.

Abidjan – Le Conseil national de la presse (CNP), l’organe officiel de régulation du secteur de la presse écrite en Côte d’Ivoire a suspendu, lundi, 5 journaux (4 quotidiens et un hebdomadaire) pour de « graves manquements intervenus en violation » de la loi portant régime juridique de la presse, pour certains mais « surtout en raison de la récidive pour d’autres », a appris APA, de sources officielles, dans la capitale économique ivoirienne. C’est un communiqué du CNP transmis à APA qui annonce la suspension des quotidiens « Aujourd’hui, Soir Info, Le Quotidien d’Abidjan et Le Temps » ainsi que l’hebdomadaire « Bôlkotch », édités, respectivement, par les entreprises de presse « Les Editions Aujourd’hui SUARL, Olympe, Aymar Group, Cyclone SARL et La Refondation SA ». Le CNP reproche aux quotidiens Aujourd’hui, Le Quotidien d’Abidjan et Le Temps « l’usage abusif du terme dictateur pour qualifier le Chef de l’Etat ». Ce qui constitue, selon l’organe de régulation, une « offense » à son encontre. Quant à l’hebdomadaire Bôlkotch , le CNP a relevé que l’une « des caricatures désignant le Président de la République sous le vocable de + Magellan+, le présente avec les traits du visage, exagérément, déformés ». S’agissant de Soir Info, le collège des conseillers du CNP a épinglé la Une de sa publication du 6 avril 2014, « non opportune et non nuancée qui a pris le contre-pied du communiqué du gouvernement interdisant la consommation de la viande de brousse dans le cadre de la prévention contre la fièvre d’Ebola ». Ce journal avait donné la parole à un « Expert congolais », Pr Muyembé qui conseillait plutôt de « ne pas cesser de manger la viande de brousse ». Pour tous ces motifs, les quotidiens Aujourd’hui, Le Quotidien d’Abidjan et Le Temps écopent, chacun, d’une « suspension de 12 parutions ».L’hebdomadaireBôlkotch prend 4 parutions de suspension et Soir Info 3 parutions. Les quotidiens Aujourd’hui, Le Temps et Le Quotidien d’Abidjan ainsi que Bôlkotch sont proches du Front populaire ivoirien (FPI, ex-parti au pouvoir). Quant à Soir Info, il est indépendant.

Nigeria violence: Seventy killed in Abuja bus blasts

Dozens have been killed in two explosions in Abuja

More than 70 people have been killed in two blasts that rocked a crowded bus station on the outskirts of Nigeria’s capital, Abuja, officials say.

The blast happened as commuters were about to board buses and taxis to go to work in central Abuja, the BBC’s Haruna Tangaza reports.

Eyewitnesses say there are dead bodies scattered around the area.

Suspicion immediately fell on the Boko Haram Islamist militant group, which has staged previous attacks in Abuja.

However, most of its attacks have been in the north-east of the country.

Abbas Idris, head of the Abuja Emergency Relief Agency, told the BBC that so far they have confirmed 71 people dead and 124 injured.

Police spokesman Frank Mba gave the same figures, adding that 16 luxury coaches and 24 minibuses had been destroyed.

Eyewitness Badamasi Nyanya said he had seen 40 bodies being evacuated; other eyewitnesses say they saw rescue workers and police gathering body parts.

The blast ripped a hole four feet deep (1.2 metre) in the ground of Nyanya Motor Park, some 16km (10 miles) from the city centre, and destroyed more than 30 vehicles, causing secondary explosions as their fuel tanks ignited and burned, the Associated Press news agency reports.

Ambulances have been taking the dead and injured to nearby hospitals.

A bystander reacts as she sees victims of a bomb blast arriving at the Asokoro General Hospital in Abuja (14 April 2014) A woman reacts as she sees victims of the blasts being brought to hospital after the attack
A military nurse helps victims of the blasts off an ambulance at the Asokoro General Hospital in Abuja (14 April 2014) Victims have been taken to nearby hospitals, including the Asokoro General Hospital seen here
People gather at the site of the blast at the Nyanya Motor Park (14 April 2014) The explosions were powerful, destroying a number of vehicles at Nyanya Motor Park

‘Terrible’

Eyewitness Mimi Daniels, who works in Abuja, said: "I was waiting to get on a bus when I heard a deafening explosion then smoke," she told Reuters.

"People were running around in panic."

Another eyewitness told the BBC: "I have never seen [anything] like that in my life. It was just terrible… We were just running helter-skelter. So somehow I think that they planted something inside one of the buses there.

"So there are many dead shot down at the scene of the accident. And as you can see now some of these casualties… we are hoping, we are praying they will be ok. We saw some ambulances bringing corpses to other hospitals."

He added it was difficult to estimate how many had been killed in the attack, but that there were many.

