Quel sort pour Wattao? M. Frindéthié

WattaoIssiaka Ouattara, alias Wattao, précédemment commandant de la zone Abidjan-sud vient d’être débarqué de son poste et viré du CCDO dont il était l’un des seigneurs. L’expulsion de Wattao ressemble à quelque chose près au bannissement de son autre compagnon d’armes, Ibrahim Bakayoko, alias IB, chef du « commando invisible »; et n’eut été l’intervention du général Soumaila Bakayoko, Wattao, dont la garde rapprochée avait sorti ses armes lourdes pour protester le renvoi de son commandant, aurait connu le sort réservé à IB par Dramane Ouattara. Il aurait été tout évidemment abattu par celui pour qui il avait tué de Bouaké à Abidjan.

Wattao a été écarté comme une infecte spore. Quel sera le nouveau point de chute de Wattao ? Certains observateurs de la scène politique ivoirienne avaient conjecturé quant à l’existence d’un dossier d’inculpation cacheté du « commandant bling bling » et du « p’tit gros » par la CPI, que la Rattrapocratie hésiterait à rendre publique. Wattao lui-même, voyant la chose venir, avait annoncé qu’il ne se ferait pas si facilement le bouc-émissaire d’une dictature souillée du sang de milliers d’Ivoiriens. Au lendemain du passage du « Grand Blanc » Hollande en Côte d’Ivoire, qui devant le sourire imbécile et satisfait des rattrapocrates a prôné la fin de l’impunité, et à quelques mois des élections présidentielles, le préfet d’Abidjan se préparerait-il au « blanchiment » de sa barbare dictature par l’immolation de ses lieutenants les plus volubiles et les plus extravagants ?  Le temps nous situera.

How Can He Who Has Suffered So Much Be So Ruthless? Palestinian death toll reaches 604 as applauding Israelis watch night attacks on Gaza

Palestinian death toll reaches 604 as applauding Israelis watch night attacks on Gaza

israel-gazaGaza

Politicians! The only time they’re caught speaking their minds seems to be … when on hot mic

 

Secretary of State John Kerry had an awkward exchange Sunday morning when "Fox News Sunday" host Chris Wallace confronted him with an "extraordinary" hot-mic moment apparently discussing the ongoing conflict in Gaza.

 

"While you were on camera and while you were on microphone, you just spoke to one of your top aides in between the interviews about the situation in Israel and the fact that 14 Israelis have either been shot or killed in an operation. We want to play a clip of that conversation because it’s an extraordinary moment of diplomacy," Wallace said.

In the clip, Kerry appears to be sarcastically referring to the Israeli use of force as a "pinpoint operation."

"It’s a hell of a pinpoint operation. It’s a hell of a pinpoint operation," Kerry says to an aide named John. "We’ve got to get over there. Thank you John. I think John we ought to go tonight. I think it’s crazy to be sitting around."

Kerry, asked to clarify his remarks by Wallace, said he was simply making a point about the difficulty Israel faces as it seeks to eliminate the Hamas tunnels and rocket attacks while minimizing civilian casualties.

"You have people who come out of tunnels. You have a right to go in and take out those tunnels. We completely support that and we support Israeli’s right to defend itself against rockets that are continuing to come in. Hamas has started this process of rocketing after Israeli was trying to find the people who killed … three young Israeli citizens. It’s disgraceful. So yeah, it’s tough. It’s tough to have this kind of operation," he said.

View the exchange below at 10:53.

Read more: http://www.businessinsider.com/fox-news-confronts-john-kerry-over-his-hot-mic-moment-2014-7#ixzz3858BUDiH

 

 

The Brics development bank can release Africa from World Bank tyranny, William Gumede, The Guardian.com

'The Brics bank could also be a vital source of finance for infrastructure that Africa so desperately needs.' Photograph: Lan Hongguang/Xinhua Press/Corbis

‘The Brics bank could also be a vital source of finance for infrastructure that Africa so desperately needs.’ Photograph: Lan Hongguang/Xinhua Press/Corbis

Africa desperately needs reliable and cheaper long-term development finance. The Brics leaders may well have found the answer

The leaders of the Brics countries – Brazil, Russia, India, China and South Africa – have signed a treaty in the Brazilian city of Fortaleza to launch a Brics development bank.

The bank will rival the US- and European-led World Bank and its private lending affiliate, the International Finance Corporation, which have dominated development finance since the second world war. The Brics bank is positioned as a financial institution that will provide developing countries with alternative funding minus the punishing strings attached to World Bank lending, which strip recipient countries of the power to make their own policies. It also promises to make lending processes for developing countries faster, simpler and cheaper.

The Brics members will set up a $100bn contingency reserve pool (called the contingent reserve arrangement, or CRA), to help members who face sudden foreign capital flights. China will contribute $41bn, Russia, Brazil and India $18bn each, and South Africa $5bn.

Developing countries have long failed to get industrial nations to either give them a bigger say in decision-making at the World Bank and IMF, or to get these institutions to ease up on punishing and inappropriate structural adjustment programmes (that wealthy countries themselves would never implement in their own economies) in return for funding.

The new bank and the contingency fund are therefore the first real and practical attempts by developing countries to create a monetary, development-finance and trade alternative to the IMF, World Bank and the dominance of the US dollar.

The bank’s creation will have to be ratified by the parliaments of the individual Brics countries. The hope is that it will start lending two years after ratification. But disputes over such things as voting rights and where the bank should be situated have so far delayed this process. China lobbied to host it, but India feared the domination of Chinese financial institutions. South Africa wanted Johannesburg as a “neutral” venue and also to serve as an African infrastructure bank.

Africa feels the bank should be established here, particularly because the greater need for the bank is on the continent of Africa,” Jacob Zuma, the South African president, told the World Economic Forum on Africa last year in Cape Town. South Africa’s argument was too narrow, however; and it appears, according to documents prepared for the summit, that the bank will be based in Shanghai.

Africa desperately needs reliable and cheaper long-term development finance, without restrictive World Bank and IMF conditions. The Brics bank could also be a vital source of finance for infrastructure that Africa so desperately needs. But it could also provide finance to expand Africa’s manufacturing sectors – so crucial if the continent wants to create jobs, and reduce inequality and poverty.

The mere presence of a Brics bank that does not adhere to the structural adjustment philosophy of the World Bank and IMF could strengthen the hands of African governments to produce more independent – and relevant – national development policies, rather than the “one size fits all” approach enforced by traditional lenders.

The Brics bank could also help Africans to secure better investment deals in their negotiations with traditional multilateral banks and the private sector.

However, there is no guarantee that a Brics bank would not attach conditions as onerous as those of the World Bank or other development banks – or that it would prioritise the development and infrastructure policies important to African economies, rather than just the Brics economies. Most current development banks in individual states, such as the Brazilian development bank, lend at market rates to African countries.

Also, there is absolutely no guarantee that the Brics bank will be more development-oriented than other developmental banks.

Africans will have to strike smart partnerships with the Brics bank, through African development banks, state-owned enterprises and the private sector. And, crucially, the bank will have to be based on good corporate governance. It must pursue lending that is ecologically sustainable, and must promote inclusive economic growth and development.

François Mattéi sur la Voix de la Russie: "Très inquiet pour la Côte d’Ivoire"

mercenaire

LVdlR : Dans votre livre écrit en collaboration avec M. Gbagbo, on le retrouve dire que la « vérité finira par triompher »… Comment le président Gbagbo entrevoit-il son avenir, celui de ses proches et de la Côte d’Ivoire ? Et qu’en pensez-vous ?

F.M. : Moi, je suis très inquiet pour la Côte d’Ivoire parce que je pense qu’elle est aux mains de gens peu fiables. Des gens qui sont venus au pouvoir par les armes. Qui continuent à maintenir leurs positions par les armes. M. Ouattara ne peut rien faire contre ces gens qui l’ont ramené au pouvoir et qui sont pour la plupart analphabètes. Ils sont très nombreux. On retrouve notamment un commis de cuisine devenu préfet, c’est formidable… M. Soro, président de l’Assemblée nationale, qui a été également Premier ministre, n’est autre qu’un chef de guerre. Qui a été en outre désigné par un bon nombre de rapports à une certaine époque comme responsable de crimes de guerre et qui se retrouve aujourd’hui sous immunité parlementaire. Il guette le pouvoir comme M. Bakayoko, qui est le ministre de l’Intérieur. Et à la base, ils sont tous chefs de milices armées, qu’ils continuent chacun de diriger. Et ils se guettent tous du coin de l’œil en attendant que M. Ouattara, qui est bien malade, disparaisse de la scène politique. Tout cela est assez inquiétant. Le seul qui pouvait dé- gager un consensus c’est Laurent Gbagbo. On n’en a pas voulu. Ce qui se passe désormais c’est qu’il va passer en procès. Et il faut pour cela situer deux choses : le 3 juin 2013, la Cour pénale internationale avait dit qu’il n’y avait aucune charge retenue contre lui. Quelques mois plus tard, il y a toutes les charges retenues. Il se trouve que pour avoir étudié le dossier, il n’y a rien de nouveau. Que tout le monde le sache, il n’y a absolument rien de nouveau. Donc on voit bien qu’il s’agit d’une décision politique. Parce qu’en 2015 il y a l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire et on ne veut pas que Gbagbo soit libre. Et que l’objectif est de le maintenir le plus longtemps possible hors du jeu politique et afin qu’il n’y ait plus de possibilité pour lui de revenir. La vérité sortira tout de même. Et je pense qu’avec elle ce sera le procès de la CPI et non pas de Laurent Gbagbo. Qu’est-ce que représente la CPI sinon une institution, je dis bien une institution et non pas une juridiction, qui sert des intérêts particuliers ? Le dossier contre M. Gbagbo a été fabriqué à Paris et à Abidjan par le pouvoir actuel. Ce dernier ayant énormément de choses à se reprocher. Les seuls actes réellement génocidaires ont été commis par le pouvoir actuel ou en tout cas par les gens qui le soutenaient. Et aucun d’entre eux ne se retrouve aujourd’hui à la CPI. Donc on s’aperçoit bien que c’est une institution qui n’est pas respectable et qu’il convient de ne pas respecter. Le problème c’est que M. Gbagbo y est. J’allais dire qu’on attend avec impatience le procès parce que M. Gbagbo aura la possibilité de parler au monde.
Et j’espère que cela sera retransmis partout. Et dans ce cas-ci, la CPI s’écroulera. Quant à M. Gbagbo lui-même, il reste optimiste. Il sait parfaite- ment ce qui s’est passé. Pour résumer : étant donné qu’il y avait un litige électoral, c’est-à-dire deux présidents, lui a demandé qu’on recompte les voix sous l’égide d’une commission internationale. Cela a été refusé. Pourtant lorsqu’on sait qu’on a gagné, on ne devrait pas avoir peur du recomptage des voix. D’autant plus que c’est un usage absolument courant. On l’a vu aux Etats-Unis dans le cas de Bush et Gore. On l’a vu avec l’UMP en France, où pour la présidence d’un parti politique il y a eu une comédie tragique durant des mois. Autre exemple encore : Haïti, où cela s’est très bien passé : celui qui était arrivé au départ troisième est devenu après recomptage président de la république car il y avait eu des comptes mal faits au départ. Donc au lieu de faire des morts et de faire la guerre, car en Côte d’Ivoire, il faut le rappeler, il y a eu beaucoup de morts, aurait fallu tout simplement recompter les voix. Pourtant c’est l’option de la guerre qui été choisie au lieu de faire un recomptage qui aurait économisé énormément de vies humaines. Laurent Gbagbo s’est maintenu au pou- voir car il a été élu. Il a donc continué d’exercer, aussi bien en ce qui concerne ses prérogatives économiques que militaires, en défendant le pays. C’est ce qu’on lui reproche aujourd’hui. On lui reproche en fait d’avoir continué à gouverner alors que ladite communauté internationale estime qu’il était battu aux élections. Et dernière chose encore : je ne sais pas où a-t-on lu et décidé que c’était la communauté internationale ou quiconque qui décidait de l’élection d’un président de la république d’un pays souverain. Logiquement, c’est le peuple du pays en question qui, il me semble, doit choisir son avenir. La communauté internationale a peut-être un rôle, mais elle ne peut agir qu’en respectant la souveraineté d’un Etat et du libre choix de son peuple à la suite d’une élection démocratique. C’est ce que Laurent Gbagbo va défendre et là-dessus il est tout à fait tranquille. Concernant l’avenir de la Côte d’Ivoire, il est très inquiet car il pense qu’aujourd’hui il n’y a plus de démocratie en Côte d’Ivoire. Pour vous dire, un très grand nombre de marchés se font aujourd’hui de gré à gré alors qu’on dit que M. Ouattara est un grand économiste. Peut-être. En tout cas, aucune des règles normales dans ce domaine n’est respectée, ni appliquée. La Côte d’Ivoire, curieusement, va mal alors que la guerre est finie. On a reproché son bilan à Gbagbo alors qu’il se trouvait en état de guerre avec la moitié du pays occupé. Et le bilan était malgré tout cela très loin d’être mauvais. Je peux le démontrer. Quant à aujourd’hui, il y a une chute des ressources pétrolières, ainsi que des ressources du cacao. Ca va très mal. Pourquoi ? Car il y a beaucoup de détournements. Ce n’est pas qu’il y a moins de cacao et de pétrole. Simplement il y a énormément de gens qui font du « business ». Parmi eux, un grand nombre de politiciens français. Notamment M. Guéant qui était ministre de l’Intérieur, ainsi que son gendre qui s’occupe notamment de la privatisation des banques là-bas. Ils font tous de très grosses affaires. La Côte d’Ivoire est devenue aujourd’hui un comptoir. Ce n’est plus un Etat mais bien un comptoir ouvert aux quatre vents du libéralisme sauvage.

LVdlR : Croyez-vous qu’un jour les responsables de la rébellion armée en Côte d’Ivoire, ainsi que ceux ayant commis des crimes depuis 2002, puissent se retrouver devant la justice, nationale ou internationale ? Ou alors, pensez-vous que leurs mentors occidentaux ne le permettront jamais ?

F.M. : Je pense qu’ils ne le permettront jamais. Et puis c’est déjà trop tard. Il est évident que si on veut faire un procès et la mise à plat de tout ce qui s’est passé là-bas, il faut envoyer à la CPI M. Soro. Et pourquoi pas M. Ouattara ? Tous ces gens-là ont organisé une rébellion sauvage. Il y a eu des centaines de milliers de morts, des villages rasés. Des massacres massifs. L’inaction de la CPI est absolument incompréhensible. Mais la communauté internationale est piégée dans sa posture parce qu’elle a soutenu ces gens-là. La vérité, elle, sera connue. Mais en ce qui concerne la probabilité qu’il y ait des sanctions à l’encontre des responsables de ces crimes, je pense qu’il y a très peu de chances.

LVdlR : Selon vous, la CPI ne s’est-elle pas définitivement discréditée en confirmant les charges contre Laurent Gbagbo et en faisant toujours la sourde oreille quant à la responsabilité de crimes massifs commis par les rebelles soutenus par le gouvernement français ?

F.M. : A mes yeux, oui. Et aux yeux de beaucoup de Français qui heureusement commencent à se réveiller. Y compris grâce aux débats qu’il y a eu à la CPI, beaucoup de gens commencent à voir clairement que sous l’habillage juridique, on voit apparaitre des intérêts clairement politiques, militaires et économiques. Je crois que la vérité va sortir. Beaucoup de gens commencent à réagir différemment, comparé à même deux ou trois ans auparavant. Et si les gens s’aperçoivent qu’ils ont été à ce point trompés, cela risque d’être violent. C’est ainsi en France, on se réveille tous les 20 ans. J’ai confiance en les gens de mon pays. Ce secret de la Françafrique, cette sinistre comédie mais qui rapporte énormément à l’Etat français, qu’on essayait de garder si longtemps s’ouvre aujourd’hui au grand jour. Et maintenant que les citoyens commencent à comprendre sur le fond pourquoi on joue avec les chefs d’Etats en Afrique comme avec des pions sur un échiquier, je crois qu’il y aura une réaction salutaire en France. Vous savez il y a un ancien ambassadeur de France, M. Gildas Le Lidec, qui vient de publier un livre « De Phnom Penh à Abidjan », qui mentionne justement la période où il était ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, à l’époque de Laurent Gbagbo. Et il y raconte des choses formidables pour dire qu’on n’a jamais laissé une chance à Gbagbo et que la France n’en voulait tout simplement pas. Et que même le chef de guerre Soro a voulu l’étrangler. Il parle donc de toutes ces choses comme un témoin direct

Nicolas Sarkozy en garde à vue

sarko 

Pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, un ancien chef de l’Etat est en garde à vue. Nicolas Sarkozyest interrogé depuis le matin du mardi 1er juillet à Nanterre  par l’office central de lutte contre la corruption les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la direction centrale de la police judiciaire. Soupçonné d’être au centre de plusieurs affaires criminelles, aucune charge n’a jusqu’à ce jour pu être retenue contre Sarkozy autour de qui flottent pourtant de fortes exhalaisons de délit. L’ami intime de Dramane Ouattara serait-il, comme son compère voltaïque, le malfrat le plus gluant du vingt-et-unième siècle ?

Décisions Adoptées par le Comité Central Extraordinaire du FPI

fpi

- Sur convocation du Secrétaire Général et Porte-parole du Parti, le Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI), s’est réuni en session extraordinaire, élargie au Comité de contrôle et aux Secrétaires Généraux de Fédération, le Samedi 28 Juin 2014, de 11 H à 14 H, à son siège provisoire, sis à Cocody les Deux Plateaux, 7ème Tranche, sous la présidence effective du Président du Parti, le camarade Pascal AFFI N’GUESSAN.

2- L’ordre du jour de cette session a porté sur deux (02) points : – l’affaire "le Procureur de la CPI contre le Président Laurent GBAGBO" ; – l’analyse de la situation nationale et les perspectives.

3- A propos de «l’affaire le Procureur de la CPI contre le Président Laurent Gbagbo», le Comité Central a entendu une communication de la direction du parti relative au point de la procédure et à la décision arrêtée par la Chambre préliminaire 1 de la CPI.

4- Le Comité Central du FPI prend acte de la décision de confirmation des charges retenues contre le Président Laurent GBAGBO.

5- Le Comité central note avec satisfaction les réactions de la direction du parti à la suite de cette décision, notamment à travers la déclaration du 14 juin 2014 et le point de presse du président du parti le mercredi 25 juin 2014.

6- Le Comité Central fait le constat que la stratégie de lutte adoptée en vue d’obtenir la libération du Président Laurent Gbagbo n’a pas pour l’instant abouti aux résultats escomptés.

7- Le Comité Central rappelle qu’à l’audience de confirmation des charges tenue le 03 juin 2013, la Chambre préliminaire 1 a ajourné sa décision par deux voix contre une, au motif que les preuves étaient insuffisantes pour tenir un procès contre le Président Laurent Gbagbo, et a renvoyé le procureur à la recherche d’éléments de preuves supplémentaires.

8- Le Comité Central note que malgré les moyens colossaux déployés par l’accusation et tout le temps accordé au Procureur pour apporter les preuves de la culpabilité du Président Laurent Gbagbo, la décision de confirmation des charges a été acquise avec une voie dissidente.

9- Le Comité Central en déduit que les preuves produites n’ont pas été totalement convaincantes, que les bases du procès que l’on veut engager contre le Président Gbagbo restent fragiles et qu’en conséquence l’espoir est permis.