This year, Boko Haram’s fighters have killed more than 1,500 civilians in three states in north-east Nigeria, says the BBC’s Will Ross in Lagos.

Boko Haram has hit Abuja several times before, including an attack on the United Nations building in 2011.

The Nigerian government had said the violence was now contained in a small area of the north-east.

BBC map

Kagame accuses France over Rwanda genocide

ImageRwandan President claims France and Belgium had a ‘direct role’ in the political preparation for the 1994 genocide.

 Last updated: 05 Apr 2014 19:45

Rwandan President Paul Kagame has once again accused France of "participating" in the 1994 genocide in an interview to mark the 20th anniversary of the mass killings.

Kagame gave an interview – to be published on Sunday – to the weekly Jeune Afrique, in which he denounced the "direct role of Belgium and France in the political preparation for the genocide".

"Twenty years later, the only thing you can say against them (the French) in their eyes is they didn’t do enough to save lives during the genocide," Kagame told Jeune Afrique.

"That’s a fact, but it hides the main point: the direct role of Belgium and France in the political preparation of the genocide and the participation of the latter in its very execution," Kagame said.

He also accused French soldiers who took part in a military humanitarian mission in the south of the former Belgian colony of being both accomplices and "actors" in the bloodbath.

Rwanda is marking the 20th anniversary of the atrocities that claimed at least 800,000 lives, mainly of minority Tutsis.

Paris has repeatedly denied the accusations and insisted that French forces had striven to protect civilians.

Kagame’s FPR rebels overthrew the Hutu-led government, and his party still controls the government, but many of those accused of the worst crimes of the war escaped, allegedly under the cover of a French military mission.

In 2008, a report by Rwanda’s MUCYO commission of inquiry concluded that France had trained the armed groups that carried out killings and French troops had taken part in massacres. It accused 13 politicians and 20 officers by name.

Kagame’s assertions came as relations between Kigali and Paris – which were completely frozen from 2006 to 2009 – have improved, notably since France last month, in a landmark ruling, sentenced former Rwandan army captain Pascal Simbikangwa to 25 years in prison for his role in the massacres.

It was the first trial in France to punish those responsible for the three-month wave of violence.

French Justice Minister Christiane Taubira will be on hand in Kigali on Monday at events marking the sombre anniversary.

Le Rwanda exclut la France des commémorations du génocide de 1994

Image

LE MONDE | 07.04.2014 à 11h44 | Par Cyril Bensimon (à Kigali), Philippe Bernard et Jean-Philippe Rémy (à Johannesburg)

Dans un entretien publié dans l’édition de lundi par l’hebdomadaire Jeune Afrique, vingt ans jour pour jour après le déclenchement du génocide des Tutsi qui fit 800 000 morts selon les Nations unies, le président rwandais accuse la France de vouloir faire oublier ses responsabilités dans la tragédie de son pays. « Vingt ans après, le seul reproche admissible à ses yeux est celui de ne pas en avoir fait assez pour sauver des vies pendant le génocide. C’est un fait, mais cela masque l’essentiel : le rôle direct de la Belgique et de la France dans la préparation politique du génocide et la participation de cette dernière à son exécution même », assène Paul Kagamé. Selon lui, les soldats français de l’opération militaro-humanitaire « Turquoise » déclenchée en juin 1994 ont été « complices et acteurs » des massacres.

La réaction française n’a pas tardé. Estimant que « ces accusations sont en contradiction avec le processus de dialogue et de réconciliation engagé entre les deux pays », un communiqué du Quai d’Orsay annonçait, samedi 5 avril, l’annulation du voyage de la garde des sceaux. Christiane Taubira devait représenter la France aux cérémonies commémoratives du génocide des Tutsi organisées deux jours plus tard à Kigali.

Rwanda: la France a « raison » de ne pas envoyer de ministre

Alain Juppé, a jugé lundi que la France avait eu « raison » de ne pas envoyer de ministre au Rwanda pour les commémorations du 20 anniversaire du génocide.

« LE CULOT DE RESTER LÀ, SANS PRÉSENTER D’EXCUSES »

A l’Elysée, on se dit « très surpris » par la sortie du président rwandais alors qu’« une politique d’apaisement est menée depuis plusieurs mois ». A la mi-février, deux hauts diplomates français avaient été reçus à Kigali. Ils avaient annoncé que Mme Taubira représenterait François Hollande – que Paul Kagamé avait invité personnellement – aux commémorations. Le message de Paris insistait sur la détermination française à « lutter contre l’impunité » et comportait une invitation faite au président Kagamé pour une visite officielle en France en 2014. « Une réelle relation d’amitié est en train de se nouer entre la France et le Rwanda », avait renchéri l’ambassadeur de Kigali à Paris, le 27 février au micro de Radio France internationale.