10- S’agissant de la situation nationale, le Comité Central a entendu une communication de la direction du parti portant sur la situation générale du pays, sur le dialogue politique et la Commission Electorale Indépendante.

11- Le Comité Central a marqué sa vive préoccupation face à la situation de détresse qui gagne inexorablement l’ensemble de la population ivoirienne, les nombreuses pertes en vies humaines sur les routes, dans les inondations, dans les attaques de bandes armées…, et les atteintes graves et les violations des droits de l’Homme : droit à la vie, droit au travail, droit à une vie décente, droit à la sécurité et à la tranquillité, droit à la dignité, etc.

12- Le Comité Central est particulièrement affligé par l’acte d’immolation de Dame Mandjara Ouattara, acte qui constitue la tragique illustration du drame que vivent les populations ivoiriennes.

13- S’agissant du dialogue politique, le Comité Central rappelle que la tenue de la présente session extraordinaire a été décidée à l’issue de la session ordinaire du 31 mai 2014, en vue de procéder à une évaluation exhaustive des engagements pris par le gouvernement au cours de sa rencontre avec la direction du FPI le 22 mai 2014.

14- Le Comité Central rappelle en outre qu’il avait salué les décisions annoncées par le gouvernement et s’était félicité des premières mesures prises, notamment en ce qui concerne le dégel de certains comptes bancaires et la libération de prisonniers politiques, et avait encouragé le gouvernement à réaliser toutes ses promesses afin de créer les conditions d’édification de la confiance et d’un dialogue franc, sincère et constructif.

15- Le Comité Central note que paradoxalement dans les semaines qui ont suivi, il a été observé un raidissement de la position du gouvernement, comme en témoignent les actes d’obstruction à l’exercice des libertés fondamentales : liberté de réunion, d’expression, de culte, de circulation…, constatés notamment à Touba, Odienné, Toupah et Yopougon, l’affectation arbitraire à Odienné du camarade Koua Justin de la JFPI et la tentative d’extradition de Ahoua Don Mello du Cameroun.

16- Le Comité Central note cependant que le conseil des Ministres du mercredi 25 juin 2014 a marqué « son accord pour la poursuite du processus de dégel des comptes et pour la poursuite des procédures d’examen des dossiers de mise en liberté provisoire des détenus de la crise post électorale. »

17- Le Comité Central fait le constat avec désolation de la duplicité du gouvernement dans la conduite du dialogue politique et dans la mise en œuvre des décisions arrêtées à l’issue des négociations.

18- Le Comité Central se félicite en conséquence que cette situation ait été portée à la connaissance de la Représentante Spéciale du Secrétaire Général de l’ONU qui a assuré la médiation en vue de la reprise du dialogue politique.

19- Le Comité Central, prenant note par ailleurs de l’adoption de la Résolution 2162 par le Conseil de Sécurité [à sa 7207ème séance le 25 juin 2014], salue toutes les recommandations relatives à la réconciliation nationale et la cohésion sociale, au désarmement, à la démobilisation et à la réintégration des ex-combattants, à la réforme du secteur de sécurité, etc., et se félicite de la mission de bons offices confiée à l’ONUCI dans le cadre du dialogue politique entre le gouvernement et les acteurs politiques ivoiriens.

20- Enfin le Comité Central a été informé de l’adoption et de la promulgation de la loi portant reforme de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

21- Le Comité Central observe que malgré les fortes réserves du FPI, des partis de l’opposition, de la Société Civile et même d’une partie de la coalition au pouvoir d’une part, la Résolution 2062 du Conseil de Sécurité, ainsi que le rapport d’évaluation du cadre juridique et politique des élections en Côte d’Ivoire du NDI, recommandant fortement un processus de réforme inclusif et une démarche consensuelle en vue des élections justes, équitables, inclusives et transparentes en Côte d’Ivoire d’autre part, le régime Ouattara s’est entêté à créer, sur mesure, une CEI acquise d’avance à sa cause.

22- Le Comité Central note que la majorité absolue et mécanique dont dispose le groupement politique au pouvoir au sein de la CEI (de 9 à 13 voix sur 17) enlève toute signification à la présence de l’opposition au sein de cette institution et viole le principe d’équilibre qui doit être l’un des fondements de l’indépendance et de la crédibilité de la CEI. Cette violation de l’indépendance de la CEI est aggravée par la représentation au sein de cette Institution, du Président de la République, Chef de l’Exécutif, du pouvoir législatif et des Ministères de l’Administration du Territoire et de l’Economie et des Finances, tous ayant voix délibérative.

23- Le Comité Central rappelle que la décision souveraine du peuple de Côte d’Ivoire de se doter d’une Commission Electorale Indépendante découle de sa volonté de mettre en place une Institution indépendante vis-à-vis des autres pouvoirs (Exécutif, Législatif….) susceptible de rassurer les acteurs politiques engagés dans la compétition électorale et capable d’organiser des élections libres, justes et transparentes.

24- Le Comité Central fait le constat que la Commission Electorale Indépendante proposée par le gouvernement ne garantit nullement les principes de justice, de transparence et de crédibilité.

25- Le Comité Central rappelle que la meurtrière crise postélectorale qui a fait officiellement plus de 3000 morts et qui divise le pays à l’heure actuelle, tire son explication d’une CEI boiteuse, mise en place à l’issue des Accords de Pretoria.

26- Eu égard à tout ce qui précède, le Comité Central : a) exprime sa solidarité envers les populations ivoiriennes durement affectées par les conséquences de la mauvaise gouvernance du régime Ouattara, ainsi que sa profonde compassion à toutes les familles éprouvées, b) exige la libération de tous les prisonniers politiques, en particulier la Vice-Présidente Simone Ehivet Gbagbo, le dégel de tous les comptes bancaires et des avoirs de toutes les personnes concernées, ainsi que la normalisation définitive de la vie politique, économique et sociale en Côte d’Ivoire, c) salue la décision du Président du parti de créer un Secrétariat National spécialement dédié à la coordination de la lutte pour la libération du Président Laurent Gbagbo, d) réaffirme sa disponibilité à poursuivre le dialogue avec le gouvernement afin de réussir dans les plus brefs délais, la normalisation de la vie politique et sociale, la restauration des libertés fondamentales, la normalisation du jeu démocratique et la sécurisation totale du pays, e) rejette la Commission Electorale Indépendante adoptée de façon unilatérale par le pouvoir, f) exige une Commission Electorale consensuelle, acceptable par tous, gage d’élections générales apaisées, justes et transparentes, g) engage instamment le Secrétaire Général à prendre toutes les dispositions en vue d’organiser, dans le cadre de la stratégie de ripostes graduées, les grandes actions de masse nécessaires pour faire aboutir les revendications, h) appelle les populations ivoiriennes à la mobilisation pour faire aboutir la libération du Président Gbagbo, la lutte pour les libertés, la justice, la réconciliation et la paix, i) Demande aux militants et sympathisants du FPI de rester vigilants et mobilisés, à l’écoute des mots d’ordre de la Direction du Parti pour des actions d’envergure futures. Fait à Abidjan, le 28 juin 2014 Le Comité Central

Madjara Ouattara

Wattao-MandjaraMadjara Ouattara, connue sur les réseaux sociaux par le pseudonyme d’Oxy Chocolat d’Oxana, a rendu l’âme ce mardi 27 mai 2014, au CHU de Cocody des suites de ses brûlures. L’Ivoirienne, militante et cyberactiviste du RDR, désillusionnée par les fausses promesses de la dictature Ouattara, avait choisi de s’immoler devant le palais de la présidence, le jour anniversaire du coup d’Etat de Dramane, et alors même que se tenait un conseil des ministres en préparation de festivités de commémoration de la prise du pouvoir. Le geste de désespoir de Mandjara Ouattara lui a été fatal. Brûlée au 3e degré, la jeune femme n’a pu être sauvée.

En effet, ayant loué des voitures au RDR pour la campagne présidentielle d’Alassane Ouattara en 2010, Madjara Ouattara n’avait jusqu’en 2014 reçu de la dictature que des engagements de paiement non satisfaits, alors que s’accumulaient ses factures à elle, qu’elle était vidée de son appartement, et que sa mère gravement malade demeurait alitée sans le moindre soin.

Désenchantée par ce régime brutal qui lève plus de poussière qu’il ne pose de vrais actes de développement humain, et pour se désolidariser d’une dictature mythomane qui depuis le 11 avril 2011 ne cesse d’amenuiser le tissu social ivoirien,  Mandjara Ouattara avait choisi, à travers sa personne, de soumettre le régime dictatorial d’Abidjan à l’ordalie par le feu au moment où les autocrates projetaient des déclarations d’envergure pour masquer leur faillite morale et sociale.

Madjara Ouattara est décédée à la grande satisfaction de la dictature Ouattara qui ne verra pas ses excès débités sur la place publique par une militante qui en sait beaucoup. Les morts ne parlent pas … à moins qu’ils aient parlé avant de partir. Et Madjara avait parlé. Au dictateur d’Abidjan, Mandjara Ouattara avait laissé ce message écrit que les éternels fignoleurs du régime, « botoxeurs » patentés de l’image du dictateur d’Abidjan n’ont pu détruire :

" Mon président, après tout le combat que nous avons mené pour vous installer, vous ne nous payez que par le mépris. Comme si votre accession à ce poste n’était que le fruit d’un simple hasard. Mon président, vous avez décidé de me tuer par la faim en refusant de payer ma dette. Je ne vous donnerai pas ce privilège car, au moment où vous lirez ces lignes, je ne serai plus de ce monde. Je vous devance dans l’au-delà tout en espérant que ma mort vous soulagera ou peut-être vous poussera à régler le problème de nombreuses personnes qui se trouvent dans ma situation. Mon président, Je vous devance en vous demandant de méditer sur ces mots du Coran na lilah Wahina ilé rajihoun"

Il ne reste plus à Dame Dominique, comme d’habitude, de tenter de brouiller les pistes en envoyant Dame Oulotto distribuer des enveloppes après coup.

Si, Gnamien Konan: la littérature est primordiale à l’émergence, M. Frindéthié

Gnamien

J’ai lu avec tristesse les divagations d’un certain ministre de l’enseignement supérieur, M. Gnamien Konan, qui du haut de son impéritie lançait aux étudiants ivoiriens que la littérature était inutile à l’émergence.

Evidemment, si Gnamien Konan parlait vraiment d’émergence et non de « l’emmerde dense » dans laquelle les griots de la dictature ivoirienne font barboter les paupérisés du pays qu’ils occupent par la brutalité depuis le 11 avril 2011, il saurait, ce ministre-là, que la littérature est, non pas seulement utile, mais primordiale à toute émergence. C’est pourquoi les pays développés, qui l’ont compris, exigent de tout étudiant sortant de leurs universités, qu’il prenne, quelle que soit sa filière, non pas un, mais plusieurs cours de littérature.

Parce que le monde n’est pas la somme de votre pensée unique, mais plutôt la somme de votre pensée, de la pensée de ceux qui ont été hier et de la pensée de ceux qui viendront demain, la littérature, mon cher Gnamien Konan, est cette porte ouverte qui permet de sortir de sa vision étroite du monde, afin de penser l’altérité ; par les personnages et les situations qu’elle engendre, la littérature est un miroir qui permet de se regarder à travers l’autre, une fenêtre ouverte dans la culture et les croyances de l’autre, qui permet d’adopter la posture de l’autre, de faire l’expérience de l’autre, de vivre ce que ressent l’autre, de comprendre ses angoisses, ses frayeurs, ses joies, ses débordements, de saisir ce qui explique ses actes, et d’apprendre à vivre harmonieusement avec lui.

Parce que, mon cher Gnamien Konan, le monde ne s’est pas créé spontanément en un jour avec l’avènement du régime dictatorial que vous servez aujourd’hui, la littérature vous apprendra assurément à lire et à comprendre l’histoire afin de n’en pas répéter les erreurs. La littérature vous aidera surement à sortir de cet enfermement cérébral qui vous mène à croire que seules vos « lois » et vos méthodes tyranniques suffisent et que les opinions divergentes sont des hérésies.

Enfin, si Gnamien Konan n’avait pas séché ses cours de littérature, il aurait été un serviteur du peuple entraîné à la complexité de la langue, à son écriture et à sa diction, et qui tourne sept fois sa langue avant de sortir des inepties du genre « l’émergence ne se fait pas avec la littérature ».

Aussi, conseillerais-je à Gnamien Konan de prendre chaque soir avant d’aller au lit un cachet de littérature, une page de mon livre sur la mondialisation et l’emprisonnement cérébral de « l’élite » africaine (http://www.mcfarlandpub.com/book-2.php?id=978-0-7864-4840-1), afin de se réveiller le lendemain un peu moins obtus, un peu mieux éclairé que la veille.

Africa’s Biggest Challenge Today is to Grow out of its Slave Mentality, M. Frindéthié

Africa’s biggest challenge today is to grow out of its slave mentality, and to grow veritably, in spite of the sabotaging acts of the nostalgic former colonizers assisted by their swarm of self-destructive native informants. This challenge is significant, as it amounts to displacing the frame of reference that informs the judgments of the African elites. Colonization was not just about draining off wealth from Africa; it was also about physically beating the African in the fields and on the worksites, and mentally beating his brain to pulp in the colonial schools and churches in order to outfit him for the maintenance and perpetuation of the ideology of Western dominance. This enterprise of alienation worked so successfully that the first leaders of the newly independent African countries—many of whom are still in power today through their progeny—govern their nations in the interest of the former colonizers. Whenever the Western frame of reference has been challenged by a few farsighted nationalists, whenever these nationalists have rallied enough support to imperil the Western influence on their countries, they have been simply eliminated by native hit men on the payroll of the rapacious Western interests, when their programs have not been sabotaged and their countries literally sacked and set on fire to confirm the propagated notion by a racist and self-centered West of the inability of blacks to govern themselves. Despite the danger of obliteration, a few audacious African intellectuals have not hesitated to challenge the presumed natural center of savage capitalism with its implied hegemonic agenda.

An they are right, for in spite declarations to the contrary, the presumed center is not the necessary center. The presumed center is inherently contradictory insofar as it has failed to uphold the very values upon which rests its assumed centrality. On the matters of freedom, equality, good governance, accountability, and above all, on the matter of democracy, the presumed center has demonstrated its imposture.

            It is understandable that foreign investors should seek to draw maximum profits from their investments in Africa. On the other hand, it should also be expected that African states would demand the maximum earnings for the exploitation of their resources by foreign multinationals. These two positions are not irreconcilable, and they should constitute the foundations upon which foreign investors and African governments conduct their negotiations. However, when multinational corporations from Western countries operate in Africa, they tend to bully African states to submission through economic blackmailing and threats of military invasions; for indeed, whenever a powerful state intervenes to invade a weak state, one can be sure that some private investors from the powerful state, unhappy about their returns in the weak state, have directly or indirectly triggered the military intervention. Western multinational corporations have often blindfolded, gagged, and tortured African leaders in the dungeons of Western jouissance. Though, for some inexplicable reasons, most African leaders seem to have enjoyed their servitude, their unexpected proclivities have been depressing for the African masses. For the welfare of the people they are accountable to, African governments ought to get out of their losing rapport with the West.

This can only happen if African nations first place themselves in propitious conditions for rejecting Western countries’ poisoned gifts of aid and loans. African states have to develop their own investment funds and enfranchise themselves from the abusive and exploitative “friendship” that they have maintained with the core states. African states should make it their mid-term objective to leave the Bretton Woods institutions, these rapacious organizations that prosper by cultivating misery in Africa. To enfranchise themselves from the usurers that the World Bank and the IMF are, African states, along with other developing countries, should agree to apportion a small part of their annual commodity export revenues to a collective development account from which member states could be loaned money for their development projects. Such an account could also help member states establish strong credit for getting loans, no longer from the core states, which have given enough proof of their insincerity, but this time from such transitional states as China. This idea is not novel. President Gbagbo from Côte d’Ivoire is an indefatigable herald for the creation of what he calls Fonds de Garantie et de Souveraineté, which is essentially the same concept.

Ahoua Don Mello: Interview sur E-TV

https://www.youtube.com/watch?v=_q2yQizrdN4&feature=player_detailpage

CPI, Affaire Blé Goudé: L’accusation avoue ne pas pouvoir fournir les preuves avant la date butoir du 6juin2014

Bensouda

Par: ALAIN DOH BI in Moacinter.com

Blé Goudé, Audience 1er Mai, CPI, Détenu PolitiqueTenue hier 30 avril 2014, c’est ce 1er Mai que la Cour Pénale Internationale(CPI) a publié l’intégralité de la Conférence de mise en état dans l’affaire Le Procureur contre Charles Blé Goudé, dans une vidéo d’une durée de 52mn12s, sur son profil YouTube.

M. Charles Blé Goudé, selon sa défense, a tenu à être présent à toutes les audiences liées à son affaire, y compris les audiences techniques. C’est donc très serein que le Ministre Blé Goudé a assisté à cette audience.

Dans les débats qui ont eu lieu lors de la Conférence de mise en état dans l’affaire Le Procureur vs Charles Blé Goudé, la Juge Unique de la Chambre Préliminaire Mme Silvia Fernandez de Gurmendi a d’abord interrogé l’accusation au sujet du dépôt des éléments de preuves contre M. Charles Blé Goudé.

En l’Absence de Mme Fatou Bensouda, c’est M. MacDonald qui a dirigé le Bureau du Procureur. M. MacDonalds a tenu a exprimé ses inquiétudes quant à la tenue des délais pour le dépôt des éléments de preuves. « Nous travaillons avec les Etats. Et c’est très difficilement que les réponses à nos requêtes adressées à ces Etats arrivent », a-t-il déclaré. Il a, par la suite, demandé plus de temps à la Chambre préliminaire pour présenter de nouveaux éléments de preuves.

Maître MacDonalds a également argumenté que l’accusation a déjà l’affaire Gbagbo sous la main, et cette autre affaire Blé Goudé vient encore augmenter le travail à faire. Et ce en en pointant du doigt, le manque de ressource. « Le Bureau du Procureur n’a pas de ressources pour faire ce travail », a-t-il révélé.

A la suite du Bureau du Procureur, la Juge Unique Mme Silvia Fernandez de Gurmendi a interrogé la défense de M. Charles Blé Goudé.

Maître Nick Kaufman, l’avocat de M. Blé Goudé, tenu à saluer Mme la juge avant d’exiger que les éléments à charge contre son client soient fournis dans les délais requis. « La communication des éléments, qu’ils soient publics ou confidentiels, doit être immédiate. Et bien avant la date qu’a indiquée M. MacDonald, du bureau du procureur », a sèchement martelé l’Avocat Blé Goudé. Il a averti: « Mon client n’a pas l’intention de moisir dans les cellules de la CPI »

Au sujet du supposé manque de ressources soulevé par le Bureau du Procureur, la réponse de Maître Kaufman a été sur un ton ironique et mais ferme : « M. MacDonald évoque le manque de ressources. Eh bien qu’il sache que la défense n’a pas de ressources non plus », a rajouté Maître Kaufman. .

L’Avocat de Blé Goudé a terminé ses propos, sur ce point du débat, en demandant à la Chambre Préliminaire de ne pas accorder de délai supplémentaire à l’accusation : « La chambre préliminaire ne devait pas suivre l’accusation dans la mesure où l’Affaire Gbagbo a déjà été longue et que l’accusation a eu 2ans et demi pour faire les enquêtes. Bien plus, Mme la Procureure a elle-même reconnu qu’il s’agit pratiquement des mêmes éléments de preuves dans les deux affaires. Si l’accusation ne trouve pas d’éléments de preuves contre M. Charles Blé Goudé, C’est parce que ces preuves n’existent pas. C’est tout », a-t-il conclu.

Reprenant la parole, Mme la Juge Silvia Fernandez de Gurmendi a demandé à l’accusation s’elle voulait présenter des témoins pour la Confirmation des charges.

M. MacDonalds a estimé qu’il n’avait pas de témoins à présenter, à ce stade. Quant à la défense, Maître Kaufman n’a indiqué que si cela s’avère nécessaire, la défense présentera des témoins au moment venu.

Dans le reste des débats, Mme Silvia Fernandez de Gurmendi a amené l’accusation et la défense à dévoiler les contenus de leurs différents accords conclus dans le cadre de l’affaire Charles Blé Goudé, lesquels accords ont pour but d’éviter le dilatoire et les reports incessants comme cela fut le cas dans l’Affaire Gbagbo

Related Stories

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/20/video-2-arguments-du-professeur-jacobs-relatifs-au-dcc-document-contenant-les-charges/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/21/video-1-jour-2-a-la-cpi-tolle-general-le-procureur-se-fourvoie-en-utilisant-dans-son-accusation-des-images-de-violences-ayant-eu-lieu-au-kenya/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/20/video-2-arguments-du-professeur-jacobs-relatifs-au-dcc-document-contenant-les-charges/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/21/video-2-jour-2-me-barouan-deconstruit-la-representation-legale-des-victimes/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/22/video-jour-3-a-partir-de-la-55e-mn-simone-gbagbo-mangou-kassarate-bi-poin-faussignaux-goude-et-la-galaxie-patriotique-mis-en-cause-par-une-plethore-de-p-p-10-p-44-p-48-p-49-p-60-p-64-etc/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/22/video-1-jour-4-coup-de-tonnerre-a-la-cpi-bougeotte-toux-gene-demangeaisons-et-blocage-quand-la-defense-prend-la-parole/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/22/video-2-jour-4-fraudes-massives-et-falsifications-de-dramane-et-lobotomie-de-la-communaute-internationale/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/25/video-1-jour-5-onuci-burkina-mali-nigeria-impliques/

http://frindethie.wordpress.com/2013/02/25/video-2-jour-5-aucune-enquete-serieuse-dun-procureur-qui-a-decide-de-mettre-la-justice-au-service-de-la-politique/

 

Les biens de Karim Wade chiffrés

Image

Le ministre d’état Karim Meïssa WADE est désormais poursuivi un patrimoine chiffré à 117 037 993 175 CFA réparti comme suit :

• AHS : 18 938 653 000 CFA (Sénégal, Guinée Equatoriale, Benin, RCA, Ghana, et Jordanie
• HARSTAND : 17 872 864 759 CFA
• BPF : 9 954 683 028 CFA
• DAHLA : 1 005 720 000 CFA
• 02 Maisons au Point E : 524 325 000 CFA
• 01 Immeuble à la rue 10 : 291 250 000 CFA
• 01 Appartement à Paris dans le 16 ieme (Rue Faisanderie) 245 871 375 CFA
• ISTAR : 1 475 000 000 CFA
• Une assurance vie : 421 461 500 CFA
• AN MEDIA : en cours d’évaluation
• Parc Automobile : 550 000 000 CFA
• Compte bancaire CBAO et SGBS : 910 238 000 CFA
• Compte Karim Wade à la Julius Baer : 2 218 095 898 CFA
• Compte bancaire Julius Baer : 10 981 436 671 CFA
• SGB Paris Madeleine : 48 169 323 CFA
• Compte Singapour : 48 880 602 000 CFA
D’après toujours les membres de la commission d’instruction, Karim WADE a reçu de Dubaï CERAMIC, filiale elle même de la société mère DP WORLD FZE des sommes dont le montant est de 7 905 300 000 CFA, ce qui constitue d’après les magistrats de la commission d’instruction des charges suffisantes de corruption.

Source: Koldanews.com

Tentative de Confirmation des Charges Contre Gbagbo: Le régime jette en prison un témoin de Bensouda

bensouda-pic

C’est une histoire dont le récit nous est offert par les observations de Maître Emmanuel Altit, avocat principal du président Gbagbo, qui a transmis ses observations à la Cour pénale internationale (CPI) suite à la remise, par la procureure Fatou Bensouda, de son document contenant les charges (DCC) amendé, censé combler les lacunes du DCC initial, qui avait été purement et simplement rejeté par les juges pour « preuves insuffisantes ».
C’est l’histoire de « P 44″, un des témoins-clés de Fatou Bensouda, censé accréditer la thèse selon laquelle Gbagbo est coupable de graves crimes contre l’humanité. Si l’on suit la trame de son témoignage, « P 44″ doit être un ancien membre de la « galaxie patriotique » retourné pour les besoins de la cause. Seulement, voilà ! Son témoignage est « insuffisant ». Il n’accuse pas assez Gbagbo, au point que Bensouda, dans sa synthèse, lui fait dire ce qu’il n’a pas dit en espérant que les juges, débordés par des milliers de pages de textes ardus, n’y verront que du feu. Mais Emmanuel Altit, avocat principal de Gbagbo, veille. « Comme la défense le relevait lors de l’audience de confirmation des charges, plus précisément les 22, 25, 26 et 27 février 2013, le Procureur a mésinterprété nombre de déclarations de P-44. Surtout, il a trahi le sens de ce que lui disait P-44 (…) précisant que le Président Gbagbo n’était pour rien dans la crise », indique-t-il dans ses dernières observations. Les observateurs les plus attentifs se souviennent des propos paradoxaux de P-44, drôle d’accusateur, disant que « l’entourage de Gbagbo était composé de gens du Nord » (ce qui affaiblit la thèse du « plan commun » éradicateur), que Gbagbo était rassembleur, qu’il n’a procédé à aucune discrimination, ni avant ni après les élections.
Sont-ce ces propos qui ont irrité le pouvoir Ouattara ? Une chose est sûre : P-44 a été arrêté, dans l’indifférence totale du bureau du procureur auprès de la CPI. En effet, il avait commencé par tirer la sonnette d’alarme, faisant état « de menaces pesant sur lui émanant des nouvelles Autorités ivoiriennes ».

Cyniquement, l’Accusation avait répondu que ces allégations étaient « infondées » et devaient être « rejetées ». Tout en prenant bien soin de ne pas mentionner ce problème devant la Chambre, parce qu’il fragilisait son argumentaire juridique, qui reposait en grande partie sur les propos, certes librement interprétés, de P-44. « Le Procureur a laissé emprisonner son témoin sans réagir. (…) Ce faisant, le Procureur semble avoir «couvert» une opération d’intimidation et de sanction contre un témoin qui n’avait pas obéi aux ordres des nouvelles Autorités (…). Il convient que le Procureur s’explique sur cette question très importante », affirme Maître Altit. Qui s’indigne des méthodes à travers lesquelles le bureau du procureur exerce des pressions inacceptables sur les témoins.
« Probablement conscient de la faiblesse de sa preuve et de son incapacité à trouver de nouveaux témoins utiles, le procureur tente de faire pression sur ses témoins », indique Altit. Quand un témoin ne dit pas ce qu’il veut qu’il dise, le procureur « perd patience ». Il pose à plusieurs reprises et de diverses manières les mêmes questions, tente de « souffler » des dates auxquelles certains événements sont censés s’être noués.
Philippe Brou

Le RDR et la Philosophie de Boko Haram, M. Frindéthié

boko haramCette semaine les ingénieurs sociaux du RDR se sont encore surpassés en imbécilité en osant comparer à Boko Haram le FPI – le parti du Président Gbagbo, celui-là même qui a inauguré le multipartisme et la démocratie en Côte d’Ivoire. Pourquoi faut-il toujours que les partisans du RDR barbotent dans le p’tit bain de la piscine génétique ? Le FPI et Boko Haram ? Puisque le RDR tient tant à nous inviter à l’exercice comparatif, essayons-nous donc à ce jeu.

D’abord, qu’est-ce que Boko Haram ? Sinon qu’une organisation d’Islamistes sanguinaires, hostiles à toute forme d’éducation occidentale, partisans de la pensée unique, réfractaires à l’émulation d’idées et à la contradiction, et qui rêvent d’imposer par la force brutale et sauvage leur dieu conçu comme le plus beau et le plus juste ?

Or en Côte d’Ivoire, qui a exploité la fibre Islamiste et ethniciste – « on ne veut pas que je sois président parce que je suis musulman et du Nord » – pour se hisser au pouvoir, sinon que le RDR ? Or en Côte d’Ivoire, qui donc a pourchassé des opposants politiques jusque dans les nefs des temples et des églises, dans les camps de réfugiés, dans les pays frontaliers, pour les assassiner, les déposséder, les exproprier et les substituer par des islamistes exogènes qu’on essaie, par un recensement truffé d’irrégularités, de faire passer pour les maîtres des lieux, sinon que le RDR ? Or en Côte d’Ivoire, qui ose déclarer sur les ondes que toute personne qui émettrait une quelconque critique à l’encontre de Dramane Ouattara serait en train de fleureter avec la mort, sinon que le secrétaire général du RDR, Ahmadou Soumahoro ? Or en Côte d’Ivoire, qui, à l’image des islamistes, intimide et menace des journalistes pour de simples caricatures, sinon que le RDR ? Or en Côte d’Ivoire, qui enlève et assassine des journalistes pour avoir osé rechercher la vérité, qui manufacture des accidents de route et élimine des prêtres pour avoir critiqué la dictature de Ouattara, qui a utilisé sa pléthore d’imams pour sa rébellion politico-religieuse commencée en 2002 et continue de les utiliser pour imposer et rationaliser la dictature RDR, sinon que le RDR ? En Côte d’Ivoire, quel parti politique est-il si rebelle à l’éducation, si anti-intellectuel, au point de saturer l’administration de tout ce qu’il y a de plus mentalement désuet et de plus moralement dégénératif, sinon que le RDR ?

En Côte d’Ivoire, quelle organisation sanguinaire est-elle si hostile à toute forme d’éducation des masses, partisane de la pensée unique, réfractaire à l’émulation d’idées et à la contradiction, et qui rêve d’imposer par la force brutale et sauvage son dieu (Allah-San) conçu comme le plus beau et le plus juste, sinon que le RDR ?

En Côte d’Ivoire les sectateurs de quel parti politique méritent-ils vraiment d’aller retirer leurs cartes de membres chez Boko Haram, sinon que les partisans du RDR ?

Il y a là une comparaison toute évidente que nous nous sommes jusqu’ici interdit de faire ; cependant, puisque le RDR nous invite à le dire, nous le dirons sans ambages : Le RDR de Dramane Ouattara n’est rien d’autre que Boko Haram en trois-pièces et en souliers cirés.

Voyages post-sciatiques – Dramane Ouattara repart avec la bénédiction de ses charlatans

ImageAvec le retour à Abidjan du Premier ministre Daniel Kablan Duncan, ‎et à la suite du Conseil des ministres prévu ce mercredi 16 Avril, le président ivoirien Alassane Ouattara se rendra en selon nos informations à Paris, à partir du jeudi 17 avril 2014, après avoir passé de façon ininterrompue plus d’un mois et demi au pays. Une grande première.

Hervé Coulibaly

Nouvelle tentative de confirmation des charges contre Gbagbo – Encore des éléments falsifiés dans les dossiers de Fatou Bensouda

Des centaines de pages précieuses. La transmission à la presse du nouveau document contenant les charges rédigé par Fatou Bensouda par l’affaire Gbagbo, et des observations de Maître Emmanuel Altit, apporte des éléments qui, paradoxalement, n’accablent pas l’accusé mais le procureur et le pouvoir ivoirien. Qui pourraient bien avoir concocté de faux documents administratifs pour donner de la substance à leurs accusations !

Fatou Bensouda au piège de faux grossiers concoctés dans les officines du régime.

Cartes sur table ! Hier, les services de communication de la Cour pénale internationale (CPI) ont transmis à la presse les soumissions par la défense de ses observations écrites sur la preuve du procureur dans le cadre de l’affaire qui l’oppose au président Gbagbo. Ainsi que la soumission de l’inventaire amendé des éléments de preuve à décharge. Dans le même temps, ils ont mis à la disposition des observateurs le document amendé de notification des charges, ainsi que l’Inventaire amendé des éléments de preuve à charge.
Dans la mesure où il n’y aura pas de nouvelle audience publique de confirmation des charges, ce sont ces documents (qui s’étalent sur près de 1000 pages) qui donneront aux analystes d’entrer dans le dossier, notamment pour voir ce que Fatou Bensouda a apporté de nouveau à son premier document de notification des charges, qui a été retoqué par les juges de la Chambre préliminaire I en raison de ses insuffisances.
Un fastidieux travail d’analyse des données s’ouvre donc devant les journalistes et les spécialistes des questions de justice internationale. Le Nouveau Courrier y consacrera, bien entendu, plusieurs articles.
La première question que l’on se pose naturellement en lisant les documents mis à notre disposition par la CPI est : les preuves matérielles et médico-légales qui avaient été réclamées par les juges lors de la première audience de confirmation des charges ont-elles été, cette fois-ci, apportées par le procureur ? La réponse à cette question est : non, pas vraiment.
Plus grave, il semble manifeste – en tout cas aux yeux de la Défense qui s’est appuyée sur des éléments difficiles à contester dans le cadre de sa démonstration – qu’en voulant produire des éléments s’apparentant à ce que les juges ont demandé, le régime Ouattara et la procureure Fatou Bensouda, ont fabriqué ou recueilli des documents administratifs falsifiés ou pour le moins sujets à caution. Dans ses observations, Maître Altit éclaire un certain nombre des contradictions de ses documents avec une précision d’entomologiste.

Un homme qui est mort à deux dates différentes

En ce qui concerne les morts consécutifs à l’attaque de la RTI par les rebelles de Guillaume Soro le 16 décembre 2010, Fatou Bensouda n’arrive à obtenir qu’un seul certificat de décès. Profitant éhontément du droit qui lui est donné d’expurger ses éléments de « preuve » d’un certain nombre d’informations jugées sensibles, la procureure auprès de la CPI « biffe » le nom de la personne qui aurait rédigé le certificat de décès et la date de délivrance dudit certificat de décès. Afin d’empêcher la Défense de contre-enquêter pour vérifier la véracité de ce document ? Peut-être. Une chose est sûre : sur cet unique cas documenté relatif au 16 décembre 2010, le certificat de décès situe la mort du « manifestant RDR » au mois de décembre 2010, tandis que la fiche de sortie de la morgue la situe au… 11 janvier 2011. Un document transmis à la Défense « semble avoir été fabriqué à partir de deux documents différents superposés pour obtenir une photocopie transmise à la défense par le Procureur comme photocopie d’un document original », s’indigne Maître Emmanuel Altit. Le métier de faussaire n’est pas à la portée du premier venu…

Les documents douteux des « mortes de la marche des femmes d’Abobo »

Les documents fournis par Fatou Bensouda, qui n’ont pu lui être transmis que par le régime Ouattara, sur les « mortes d’Abobo », sont eux aussi particulièrement problématiques. Cinq certificats de décès – rédigés par le même médecin, mais dont l’identité est cachée à la Défense, ce qui l’empêche de contre-expertiser – sont ainsi datés du 3 mars 2011, soit le jour même de la tuerie supposée. Alors qu’un témoin qui dit les avoir reçu indique qu’ils ont été confectionnés après ce fameux 3 mars. Bizarre ! Encore plus étrange, alors que les témoins du procureur disent que les « mortes d’Abobo » ont été transportées dans un hôpital précis, aucun des certificats de décès qui sont brandis par l’Accusation n’ont été délivrés par ledit hôpital. Deux d’entre eux l’ont même été par un tout autre établissement hospitalier ! « Il est d’usage que le médecin légiste établissant un certificat de décès y indique non seulement la date présumée du décès mais aussi la date à laquelle, d’après lui, la mort a réellement eu lieu, tout en expliquant quelles seraient, d’après lui, les causes de la mort et en présentant un état du corps. Or, sur aucun des certificats présentés par le Procureur, il n’y a de véritable explication ni de véritable diagnostic porté par le médecin. Rien sur la date réelle de la mort. Rien non plus sur les causes de la mort. Normalement, tout médecin légiste est capable de déterminer, en analysant les blessures des victimes, quel aurait été le type d’armes qui aurait été la cause de la mort », s’étonne Maître Emmanuel Altit. Il s’en étonne d’autant plus qu’il n’y a pas eu d’autopsie, ce qui est pourtant obligatoire en de telles circonstances. Pour aggraver son cas, Fatou Bensouda a produit un permis d’inhumer signé par un médecin, alors que la loi ivoirienne est claire. Le permis d’inhumer est délivré par l’Officier de l’état civil de la mairie du lieu de décès… Tout permis d’inhumer signé d’un médecin est donc forcément un faux grossier !
L’on savait déjà que la plupart des victimes avaient été inhumées par les soins du RDR dans une sorte de fosse commune vite fait, plusieurs mois après le renversement du président Gbagbo (la situation était donc relativement apaisée à Abidjan et des cérémonies impliquant leurs familles auraient pu avoir lieu). L’on apprend désormais, avec les nouveaux documents qui sont rendus publics, que « d’après un rapport établi par un expert du Procureur, et intégré par la défense à son inventaire de preuve en février 2013, le corps de l’une de ces deux victimes aurait été transporté directement du lieu de l’incident à la forêt de Banco où il aurait été enterré ». Cela ressemble bien à une dissimulation d’un corps « parlant », portant des indices pouvant mettre en cause ceux qui l’ont fait disparaître.

Philippe Brou

Côte d’Ivoire: Dictature Frileuse au Dramanistan

DramanistanAbidjan:  5 journaux suspendus par le dictateur Dramane Ouattara pour avoir rapporté ce qui est.

Abidjan – Le Conseil national de la presse (CNP), l’organe officiel de régulation du secteur de la presse écrite en Côte d’Ivoire a suspendu, lundi, 5 journaux (4 quotidiens et un hebdomadaire) pour de « graves manquements intervenus en violation » de la loi portant régime juridique de la presse, pour certains mais « surtout en raison de la récidive pour d’autres », a appris APA, de sources officielles, dans la capitale économique ivoirienne. C’est un communiqué du CNP transmis à APA qui annonce la suspension des quotidiens « Aujourd’hui, Soir Info, Le Quotidien d’Abidjan et Le Temps » ainsi que l’hebdomadaire « Bôlkotch », édités, respectivement, par les entreprises de presse « Les Editions Aujourd’hui SUARL, Olympe, Aymar Group, Cyclone SARL et La Refondation SA ». Le CNP reproche aux quotidiens Aujourd’hui, Le Quotidien d’Abidjan et Le Temps « l’usage abusif du terme dictateur pour qualifier le Chef de l’Etat ». Ce qui constitue, selon l’organe de régulation, une « offense » à son encontre. Quant à l’hebdomadaire Bôlkotch , le CNP a relevé que l’une « des caricatures désignant le Président de la République sous le vocable de + Magellan+, le présente avec les traits du visage, exagérément, déformés ». S’agissant de Soir Info, le collège des conseillers du CNP a épinglé la Une de sa publication du 6 avril 2014, « non opportune et non nuancée qui a pris le contre-pied du communiqué du gouvernement interdisant la consommation de la viande de brousse dans le cadre de la prévention contre la fièvre d’Ebola ». Ce journal avait donné la parole à un « Expert congolais », Pr Muyembé qui conseillait plutôt de « ne pas cesser de manger la viande de brousse ». Pour tous ces motifs, les quotidiens Aujourd’hui, Le Quotidien d’Abidjan et Le Temps écopent, chacun, d’une « suspension de 12 parutions ».L’hebdomadaireBôlkotch prend 4 parutions de suspension et Soir Info 3 parutions. Les quotidiens Aujourd’hui, Le Temps et Le Quotidien d’Abidjan ainsi que Bôlkotch sont proches du Front populaire ivoirien (FPI, ex-parti au pouvoir). Quant à Soir Info, il est indépendant.