L’absence de représentants des autorités françaises sera totale. Les autorités rwandaises ayant signifié, dimanche, à l’ambassadeur de France à Kigali que sa présence n’était pas souhaitée.

En annulant, la veille, la venue de Mme Taubira, Paris a vraisemblablement voulu éviter à la ministre de la justice l’humiliation subie dix ans plus tôt par Renaud Muselier, alors secrétaire d’Etat aux affaires étrangères. Devant un stade rempli de rescapés et de représentants de la communauté internationale, Paul Kagamé avait alors accusé la France d’être « complice » des génocidaires et dénoncé ses représentants qui avaient « le culot de rester là, sans présenter d’excuses ». Comprenant avec retard le réquisitoire, M. Muselier avait alors quitté les cérémonies.

DES SOLDATS DES DEUX PAYS COLLABORENT AU MALI

Dix ans plus tard, Paris croyait avoir tourné la page de ses mauvaises relations avec Kigali. Après la rupture des relations diplomatiques en 2006, à la suite de la mise en cause par le juge Bruguière du Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagamé dans l’attentat contre le président Habyarimana qui donna le signal de déclenchement du génocide, les liens se sont renoués sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy et de son ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner. Sans tirer des conclusions définitives, l’enquête reprise par le juge Trévidic s’oriente plutôt vers la piste d’une attaque menée par les extrémistes hutu.

Alors que des alliés traditionnels (Etats-Unis, Pays-Bas, pays scandinaves) se montrent plus distants à l’égard du pouvoir rwandais, après la mise en évidence de son implication aux côtés de rébellions en République démocratique du Congo, Paris a mis ses critiques en sourdine. Aujourd’hui, des soldats des deux pays collaborent au Mali et en Centrafrique, et vingt ans après les faits, la justice française a enfin jugé et condamné un premier cacique du pouvoir génocidaire réfugié sur son sol.

Il y a encore quelques jours, un diplomate français estimait que « la configuration astrale était plutôt bonne et que la tendance était à l’amélioration des relations ». L’analyse oubliait qu’entre les deux pays, il existe un passé indépassable tant que certaines zones d’ombre n’auront pas été levées.

LA FRANCE A FAIT LA GUERRE CONTRE LE FPR

Dès le déclenchement de la guerre civile en 1990, la France a fait la guerre contre le FPR qui n’était encore qu’une rébellion de réfugiés tutsi soutenue par l’Ouganda. Dans les premiers jours de l’offensive, des forces françaises ont été impliquées dans la défense d’un régime considéré comme ami. Mis à mal, les soldats rwandais ont pu notamment « compter sur l’appui d’hélicoptères de la DGSE » pour combattre les maquisards, avec des tirs si meurtriers que le FPR fut repoussé jusqu’à la frontière rwando-ougandaise, assure une source impliquée dans le dossier au Quai d’Orsay à l’époque.

Daniela Kroslak, dans son ouvrage sur l’implication de la France au Rwanda (The Role of France in The Rwandan Genocide, Hurst, 2007), montre que des responsables français sont d’ailleurs conscients dès 1990 que, sans l’aide militaire de Paris, l’armée rwandaise s’effondrera face aux rebelles du FPR. La France a donc pris une part d’autant plus déterminante dans la guerre de 1990 à 1994 qu’elle a pesé sur son issue, empêchant la chute d’un pouvoir qui allait, à terme, engendrer le génocide. Mais des soldats français ont-ils tenu des armes pour prendre part aux tueries déclenchées le 7 avril 1994, comme on le prétend au FPR ? Il n’en existe à ce jour aucune preuve formelle.

Face aux questions nées de l’opération Turquoise, qui permit notamment à des planificateurs et des acteurs du génocide de fuir le Rwanda, une mission d’information parlementaire française rendit son rapport final en 1998. Celui-ci concluait que « des erreurs d’appréciation » et des « dysfonctionnements institutionnels » avaient bien été commis, sans jamais lever totalement le voile sur la part d’ombre de la France au Rwanda. Tant que la vérité n’aura pas été pleinement établie, Paul Kagamé pourra continuer d’accuser la France d’avoir participé à « l’exécution » du génocide et ses contradicteurs auront toujours toutes les peines à convaincre.

Qui se ressemble s’assemble: Usurpation d’identité, fausses identités mais vrais comptes bancaires et vrai préjudice : un duo d’escrocs écumait les agences bancaires

les oiseaux de même plumage volent ensemble

les oiseaux de même plumage volent ensemble

Par Richard Plumet France 3 Haute-Normandie

Les policiers rouennais de la brigade financière ont mis fin aux agissements pour le moins retors d’un escroc parisien. Alertés le 12 février d’une ouverture frauduleuse de compte bancaire par une agence bancaire de Montville (Seine-Maritime), les enquêteurs vont réussir en moins de deux mois à identifier un escroc et son complice qui seront finalement arrêtés le 24 mars dernier au terme d’une enquête particulièrement complexe.