Nigeria violence: Seventy killed in Abuja bus blasts

Dozens have been killed in two explosions in Abuja

More than 70 people have been killed in two blasts that rocked a crowded bus station on the outskirts of Nigeria’s capital, Abuja, officials say.

The blast happened as commuters were about to board buses and taxis to go to work in central Abuja, the BBC’s Haruna Tangaza reports.

Eyewitnesses say there are dead bodies scattered around the area.

Suspicion immediately fell on the Boko Haram Islamist militant group, which has staged previous attacks in Abuja.

However, most of its attacks have been in the north-east of the country.

Abbas Idris, head of the Abuja Emergency Relief Agency, told the BBC that so far they have confirmed 71 people dead and 124 injured.

Police spokesman Frank Mba gave the same figures, adding that 16 luxury coaches and 24 minibuses had been destroyed.

Eyewitness Badamasi Nyanya said he had seen 40 bodies being evacuated; other eyewitnesses say they saw rescue workers and police gathering body parts.

The blast ripped a hole four feet deep (1.2 metre) in the ground of Nyanya Motor Park, some 16km (10 miles) from the city centre, and destroyed more than 30 vehicles, causing secondary explosions as their fuel tanks ignited and burned, the Associated Press news agency reports.

Ambulances have been taking the dead and injured to nearby hospitals.

A bystander reacts as she sees victims of a bomb blast arriving at the Asokoro General Hospital in Abuja (14 April 2014) A woman reacts as she sees victims of the blasts being brought to hospital after the attack
A military nurse helps victims of the blasts off an ambulance at the Asokoro General Hospital in Abuja (14 April 2014) Victims have been taken to nearby hospitals, including the Asokoro General Hospital seen here
People gather at the site of the blast at the Nyanya Motor Park (14 April 2014) The explosions were powerful, destroying a number of vehicles at Nyanya Motor Park

‘Terrible’

Eyewitness Mimi Daniels, who works in Abuja, said: "I was waiting to get on a bus when I heard a deafening explosion then smoke," she told Reuters.

"People were running around in panic."

Another eyewitness told the BBC: "I have never seen [anything] like that in my life. It was just terrible… We were just running helter-skelter. So somehow I think that they planted something inside one of the buses there.

"So there are many dead shot down at the scene of the accident. And as you can see now some of these casualties… we are hoping, we are praying they will be ok. We saw some ambulances bringing corpses to other hospitals."

He added it was difficult to estimate how many had been killed in the attack, but that there were many.

This year, Boko Haram’s fighters have killed more than 1,500 civilians in three states in north-east Nigeria, says the BBC’s Will Ross in Lagos.

Boko Haram has hit Abuja several times before, including an attack on the United Nations building in 2011.

The Nigerian government had said the violence was now contained in a small area of the north-east.

BBC map

Kagame accuses France over Rwanda genocide

ImageRwandan President claims France and Belgium had a ‘direct role’ in the political preparation for the 1994 genocide.

 Last updated: 05 Apr 2014 19:45

Rwandan President Paul Kagame has once again accused France of "participating" in the 1994 genocide in an interview to mark the 20th anniversary of the mass killings.

Kagame gave an interview – to be published on Sunday – to the weekly Jeune Afrique, in which he denounced the "direct role of Belgium and France in the political preparation for the genocide".

"Twenty years later, the only thing you can say against them (the French) in their eyes is they didn’t do enough to save lives during the genocide," Kagame told Jeune Afrique.

"That’s a fact, but it hides the main point: the direct role of Belgium and France in the political preparation of the genocide and the participation of the latter in its very execution," Kagame said.

He also accused French soldiers who took part in a military humanitarian mission in the south of the former Belgian colony of being both accomplices and "actors" in the bloodbath.

Rwanda is marking the 20th anniversary of the atrocities that claimed at least 800,000 lives, mainly of minority Tutsis.

Paris has repeatedly denied the accusations and insisted that French forces had striven to protect civilians.

Kagame’s FPR rebels overthrew the Hutu-led government, and his party still controls the government, but many of those accused of the worst crimes of the war escaped, allegedly under the cover of a French military mission.

In 2008, a report by Rwanda’s MUCYO commission of inquiry concluded that France had trained the armed groups that carried out killings and French troops had taken part in massacres. It accused 13 politicians and 20 officers by name.

Kagame’s assertions came as relations between Kigali and Paris – which were completely frozen from 2006 to 2009 – have improved, notably since France last month, in a landmark ruling, sentenced former Rwandan army captain Pascal Simbikangwa to 25 years in prison for his role in the massacres.

It was the first trial in France to punish those responsible for the three-month wave of violence.

French Justice Minister Christiane Taubira will be on hand in Kigali on Monday at events marking the sombre anniversary.

Le Rwanda exclut la France des commémorations du génocide de 1994

Image

LE MONDE | 07.04.2014 à 11h44 | Par Cyril Bensimon (à Kigali), Philippe Bernard et Jean-Philippe Rémy (à Johannesburg)

Dans un entretien publié dans l’édition de lundi par l’hebdomadaire Jeune Afrique, vingt ans jour pour jour après le déclenchement du génocide des Tutsi qui fit 800 000 morts selon les Nations unies, le président rwandais accuse la France de vouloir faire oublier ses responsabilités dans la tragédie de son pays. « Vingt ans après, le seul reproche admissible à ses yeux est celui de ne pas en avoir fait assez pour sauver des vies pendant le génocide. C’est un fait, mais cela masque l’essentiel : le rôle direct de la Belgique et de la France dans la préparation politique du génocide et la participation de cette dernière à son exécution même », assène Paul Kagamé. Selon lui, les soldats français de l’opération militaro-humanitaire « Turquoise » déclenchée en juin 1994 ont été « complices et acteurs » des massacres.

La réaction française n’a pas tardé. Estimant que « ces accusations sont en contradiction avec le processus de dialogue et de réconciliation engagé entre les deux pays », un communiqué du Quai d’Orsay annonçait, samedi 5 avril, l’annulation du voyage de la garde des sceaux. Christiane Taubira devait représenter la France aux cérémonies commémoratives du génocide des Tutsi organisées deux jours plus tard à Kigali.

Rwanda: la France a « raison » de ne pas envoyer de ministre

Alain Juppé, a jugé lundi que la France avait eu « raison » de ne pas envoyer de ministre au Rwanda pour les commémorations du 20 anniversaire du génocide.

« LE CULOT DE RESTER LÀ, SANS PRÉSENTER D’EXCUSES »

A l’Elysée, on se dit « très surpris » par la sortie du président rwandais alors qu’« une politique d’apaisement est menée depuis plusieurs mois ». A la mi-février, deux hauts diplomates français avaient été reçus à Kigali. Ils avaient annoncé que Mme Taubira représenterait François Hollande – que Paul Kagamé avait invité personnellement – aux commémorations. Le message de Paris insistait sur la détermination française à « lutter contre l’impunité » et comportait une invitation faite au président Kagamé pour une visite officielle en France en 2014. « Une réelle relation d’amitié est en train de se nouer entre la France et le Rwanda », avait renchéri l’ambassadeur de Kigali à Paris, le 27 février au micro de Radio France internationale.

L’absence de représentants des autorités françaises sera totale. Les autorités rwandaises ayant signifié, dimanche, à l’ambassadeur de France à Kigali que sa présence n’était pas souhaitée.

En annulant, la veille, la venue de Mme Taubira, Paris a vraisemblablement voulu éviter à la ministre de la justice l’humiliation subie dix ans plus tôt par Renaud Muselier, alors secrétaire d’Etat aux affaires étrangères. Devant un stade rempli de rescapés et de représentants de la communauté internationale, Paul Kagamé avait alors accusé la France d’être « complice » des génocidaires et dénoncé ses représentants qui avaient « le culot de rester là, sans présenter d’excuses ». Comprenant avec retard le réquisitoire, M. Muselier avait alors quitté les cérémonies.

DES SOLDATS DES DEUX PAYS COLLABORENT AU MALI

Dix ans plus tard, Paris croyait avoir tourné la page de ses mauvaises relations avec Kigali. Après la rupture des relations diplomatiques en 2006, à la suite de la mise en cause par le juge Bruguière du Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagamé dans l’attentat contre le président Habyarimana qui donna le signal de déclenchement du génocide, les liens se sont renoués sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy et de son ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner. Sans tirer des conclusions définitives, l’enquête reprise par le juge Trévidic s’oriente plutôt vers la piste d’une attaque menée par les extrémistes hutu.

Alors que des alliés traditionnels (Etats-Unis, Pays-Bas, pays scandinaves) se montrent plus distants à l’égard du pouvoir rwandais, après la mise en évidence de son implication aux côtés de rébellions en République démocratique du Congo, Paris a mis ses critiques en sourdine. Aujourd’hui, des soldats des deux pays collaborent au Mali et en Centrafrique, et vingt ans après les faits, la justice française a enfin jugé et condamné un premier cacique du pouvoir génocidaire réfugié sur son sol.

Il y a encore quelques jours, un diplomate français estimait que « la configuration astrale était plutôt bonne et que la tendance était à l’amélioration des relations ». L’analyse oubliait qu’entre les deux pays, il existe un passé indépassable tant que certaines zones d’ombre n’auront pas été levées.

LA FRANCE A FAIT LA GUERRE CONTRE LE FPR

Dès le déclenchement de la guerre civile en 1990, la France a fait la guerre contre le FPR qui n’était encore qu’une rébellion de réfugiés tutsi soutenue par l’Ouganda. Dans les premiers jours de l’offensive, des forces françaises ont été impliquées dans la défense d’un régime considéré comme ami. Mis à mal, les soldats rwandais ont pu notamment « compter sur l’appui d’hélicoptères de la DGSE » pour combattre les maquisards, avec des tirs si meurtriers que le FPR fut repoussé jusqu’à la frontière rwando-ougandaise, assure une source impliquée dans le dossier au Quai d’Orsay à l’époque.

Daniela Kroslak, dans son ouvrage sur l’implication de la France au Rwanda (The Role of France in The Rwandan Genocide, Hurst, 2007), montre que des responsables français sont d’ailleurs conscients dès 1990 que, sans l’aide militaire de Paris, l’armée rwandaise s’effondrera face aux rebelles du FPR. La France a donc pris une part d’autant plus déterminante dans la guerre de 1990 à 1994 qu’elle a pesé sur son issue, empêchant la chute d’un pouvoir qui allait, à terme, engendrer le génocide. Mais des soldats français ont-ils tenu des armes pour prendre part aux tueries déclenchées le 7 avril 1994, comme on le prétend au FPR ? Il n’en existe à ce jour aucune preuve formelle.

Face aux questions nées de l’opération Turquoise, qui permit notamment à des planificateurs et des acteurs du génocide de fuir le Rwanda, une mission d’information parlementaire française rendit son rapport final en 1998. Celui-ci concluait que « des erreurs d’appréciation » et des « dysfonctionnements institutionnels » avaient bien été commis, sans jamais lever totalement le voile sur la part d’ombre de la France au Rwanda. Tant que la vérité n’aura pas été pleinement établie, Paul Kagamé pourra continuer d’accuser la France d’avoir participé à « l’exécution » du génocide et ses contradicteurs auront toujours toutes les peines à convaincre.

Qui se ressemble s’assemble: Usurpation d’identité, fausses identités mais vrais comptes bancaires et vrai préjudice : un duo d’escrocs écumait les agences bancaires

les oiseaux de même plumage volent ensemble

les oiseaux de même plumage volent ensemble

Par Richard Plumet France 3 Haute-Normandie

Les policiers rouennais de la brigade financière ont mis fin aux agissements pour le moins retors d’un escroc parisien. Alertés le 12 février d’une ouverture frauduleuse de compte bancaire par une agence bancaire de Montville (Seine-Maritime), les enquêteurs vont réussir en moins de deux mois à identifier un escroc et son complice qui seront finalement arrêtés le 24 mars dernier au terme d’une enquête particulièrement complexe.

La technique utilisée était celle dite de « l’arnaque à la zaïroise ». Elle consiste à ouvrir de vrais comptes bancaires avec des papiers d’identités volés et de fausses (ou vraies) attestations de domicile.

Figure des nuits parisiennes Après l’alerte de la banque de Montville, la brigade financière va intensifier sa veille dans le cadre du  » Réseau Vigilance » qui regroupe les établissements bancaires. Très vite, d’autres cas d’ouvertures suspectes de comptes vont être signalés et identifiés dans une quinzaine d’agences bancaires de Seine-Maritime (notamment à Barentin, Montville, Canteleu et Dieppe) avec un point commun : un numéro de téléphone portable. Les enquêteurs vont alors remonter jusqu’à un homme qui sera surveillé. Son téléphone sera quant à lui mis sur écoute judiciaire.

Les policiers rouennais vont découvrir qu’à Paris, un certain « Bloco le Pitchitchi » est le cerveau de ces escroqueries, aidé par un complice qui réside à Déville-lès-Rouen. « Bloco le Pitchitchi », bien connu des nuits parisiennes, et qui dévoile sa vie privée sur sa page Facebook, sera localisé puis arrêté. Selon les enquêteurs, son butin était envoyé régulièrement (via un site de transfert d’argent) en Côte d’Ivoire, son pays d’origine. Récidiviste il a déjà été arrêté en France pour des faits d’escroquerie. Lui et son complice ont été présentés à la justice la semaine dernière.

Préjudice important Les enquêteurs de la brigade financière estiment actuellement que le montant de cette escroquerie s’élève à plus de 200 000 euros. Derrière les arnaques de ce duo il y a des victimes (qu’il a fallu patiemment identifier) : les banques, mais aussi et surtout toutes les personnes dont les identités ont été usurpées et qui depuis des mois sont tenues responsables de fortes dépenses faites à leur insu. Des victimes d’usurpation d’identité qui devront attendre l’issue du procès de l’escroc parisien pour pouvoir prouver leur bonne foi…

Sur la page Facebook de son fan club, le dénommé Bloco Le Pitchitchi écrivait : « Le courage c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel. Aujourd’hui Bloco, demain Bloco, toujours Bloco. » Depuis son arrestation, son « réel » est devenu très différent de celui des nuits en discothèques… Entendu par la justice en comparution immédiate, son procès est programmé le 9 mai prochain.

Cote d’Ivoire: Ouattara’s Former Child Soldiers Evolve into Vicious Criminals, M. Frindéthié

gang des microbes

“My name is H.T. I am a shoeshine boy. I belong to the gang of the Crazy Microbes. We mainly operate around the bus station of Abobo. During the civil war, the rebels recruited many of us from the street and outfitted us with weapons so we can fight on their side. Those of us who were too young to carry arms served as informers. Today, we mug unsuspecting passers-by to feed ourselves. Sometimes, we work as dock-hands to purchase drugs. Many among us would like to return to their parents, but they no longer know where to find them. Others just refuse to go back home.”

In this stunning confession published last Wednesday in Le Mandat, a paper close to the party in power, a teenager from Cote d’Ivoire explains how he and many other kids like him have morphed from former child soldiers of Alassane Ouattara’s rebel army to violent criminals. “The gang of the Microbes” is just one of several violent gangs of former child soldiers in Abidjan; others being the “the Machete gang” and “The Vonvons.” In the last few months, their activities have increased in intensity and violence. These former child soldiers turned gangsters are responsible for scores of brutal robberies and sadistic killings in Abidjan. Today, as the chickens have come home to roost, the very people who once sowed the seed of violence into these children in order to better exploit them for political power are now unable to contain them.

Avril 2011-avril 2014: Retour sur le génocide d’Alassane Dramane Ouattara

Cet homme est un criminel de guerre

Cet homme est un criminel de guerre

 

duekoue1duekoue-2duekoue-3duekoue4duekoue5duekoue7

Mémoires en images

La résidence du premier président américain, George Washington. Jalousement préservée comme édifice national , la maison de Mount Vernon est un lieu de recueillement et d'éducation pour vieilles et jeunes générations américaines.

La résidence du premier président américain, George Washington. Jalousement préservée comme édifice national , la maison de Mount Vernon est un lieu de recueillement et d’éducation pour vieilles et jeunes générations américaines.

La première résidence du président Houphouët Boigny à Cocody (Corniche), vandalisée  et squattée par les dozos de Dramane Ouattara

La première résidence du président Houphouët Boigny à Cocody (Corniche), vandalisée et squattée par les dozos de Dramane Ouattara

Charles Blé Goudé: Audience à la CPI

La jeunesse ivoirienne face au régime génocidaire

Where Have All the Preachers of the “Eurasian Spring” Gone? M. Frindéthié

bhl-kiev“Eurasian Spring”! What a great neologism! It was intended to be the buzz word of the summer of 2014. The theorists of hatred, philosophers of the apocalypse, proselytizers of Armageddon, oracles of the total collapse of the South and the East had coined it just after they had ignited and fanned the flames of destruction. Where are they now, these doomsayers so quick to send their killing machines against the weak and the vulnerable? Have they bitten more than they can chew and retreated whining, with their tales between their legs, like beaten wolves under the hooves of artic buffalos? What other neologisms will they serve us, now that their precious “Arab Spring” and “Eurasian Spring” have so miserably come to nothing?

Putin’s Full Speech to the Russian Federal Assembly (with English Translation and Transcript), Wed, 19 Mar 2014 05:40 CDT

https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=PDLwu4E35us

Transcript:

Vladimir Putin addressed State Duma deputies, Federation Council members, heads of Russian regions and civil society representatives in the Kremlin.

PRESIDENT OF RUSSIA VLADIMIR PUTIN: Federation Council members, State Duma deputies, good afternoon. Representatives of the Republic of Crimea and Sevastopol are here among us, citizens of Russia, residents of Crimea and Sevastopol!

Dear friends, we have gathered here today in connection with an issue that is of vital, historic significance to all of us. A referendum was held in Crimea on March 16 in full compliance with democratic procedures and international norms.

More than 82 percent of the electorate took part in the vote. Over 96 percent of them spoke out in favour of reuniting with Russia. These numbers speak for themselves.

To understand the reason behind such a choice it is enough to know the history of Crimea and what Russia and Crimea have always meant for each other.

Everything in Crimea speaks of our shared history and pride. This is the location of ancient Khersones, where Prince Vladimir was baptised. His spiritual feat of adopting Orthodoxy predetermined the overall basis of the culture, civilisation and human values that unite the peoples of Russia, Ukraine and Belarus. The graves of Russian soldiers whose bravery brought Crimea into the Russian empire are also in Crimea. This is also Sevastopol – a legendary city with an outstanding history, a fortress that serves as the birthplace of Russia’s Black Sea Fleet. Crimea is Balaklava and Kerch, Malakhov Kurgan and Sapun Ridge. Each one of these places is dear to our hearts, symbolising Russian military glory and outstanding valour.

Crimea is a unique blend of different peoples’ cultures and traditions. This makes it similar to Russia as a whole, where not a single ethnic group has been lost over the centuries. Russians and Ukrainians, Crimean Tatars and people of other ethnic groups have lived side by side in Crimea, retaining their own identity, traditions, languages and faith.

Incidentally, the total population of the Crimean Peninsula today is 2.2 million people, of whom almost 1.5 million are Russians, 350,000 are Ukrainians who predominantly consider Russian their native language, and about 290,000-300,000 are Crimean Tatars, who, as the referendum has shown, also lean towards Russia.

True, there was a time when Crimean Tatars were treated unfairly, just as a number of other peoples in the USSR. There is only one thing I can say here: millions of people of various ethnicities suffered during those repressions, and primarily Russians.

Crimean Tatars returned to their homeland. I believe we should make all the necessary political and legislative decisions to finalise the rehabilitation of Crimean Tatars, restore them in their rights and clear their good name.

We have great respect for people of all the ethnic groups living in Crimea. This is their common home, their motherland, and it would be right – I know the local population supports this – for Crimea to have three equal national languages: Russian, Ukrainian and Tatar.

Colleagues,

In people’s hearts and minds, Crimea has always been an inseparable part of Russia. This firm conviction is based on truth and justice and was passed from generation to generation, over time, under any circumstances, despite all the dramatic changes our country went through during the entire 20th century.

After the revolution, the Bolsheviks, for a number of reasons – may God judge them – added large sections of the historical South of Russia to the Republic of Ukraine. This was done with no consideration for the ethnic make-up of the population, and today these areas form the southeast of Ukraine. Then, in 1954, a decision was made to transfer Crimean Region to Ukraine, along with Sevastopol, despite the fact that it was a federal city. This was the personal initiative of the Communist Party head Nikita Khrushchev. What stood behind this decision of his – a desire to win the support of the Ukrainian political establishment or to atone for the mass repressions of the 1930′s in Ukraine – is for historians to figure out.

What matters now is that this decision was made in clear violation of the constitutional norms that were in place even then. The decision was made behind the scenes. Naturally, in a totalitarian state nobody bothered to ask the citizens of Crimea and Sevastopol. They were faced with the fact. People, of course, wondered why all of a sudden Crimea became part of Ukraine. But on the whole – and we must state this clearly, we all know it – this decision was treated as a formality of sorts because the territory was transferred within the boundaries of a single state. Back then, it was impossible to imagine that Ukraine and Russia may split up and become two separate states. However, this has happened.

Unfortunately, what seemed impossible became a reality. The USSR fell apart. Things developed so swiftly that few people realised how truly dramatic those events and their consequences would be. Many people both in Russia and in Ukraine, as well as in other republics hoped that the Commonwealth of Independent States that was created at the time would become the new common form of statehood. They were told that there would be a single currency, a single economic space, joint armed forces; however, all this remained empty promises, while the big country was gone. It was only when Crimea ended up as part of a different country that Russia realised that it was not simply robbed, it was plundered.

At the same time, we have to admit that by launching the sovereignty parade Russia itself aided in the collapse of the Soviet Union. And as this collapse was legalised, everyone forgot about Crimea and Sevastopol ­ – the main base of the Black Sea Fleet. Millions of people went to bed in one country and awoke in different ones, overnight becoming ethnic minorities in former Union republics, while the Russian nation became one of the biggest, if not the biggest ethnic group in the world to be divided by borders.

Now, many years later, I heard residents of Crimea say that back in 1991 they were handed over like a sack of potatoes. This is hard to disagree with. And what about the Russian state? What about Russia? It humbly accepted the situation. This country was going through such hard times then that realistically it was incapable of protecting its interests. However, the people could not reconcile themselves to this outrageous historical injustice. All these years, citizens and many public figures came back to this issue, saying that Crimea is historically Russian land and Sevastopol is a Russian city. Yes, we all knew this in our hearts and minds, but we had to proceed from the existing reality and build our good-neighbourly relations with independent Ukraine on a new basis. Meanwhile, our relations with Ukraine, with the fraternal Ukrainian people have always been and will remain of foremost importance for us.

Today we can speak about it openly, and I would like to share with you some details of the negotiations that took place in the early 2000s. The then President of Ukraine Mr Kuchma asked me to expedite the process of delimiting the Russian-Ukrainian border. At that time, the process was practically at a standstill. Russia seemed to have recognised Crimea as part of Ukraine, but there were no negotiations on delimiting the borders. Despite the complexity of the situation, I immediately issued instructions to Russian government agencies to speed up their work to document the borders, so that everyone had a clear understanding that by agreeing to delimit the border we admitted de facto and de jure that Crimea was Ukrainian territory, thereby closing the issue.

We accommodated Ukraine not only regarding Crimea, but also on such a complicated matter as the maritime boundary in the Sea of Azov and the Kerch Strait. What we proceeded from back then was that good relations with Ukraine matter most for us and they should not fall hostage to deadlock territorial disputes. However, we expected Ukraine to remain our good neighbour, we hoped that Russian citizens and Russian speakers in Ukraine, especially its southeast and Crimea, would live in a friendly, democratic and civilised state that would protect their rights in line with the norms of international law.

However, this is not how the situation developed. Time and time again attempts were made to deprive Russians of their historical memory, even of their language and to subject them to forced assimilation. Moreover, Russians, just as other citizens of Ukraine are suffering from the constant political and state crisis that has been rocking the country for over 20 years.

I understand why Ukrainian people wanted change. They have had enough of the authorities in power during the years of Ukraine’s independence. Presidents, prime ministers and parliamentarians changed, but their attitude to the country and its people remained the same. They milked the country, fought among themselves for power, assets and cash flows and did not care much about the ordinary people. They did not wonder why it was that millions of Ukrainian citizens saw no prospects at home and went to other countries to work as day labourers. I would like to stress this: it was not some Silicon Valley they fled to, but to become day labourers. Last year alone almost 3 million people found such jobs in Russia. According to some sources, in 2013 their earnings in Russia totalled over $20 billion, which is about 12% of Ukraine’s GDP.

I would like to reiterate that I understand those who came out on Maidan with peaceful slogans against corruption, inefficient state management and poverty. The right to peaceful protest, democratic procedures and elections exist for the sole purpose of replacing the authorities that do not satisfy the people. However, those who stood behind the latest events in Ukraine had a different agenda: they were preparing yet another government takeover; they wanted to seize power and would stop short of nothing. They resorted to terror, murder and riots. Nationalists, neo-Nazis, Russophobes and anti-Semites executed this coup. They continue to set the tone in Ukraine to this day.

The new so-called authorities began by introducing a draft law to revise the language policy, which was a direct infringement on the rights of ethnic minorities. However, they were immediately ‘disciplined’ by the foreign sponsors of these so-called politicians. One has to admit that the mentors of these current authorities are smart and know well what such attempts to build a purely Ukrainian state may lead to. The draft law was set aside, but clearly reserved for the future. Hardly any mention is made of this attempt now, probably on the presumption that people have a short memory. Nevertheless, we can all clearly see the intentions of these ideological heirs of Bandera, Hitler’s accomplice during World War II.

It is also obvious that there is no legitimate executive authority in Ukraine now, nobody to talk to. Many government agencies have been taken over by the impostors, but they do not have any control in the country, while they themselves – and I would like to stress this – are often controlled by radicals. In some cases, you need a special permit from the militants on Maidan to meet with certain ministers of the current government. This is not a joke – this is reality.

Those who opposed the coup were immediately threatened with repression. Naturally, the first in line here was Crimea, the Russian-speaking Crimea. In view of this, the residents of Crimea and Sevastopol turned to Russia for help in defending their rights and lives, in preventing the events that were unfolding and are still underway in Kiev, Donetsk, Kharkov and other Ukrainian cities.

Naturally, we could not leave this plea unheeded; we could not abandon Crimea and its residents in distress. This would have been betrayal on our part.

First, we had to help create conditions so that the residents of Crimea for the first time in history were able to peacefully express their free will regarding their own future. However, what do we hear from our colleagues in Western Europe and North America? They say we are violating norms of international law. Firstly, it’s a good thing that they at least remember that there exists such a thing as international law – better late than never.

Secondly, and most importantly – what exactly are we violating? True, the President of the Russian Federation received permission from the Upper House of Parliament to use the Armed Forces in Ukraine. However, strictly speaking, nobody has acted on this permission yet. Russia’s Armed Forces never entered Crimea; they were there already in line with an international agreement. True, we did enhance our forces there; however – this is something I would like everyone to hear and know – we did not exceed the personnel limit of our Armed Forces in Crimea, which is set at 25,000, because there was no need to do so.

Next. As it declared independence and decided to hold a referendum, the Supreme Council of Crimea referred to the United Nations Charter, which speaks of the right of nations to self-determination. Incidentally, I would like to remind you that when Ukraine seceded from the USSR it did exactly the same thing, almost word for word. Ukraine used this right, yet the residents of Crimea are denied it. Why is that?

Moreover, the Crimean authorities referred to the well-known Kosovo precedent – a precedent our western colleagues created with their own hands in a very similar situation, when they agreed that the unilateral separation of Kosovo from Serbia, exactly what Crimea is doing now, was legitimate and did not require any permission from the country’s central authorities. Pursuant to Article 2, Chapter 1 of the United Nations Charter, the UN International Court agreed with this approach and made the following comment in its ruling of July 22, 2010, and I quote: "No general prohibition may be inferred from the practice of the Security Council with regard to declarations of independence," and "General international law contains no prohibition on declarations of independence." Crystal clear, as they say.

I do not like to resort to quotes, but in this case, I cannot help it. Here is a quote from another official document: the Written Statement of the United States America of April 17, 2009, submitted to the same UN International Court in connection with the hearings on Kosovo. Again, I quote: "Declarations of independence may, and often do, violate domestic legislation. However, this does not make them violations of international law." End of quote. They wrote this, disseminated it all over the world, had everyone agree and now they are outraged. Over what? The actions of Crimean people completely fit in with these instructions, as it were. For some reason, things that Kosovo Albanians (and we have full respect for them) were permitted to do, Russians, Ukrainians and Crimean Tatars in Crimea are not allowed. Again, one wonders why.

We keep hearing from the United States and Western Europe that Kosovo is some special case. What makes it so special in the eyes of our colleagues? It turns out that it is the fact that the conflict in Kosovo resulted in so many human casualties. Is this a legal argument? The ruling of the International Court says nothing about this. This is not even double standards; this is amazing, primitive, blunt cynicism. One should not try so crudely to make everything suit their interests, calling the same thing white today and black tomorrow. According to this logic, we have to make sure every conflict leads to human losses.

I will state clearly – if the Crimean local self-defence units had not taken the situation under control, there could have been casualties as well. Fortunately this did not happen. There was not a single armed confrontation in Crimea and no casualties. Why do you think this was so? The answer is simple: because it is very difficult, practically impossible to fight against the will of the people. Here I would like to thank the Ukrainian military – and this is 22,000 fully armed servicemen. I would like to thank those Ukrainian service members who refrained from bloodshed and did not smear their uniforms in blood.

Other thoughts come to mind in this connection. They keep talking of some Russian intervention in Crimea, some sort of aggression. This is strange to hear. I cannot recall a single case in history of an intervention without a single shot being fired and with no human casualties.

Colleagues,

Like a mirror, the situation in Ukraine reflects what is going on and what has been happening in the world over the past several decades. After the dissolution of bipolarity on the planet, we no longer have stability. Key international institutions are not getting any stronger; on the contrary, in many cases, they are sadly degrading. Our western partners, led by the United States of America, prefer not to be guided by international law in their practical policies, but by the rule of the gun. They have come to believe in their exclusivity and exceptionalism, that they can decide the destinies of the world, that only they can ever be right. They act as they please: here and there, they use force against sovereign states, building coalitions based on the principle "If you are not with us, you are against us." To make this aggression look legitimate, they force the necessary resolutions from international organisations, and if for some reason this does not work, they simply ignore the UN Security Council and the UN overall.

This happened in Yugoslavia; we remember 1999 very well. It was hard to believe, even seeing it with my own eyes, that at the end of the 20th century, one of Europe’s capitals, Belgrade, was under missile attack for several weeks, and then came the real intervention. Was there a UN Security Council resolution on this matter, allowing for these actions? Nothing of the sort. And then, they hit Afghanistan, Iraq, and frankly violated the UN Security Council resolution on Libya, when instead of imposing the so-called no-fly zone over it they started bombing it too.

There was a whole series of controlled "colour" revolutions. Clearly, the people in those nations, where these events took place, were sick of tyranny and poverty, of their lack of prospects; but these feelings were taken advantage of cynically. Standards were imposed on these nations that did not in any way correspond to their way of life, traditions, or these peoples’ cultures. As a result, instead of democracy and freedom, there was chaos, outbreaks in violence and a series of upheavals. The Arab Spring turned into the Arab Winter.

A similar situation unfolded in Ukraine. In 2004, to push the necessary candidate through at the presidential elections, they thought up some sort of third round that was not stipulated by the law. It was absurd and a mockery of the constitution. And now, they have thrown in an organised and well-equipped army of militants.

We understand what is happening; we understand that these actions were aimed against Ukraine and Russia and against Eurasian integration. And all this while Russia strived to engage in dialogue with our colleagues in the West. We are constantly proposing cooperation on all key issues; we want to strengthen our level of trust and for our relations to be equal, open and fair. But we saw no reciprocal steps.

On the contrary, they have lied to us many times, made decisions behind our backs, placed us before an accomplished fact. This happened with NATO’s expansion to the East, as well as the deployment of military infrastructure at our borders. They kept telling us the same thing: "Well, this does not concern you." That’s easy to say.

It happened with the deployment of a missile defence system. In spite of all our apprehensions, the project is working and moving forward. It happened with the endless foot-dragging in the talks on visa issues, promises of fair competition and free access to global markets.

Today, we are being threatened with sanctions, but we already experience many limitations, ones that are quite significant for us, our economy and our nation. For example, still during the times of the Cold War, the US and subsequently other nations restricted a large list of technologies and equipment from being sold to the USSR, creating the Coordinating Committee for Multilateral Export Controls list. Today, they have formally been eliminated, but only formally; and in reality, many limitations are still in effect.

In short, we have every reason to assume that the infamous policy of containment, led in the 18th, 19th and 20th centuries, continues today. They are constantly trying to sweep us into a corner because we have an independent position, because we maintain it and because we call things like they are and do not engage in hypocrisy. But there is a limit to everything. And with Ukraine, our western partners have crossed the line, playing the bear and acting irresponsibly and unprofessionally.

After all, they were fully aware that there are millions of Russians living in Ukraine and in Crimea. They must have really lacked political instinct and common sense not to foresee all the consequences of their actions. Russia found itself in a position it could not retreat from. If you compress the spring all the way to its limit, it will snap back hard. You must always remember this.

Today, it is imperative to end this hysteria, to refute the rhetoric of the cold war and to accept the obvious fact: Russia is an independent, active participant in international affairs; like other countries, it has its own national interests that need to be taken into account and respected.

At the same time, we are grateful to all those who understood our actions in Crimea; we are grateful to the people of China, whose leaders have always considered the situation in Ukraine and Crimea taking into account the full historical and political context, and greatly appreciate India’s reserve and objectivity.

Today, I would like to address the people of the United States of America, the people who, since the foundation of their nation and adoption of the Declaration of Independence, have been proud to hold freedom above all else. Isn’t the desire of Crimea’s residents to freely choose their fate such a value? Please understand us.

I believe that the Europeans, first and foremost, the Germans, will also understand me. Let me remind you that in the course of political consultations on the unification of East and West Germany, at the expert, though very high level, some nations that were then and are now Germany’s allies did not support the idea of unification. Our nation, however, unequivocally supported the sincere, unstoppable desire of the Germans for national unity. I am confident that you have not forgotten this, and I expect that the citizens of Germany will also support the aspiration of the Russians, of historical Russia, to restore unity.

I also want to address the people of Ukraine. I sincerely want you to understand us: we do not want to harm you in any way, or to hurt your national feelings. We have always respected the territorial integrity of the Ukrainian state, incidentally, unlike those who sacrificed Ukraine’s unity for their political ambitions. They flaunt slogans about Ukraine’s greatness, but they are the ones who did everything to divide the nation. Today’s civil standoff is entirely on their conscience. I want you to hear me, my dear friends. Do not believe those who want you to fear Russia, shouting that other regions will follow Crimea. We do not want to divide Ukraine; we do not need that. As for Crimea, it was and remains a Russian, Ukrainian, and Crimean-Tatar land.

I repeat, just as it has been for centuries, it will be a home to all the peoples living there. What it will never be and do is follow in Bandera’s footsteps!

Crimea is our common historical legacy and a very important factor in regional stability. And this strategic territory should be part of a strong and stable sovereignty, which today can only be Russian. Otherwise, dear friends (I am addressing both Ukraine and Russia), you and we – the Russians and the Ukrainians – could lose Crimea completely, and that could happen in the near historical perspective. Please think about it.

Let me note too that we have already heard declarations from Kiev about Ukraine soon joining NATO. What would this have meant for Crimea and Sevastopol in the future? It would have meant that NATO’s navy would be right there in this city of Russia’s military glory, and this would create not an illusory but a perfectly real threat to the whole of southern Russia. These are things that could have become reality were it not for the choice the Crimean people made, and I want to say thank you to them for this.

But let me say too that we are not opposed to cooperation with NATO, for this is certainly not the case. For all the internal processes within the organisation, NATO remains a military alliance, and we are against having a military alliance making itself at home right in our backyard or in our historic territory. I simply cannot imagine that we would travel to Sevastopol to visit NATO sailors. Of course, most of them are wonderful guys, but it would be better to have them come and visit us, be our guests, rather than the other way round.

Let me say quite frankly that it pains our hearts to see what is happening in Ukraine at the moment, see the people’s suffering and their uncertainty about how to get through today and what awaits them tomorrow. Our concerns are understandable because we are not simply close neighbours but, as I have said many times already, we are one people. Kiev is the mother of Russian cities. Ancient Rus is our common source and we cannot live without each other.

Let me say one other thing too. Millions of Russians and Russian-speaking people live in Ukraine and will continue to do so. Russia will always defend their interests using political, diplomatic and legal means. But it should be above all in Ukraine’s own interest to ensure that these people’s rights and interests are fully protected. This is the guarantee of Ukraine’s state stability and territorial integrity.

We want to be friends with Ukraine and we want Ukraine to be a strong, sovereign and self-sufficient country. Ukraine is one of our biggest partners after all. We have many joint projects and I believe in their success no matter what the current difficulties. Most importantly, we want peace and harmony to reign in Ukraine, and we are ready to work together with other countries to do everything possible to facilitate and support this. But as I said, only Ukraine’s own people can put their own house in order.

Residents of Crimea and the city of Sevastopol, the whole of Russia admired your courage, dignity and bravery. It was you who decided Crimea’s future. We were closer than ever over these days, supporting each other. These were sincere feelings of solidarity. It is at historic turning points such as these that a nation demonstrates its maturity and strength of spirit. The Russian people showed this maturity and strength through their united support for their compatriots.

Russia’s foreign policy position on this matter drew its firmness from the will of millions of our people, our national unity and the support of our country’s main political and public forces. I want to thank everyone for this patriotic spirit, everyone without exception. Now, we need to continue and maintain this kind of consolidation so as to resolve the tasks our country faces on its road ahead.