La technique utilisée était celle dite de « l’arnaque à la zaïroise ». Elle consiste à ouvrir de vrais comptes bancaires avec des papiers d’identités volés et de fausses (ou vraies) attestations de domicile.

Figure des nuits parisiennes Après l’alerte de la banque de Montville, la brigade financière va intensifier sa veille dans le cadre du  » Réseau Vigilance » qui regroupe les établissements bancaires. Très vite, d’autres cas d’ouvertures suspectes de comptes vont être signalés et identifiés dans une quinzaine d’agences bancaires de Seine-Maritime (notamment à Barentin, Montville, Canteleu et Dieppe) avec un point commun : un numéro de téléphone portable. Les enquêteurs vont alors remonter jusqu’à un homme qui sera surveillé. Son téléphone sera quant à lui mis sur écoute judiciaire.

Les policiers rouennais vont découvrir qu’à Paris, un certain « Bloco le Pitchitchi » est le cerveau de ces escroqueries, aidé par un complice qui réside à Déville-lès-Rouen. « Bloco le Pitchitchi », bien connu des nuits parisiennes, et qui dévoile sa vie privée sur sa page Facebook, sera localisé puis arrêté. Selon les enquêteurs, son butin était envoyé régulièrement (via un site de transfert d’argent) en Côte d’Ivoire, son pays d’origine. Récidiviste il a déjà été arrêté en France pour des faits d’escroquerie. Lui et son complice ont été présentés à la justice la semaine dernière.

Préjudice important Les enquêteurs de la brigade financière estiment actuellement que le montant de cette escroquerie s’élève à plus de 200 000 euros. Derrière les arnaques de ce duo il y a des victimes (qu’il a fallu patiemment identifier) : les banques, mais aussi et surtout toutes les personnes dont les identités ont été usurpées et qui depuis des mois sont tenues responsables de fortes dépenses faites à leur insu. Des victimes d’usurpation d’identité qui devront attendre l’issue du procès de l’escroc parisien pour pouvoir prouver leur bonne foi…

Sur la page Facebook de son fan club, le dénommé Bloco Le Pitchitchi écrivait : « Le courage c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel. Aujourd’hui Bloco, demain Bloco, toujours Bloco. » Depuis son arrestation, son « réel » est devenu très différent de celui des nuits en discothèques… Entendu par la justice en comparution immédiate, son procès est programmé le 9 mai prochain.

Cote d’Ivoire: Ouattara’s Former Child Soldiers Evolve into Vicious Criminals, M. Frindéthié

gang des microbes

“My name is H.T. I am a shoeshine boy. I belong to the gang of the Crazy Microbes. We mainly operate around the bus station of Abobo. During the civil war, the rebels recruited many of us from the street and outfitted us with weapons so we can fight on their side. Those of us who were too young to carry arms served as informers. Today, we mug unsuspecting passers-by to feed ourselves. Sometimes, we work as dock-hands to purchase drugs. Many among us would like to return to their parents, but they no longer know where to find them. Others just refuse to go back home.”

In this stunning confession published last Wednesday in Le Mandat, a paper close to the party in power, a teenager from Cote d’Ivoire explains how he and many other kids like him have morphed from former child soldiers of Alassane Ouattara’s rebel army to violent criminals. “The gang of the Microbes” is just one of several violent gangs of former child soldiers in Abidjan; others being the “the Machete gang” and “The Vonvons.” In the last few months, their activities have increased in intensity and violence. These former child soldiers turned gangsters are responsible for scores of brutal robberies and sadistic killings in Abidjan. Today, as the chickens have come home to roost, the very people who once sowed the seed of violence into these children in order to better exploit them for political power are now unable to contain them.

Avril 2011-avril 2014: Retour sur le génocide d’Alassane Dramane Ouattara

Cet homme est un criminel de guerre

Cet homme est un criminel de guerre

 

duekoue1duekoue-2duekoue-3duekoue4duekoue5duekoue7

Mémoires en images

La résidence du premier président américain, George Washington. Jalousement préservée comme édifice national , la maison de Mount Vernon est un lieu de recueillement et d'éducation pour vieilles et jeunes générations américaines.

La résidence du premier président américain, George Washington. Jalousement préservée comme édifice national , la maison de Mount Vernon est un lieu de recueillement et d’éducation pour vieilles et jeunes générations américaines.

La première résidence du président Houphouët Boigny à Cocody (Corniche), vandalisée  et squattée par les dozos de Dramane Ouattara

La première résidence du président Houphouët Boigny à Cocody (Corniche), vandalisée et squattée par les dozos de Dramane Ouattara

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 58 autres abonnés