Obviously, we will encounter external opposition, but this is a decision that we need to make for ourselves. Are we ready to consistently defend our national interests, or will we forever give in, retreat to who knows where? Some Western politicians are already threatening us with not just sanctions but also the prospect of increasingly serious problems on the domestic front. I would like to know what it is they have in mind exactly: action by a fifth column, this disparate bunch of ‘national traitors’, or are they hoping to put us in a worsening social and economic situation so as to provoke public discontent? We consider such statements irresponsible and clearly aggressive in tone, and we will respond to them accordingly. At the same time, we will never seek confrontation with our partners, whether in the East or the West, but on the contrary, will do everything we can to build civilised and good-neighbourly relations as one is supposed to in the modern world.

Colleagues,

I understand the people of Crimea, who put the question in the clearest possible terms in the referendum: should Crimea be with Ukraine or with Russia? We can be sure in saying that the authorities in Crimea and Sevastopol, the legislative authorities, when they formulated the question, set aside group and political interests and made the people’s fundamental interests alone the cornerstone of their work. The particular historic, population, political and economic circumstances of Crimea would have made any other proposed option – however tempting it could be at the first glance – only temporary and fragile and would have inevitably led to further worsening of the situation there, which would have had disastrous effects on people’s lives. The people of Crimea thus decided to put the question in firm and uncompromising form, with no grey areas. The referendum was fair and transparent, and the people of Crimea clearly and convincingly expressed their will and stated that they want to be with Russia.

Russia will also have to make a difficult decision now, taking into account the various domestic and external considerations. What do people here in Russia think? Here, like in any democratic country, people have different points of view, but I want to make the point that the absolute majority of our people clearly do support what is happening.

The most recent public opinion surveys conducted here in Russia show that 95 percent of people think that Russia should protect the interests of Russians and members of other ethnic groups living in Crimea – 95 percent of our citizens. More than 83 percent think that Russia should do this even if it will complicate our relations with some other countries. A total of 86 percent of our people see Crimea as still being Russian territory and part of our country’s lands. And one particularly important figure, which corresponds exactly with the result in Crimea’s referendum: almost 92 percent of our people support Crimea’s reunification with Russia.

Thus we see that the overwhelming majority of people in Crimea and the absolute majority of the Russian Federation’s people support the reunification of the Republic of Crimea and the city of Sevastopol with Russia.

Now this is a matter for Russia’s own political decision, and any decision here can be based only on the people’s will, because the people is the ultimate source of all authority.

Members of the Federation Council, deputies of the State Duma, citizens of Russia, residents of Crimea and Sevastopol, today, in accordance with the people’s will, I submit to the Federal Assembly a request to consider a Constitutional Law on the creation of two new constituent entities within the Russian Federation: the Republic of Crimea and the city of Sevastopol, and to ratify the treaty on admitting to the Russian Federation Crimea and Sevastopol, which is already ready for signing. I stand assured of your support.

(Video) Origin of AIDS: The Polio Vaccine (CBC ‘Witness’, 2004)

In Ukraine, Ruthless-East has just given Brutal-West a lesson of Democracy, M. Frindéthié

fightersFrankly, it was about time that someone reminded Western leaders that one of the quintessential principles of democracy is for a people to choose and replace its government by way of free elections. For some time now, the world has been functioning as if this fundamental code of democracy were lost, as Western leaders traveled the world, brutally throwing their military weight around, bullying vulnerable Third World leaders, backing frenzied agitators, and deposing elected officials and imposing rulers of their liking in total disdain of countries’ constitutions. In Ukraine, this new way of doing politics did not work. Brutal-West was faced with Ruthless-East. But Ruthless-East, on this occasion, chose to play tough otherwise,voters and gave Brutal-West an exquisite lesson of democracy: a will of the people expressed through active and orderly participation of the people. Cry foul as one may, in matters of democracy and good manners, the fire-throwing conspirators in Kiev cannot compare with the methodical voters in Crimea.

Côte d’Ivoire gestion familiale, tribale et corruption – Le clan des Ouattara « pille » le pays

corruptionEx-directeur général adjoint du Fmi et donc garant d’une certaine «rigueur», Alassane Ouattara n’hésite pourtant pas à rompre avec les pratiques de transparence érigées comme un sacerdoce par les institutions de Bretton Woods. Depuis son accession au pouvoir en 2011, les contrats de gré à gré pleuvent (centrale de Singrobo-Ahouaty, barrages sur la Comoé, autoroute Abidjan-Bassam…) sans que la Banque mondiale, très sourcilleuse sur cette question, ne bronche.

D’autres marchés sont tombés dans l’escarcelle de parents ou proches du chef de l’Etat, créant un profond malaise dans l’environnement des affaires. Emblématique de cette gouvernance, le marché de contrôle et de vérification des importations a été soufflé au groupe Bivac par la société de Dubaï Webb Fontaine, dans des conditions que le premier n’a toujours pas digéré. A Abidjan, la filiale de Webb Fontaine est dirigée par

Benedict Senger, époux de Fanta Catherine Ouattara ,la fille du chef de l’Etat. De telles relations de parentèle dans les affaires s’étendent à des conseillers influents du palais, qui n’hésitent pas à user de leur proximité avec le «chef». L’un d’eux,

Koly Kanté

, par ailleurs actionnaire de référence de la Société des cimenteries d’Abidjan, voit cette entreprise bénéficier de contrats de l’Etat. Autre conseiller à la présidence, Mamadi Diané a introduit le groupe roumain Timis en Côte d’Ivoire via son cabinet de lobbying Amex. Les filiales Pan African Minerals et African Petroleum de ce groupe fondé par Frank Timis multiplient les chantiers, dont la réhabilitation de la ligne Abidjan-Ouagadougou. A la tête d’ACE-CI depuis 2011,

Daouda Gon Coulibaly

,le frère du secrétaire général de la présidence, Amadou Gon Coulibaly, s’épanouit sur les marchés de contrôlequalité de plusieurs filières agricoles, dont celle du cacao.

Ministres, conseillers, parents… de Ouattara, tous impliqués

Les ministres ne sont pas en reste. Un réseau dense de patrons gravite autour de l’un des plus fidèles soutiens du président Ouattara, le ministre de l’intérieur Hamed Bakayoko, à commencer par son frère

Zoumana Bakayoko

. Ce dernier, actionnaire de la société spécialisée dans les infrastructures de télécoms Swindevco, a introduit en Côte d’Ivoire, le Franco-Libanais Philippe Nakad, patron d’Agro West Indutries. Hamed Bakayoko a lui même ouvert les portes du pays au Turc Nihat Ozdemir, président de Limak Group of Companies. Ce groupe vise la construction de centrales hydroélectriques sur le fleuve Sassandra. Pour sa part, après avoir créé coup sur coup Stylus Sarl et Tanassa Technologies en 2012, entités spécialisées dans l’intermédiation financière et la biométrie, Bintou Toungara Kamara, la fille du ministre de l’Energie et du Pétrole, Adama Toungara, travaille aux côtés de la Petroci et de la Sir.

Patrons cadeautés

La Côte d’Ivoire de Ouattara restera dans les annales pour avoir évincé un membre du gouvernement suspecté de détournement de fonds publics sans que ce dernier ne soit inquiété par la justice. Mieux, Adama Bictogo, ex-ministre de l’Intégration africaine proche de la Première dame, Dominique Ouattara, réalise de nombreuses opérations dans le secteur lucratif de la biométrie via sa société Snedai. Il s’appuie aussi sur ses relais à la présidence ivoirienne pour introduire des intérêts turcs, à l’instar du Yildirim Group qui va ouvrir une filiale à Abidjan en vue de concurrencer la société de transport Sotra. Toute la fratrie Bictogo s’implique autour du «grand frère» Adama.

Moumouni Bictogo et Salif Bictogo

ont ainsi fondé la firme minière Lagune exploration, détentrice de plusieurs permis aurifères. Mohamed Sidi Kagnassi est une autre «singularité». Cet homme d’affaires en vogue sous le régime de Laurent Gbagbo et proche de Guillaume Soro, a su rebondir grâce à son entregent. Du jour au lendemain, il est devenu un magnat du BTP sans posséder aucune société dans ce secteur. Après avoir décroché le marché de la réhabilitation des universités ivoiriennes, il a opportunément fondé la Simdci (LC nº677). Il négocie actuellement un contrat pour la construction de 10 000 classes.

Notre Voie

(Source : La Lettre du Continent n°678 du 12 mars 2014) NB : La titraille est du quotidien Notre Voie

Côte d’Ivoire – Abidjan le mois du blanc, Shlomit Abel

Blanc mensonge

Voilà trois jours que circulent des photos de Charles Blé Goudé et Jean-Yves Dibopieu. Mystérieuses photos d’hommes au teint gris, amaigris, incarcérés à la DST d’Abidjan Cocody, de sinistre mémoire. Exposée plein sud, aux heures les plus chaudes du jour, cette prison est un four. A ceux qui crient au montage, il ne peut en aucun cas être imputable aux amis des prisonniers. Personne n’a pu les approcher, ni leurs familles, ni leurs avocats ; cette incarcération est totalement contraire au droit international : même le CICR, alerté par les responsables du Cogep, a fait savoir que la Croix Rouge n’avait pu les rencontrer. Rappelons également que le Commandant Abéhi, le général Dogbo Blé, le capitaine Séka Séka (qui pour avoir été trop torturé aurait perdu la raison et n’aurait pu être auditionné par les juges hier), sont aussi détenus au mépris de toutes les conventions internationales. Même un Ado-lf Hitler n’avait pu empêcher la Croix rouge de visiter les camps de concentration, prenant simplement soin de ne présenter que des prisonniers retapés pour la circonstance, une nourriture plus abondante et des châlits recouverts de draps propres. Aujourd’hui en Côte d’Ivoire, où tout n’est pourtant que cinéma, Com, et spectacle, ce gouvernement de rattrapés pour rattrapés, avec son couple présidentiel modèle, ne se sent même pas tenu de sauver les apparences : la caution d’une France au-dessus de tout soupçon lui suffit, mais jusqu’à quand ?

Qui a fait circuler ces photos, de quand datent-elles ? Ces questions sont presque secondaires. Un certain Zadi Djédjé, présenté comme un leader de la jeunesse du FPI, affirme avoir rencontré Blé Goudé le 24 février. Celui qui a revendiqué une gloire éphémère en essayant de rassembler cette jeunesse proche du “Général de la rue” pour accueillir Ouattara à l’aéroport le 2 mars, a été immortalisé, lui et sa “foule”, sur des photos le montrant dans un accoutrement pour le moins exotique : Équipé d’un chapeau et d’une “canne maison”, on dirait un montagnard bavarois égaré dans un aéroport. Il semble avoir réussi avec un autre – lequel ne se prononce pas -, l’exploit d’avoir rencontré celui que personne ne peut voir, celui qui fait les frais de la guerre Hambak-Soro depuis plus d’un an. Mais voilà, les renseignements qu’il donne sont aussi précis que ceux qu’il pourrait donner si on l’interrogeait sur les Alpages qu’il vient de quitter.

En quelques heures, médias et réseaux sociaux, ne se privant pas de faire circuler ces photos, ont mis le gouvernement en demeure d’expliquer comment un quidam peut prendre des photos sur fond de mise en scène, vêtements neufs, Bible et livres de piété, boisson à volonté, fruits, slip blanc immaculé qui montre que le personnel d’étage de la résidence protégée louée par Hamback est à la hauteur de son standing. Le carrelage est propre, seul un coup de peinture serait encore bienvenu pour mériter une étoile de plus au guide des prisons modèles. On espère que le photographe s’introduira aussi dans le QG-FRCI, haut lieu de la torture installé depuis l’avènement de l’ère Ouattara dans la résidence de Mr Marcel Gossio, et que ces photos d’hommes torturés parleront d’avantage que l’apparent silence du propriétaire des lieux, devant l’inqualifiable présence chez lui de ces squatteurs de la mort et de leurs victimes.

Ces photos de Blé Goudé et Dibopieu dérangent, dans cette démocrature bananière du vivre ensemble harmonieux – dernière démonstration en date, celle du peuple uni et en liesse accueillant son président “miraculeusement guéri” -, harmonie entretenue par le large sourire et la douce poitrine confortable de dame Dominique serrant les enfants orphelins sur son cœur; les prisonniers eux, sont sous clé, rien ne doit filtrer de ce monde des bas-fonds, enfoui, bâillonné, assassiné; motus et bouche cousue, rien à signaler : les droits de l’homme bourgeonnent, les chantiers aussi, l’économie est à son apogée, tout va bien. L’argent travaille, sans véritables investisseurs, sans cadre juridique, de gré à gré, de poche de rattrapée à autres poches de rattrapés.

Au départ donc, la thèse officielle est celle d’un affreux montage, une communication destinée à salir le gouvernement. Joël N’Guessan, la “voix de son maître”, nous explique même que cette campagne a pour but d’éviter que l’on parle des vraies victimes, celles du RDR. Mais faut-il rappeler qu’au bout de trois ans de régime rattrapé, avec des morts qui ne se comptent plus, d’innombrables exilés invités à rentrer sans aucune compensation ni garantie, dans une Côte d’Ivoire où les seules offres d’emploi concerne le recrutement d’un nouveau sous-prolétariat pour multinationales agroalimentaires, aucune enquête n’a encore abouti. Certes, Konan Banny est à Paris, mais bien embarrassé : il parle pour ne rien dire ou presque, comme si sa commission venait d’être créée hier, et qu’il avait toute la vie devant lui pour trouver les responsables des massacres ; les ivoiriens, dans l’intervalle, peuvent se passer de manger, de travailler; ils ne tombent pas malades, ne sont pas arbitrairement emprisonnés, n’éprouve aucun besoin d’être de toute urgence réconciliés ni surtout dédommagés… Résultat tangible : zéro; du vent, beaucoup de vent, un texte truffés de blancs, un texte à blanc.

Ah ce blanc, comme il fait parler ! Le gouvernement s’extasie devant les sous-vêtements immaculés des prisonniers : la preuve qu’ils sont bien traités… Pris en photos, comme des singes dans une cage, ils en ont même les bananes, alors de quoi se plaignent–ils ? Selon Joël N’guessan, c’en est même indécent, parce qu’en ne parlant que de ces prisonniers célèbres, on en oublierait toutes les charrettes de “vraies” victimes, celles qui seraient tombées sous les coups de canon de Gbagbo et de ses amis à la machette, ces victimes que Soro Alphonse avec son mégaphone avait rassemblées pour bloquer Abidjan, 18 personnes tout de blanc vêtues, à la mode sahélienne…eureka

Le directeur de la DST est chargé de diligenter une enquête interne pour connaître les auteurs de la fuite. ça fait désordre, à deux jours de la grande mascarade au cours de laquelle moult bienfaiteurs de France et de Navarre vont entourer Dame Ouattara à l’heure où, toutes caméras dehors, elle et ses amis s’épancheront sans retenue sur les conditions des enfants malades, ces chers petits, l’avenir de demain : alors même que leurs parents et grands-parents, leurs grands frères ont été privés d’avenir, tués, exilés, malades, empêchés de poursuivre leurs études… L’indécence au pouvoir, et la presse au garde-à-vous… Tabou, l’énorme revers de sa toute petite médaille de sainte en sucre d’orge. Prière de ne pas réveiller les fantômes dans le placard…

Hier enfin, les avocats de Charles Blé Goudé ont pu apercevoir leur client pour la première fois depuis 14 mois, à l’occasion d’une audition chez le procureur. Il semble que la mobilisation des internautes, la diffusion de ces photos honteuses et les rendez-vous des responsables du Cogep aient porté leurs fruits. Encore deux jours à tenir bon, à alerter tout le monde, à diffuser les photos de ces anonymes qui croupissent à la Maca et autres prisons, torturés, sans soins, brûlés à l’acide, au plastique fondu.

Plus de 800 prisonniers politiques, des petits, des pauvres, des sans voix, sont depuis deux jours sont privés d’eau à la Maca. Coïncidence : dans deux jours le papa et la maman de la Nation vont recevoir dans le cadre du carnaval et de la bonne Bouffe célébrés avec la Fondation “Child of Africa”, près de mille convives qui se régaleront des petits plats mitonnés par une toque blanche elle aussi venue de France, le tout assaisonné à la sauce humanitaire : construire l’hôpital mère-enfant, vitrine exaltée des droits de l’homme en Côte d’Ivoire émergente. Or il leur faut de l’eau, beaucoup d’eau pour laver tant de salades, préparer les couverts de tous ces gentils et généreux donateurs des œuvres charitables de la grande Dame au grand cœur, la blanche Colombe comme l’appelle même la très sérieuse lettre du Continent.

La bienséance outarandienne exigeant que pendant le grand cabaret, toute la Côte d’ivoire soit sous contrôle, Hambak, policier en chef travesti pour l’occasion en ministre de la justice, nous sort sa collection de photos privées au 20 heures de Facebook – et non celui du journal télévisé -, et nous présente la “vraie” résidence tout confort de CBG, un Charles tout sourire dans un studio meublé, aux meubles acajou, résidence convenant mieux au standing de l’ancien ministre sous les verrous. L’ennui, c’est que ces photos ne sont de toute évidence pas récentes pas : en plus d’un an d’incarcération Charles n’aurait toujours pas réussi à se débarrasser du carton d’emballage de sa petite télé ! Mais quand on ment, il faut s’attendre à ce que la vérité montre le bout de son nez… Dans son « dressing » – sic !- Charles semble choisir une chemise blanche, celle qu’il portera lors de son audition devant le juge… fin janvier 2013 ! Cher Hamback, on ne peut pas penser à tout, surtout avec la foule de responsabilités qui sont les vôtres…

Enfin le Patriote, bien renseigné, volant au secours de la république en péril, nous affirme que les photos ont été prises mardi à 11h 30. Alors qu’il était convoqué depuis 10h30 avec ses avocats et le procureur au palais de justice, pour une audience marathon qui s’est tenue non stop jusqu’à 16h 30, il se serait éclipsé à 11h30 pour une séance photos, souriant devant les flashes de son geôlier Hambak, préférant regarder la télé plutôt que de demander des nouvelles des siens à ses avocats… Si telle est la version qu’il faut retenir, alors le studio est à deux pas du tribunal, et il faut que Hambak nous trouve un autre lieu plus secret encore !

Et comme remarque fort justement Théophile Kouamouo : « l’article 673 du Code de procédure pénale ivoirien stipule que : “Les inculpés, prévenus et accusés soumis à la détention préventive la subissent dans une maison d’arrêt. Il y a une maison d’arrêt près de chaque Tribunal de Première instance et de chaque Section de Tribunal”. La place de Blé Goudé n’est donc ni à la DST ni dans une quelconque “résidence protégée”. »

Dans les jours à venir, continuons d’exiger la libération de tous les prisonniers politiques détenus arbitrairement, continuons de diffuser les photos de ceux qui sont en danger, sans soins, privés de nourriture “comestible”, dénonçons le sort des 48 jeunes de Grabo accusés de déstabiliser un gouvernement aux abois. Si ces jeunes planteurs torturés à l’acide et au plastique fondu, aux bras et aux jambes martyrisées sont derrière les barreaux, ce n’est certainement pas pour répondre d’une quelconque tentative de déstabilisation d’un régime qui ne tient que par la terreur; s’ils sont sous les verrous, ne serait-ce pas plutôt parce l’on convoitait leurs terres et leurs plantations, et que leur incarcération inhumaine à permis à d’autres de s’inviter chez eux, avec la bénédiction de ministres malfrats au service de ceux qui ont mis la Côte d’Ivoire à feu et à sang ?

Le président Gbagbo est toujours encore retenu à la Haye : de l’avis des “humanitaires”, ces “humanitaires” qui ne s’invitent dans un pays que pour le spolier du revenu de son sol et des richesses de son sous-sol, son retour menacerait encore et toujours le fragile équilibre d’une réconciliation qui peine à se mettre en place… par sa faute, évidemment. Toutes les démarches passées, présentes et à venir ne changeront rien à cette situation. Jusqu’à présent la négociation, les bonnes manières “civilisées n’ont rien donné”. Le FPI, particulièrement silencieux, a probablement voulu donner à maitre Altit toutes les chances de réussir dans sa défense. Mais cette tactique du juridisme diplomatique n’aboutira malheureusement jamais : blabla et vœux pieux, compromis et promesses d’avenir meilleur sont autant de prétextes pour remettre à demain, un demain qui n’en finit pas de s’éloigner.

Aujourd’hui, nous avons la preuve que le gouvernement tremble devant une opinion publique qui n’a plus peur de se manifester et de publier les horreurs de la dictature installée par la France et l’Onuci.

Forts des résultats obtenus, maintenons la pression autour du sort des prisonniers. Que Hambak nous produise aussi les photos d’un Jean Yves Dibopieu en bonne santé, et qu’il signe le bon de visite pour sa famille, inquiète au point de se demander s’il est encore en vie. Osons dévoiler la face cachée de cette Côte d’Ivoire défigurée par le vice de ses mauvais maîtres d’un jour, même si Ouattara ne s’habille plus qu’en blanc depuis son retour. Dévoilons la honte de ces hideuses coulisses aux invités de Dominique, disons-leur que pour quelques vies d’enfants sauvées, il y en a des milliers qui ne l’ont pas été, qui sont morts en bas âge faute de médicaments, qui n’ont pas été scolarisés. Que chacun de ces presque mille invités à la grande bouffe de la Reine blanche sache, à l’heure où il se régalera de ses mets vénéneux, qu’il cautionne ainsi l’inhumanité des traitements infligés à l’un des ces autres presque mille victimes de l’arbitraire carcéral françafricain, croupissant dans des geôles insalubres, sans soins, sans nourriture, sans eau, sans visites, sans jugements : alors, bon appétit ! Merci, chers invités, de votre intérêt pour cette Côte d’Ivoire des prédateurs ! Bon cabaret, messieurs dames ! Souriez, souriez ! Bientôt le rideau va tomber, clôturant cette dérisoire représentation d’opéra bouffe sous les applaudissements nourris des morts et des survivants, plus forts que jamais, seuls vrais acteurs de l’après-cabaret.

Shlomit Abel, 13 mars 2014

(Photos) Blé Goudé et Dibopieu dans le Goulag des génocidaires

Dipopieugoude 1goude 2

Pour Simone Ehivet Gbagbo, Première Dame de Côte d’Ivoire

simone1Simone Ehivet Gbagbo

Bravo

Bien qu’en ce jour auguste de la femme libre

Un régisseur colonial de haine ivre

Derrière ses barreaux à t’astreindre aspire

Afin d’annihiler le combat que tu inspires

Bien frêles sont les murs de ta geôle

Que le souffle de ton serment fore

Et mille autres compagnes d’ardeur arme

Pour que s’estompent un jour les larmes

Simone Ehivet

Femme à la raison affutée

Au sourire fidèle

Au parler honnête

As-tu écho des clameurs de la rue

Tes geôliers démoralisés s’entretuent

En ce jour auguste de la femme libre

Ton ardeur dans mille cœurs vibre

Simone

Chapeau

Russia calls for OSCE probe into Kiev sniper deaths, AFP

lavrovRussian Foreign Minister Sergei Lavrov on Saturday called for an OSCE investigation into who was behind the deaths of dozens of people in Kiev last month in attacks by snipers, saying the truth could no longer be "covered up".

Lavrov’s comments came after Estonia’s top diplomat told EU foreign policy chief Catherine Ashton in a phone call leaked this weak that the then-Ukrainian opposition to president Viktor Yanukovych may have been involved in the attacks.

"The latest information about the so-called snipers case can no longer be covered up," Lavrov told a news conference in Moscow with his Tajik counterpart.

"We have proposed that the OSCE (Organisation for Security and Cooperation in Europe) takes up an objective investigation of this and we will ensure there is justice.

"There have been too many lies, and this lie has been used too long to push European public opinion in the wrong direction, contrary to the objective facts."

Western states have blamed Yanukovych’s now disbanded elite riot police force for much of the killing that rocked in Kiev in February.

However Russia has strongly emphasised the leaked phone call between Estonian Foreign Minister Urmas Paet and Ashton as evidence for its argument that the new post-Yanukovych government in Kiev is made up of dangerous extremists.

Lavrov’s call for a full probe indicates that this is an issue Russia will not allow to drop, risking new tensions with the West.

In the audio of the February 26 call, whose authenticity was confirmed by Estonia, Paet told Ashton he was informed in Kiev that "they were the same snipers killing people from both sides."

Dozens of protesters and around 15 police officers were killed in the attacks.

Paet, who had held talks with Ukraine’s new leaders on February 25, added: "It’s really disturbing that now the new coalition, they don’t want to investigate what exactly happened."

D’Abobo à Kiev, même stratégie? La Russie demande une enquête sur l’affaire des snipers à Kiev

kiev 1
A l’instar des événements d’Abobo (Côte d’Ivoire), où des manifestations politiques contre le pouvoir du Président Gbagbo se sont soldées par de mystérieuses victimes dont ni l’ONU, ni la France, ni l’Union européenne, ni la CPI ne désirent vraiment investiguer la mort, à Kiev aussi, selon une conversation téléphonique (fuitée) entre un diplomate estonien et Catherine Ashton (minitre des affaires étrangères de l’Union Européene),  des tireurs d’élite membres de l’opposition hostile à Yanukovych auraient froidement abattu des manifestants pour émouvoir l’opinion internationale. Dans une conférence de presse tenue ce samedi, le ministre des affaires étrangères russe, Sergeï Lavrov, a estimé qu’une enquête sur les morts de Kiev s’avère nécessaire; le monde, dit-il,  doit savoir la vraie vérité. 
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, a demandé une de l’OSCE sur les
responsables de la , le mois dernier, de dizaines de personnes à Kiev, tuées dans des attaques de snipers, arguant qu’on ne pouvait continuer à "dissimuler" la vérité.
M. Lavrov a tenu ces propos après la divulgation, cette semaine, d’une conversation téléphonique entre la représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, et le chef de la diplomatie estonienne, au de laquelle celui-ci confie que l’opposition ukrainienne au président Viktor Ianoukovitch avait pu être impliquée dans ces attaques.
"Les dernières informations sur cette affaire de prétendus snipers ne peuvent plus être dissimulées", a déclaré M. Lavrov lors d’une conférence de presse avec son homologue tadjik.
"Nous avons proposé que l’OSCE (l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) fasse une enquête objective sur cette affaire, et nous ferons en sorte que justice soit faite" a-t-il précisé.
"Il y a eu trop de mensonges, et qui ont été utilisés trop longtemps afin de diriger l’opinion publique européenne dans la mauvaise direction, allant à l’encontre des faits objectifs", a encore ajouté M. Lavrov.
Les pays occidentaux ont imputé à la police anti-émeute de Viktor Ianoukovitch, aujourd’hui destitué, la majorité des violences qui se sont soldées par des dizaines de morts en février à Kiev.
Néanmoins, la Russie a utilisé cette conversation téléphonique piratée, entre le chef de la diplomatie estonienne Urmas Paet et Catherine Ashton, pour étayer son argumentation voulant que le nouveau gouvernement ukrainien soit composé d’extrémistes dangereux.
La demande d’enquête de M. Lavrov indique que la Russie ne laissera pas tomber cette affaire.
Dans cet entretien téléphonique, qui a eu lieu le 26 février, le ministre estonien a déclaré à Mme Ashton que selon ses sources à Kiev, "c’étaient les mêmes tireurs embusqués qui ont tué des gens des deux côtés", aussi bien parmi les manifestants que les policiers.
Des dizaines de manifestants et environ 15 policiers ont été tués dans les violences.
M. Paet, qui avait eu à Kiev des entretiens avec le nouveau gouvernement provisoire le 25 février, a ajouté: "C’est assez troublant que la nouvelle coalition ne veuille désormais plus enquêter sur ce qui s’est vraiment passé", a-t-il ajouté.
AFP

Le président Vladimir Poutine a été nommé pour le Prix Nobel de la Paix 2014, tel que le rapporte l’Institut Nobel norvégien.

putinLe président russe Vladimir Poutine a été nommé pour le Prix Nobel de la Paix 2014, tel que le rapporte l’Institut Nobel norvégien. On y trouve aussi le pape Francis, Edward Snowden…

Sarkozy placé sur écoute depuis un an comme un vulgaire bandit

G8 Summit in Heiligendamm, GermanyLa justice n’a pas lésiné sur les moyens pour passer au peigne fin la vie de l’ancien chef de l’État dans le cadre d’une nouvelle affaire. Son avocat et lui-même ont été placés sur écoute des mois durant, ainsi que Claude Guéant et Brice Hortefeux.

Jean-Marc Leclerc

«C’est un cas dont on n’a pas fini de parler». L’Ordre des avocats va réagir. Au barreau de Paris, l’écoute ordonnée par des juges d’instruction des conversations téléphoniques entre Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog, révélée par Le Monde , surprend. «Le secret professionnel entre un avocat et son client est général et absolu», se contente, pour l’heure, de dire Marie-Alix Canu-Bernard, patronne du bureau pénal au Barreau.

L’affaire n’a pas d’équivalent. On apprend donc qu’un ancien président de la République et deux de ses anciens ministres de l’Intérieur, Claude Guéant et Brice Hortefeux, ont été placés sous écoute par la justice, des mois durant.

La campagne présidentielle de 2007 dans le collimateur des magistrats

Tout part de l’ouverture en avril 2013 d’une information judiciaire à Paris pour «corruption» confiée aux juges Serge Tournaire et René Grouman pour vérifier les soupçons de soutien financier de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy par le défunt dictateur libyen Kadhafi. Sans hésiter une seconde, les magistrats placent Nicolas Sarkozy sur écoute, mais aussi Guéant et Hortefeux. C’est le branchement de la ligne de ce dernier qui va mettre dans l’embarras l’ancien patron de la PJ parisienne, Christian Flaesch, qui avait souhaité apprendre le premier à son ancien patron qu’il allait être convoqué dans une affaire en tant que simple témoin. Le policier a dû quitter son poste.

Alerté par cet épisode, le camp Sarkozy commence à se méfier des coups qui pleuvent. Les magistrats emploient toutes les techniques judiciaires d’ordinaire appliquées au grand banditisme et découvrent que l’ex-chef de l’État, prudent au téléphone, avait un second mobile qu’ils «branchent» également. Ce téléphone-là a été acheté par l’avocat de l’ex-président, Me Herzog, dans le cadre des relations confidentielles qu’il entend, comme tout conseil, entretenir avec son client. Méfiant, il a même dû l’acheter sous un nom d’emprunt.

Dans l’ombre, les «magnétophones» – en l’occurrence des disques durs – tournent. Et mettent au jour toute la palette de ce qu’un avocat peut tenter pour connaître le sort qui sera réservé à son client. Me Herzog a comme contact un haut magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert, de sensibilité proche de l’ancienne majorité. Et celui-ci est prolixe sur le climat au sein de la Cour. Azibert parle librement comme on parle à un ami. Trop librement peut-être.

Proche de la retraite, il confie à l’avocat qu’il a postulé pour un poste de conseiller d’État à Monaco. Espère-t-il une aide de Nicolas Sarkozy? «Herzog a pu évoquer la chose avec son client, mais on voit mal Nicolas Sarkozy se livrer à ce genre de raisonnement. Si écoutes il y a, dans la bouche de l’ancien président, elles n’accréditent certainement pas la thèse imaginée des magistrats étrangement zélés», assure un préfet qui se dit «stupéfait par le climat quasi soviétique de tous ces règlements de comptes judiciaires».

Une «arme de guerre judiciaire»

Quoi qu’il en soit, le parquet national financier voulu par la garde des Sceaux, Christiane Taubira, aura été destinataire, à peine créé, de cette «arme de guerre judiciaire», en pleine campagne électorale. Et l’un de ses premiers actes aura été, sur la foi de ces écoutes, d’ouvrir le 26 février dernier une information judiciaire pour «violation du secret de l’instruction» et «trafic d’influence».

Confiée à deux nouveaux juges, Patricia Simon et Claire Thépaut, elle vise notamment à savoir si Nicolas Sarkozy a eu vent des écoutes qui le concernaient et comment. De nouvelles écoutes en perspective pour savoir si le chef de l’État savait qu’il était écouté? Les juges veulent aussi savoir si l’ex-président a favorisé, d’une manière où d’une autre, Gilbert Azibert.

Ils n’ont pas perdu de temps, puisque le 4 mars dernier, assistés d’une police judiciaire dont les grands chefs ont récemment été changés par l’exécutif, plusieurs juges ont perquisitionné aux domiciles d’Azibert et d’Herzog, ainsi qu’à leurs bureaux, y compris à la Cour de cassation, où travaille le magistrat.

Ce qu’ils cherchent à établir? Si des vacances en famille de Nicolas Sarkozy à Monaco, où il suivait une cure thermale et aurait reçu une fois son avocat, pourraient accréditer le fait qu’il ait tenté d’intercéder en faveur de l’éventuelle nomination de Gilbert Azibert sur le Rocher. Mails, courriels, téléphones, tout ce qui pourrait permettre de le vérifier a été saisi lors des dernières perquisitions. La justice mobilise les grands moyens…

Thierry Herzog, lui, le dit dans Le Monde: «Je démontrerai le moment venu qu’il s’agit d’une affaire politique.» Un «coup», selon lui, «monté de toutes pièces» pour «nuire» à Nicolas Sarkozy. Ce ténor du barreau considère, pour sa part, la mise sur écoute de son client avec sévérité: «Ce n’est même pas scandaleux, c’est monstrueux!», s’indigne-t-il.

Sanctions contre la Russie: Londres joue le double jeu

The secret document carried by an official in Downing Street.

The secret document carried by an official in Downing Street.

Alors que les Etats-Unis menacent d’imposer à la Russie de lourdes sanctions dans la crise ukrainienne, la Grande-Bretagne apparaît, elle, réticente. Un document officiel photographié dans les mains d’un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères recommande ainsi de « ne pas soutenir de sanctions commerciales » contre Moscou. Embarrassé, le gouvernement dément depuis privilégier ses intérêts plutôt que la résolution de la crise.

Muriel Delcroix, RFI

Le document pris au téléobjectif par un photographe dans la cour de Downing street explique pourquoi le gouvernement britannique restait jusqu’à présent si vague sur la nature des pressions qu’il pourrait exercer sur Moscou en cas d’intervention en Ukraine. On peut y lire que « le Royaume-Uni ne devrait pas pousser pour des sanctions commerciales ou fermer le centre financier de Londres aux Russes ».

A la place sont plutôt envisagées des restrictions de visas à l’encontre de personnalités russes. La réticence de Londres s’explique en fait par sa volonté de ne pas voir se tarir l’afflux de roubles dans le pays. De Russie, la Grande-Bretagne importe en effet non seulement du gaz mais aussi beaucoup d’argent de milliardaires tandis que de nombreuses sociétés russes - une soixantaine - ont choisi d’être cotées à la bourse de Londres.

Prise en étau

Cet argent profite largement à la City et au marché immobilier de la capitale, alors que beaucoup d’oligarques russes s’y achètent des résidences luxueuses. Londres a beau se défendre de vouloir placer les intérêts de sa place financière avant l’Ukraine, il est clair que la Grande-Bretagne joue gros dans cette crise et apparaît hésitante, coincée entre deux rhétoriques, celle des Etats-Unis qui prônent la fermeté contre la Russie et celle de l’Union européenne qui prêche pour une réaction modérée.

UK seeking to ensure Russia sanctions do not harm City of London

The secret document carried by an official in Downing Street.

The secret document carried by an official in Downing Street.

Government document photographed outside No 10 states that ‘London’s financial centre’ should not be closed to Russians

, chief political correspondent

Theguardian.com, Monday 3 March 2014 14.28 EST

Britain is drawing up plans to ensure that any EU action against Russia over Ukraine will exempt the City of London, according to a secret government document photographed in Downing Street.

As David Cameron said Britain and its EU partners would put pressure on Moscow after it assumed control of Crimea, a government document drawn up for a meeting of senior ministers said that "London’s financial centre" should not be closed to Russians. It did say that visa restrictions and travel bans could be imposed on Russian officials.

The picture of the document was taken by the freelance photographer Steve Back, who specialises in spotting secret documents carried openly by officials entering Downing Street. The document was in the hands of an unnamed official attending a meeting of the national security council (NSC) called by the prime minister to discuss the Ukrainian crisis.

The document said Britain should:

• "Not support, for now, trade sanctions … or close London’s financial centre to Russians."

• Be prepared to join other EU countries in imposing "visa restrictions/travel bans" on Russian officials.

• "Discourage any discussions (eg at Nato) of contingency military preparations."

• Embark on "contingency EU work on providing Ukraine with alternative gas [supplies] if Russia cuts them off".

• Specific threats to Russia should be "contingent and used for private messaging" while public statements should "stick to generic" point.

• Draw up a technical assistance package for Ukraine "ideally jointly with Germany".

• Pursue the "deployment of OSCE and/or UN (but not EU) monitors in Crimea and eastern Ukraine".

• Push the "UN secretary general Ban to take the lead in calling and creating a forum for engaging Russia on Ukraine".

• Accept an emergency summit of EU leaders to discuss Ukraine. This will now be held in Brussels on Thursday.

Government officials said that no decisions were taken at the meeting of the NSC, but they confirmed that the call in the document for London’s financial centre to kept open to Russians reflected the government’s thinking that it wanted to target action against Moscow and not damage British interests.

The prime minister told the NSC that the government may be prepared to support EU sanctions that would be targeted at Russian businesspeople seeking to visit the EU. There could also be a "dialling down" of economic co-operation.

But nothing would be agreed that could harm the British economy. One source said: "You want to make sure that the costs fall more on Russia than other people."

Downing Street trod a careful line during the day as it made clear that action would need to be taken on the diplomatic and economic – though not the military – front to punish Russia. But it does not want to give Russia an excuse to refuse to embark on dialogue with Ukraine and the EU.

The prime minister highlighted this approach when he said after the NSC: "What we want to see is a de-escalation rather than a continuation down the path that the Russian government has taken, violating the sovereignty and territorial integrity of another country. So we shall have to bring to bear diplomatic, political, economic and other pressures in order to make this point. That is the very clear message the whole world needs to send to the Russian government."

Downing Street had earlier ruled out a military response in the wake of the Russian takeover of Crimea. The prime minister’s spokesman said: "The only avenue that is being pursued is a peaceful and diplomatic one. Our other G7 partners have been very clear about that as well." The prime minister agreed in separate phone calls with François Hollande and Angela Merkel that the international community should speak with one voice on Ukraine as it tells Russia that its actions are "completely unacceptable".

A No 10 spokesperson said: "In both calls, the leaders agreed that the international community should speak with one voice and send a clear message to Russia that its actions in Ukraine were completely unacceptable. They agreed they must continue to work very closely together in response to events in Ukraine including in preparation for the special European Council which has been called on Thursday. It would be important to be clear about the costs and consequences for the Russian government of continuing to violate Ukraine’s sovereignty; and of supporting the people and government of Ukraine in support of their efforts to build an inclusive Government and tackle economic challenges.

"They agreed there could be an important role for the United Nations, and potentially other international organisations, in facilitating the dialogue between the Russian and Ukrainian authorities which is central to the shared objective of de-escalating tensions in the region."

Former US presidential candidate Senator John McCain said he was "disappointed" by the UK’s position and said European countries were "ignoring the lessons of history".

Asked if it was right to avoid such sanctions, he said: "Of course not. I am not astonished, to be very frank with you. Disappointed, but not astonished."

Western Leaders Cannot propound to be the Moral Compass of the World, M. Frindéthié

 

fabiusLately, as Russian troops have been maneuvering around Crimea, we heard a lot about President Putin’s supposed delusional appreciation of reality and lack of moral probity. In this anti-Russian clamor, hardly anybody has spoken of European leaders’ duplicity and dishonest stance in Ukraine. And yet a strong case can be made about how the West, principally the European Union, reneged on its own signature, failed President Yanukovych, supported the Ukrainian agitators and occasioned the current crisis.

Everything is happening as if a sudden condition of amnesia has struck the plethora of journalists and international relations experts that scramble every day on TV to feed Western audiences with half-truths.

Have not Laurent Fabius, Frank Walter Steinmeier, and Radoslaw Sikorski, respectively foreign ministers of France, Germany, and Poland mediated and witnessed the signing of a deal between President Yanukovych and the protesters in Kiev who wanted Yanukovych’s resignation? A truce the main clauses of which were a return to the 2004 constitution, the formation of a national unity government, and early presidential elections to be held in May? How can the West then pillory Russia for moral deficiency when the highest officials of the West cannot even respect the deals they broker and are so quick to renege on their own signatures?

There seems to be a sad trend going on around the world, which is too often supported by the West, whereby elections do not matter anymore, and all it takes to replace a president one does not like is to wait and see if one loses or win the elections, and, in the negative case, stage violent protests, count the dead, and appeal to the West with the assurance that one will be backed by the harbingers of this new way of doing politics. It is sad that democracy should no longer rely on the results of the ballots, be they the results we have not hoped for, but rather on cocktail Molotov, and armed insurgencies.

And of those leaders in Europe who want to pass for the moral compass of the world, scorning Putin for his move toward Crimea, what has Putin done that they have not inaugurated before?

 When France’s army in 2004 and in 2011 entered Cote d’Ivoire and butchered thousands of unarmed Ivorian youths, was France not doing worse than Putin, who has so far not fired a single bullet? What is this world where elections do not matter anymore? Where the way to come to power is to rampage and burn? Is that the measure of the kind democracy the West is prescribing to the world? Is this the kind of democracy that the West would want for itself? Would America and Europe like to see their children transform political contestations into armed insurgencies and fire throwing saturnalias? Or is this kind of political activism reserved for others only?

Has this new and lemon-scented democracy worked in Libya, in Syria, in Cote d’Ivoire, in Central Africa, and in South Sudan? Is it not high time that we should return to the real principle of democracy, that is, to the principle of the rule of the ballot, instead of littering the political landscape with dry combustible leaves that might ignite at home?

La pitrerie des affamés a atteint son paroxysme.

RidiculeAlassane Dramane Ouattara, parti en en catimini se faire soigner en France d’une maladie énigmatique, revient précipitamment en Côte d’Ivoire avec une sciatique bien commode, qu’il espère mettra le couvercle sur les conjectures à propos de sa mystérieuse affliction. Mais le Bravetchê ne revient pas qu’avec une sciatique « maitrisée ». Il rapporte aussi de son exil curatif un appareil d’ambulation indispensable, une canne, pour le « convalescent » qu’il est, que certains griots affamés ont vite fait de transformer en symbole d’autorité ou en accessoire de mode. Le ridicule a un seuil qu’il faut bien se garder de franchir. Et si demain, il nous était révélé que Dramane portait un cathéter ou des couches ? Les porteriez-vous aussi comme des accessoires chics et en vogue ? Ou bien, vous feriez-vous croire aussi que le cathéter et les couches sont les badges d’une prépondérance ? Dramane Ouattara, s’il pouvait le dire sans se trahir dirait à tous ces attentistes : « l’homme souffre en douce ici vous êtes en train de jouer les pitres ! »

Mobutu /Ouattara, deux dictateurs un même destin?

La vérité, c’est qu’il y a anguille sous sciatique, M. Frindéthié

Salva Kiir MayarditQuand l’Ivoirien s’exclame « aheiiin ! », c’est qu’il a enfin compris le fond  d’une grosse énigme dont il ne cernait pas suffisamment les contours. Jeudi dernier, les Ivoiriens ont lancé un énorme « ahein ! ». Ils ont compris l’énorme mystification dont ils étaient la farce, lorsque Dramane Ouattara, emmitouflé dans un manteau ample à dessein, coiffé d’un Salva Kiir Mayardit, la démarche incertaine, le sourire problématique, la voix trébuchante, arborant son tout nouveau « bâton de commandement » énonça « sciatique » de sa pénultième énergie sous les vivats de sa foule d’éternels affamés à l’ambassade de Côte d’Ivoire en France. 

Aheiiin ! C’était donc pour ça tous ces voyages dont on nous disait que l’argent ne circulait pas parce qu’il travaillait, c’était donc pour ça. Il ne travaillait donc pas. Il se soignait, il se curait, il s’astiquait, il se décrassait, il se lessivait de quelque chose de plus malin, de plus horrible, de plus infect qu’une simple sciatique, mais dont le nom seul suffirait à anéantir tout l’espoir des rattrapocrates de continuer à s’empiffrer après 2016.

Or tout cela n’aurait été qu’un épiphénomène. L’on n’aurait pas perdu un seul petit vent à s’enthousiasmer sur la santé de Dramane. A 70 ans révolus, l’on traîne certainement pas mal d’écorchures ; et tout cela aurait été simplement événementiel si Dramane Ouattara était un homme ordinaire.

Or voilà qu’il ne l’est pas. Dramane n’est pas du commun des mortels. Par une flopée de néologismes les griots de la Rattrapocratie ont fait de Dramane un Mythe : « Dramane Warifatchê, Dramane maître de la pluie, Dramane Bravetchê, Dramane Allah Gnissan, Dramane l’immortel, Dramane descendant de Soundjata, Dramane petit fils de Samory » et tout le tintamarre. Un mythe, cela s’entretient, cela se nourrit. Les génocidaires sont donc condamnés à nourrir le « mythe Dramane » qu’ils ont si imprudemment créé.

Ils le feront. Ils ont leurs méthodes pour ça.  Demain, ils sortiront les darboukas et les grelots, distribueront aux rattrapés des pagnes à l’effigie de  Dramane, videront les marchés à coups de crosse de Kalachnikov, disposeront les populations aux visages déjà cachectiques le long des avenues pour battre des mains et des pieds à l’occasion du retour du mythique de Dramane. Aheiiin ! L’on sait désormais à quoi servaient tous ces vols. La vérité, c’est que l’argent ne circulait pas parce que Magellan ne travaillait pas. Il se dégraissait d’un mal beaucoup plus pernicieux qu’une sciatique. La vérité, c’est qu’il y a anguille sous sciatique.

De Quoi souffre Dramane Ouattara ? M. Frindéthié

 

de quoiQui saurait le dire ! Ce qui est sûr cependant, c’est que le dictateur d’Abidjan souffre d’une gratatouille aigüe, d’un croussan croussan chronique, d’un kélè permanent qui l’empêche de s’asseoir plus d’un jour dans le fauteuil présidentiel pour lequel il a fait tuer tant d’Ivoiriens. Après avoir battu les records de vols (plus de 100 voyages internationaux au frais du contribuable ivoirien), « l’indéboulonnable » qui aime à exhiber sa tronche dans les journaux ivoiriens, se trouve soudain boulonné à un lit d’hôpital par une sciatalgie imaginaire, dans une capitale occidentale inconnue, refusant que ses griots publient de lui tout portrait. Pour conserver sa légende de bravetchê, les affabulateurs du régime génocidaire se sont surpassés dans une émulation de mythologisations. Vint d’abord notre danseur de Batchingué :

« Je reviens de France où j’ai parlé au président Ouattara. Il se porte bien et vous envoie ses amours ! »

« Yeah right ! » pouffèrent les Ivoiriens dubitatifs.

Puis arriva Fanta Gbeh :

« Mon mari, mon chéri, votre frère se porte bien. Il vous embrasse tous ».

« kpoufou kpoufou ! » ricanèrent les Ivoiriens incrédules.

Puis suivit Ahmadou cimetière :

« Nous avons eu une séance de travail avec le président. Il se porte très bien ».

« héééé yatchi ! » clamèrent les Ivoiriens  sceptiques.

Puis revint Fanta Gbeh :

« Avec le roi du Maroc, nous avons eu une longue conversation avec mon mari. Il se porte très bien ».

« Heeee sabari ! » s’exclamèrent les Ivoiriens inflexibles.

Finalement, pour que la mythologie ne s’écroule pas comme ces immeubles érigés par les génocidaires, c’est une délégation de photographes et de cameramen que la dictature a décidé de dépêcher « en France » pour nous revenir avec des images photoshoppées d’un Dramane rayonnant, exhibant aux Ivoiriens le sourire frais d’un président bien portant.

 Et dire que les choses seraient plus simples, les supputations se tairaient, si Dramane venait prendre place dans le fauteuil pour lequel il a fait tuer tant d’Ivoiriens.

Les diplomates américains demandent à Obama de mieux choisir ses ambassadeurs

De grâce, Monsieur le Président, arrêtez de récompenser ceux qui ont financé votre campagne par des postes d’ambassadeurs. Et si vous tenez vraiment à le faire, assurez-vous au moins qu’ils ont un minimum de connaissance sur leurs pays d’affectation, et surtout assurez-vous qu’ils ne sont pas totalement arides de politique internationale.

Tel est en substance le message qu’une association de diplomates forte de 31000 membres a tenu à envoyer au Président Barack Obama et aux futurs présidents américains.
Il va sans dire que l’Association des diplomates américains y est allée de façon plus « diplomatique » mardi dernier, lorsqu’elle établissait sa liste de recommandations censée aider les présidents à choisir les meilleurs diplomates pour représenter l’Amérique à l’étranger.

Le diplomate idéal doit avoir une certaine expérience dans son pays d’affectation ou une certaine expérience internationale ainsi qu’une connaissance de la langue et de la culture du pays hôte, a précisé l’Association.
« Bien au-delà du pays dans lequel tout ambassadeur est accrédité, ses actions et ses paroles ont des conséquences sur les intérêts et la sécurité des E.U.», insiste l’Association des diplomates américains. « Il est donc essentiel que les ambassadeurs choisis pour représenter le président et conduire notre mission diplomatique possèdent les attributs, l’expérience et les aptitudes de l’emploi ».

Ce rapport arrive sur le bureau du président américain à un moment où des ambassadeurs nommés par Obama – dont certains n’ont visiblement reçu leur nomination que grâce à leur soutien financier – font sourciller le Congrès …

Ces derniers jours, les candidats d’Obama pour représenter l’Amérique à l’étranger n’ont pas eu la tâche facile au cours de leur confirmation au Sénat. Le grand hôtelier, M. George Tsunis, proposé par Obama pour être l’ambassadeur des E.U. en Norvège, ne s’est pas seulement permis de traiter l’un des partis de la coalition au pouvoir de « parti marginal » ; il a même décrit la Norvège (une monarchie constitutionnelle) comme un pays gouverné par un président. Quant à Colleen Bell, réalisatrice de feuilletons télévisés, dans une performance où le bafouillage le disputait à l’hésitation, elle n’a su dire ce qu’étaient les intérêts américains en Hongrie.

Il y eut bien d’autres épisodes à s’arracher les cheveux : l’ex-sénateur démocrate Max Baucus, sélectionné pour représenter l’Amérique à Beijing se vit obligé de faire à ses anciens collègues la confession suivante : « en réalité, je ne suis pas un expert de la Chine » – une déclaration d’autant plus renversante qu’il n’y a pas très longtemps de cela M. Baucus présidait le Comité des finances du Sénat, l’organe chargé des questions commerciales. Dans la même foulée, lorsqu’il fut interrogé par le sénateur républicain de la Floride Marco Rubio sur sa connaissance de l’Argentine, le pays pour lequel son obligé le consentit comme ambassadeur, Noah Bryson Mamet, le grand « empaqueteur » de fonds pour la vie politique d’Obama, déclara qu’il n’avait jamais été en Argentine. « Je n’en ai jamais eu l’occasion. J’ai beaucoup voyagé à travers le monde, mais je n’ai jamais eu l’occasion de connaître l’Argentine ».

carterCette tendance à récompenser des ignorants par des postes d’ambassadeurs est d’autant plus effrayante qu’en Afrique elle peut avoir des implications désastreuses pour l’avenir des pays où les « ambassadeurs » infertiles des réalités politiques et culturelles du terrain, mais imbus de leur suffisance, opèrent comme des faiseurs de rois. Il nous revient encore en mémoire le cas de Philip Carter III, qui en un tour de main ramena la Côte d’Ivoire à l’âge de la pierre taillée en contribuant à peupler ses institutions de dozos et d’illettrés.

Dramane Ouattara en France, et c’est l’hiver qui prend le large, M. Frindéthié

JournauxDans leur toute dernières éditions, les « journaux » d’obédience RDR (le parti au pouvoir en Côte d’Ivoire) ont tenté un coup de force médiatique qui n’a eu d’effet que de dévoiler le manque d’ingéniosité des alchimistes en communication du régime dictatorial d’Abidjan. Affichant à leur « Une » une photo de Dramane Ouattara en boubou et lunettes fumées, recevant des visiteurs en tenues d’été (shorts, chemises à manches courtes), tous assis à un patio visiblement ouvert aux éléments, et baignant dans une luxuriante végétation de palmiers et d’acacias, les journaux de la dictature titrent : « Les nouvelles sont bonnes ; Ouattara se porte bien ». Ainsi, l’image est censée être celle de Dramane Ouattara en convalescence à Mougin, en plein hiver français. Et pour nous qui marchons et pensonsdramane gangasrotogati et non kurmagati, cette falsification qui voulait faire croire que l’hiver français s’est mué en été ivoirien avec l’arrivée de Dramane en France n’a illustré en fait qu’un Dramane visiblement très affecté ; et cela bien avant la falsification, bien avant sa toute dernière « opération de la sciatique ». Après l’écrivain français qui, se transmutant en chirurgien, qui nous fit un exposé magistral sur « l’excellente santé » de Dramane, voici les griots de la dictature, qui pour la convenance de la même cause, nous importent un été ivoirien à Mougin … en plein hiver. Les dozos ont, à n’en pas douter, des pouvoirs magiques.

Rumeurs de changement, M. Frindéthié

affi
Dans le cadre de la restructuration du « gouvernement de transition » en aménagement qui préparera les prochaines élections présidentielles en Côte d’Ivoire, trois ministères clés sont déjà certains de revenir au FPI. Ce sont ceux de l’économie, de la défense, et de la justice. Si les discussions se poursuivent quant aux exigences du parti du Président Gbagbo, qui, de sources certaines, ne se satisferait pas de moins de 8 grands ministères, certains aménagements sont déjà en préparation, dont, par exemple, la réforme de la CEI (avec retrait inconditionnel du bureau actuel dont les manigances ont conduit à la crise postélectorale), la révision des listes électorales, l’assainissement de l’armée des félons qui l’assiègent à ce moment, la réintégration totale des ex-FDS, l’élimination de l’appellation FRCI, le rétablissement d’une vraie discipline républicaine, et la restauration du nom propre de l’armée ivoirienne (FDS), le démantèlement des milices armées (dozos), la reconstitution et l’armement de la police. A la rue Lepic aussi bien qu’au sein des partis minoritaires du RHDP, ces changements inévitables font grincer des dents. Les caciques du RHDP, qui ont jusqu’alors trouvé juteuse la persécution des cadres du FPI, se plaignent de l’évolution trop rapide des événements et avancent l’argument désormais trop rabâché que le « regain de gloire » du FPI risque de fâcher « les victimes » de la guerre – comme si le terme « victime » était synonyme de « militant du RHDP ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que les choses bougent, et qu’elles bougent moins à cause du RHDP que malgré le RHDP.

Côte d’Ivoire : Banny pour le désarmement des "dozos" avant les présidentielles de 2015

charles-konan-BanyABIDJAN – L’organisation d’une élection présidentielle "paisible" en 2015 passe par le désarmement des "dozos", des chasseurs traditionnels accusés de crimes, a estimé lundi le chef de la Commission Dialogue, vérité et réconciliation de Côte d’Ivoire.

"Pour des élections paisibles et non confligènes, il faut le désarmement des dozos", a affirmé à l’AFP le président de la Commission Dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), l’ancien Premier ministre ivoirien Charles Konan Banny (PDCI – un parti au pouvoir).

"Les dozos, dans une République ça n’existe pas!", a martelé M. Banny, dont le mandat à la tête de la CDVR vient d’être prolongé d’un an.dozos

"Si chacun doit convoquer ses confréries tribales où allons-nous?", s’est-il interrogé, invitant "tous ceux qui ne sont pas aptes à porter des armes (…) à les déposer".

Pour lui, la présidentielle de 2015 ne devrait pas se tenir dans "la peur (…)et qu’on ne dise pas que tel ou tel a voté sous la menace des armes".

Les dozos, majoritairement en faveur d’Alassane Ouattara, l’ont aidé à prendre le pouvoir durant la crise postélectorale de 2010-2011, quand Alassane Ouattara avait refusé de reconnaître la victoire de Laurent Gbagbo.

Un rapport de l’ONU les accuse d’avoir tué au moins 228 personnes et d’en avoir blessé 164 entre mars 2009 et mai 2013. Les autorités estiment leur nombre à 200.000, davantage que les forces armées ivoiriennes.

Le patron de la CDVR s’est également prononcé pour la révision de la liste électorale, y voyant "une question d’intérêt national" avant le scrutin de 2015. Les notions de nationalité et de citoyenneté constituent un problème épineux en Côte d’Ivoire, où se servant d’un débat sur l’"ivoirité" les rebelles de Ouattara avaient enflammé le pays il y a une dizaine d’années.

M. Banny a également appelé à une "recomposition" de la Commission électorale indépendante (CEI), qui supervisera l’élection à venir et qui est pour l’instant dominée par les membres des partis au pouvoir.

La réussite de la prochaine présidentielle apparait impérative en Côte d’Ivoire afin d’apaiser définitivement un pays ayant connu une décennie de crise politico-militaire, ponctuée par les violences de 2010-2011, qui avaient fait plus de 3.000 morts.

The time will come when Ouattara will face the justice of the Ivorian people, M. Frindéthié

Originally posted on frindéthié:

We will never tire of denouncing it: The United Nations in Cote d’Ivoire and the French Licorne Force have armed and fought on the side of the lawless rebels against a legally elected government. In fact, it is the UN and France that have repeatedly and for days bombed the city of Abidjan, killed 2707 unarmed young people camping at the Presidential Palace in protest against the UN and France’s illegal military intervention, and finally captured and delivered the Ivorian President to the rebels by breaking through a tunnel that since the 1960s had linked the Palace to the French Embassy in Cote d’Ivoire. It is also UN and French helicopters that have transported and deployed the rebels at strategic sites during their lightening advance on Abidjan.

In their progress toward Abidjan, Ouattara’s rebels have massacred tens of thousands of President Gbagbo’s supporters while UN officers have stood by and watched unmoved…

Voir l'original 288 mots de plus

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 56 autres abonnés